Ce monde qui est le mien – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Ce monde qui est le mien – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Ami lecteur, je te retrouve aujourd’hui pour te parler du tout dernier Twisted Tale qui est sorti il y a peu de temps. Il s’agit de Ce monde qui est le mien, nouvelle version des aventures d’Hercule, que l’on doit à Jen Calonita et aux éditions Hachette Heroes.

Dans cette réadaptation, nous allons suivre la jolie Mégara, qui après avoir été sauvée des Enfers par Super-Mâle, apprend qu’il lui est impossible de vivre auprès de lui, à moins de devenir une déesse.

Seul moyen pour ça, accepter la quête d’Hera et la mener à bien. Même si cela va obliger Meg à ramener de la demeure d’Hades, la femme de son ex petit-ami. Rien que ça…

On a donc une version bien plus centrée sur Meg, ce qui permet d’en découvrir plus sur elle et son passé. On apprend quelques détails sur son enfance et les blessures qui en découlent, on comprend rapidement pourquoi elle a si peu confiance en la gent masculine et on la voit évoluer en affrontant petit à petit ses démons.

En même temps, on se rend compte qu’Hades, doué avant tout pour manipuler les gens afin d’obtenir ce qu’il veut d’eux, est aussi une âme incomprise, qui une fois entourée de la bonne personne peut s’adoucir. C’est d’ailleurs une partie du livre que j’ai très apprécié. Retrouver l’un de mes méchants Disney dans une situation totalement différente de celle dans laquelle on s’attendrait à le voir, fut à la fois amusant et un peu attendrissant.

Bien entendu, pour tenter de réaliser sa quête, Mégara va avoir besoin d’aide. Ce qui signifie de belles vannes à son encontre de la part de Philoctète et des situations cocasses avec Pégase.

L’apparition de nouveaux personnages comme certaines divinités ou encore l’ex de la jeune femme vont pimenter l’intrigue.

Par contre, je dois reconnaître que j’ai eu plus de mal avec les personnages de Zeus et Hera. Leurs personnalités me semblent trop différentes de celles qu’ils ont dans le dessin animé. Ils sont bien trop froids pour moi, ce qui les rend presque insupportables.

En ce qui concerne les événements, ils s’enchaînent très bien, ce qui rend la lecture fluide et intéressante. On n’a pas l’occasion de s’en ennuyer, ce qui pousse à dévorer le livre en un rien de temps.

Et grâce à ce roman, on se souvient que tout ce dont on a besoin, c’est l’amour….

Ce monde qui est le mien – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Pour acheter le livre, c’est ici !

Renouveau – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Renouveau – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

J’enchaîne les livres Twisted Tale et je me rends compte qu’ils sont loin d’être tous de même qualité. Certains ne me plaisent pas vraiment et d’autres sont de réels coups de cœur.

C’est le cas avec cette nouvelle version du Disney La Reine des neiges.

Dans Renouveau, écrit par Jen Calonita, on retrouve la princesse Elsa, entourée de ses parents et vivant dans le palais d’Arendelle. Elle mène une vie heureuse, même si au fond d’elle un manque se fait sentir. Une envie de ne plus être fille unique, que malheureusement ses parents ne peuvent pas combler, ne pouvant plus avoir d’enfant.

Tout bascule lorsque le Roi et la Reine ne reviennent pas de leur dernier voyage. Elsa qui se retrouve seule et pleine de chagrin, découvre que sa douleur déclenche en elle d’étranges pouvoirs qu’elle n’arrive pas à contrôler, ainsi que des visions de deux petites filles jouant ensemble.

Comprenant qu’il s’agit de souvenirs et que finalement, elle aurait une sœur, Elsa fuit le château et part à sa recherche.

Si tu connais ce Disney, tu auras compris que le gros changement de cette histoire vient du fait qu’Elsa et Anna soient séparées. Et franchement, ça fonctionne à la perfection. Ça pourrait même être la trame originale tant les péripéties qui en découlent correspondent bien. On retrouve régulièrement des scènes du dessin animé qui, légèrement modifiées, coïncident facilement avec cette nouvelle interprétation.

De plus, les caractères et personnalités des personnages originaux restent fidèles à ceux de l’animé. Il est agréable de retrouver la complicité de Kristoff et Sven, le grain de folie d’Olaf et la spontanéité d’Anna.

Esla, elle, subit toujours ses pouvoirs et se sent tourmentée. On a de la peine pour elle lorsque l’on découvre toutes les épreuves qu’elle doit affronter. Au point que l’on a envie de dévorer au plus vite le livre pour savoir si son cœur va enfin être apaisé par l’amour de sa sœur.

Même les méchants gardent leur tempérament de départ, ce qui permet de rendre l’enchaînement des événements réaliste.

J’ai beaucoup aimé le fait que certains dialogues de La Reine des neiges soient incrustés dans les lignes de ce bouquin. Il est amusant de voir qu’ils peuvent servir dans un tout autre contexte.

Au niveau de l’écriture, le style est simple ce qui rend la lecture fluide et peut permettre aux plus jeunes de se plonger rapidement dans l’ambiance.

Renouveau – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Un livre que je te recommande en ces temps de forte chaleur, de penser à prendre dans tes bagages! Toute cette neige va te rafraîchir la tête durant les vacances.

Tu veux l’acheter, c’est ici qu’il faut cliquer : 16€90 chez Amazon

Pauvre âme en perdition : L’histoire d’une sorcière des mers – Mon avis

Pauvre âme en perdition  L'histoire d'une sorcière des mers – Mon avis

Quel plaisir de reprendre goût à la lecture après tant de temps où mon cerveau ne tenait plus le coup fasse à un bouquin. L’anorexie fait vraiment des ravages, comme celui d’empêcher les gens de se concentrer.

Alors maintenant que je suis à nouveau en état pour me plonger dans des romans, j’en profite à fond et rattrape mon retard.

Ça faisait bien longtemps que j’avais repéré le livre Pauvre âme en perdition de Serena Valentino . Moi qui aime beaucoup le personnage d’Ursula, j’avais grave envie d’en savoir plus sur elle et ses tentacules.

C’est donc grâce à Vinted et ses livres d’occasion, que j’ai pu plonger au cœur de l’océan et rejoindre l’effroyable Cecaelia.

L’idée des romans de la collection Villains Disney ( édition Hachette Heroes) est de nous faire découvrir les méchants sous un nouvel angle. Un concept fort sympathique selon moi.

Du coup, on est en droit de se demander qui est Ursula? Pourquoi est-elle comme elle est ? A-t-elle toujours eu ce côté maléfique et cette haine envers Triton ?

Derrière son apparence étrange d’une créature mythologique, ( dont l’espèce serait née suite à l’union interdite d’une sirène et d’un des enfants du Kraken), se cache une âme meurtrie et désespérée.

Abandonnée, rejetée et trahie par son propre frère, Triton, la sorcière des mers se dévoile petit à petit au fil des pages. On comprend bien vite qu’elle n’a pas vu le jour avec une telle fureur et un tel besoin de détruire Ariel. Certains événements l’ont conduite à se forger une carapace et l’ont poussé sur la mauvaise pente.

D’ailleurs, son cher frangin n’est pas le seul coupable dans cette désagréable métamorphose. Les humains ont eux aussi apporté son lot de souffrance à Ursula.

Pas étonnant après tout ce qu’on lui a fait subir, qu’elle ait tellement de rancœur et de soif de vengeance en elle.

Malgré cet aspect passionnant pour moi qui aime connaître le passé des personnages Disney, j’avoue avoir eu un peu de mal à suivre l’histoire par moment. Et pour cause, il faut savoir que les livres Villains Disney, sont à lire dans un certain ordre : ordre de parution. Ce que bien entendu, je ne savais absolument pas jusque là.

En lisant les péripéties d’Ursula, j’ai rapidement compris mon erreur.

Tout au long des chapitres, on retrouve des allusions à des scènes qui se seraient déroulées dans les précédents romans. De même que de nombreux personnages qui n’existent pas au départ dans les dessins animés de Walt, mais sont apparus dans les premiers tomes de cette saga, viennent taper l’incruste dans la vie d’Ursula.

On a donc vite fait de s’y perdre.

Autre point un peu dérangeant, je trouve, c’est l’intrigue des 4 sœurs sorcières. Pauvre âme en perdition devant logiquement être consacré à Ursula, a plus tendance à tourner autour de la mésentente entre 4 frangines (dont aucune d’elles n’est Ursula).

Alors soit, ces autres sorcières ont un rôle à jouer dans les aventures de la Cecaelia, puisqu’elles vont lui prêter main forte dans son projet de faire du mal à Triton en passant par Ariel. Mais on en revient encore au fait que si on a le malheur de lire dans le désordre cette collection, on ne comprend rien à certains moments.

Bref, malgré une intrigue prometteuse, je reste sur ma faim avec un sentiment d’avoir plus passé des heures à rechercher Circé, l’une des 4 frangines, qu’à découvrir la réelle personnalité d’Ursula.

Au moins, ce bouquin aura le mérite de m’avoir montré Triton sous un tout nouvel angle, qui est loin d’être reluisant.

En conclusion, même si je suis contente d’avoir enfin lu Pauvre âme en perdition ( qui se dévore bien vite) , je suis assez mitigée face à ce livre. Je n’en ai pas appris autant que je l’aurais souhaité sur la sorcière des mers, mais je ne peux pas non plus exclure les quelques faits la concernant que j’ai pris plaisir à découvrir.

Il va donc falloir que je recommence la collection Villains Disney par le début, c’est à dire avec le bouquin Miroir Miroir ( puis l’histoire de la Bête, pour enfin arriver à celui-ci) . Peut-être que là, l’intrigue sera plus fluide et logique, d’un livre à l’autre.

Loki, les racines du mal – Mon avis

Il y a un peu plus d’une vingtaine de jours, le livre Loki les racines du mal, prenait place dans les rayons des librairies. Pour ma part, c’est la veille de sa sortie officielle que j’ai mis la main dessus, tout simplement dans mon supermarché Auchan.

Ce roman d’environ 380 pages, écrit par Mackenzi Lee et publié aux éditions Hachette Heroes, coûte 16€90.

Bien qu’au départ je ne sois pas une adepte de l’univers Marvel, je dois reconnaître que tout doucement je commence à apprécier. Pas le choix, me diras-tu, avec un Chéri accro à Iron Man, Thor et toute la compagnie ^^

J’ai beau être plus fan de l’ambiance DC, j’ai fini par accepter de me plonger dans l’atmosphère concurrente. Mais loin de moi l’idée de me prendre d’affection pour un super héros quelconque. Non mon ami ! Moi je préfère les vilains ! Surtout lorsqu’ils sont à la fois charmeurs et rusés comme Loki.

Alors bien entendu, en découvrir plus sur le passé du Dieu Farceur, ça ne pouvait que me tenter.

Et clairement, je ne suis pas déçue de ma lecture.

Ce roman nous envoie directement dans l’enfance de notre cher Loki, alors que celui-ci tente de prouver à son père Odin, qu’il est digne de lui succéder et de porter la couronne.

Malheureusement, personne ne semble avoir confiance en lui, au point que son peuple comme les humains soient certains qu’il est mauvais et sournois.

C’est donc avec une faible estime de lui-même que Loki va grandir, n’ayant que pour seule réelle confidante et amie, Amora, l’apprentie magicienne d’Asgard. Mais suite à un accident provoquant la destruction d’un puissant artefact, Amora se retrouve exilée sur Terre, au grand désespoir de Loki.

Et c’est là que la magie opère. L’auteure parvient en un claquement de doigts à nous faire ressentir la frustration, la solitude, la détresse et la colère qui habitent Loki. Vivre dans un environnement où tout est fait pour le rabaisser et le désigner comme parfait coupable à la moindre occasion, ne peut que motiver Loki à se tourner vers la part sombre qui est en lui. On en vient même à détester Odin pour ce qu’il lui fait subir et à trouver Thor arrogant, lèche-botte et prétentieux.

Mais ce qui est le plus agréable, c’est qu’au travers des chapitres, on retrouve le Loki des films. Sa personnalité amusante, extravertie, son plaisir de jouer des tours ( imagine un Loki gamin qui s’éclate à faire avaler des limaces à son balèze de frangin), son attention qu’il porte à son look ( les bottines, c’est la vie !).

Le tout sur fond d’intrigue policière, pour un mélange qui passe très bien.

On touche du doigt divers thèmes : relation parents enfants, recherche et acceptation de soi, jugement des autres, homosexualité, position des femmes dans la société ( bravo à ce cher Odin qui n’accorde que peu de valeur aux pensées de son épouse).

C’est donc un bouquin qui me pousse un peu plus à aimer le Dieu de la farce, et qui me donne envie de continuer l’aventure pour en apprendre plus sur lui. J’espère qu’il y aura rapidement une suite, si possible avec encore plus de pages ( car il se lit beaucoup trop vite ^^).

Tu veux te procurer Loki les racines du mal ?

Clique ICI

Profondeurs de l’océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Profondeurs de l'océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

On se retrouve aujourd’hui pour un instant lecture.

Je t’ai déjà parlé de l’univers Twisted Tale lors de mon avis sur la nouvelle version des aventures d’Aladdin. Celui-ci m’avait laissé très mitigée, ce qui pour autant, n’avait rien retiré à mon envie de découvrir les autres romans de la série.

C’est donc dans le monde marin d’Ariel que je me suis plongée cette fois-ci. Pour cause, j’adore le personnage, non pas de la sirène aux cheveux flamboyants, mais de la sorcière des mers Ursula.

Je la trouve à la fois mystérieuse et charismatique, avec une âme sombre qui cache certainement un lourd secret.

D’où mon attirance pour ce second bouquin de la collection de Liz Braswell ( éditions Hachette Héros ).

Dans cette version, Ariel qui n’a pas réussi à faire chavirer le cœur du prince Eric, est toujours sous le maléfice d’Ursula. 5 années se sont écoulées et la petite sirène qui n’a pas pu récupérer sa voix, est à présent la reine d’Atlantica, son père Triton ayant été vaincu par la femme pieuvre.

Pieuvre qui d’ailleurs, sous les traits de Vanessa, a épousé le prince et dirige désormais le royaume de ce dernier.

L’histoire pourrait s’arrêter là, pour bien faire comprendre que tout acte a des conséquences, surtout lorsque l’on fait appel à la magie. Mais un évènement vient pousser Ariel à remonter à la surface : son père serait peut être en vie, prisonnier des tentacules de la sorcière.

Profondeurs de l'océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

J’en pense quoi ?

Gros point différent de la version sur Aladdin et Jafar : ici, on ne va pas se retaper des kilomètres de pages décrivant la fin du dessin animé de La Petite Sirène. Quelques détails nous sont remémorés de façon ludique, grâce surtout à Eric, sans pour autant nous ennuyer avec un copié collé de l’histoire de base. Un bon point selon moi!

Au niveau des personnages, on remarque de suite qu’ils ont bien évolués.

La naïve sirène qui rêve sans cesse et ne pense qu’à voyager et trouver le grand amour, a grandi, apprenant à faire passer son peuple avant ses désires. Loin d’elle le côté potiche un peu écervelée, qui chante à longueur de journée et ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Même si elle a gardé une légère dose d’impulsivité, la demoiselle est plus réfléchie et mûre. Elle est d’ailleurs prête à tout pour retrouver son père et mettre fin aux agissements de Vanessa – Ursula.

Cette dernière, quant à elle, nous dévoile encore plus que dans le dessin animé, son côté manipulatrice. Elle a mis la main sur le beau prince dont Ariel était folle… Elle possède toujours la belle voix de la sirène, ne se faisant pas prier pour l’utiliser et charmer son entourage grâce à elle… Elle détient le souverain des océans qu’elle déteste plus que tout… Et elle gouverne d’une main de fer tout un royaume terrestre. Hors de question pour elle de laisser le retour d’Ariel mettre en péril ses plans. Stratège jusqu’au bout des tentacules, elle va riposter plus fort que jamais.

Eric est pour moi, le personne qui m’a le moins inspirée. Pas que je ne l’aime pas ou l’ai trouvé inintéressant. Non. Mais disons que j’ai préféré le bras de fer entre les deux déesses des mers. Ce qui n’enlève rien à ce personnage, qui lui aussi a pris plus d’envergure. Même s’il est toujours un peu rêveur et fleur bleue, à se remémorer le souvenir de cette jeune femme à la voix d’ange, il va finir par comprendre qu’il a un rôle à jouer dans son royaume. Il est grand temps pour lui de reprendre les rênes et de stopper la femme qu’il a eu le malheur d’épouser.

J’ai beaucoup apprécié la venue de plusieurs personnages secondaires, sans qui cette version serait moins attrayante. La petite Vareet par exemple, qui n’existe pas dans l’histoire de base, a une forte importance ici. J’ai eu de la peine pour elle, de la compassion et de la tendresse. Au point que je voudrais même en savoir plus elle. De même pour Eureka et Jona, sa descendante, sans qui cette aventure n’aurait pas lieu.

Profondeurs de l'océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

L’ambiance conte de fée de Disney est bien présente, mais avec un style plus adulte, qui se lit très bien et rend ce tome assez addictif. J’ai été captivée par ce bouquin, ayant du mal à le lâcher. On va de rebondissement en rebondissement, tout en se demandant si Ariel finira ou non dans les bras d’Eric… Si elle quittera le cœur de l’océan pour continuer sa vie sur deux jambes à l’air sec… Si Ursula terminera en informe algue vivante et gluante, comme elle adore transformer ses proies… Ou si elle parviendra à se créer son monde dans celui des humains…

On a même le droit à une allusion au roman << Pauvre âme en perdition >> de Serena Valentino, que je compte pourvoir lire tôt au tard, de façon à découvrir ce qui a fait d’Ursula, l’être cruel et rancunier qu’elle est.

Ce rêve bleu – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

Première grande aventure pour moi dans l’univers remanié de Disney, avec les romans Twisted Tale.

Alors, si tu ne connais pas, le concept de Twisted Tale c’est de modifier un élément important des histoires classiques de Disney, pour qu’ensuite, cela faisant effet boule de neige, tous les événements se voient chamboulés à leur tour.

Un bon moyen de faire du neuf avec de l’ancien. Ce qui perso, n’est pas pour me déplaire, en grande mordue de Mickey et Cie, que je suis.

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

Bref…

Avec Ce rêve bleu, de Liz Braswell ( éditions Hachette Héros ), tu t’en doutes, on retrouve le monde de l’intrépide Aladdin, et son idylle avec la magnifique princesse Jasmine.

Sauf que là, notre cher voleur au grand cœur ne va pas pouvoir obtenir l’aide du Génie bleuté pour faire de lui un prince. Car oui, Aladdin va bien foncer tout droit dans la gueule du tigre des sables et arpenter les couloirs de la caverne aux merveilles, mais il n’aura pas la chance de récupérer la lampe merveilleuse. Et comme tu le sais ” pas de bras, pas de chocolat“… Ou plutôt dans notre cas, “pas de lampe magique, pas de vœux“…

C’est donc dans ce contexte légèrement différent de la trame de base, que le jeune homme va devoir affronter Jafar. Ce qui bien entendu, ne va pas être une mince affaire, puisque celui-ci sera bien décidé à être sultan ( à la place du sultan : il doit être pote avec Iznogoud ) et à imposer ses règles à tout Agrabah.

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

J’en pense quoi ?

L’idée d’une réécriture donnant un ptit coup de jeune à cette histoire qui vient de mon enfance, n’est pas pour me déplaire. Avoir une version alternative est sympathique et permet de se remémorer des souvenirs de môme tout en côtoyant l’attrait de la nouveauté.

Ce que j’ai le plus apprécié, c’est le fait de découvrir les personnages sous un nouveau jour. Aladdin n’est plus le héros de l’histoire, prêt à voler au secours de sa bien-aimée à chaque petit problème. Dans cette version, les femmes ont un plus grand rôle à jouer que dans la version classique. Car même si Disney avait un peu rendu Jasmine rebelle puisqu’elle refusait d’épouser n’importe quel prince qu’on lui avait mis sous le nez, elle n’en était pas moins ultra naïve.

Là, la jeune femme ainsi que d’autres protagonistes féminines, vont taper du poing sur la table, et faire valoir leurs idées.

On nous montre aussi plus le côté obscur d’Agrabah. Et pas seulement vis à vis de Jafar. Lorsque l’on regarde le dessin animé de Disney, on a de l’affection pour ce petit bonhomme rondouillard qu’est le sultan. Alors qu’en y réfléchissant bien, on peut voir ce qui se cache derrière lui. Pendant que le père de Jasmine s’amuse avec ses jouets, le peuple meurt de faim et la misère grandit dans les rues de la cité. C’est donc bien lui, le fautif au départ. C’est le sultan qui n’est pas capable de prêter attention à son peuple, préférant s’occuper de sa petite personne. Un côté plutôt estompé dans la première version.

Ce twist a un côté bien plus sombre que l’histoire habituelle de Disney. On y croise des morts vivants, tout en décryptant des allusions salaces. Ce rêve bleu s’adresse donc à un public moins jeune.

Jusque là, ce What if est plutôt cool, avec ses clins d’œil au dessin animé glissaient par-ci par-là. Mais ce qui m’a un peu freiné vient des premiers chapitres du livre. On reprend les péripéties du début du dessin animé bien trop tôt selon moi. Ou du moins trop en détail. Il faut avoir lu pratiquement 1/3 du bouquin pour voir un changement s’opérer. De quoi perdre en route pas mal de lecteurs qui espèrent rentrer vite dans le vif du sujet.

Autre petit point qui m’a dérangé, c’est l’utilisation du Génie. Déjà dans la version de Disney, j’avais le sentiment qu’il donnait beaucoup plus de sa personne que ce qu’il aurait dû. Il ne se contente pas de faire d’Aladdin un prince, en changeant son apparence et en lui refilant quelques piécettes. Il reste auprès de lui pour lui souffler quoi dire à la princesse et l’aider à conquérir son cœur, tout en en mettant plein les yeux à tout un chacun. On est bien loin du simple vœux réalisé, style la marraine de Cendrillon qui va simplement la relooker et lui imposer un couvre-feu.

Et bien dans ce twist, le Génie accompli encore plus de petits gestes à tout bout de champ. L’auteure tente bien de justifier ça vite fait dans un passage d’un chapitre, mais perso, je trouve ça mal ficelé. Ça ne prend pas.

Sans vouloir te spoiler, je reconnais que la fin m’a étonnée. Je ne m’y attendais pas, bien trop habituée aux petits oiseaux bleues qui gazouillent de Disney. Un bon point pour ce roman.

Ce qui du coup, me laisse un avis mitigé sur cette version alternative. J’adore le concept, mais je n’ai pas totalement adhéré avec la façon dont il a été travaillé ici.

Ce qui ne m’empêche pas d’avoir très envie de lire l’intrigue sur Ursula ( je suis fan de ce perso) ainsi que celle sur Elsa et sa frangine!

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

NB : Heureusement que ce livre vient de la bibliothèque, car à 16€90, je trouve que ça ne le fait pas trop d’avoir des pages mal coupées ( donc trop grandes ) et du coup, toutes pliées….