Coleslaw chou kale et fenouil

Coleslaw chou kale et fenouil

J’ai l’impression d’avoir mis pas mal de recettes sucrées ces derniers temps. Alors aujourd’hui j’apporte un peu de fraîcheur et de légèreté avec cette variante du coleslaw.

Ce plat est à l’origine une salade de chou et de carotte, que l’on retrouve surtout en Amérique, et qui bien souvent est assaisonné d’une sauce à base de mayonnaise et de sucre. Du coup, c’est loin d’être une salade des plus diététique. Pourtant elle fait partie des incontournables des pique-niques et barbecues américains.

Le nom coleslaw viendrait du mot néerlandais koolsla : kool signifiant chou et sla pour salade.

Cette salade est une grande voyageuse, puisqu’elle est répandue un peu partout à travers le monde, sous différentes appellations et avec différents ingrédients ( brocoli, pomme, poireau, jambon, fromage, babeurre, graines de fenouil…. ).

Ici il sera question de chou kale, de carottes, de fenouil et surtout d’un assaisonnement bien plus light et citronné.

Coleslaw chou kale et fenouil

Pour 2 personnes, il te faut :

  • 2 belles carottes
  • 100g de chou kale violet
  • 1/2 fenouil
  • jus de citron
  • fleur de sel de Guérande
  • graines de cumin
Coleslaw chou kale et fenouil

La recette :

Commence par râper les carottes et le fenouil.

Ôte les tiges du chou kale ( garde les pour une autre recette ) et hache les feuilles.

Mélange les légumes.

Ajoute une dose de jus de citron et de fleur de sel ( en fonction de tes goûts ).

Ajoute un peu de graines de cumin.

Mélange bien.

Coleslaw chou kale et fenouil

A déguster très frais.

Avec cette recette je participe au #healthyspringandme de Quinoa et Basmati .

Buns au levain, farcis aux poivrons et saucisses épicées

Buns au levain, farcis aux poivrons et saucisses épicées

Parfois je me dis que mes enfants n’ont pas << la chance >> de manger comme les autres. Que je ne m’arrête pas dans le rayon pâtisserie du supermarché pour leur prendre un éclair au chocolat ou une part de tarte au citron. Que ça doit bien faire un an ou plus, que je ne les ai pas emmené au McDo. Qu’au lieu de leur avoir acheté des beignets de carnaval dégoulinants d’huile, ils ont eu des beignets sans gluten au four.

Que peut être, ou même surement, que sans ma maladie, ils mangeraient plus comme leurs copains.

Mais finalement, en y réfléchissant bien, je me dis que c’est un mal pour un bien.

Oui, ils ne se gavent pas sans arrêt d’aliments industriels, mais ils ne sont pas privés pour autant. Parfois ils dévorent des pizzas du commerce et parfois ils en ont des faites maison.

Ils partent de temps en temps à l’école avec des biscuits fourrés basiques, et d’autres fois, ils emportent des parts de banana bread ou des pancakes healthy.

D’ailleurs, non seulement ils ne sont pas en manque de gourmandises et de bons petits plats ( merci à eux de jouer le rôle de cobayes pour moi et toi ^^ ), mais en plus, ils connaissent certainement une plus grande variété d’aliment que leurs camarades. De nombreuses personnes m’ont déjà dit être étonnées de voir tout ce qu’ils acceptaient de manger ou qu’ils adoraient ( gingembre, wasabi, radis noir, blettes…. ).

C’est bien pratique d’avoir des gamins qui raffolent comme soi, de certains ingrédients qui en général déplaisent aux mômes. Et encore plus pratique qu’ils soient autant accro aux épices et aux plats relevés.

Grâce à ça, pas besoin de se priver.

Buns au levain, farcis aux poivrons et saucisses épicées

C’est pourquoi le Chéri a pu préparer pour eux, il y a quelques jours, ces buns maison, farcis avec des légumes mais surtout du chorizo fort et de la saucisse à l’ail.

Ils sont partis comme des petits pains… ( Ok, je sors ^^ )

Buns au levain, farcis aux poivrons et saucisses épicées

Pour 6 buns, il te faut :

  • 500g de levain actif
  • 460g de farine
  • 2CS d’huile d’olive
  • 1CS de bicarbonate
  • 2CS de vinaigre de cidre
  • 15cl d’eau
  • 1 oignon
  • 1 gros poivron
  • 50g de chorizo fort
  • 80g de saucisses à l’ail
  • un peu de lait pour la dorure

La recette :

Mélange le levain, avec la farine, l’eau, le bicarbonate, le vinaigre et l’huile.

 Laisse reposer ta pâte au moins 2h dans un endroit chaud, avec un linge au-dessus . 

Émince l’oignon et fais-le revenir quelques secondes à la poêle, avec le poivron, le chorizo et la saucisse coupés en morceaux ( pas besoin de matière grasse, car le chorizo va en faire assez ).

Sur un plan de travail légèrement fariné, pétris ta pâte et divise la en 8 pâtons identiques ( au besoin ajoute un peu de farine ou d’eau, en fonction de la texture de ta pâte, sachant qu’elle doit rester souple ).

Écrase légèrement les pâtons pour en faire des disques un peu épais.

Dispose au centre de chacun, une bonne dose de farce.

Referme la pâte par-dessus ce mélange. 

Boule tes petits pains.

Dispose les sur une plaque recouverte de papier cuisson. 

A l’aide d’un pinceau recouvre les d’une fine couche de lait pour qu’ils puissent dorer.

Enfourne 15 minutes à 180 degrés.

Buns au levain, farcis aux poivrons et saucisses épicées

Halloumi maison

Halloumi maison

Halloumi… Mais qu’est-ce que ça peut bien être que ça ?

Il s’agit d’un succulent fromage originaire de Chypre, à base de lait de chèvre et de lait de brebis.

Halloumi maison

Le halloumi est un fromage à la texture semi-ferme et à la forme repliée caractéristique : celle-ci est due au fait que, durant la fabrication du fromage, la pâte est pliée en deux. Sa maturation dure quarante jours, période durant laquelle il est salé et mis à sécher dans un local aéré, avant d’être conditionné dans un emballage contenant, outre son propre petit-lait, de la saumure et des feuilles de menthe ciselées, les propriétés antiseptiques de cette plante empêchant l’altération du fromage.

La particularité de ce fameux fromage réside dans le fait qu’il peut être poêlé, grillé ou même passé au barbecue en brochettes, sans qu’il ne fonde.

Du coup, c’est bien sympa à ajouter dans des salades, ou même à incorporer dans des burgers. Il est même possible de le frire.

Le petit souci, c’est qu’il n’est pas toujours évident d’en dénicher. L’halloumi n’est pas vraiment répandu en France. Du coup, il faut aller le chercher dans des boutiques Turques ou Grecques.

Et là, bien souvent, on se retrouve avec un fromage qui contrairement à la recette traditionnelle, contient du lait de vache. Sans parler du fait que niveau tarif ce n’est pas donné. Le prix au kilo peut vite flamber.

Alors pourquoi ne pas se lancer dans la réalisation de fromage maison?

Je te promets qu’il n’y a rien de compliqué là dedans et qu’outre le fait que tu vas pouvoir si tu le désires rendre ton halloumi original en y ajoutant des épices, tu vas faire de belles économies. Car non seulement tu vas avoir du fromage délicieux, juste à base de lait de chèvre et brebis, mais en plus tu vas obtenir du petit lait ( lactosérum issue de la coagulation du lait, riche en protéines mais pauvre en matière grasse ) que tu pourras utiliser dans d’autres recettes ( pain, cake, brioche, biscuits, smoothie, sauce… ).

Halloumi maison

Il te faut :

1L de lait frais de chèvre
1L de lait frais de brebis
présure ( quantité à voir sur l’emballage)

Halloumi maison
Halloumi maison

La recette :

Halloumi maison

Mélange les laits et fais chauffer doucement pour atteindre 32°C.

Retire du feu et ajoute la présure.


Laisse reposer une 40aine de minutes pour que le caillé se forme.


Coupe en morceaux et mélange un peu.

Halloumi maison


Fais chauffer à nouveau, mais à feu très doux, pour qu’au bout d’une 20aine de minutes ça atteigne 40 °C.


Verse le caillé dans un morceau d’étamine et laisse bien égoutter, au moins 1h ( garde le petit lait).


Fais chauffer le petit lait pour atteindre une température entre 85 et 90 °C. 


Dispose le fromage dedans et laisse le cuire quelques minutes. 

Halloumi maison


Sors le et laisse le égoutter. 

Halloumi maison


Conserve ton halloumi dans un tupperware au frigo, avec des feuilles de menthe.

Tu n’as plus qu’à l’ajouter dans tes plats et salades.

Halloumi maison

Astuce : conserve le petit lait, pour l’ajouter dans différentes recettes , en remplaçant le lait ou l’eau par celui-ci. Tu peux même le congeler si tu en as trop en une fois.

Pot au feu à l’indienne au Vitaliseur de Marion – Insparation 95 degrès

Depuis que j’ai mon Vitaliseur de Marion Kaplan, je suis abonnée au magazine 95 degrés.

Dès que j’ai eu le hors série entre les mains, ce fut une évidence pour moi qu’il fallait que je continue à découvrir les futurs articles présents dans cette revue.

Le dernier en date est est consacré en grande partie au pot-au-feu, ce plat bien français qui en hiver arrive à nous réchauffer.

Ma grand mère, comme beaucoup d’autres, en préparait très souvent. Un souvenir d’enfance donc…

Parmi toutes les recettes de pot-au-feu disponibles dans le dernier 95 degrés, l’une d’elles m’a semblé bien originale, me donnant envie de la tester.

Du la courge, du gingembre et de la cannelle, ça ne pouvait que me plaire.

Alors après deux trois petits ajustements en fonction des ingrédients dont je disposais, je me suis plongée dans la page 28 de mon magazine, et j’ai vite réussi à propager de délicieuses effluves dans toute la maison.

Et je dois dire que ce pot-au-feu revisité version indienne est une véritable merveille ! Merci Sarah Safarian pour l’inspiration ! 

Il te faut :

400g de brocoli

4 gousses d’ail

1 oignon

1/4 de butternut

3 carottes

1/3 de bouquet de persil

100g de protéines de soja texturées

4 CS de curry en poudre 

2 CC de gingembre en poudre

400 ml de lait de soja

1 pincée de ras el hanout

La recette :

Lave les légumes.

Coupe les en gros morceaux ( pas besoin d’éplucher s’ils sont bio).

Pèle les gousses d’ail. 

Porte à ébullition 1/3 d’eau dans la cuve du vitaliseur.

Utilise la soupière ou si comme moi tu n’en as pas, dispose une casserole dans le tamis.

Ajoute tous les légumes, les gousses d’ail, les protéines de soja texturées, le bâton de cannelle et le persil dans la casserole.

Délaie les épices en poudre dans le lait et verse le tout sur les légumes. 

Complète en ajoutant de l’eau de façon à recouvrir le tout. 

Laisse cuir au moins 45 minutes ( les légumes doivent être fondants). 

Au moment de servir, retire le persil et le bâton de cannelle, puis dispose dans une assiette une bonne louche de la préparation et rajoute un peu de bouillon. 

A accompagner de riz, quinoa ou millet. 

Vitaliseur offert en partenariat.

Tu sais quoi ?! Désormais je suis prescriptrice pour le Vitaliseur de Marion Kaplan.

Ce qui signifie que je peux te faire profiter de tarifs exceptionnels pour que tu puisses toi aussi t’offrir ce super appareil ou encore le Trio qui est un accessoire à ajouter pour encore plus de recettes à réaliser.

Alors n’hésite pas à me contacter si tu veux profiter de ces offres !

Welsh de poulet au Vitaliseur de Marion

Welsh de poulet au Vitaliseur de Marion

Le Welsh est peut être un plat qui ne te dit rien…. Pourtant, c’est très bon. Un peu calorique, il faut le reconnaître, mais bien rassasiant.

Le Welsh Rabbit est un plat d’origine galloise, qui au départ était considéré comme un substitut de basse qualité à la viande de lapin.

Traditionnellement, celui ci est composé d’une belle tranche de pain grillé, de bière, de jambon, de cheddar et de moutarde. Le tout étant passé au four pour gratiner le plat. Mais de nombreuses variantes existes, dans lesquelles certaines ingrédients disparaissent totalement ou sont remplacés par d’autres ( béchamel, bacon… ).

La recette qu’aujourd’hui je te propose, est faite à partir de pain rassis, histoire de ne pas gaspiller et de poulet mariné dans une sauce maison bien épicée.

Pas de bière, mais bien évidemment, le cheddar reste présent ^^

Welsh de poulet au Vitaliseur de Marion

Pour 2 personnes, il te faut :

  • 350g d’aiguillettes de poulet
  • quelques tranches de pain rassis
  • 1 tout petit citron bio
  • 20cl d’eau
  • 1 CS de moutarde ( plus ou moins forte en fonction de tes goûts )
  • 1/2 à 1CS d’épices mexicaines ( toujours en fonction de tes goûts )
  • 4 tranches de cheddar

La recette :

Commence par préparer la marinade, en mixant le citron bio avec l’eau, les épices et la moutarde.

Laisse mariner dedans le poulet au moins 30 min.

Fais bouillir 1/3 d’eau dans la cuve du vitaliseur.

Dispose dans le fond de 2 récipients, quelques tranches de pain.

Ajoute dessus le poulet avec sa sauce et recouvre de cheddar.

Mets les plats dans le tamis du vitaliseur et laisse cuire environ 8 min ( suivant l’épaisseur de tes morceaux de poulet ).

Welsh de poulet au Vitaliseur de Marion

A déguster bien chaud.

Tu sais quoi ?! Désormais je suis prescriptrice pour le Vitaliseur de Marion Kaplan.

Ce qui signifie que je peux te faire profiter de tarifs exceptionnels pour que tu puisses toi aussi t’offrir ce super appareil ou encore le Trio qui est un accessoire à ajouter pour encore plus de recettes à réaliser.

Alors n’hésite pas à me contacter si tu veux profiter de ces offres !

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

Un jour, nous irons visiter la Grèce… J’en rêve… Tout comme la tribu…

Mais en attendant, nous voyageons au travers d’un plat typique de ce beau pays.

Il s’agit des Dolmas, des feuilles de vignes farcies. Généralement à base de riz et de viande hachée, ma version, elle, contient des lentilles. Ce qui en fait une variante vegan et allégée. Une bonne idée pour un apéritif sympathique.

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

Par contre, je te conseille d’utiliser des feuilles de vignes fraîches ou sous vide. Car celles en bocal sont assez compliquées à décoller les unes des autres et se déchirent facilement. J’ai eu ce problème, la première fois que j’en ai fait.

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

Pour 25 dolmas, il te faut :

  • 1 pot de 600g de feuilles de vignes
  • 250g de lentilles crues
  • 1 tomate
  • 1/2 courgette
  • 1 oignon
  • un peu de menthe
  • un peu de sauge
  • sel / poivre
  • 1CS de jus de citron
  • huile d’olive

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

La recette :

Fais tremper les feuilles de vignes pour les dessaler.

Hache l’oignon et fais le revenir avec un filet d’huile d’olive, à feu doux.

Ajoute les lentilles, la tomate et la moitié de courgette coupées en petits morceaux.

Hache les herbes et ajoute les aussi.

Retire du feu et laisse refroidir.

Égoutte les rouleaux de feuilles de vignes, puis sépare les délicatement.

 

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

Superpose 2 feuilles et dispose une cuillère dans le bas au centre.

Replie sur la farce les côtés des feuilles, puis le bas et roule en serrant bien jusqu’à la pointe du haut.

 

Fais de même pour former 25 dolmadakias.

Dispose les dans le fond d’un fait-tout, en les serrant bien les uns contre les autres.

Place dessus une ou deux assiettes pour les bloquer et éviter qu’ils ne se déroulent.

 

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

Recouvre d’eau et fais les cuire 40 minutes à feu doux.

Égoutte les.

 

Feuilles de vignes farcies aux lentilles

 

A servir avec une petite sauce au yaourt et à la menthe.

Kefta vegan au four

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour une recette salée.

Un plat que j’ai découvert pour la première fois lors d’une soirée pour fêter les 1 ans du Green Love, un super restaurant vege de Marseille ( d’ailleurs si tu passes par là, merci Manon pour l’invit’ ^^ ).

Un buffet fait maison nous était proposé et parmi tous les mets plus alléchants les uns que les autres, se trouvaient des petites boulettes qui m’ont de suite attirées.

Kefta vegan au four

Des keftas aux protéines de soja texturées, qui franchement étaient un pur régal.

J’ai quitté la soirée en me promettant de m’en faire rapidement et surtout de faire essayer ça à ma tribu.

Surprise! Le lendemain en feuilletant mon exemplaire du super livre de Sébastien Kardinal << Ma petite boucherie vegan >>, j’ai constaté qu’une recette de kefta s’y trouvait. Joie! Bonheur!

C’est donc en m’inspirant à la fois du Green Love et de Sébastien Kardinal, que j’ai réalisé ma propre version des keftas vegan. Et je dois dire que je l’adore.

Je l’ai faite de façon à pouvoir cuisiner ces ptites boulettes rapidement, en y ajoutant pas mal d’épices pour un esprit oriental, tout en gardant un côté sain grâce à la cuisson au four sans matière grasse.

Kefta vegan au four

Pour 12 keftas, il te faut :

  • 100g de protéines de soja texturées
  • 1/2 oignon rouge
  • 3 graines de cardamone
  • une dizaine de grains de coriandre
  • 1CC de cumin en poudre
  • une dizaine de feuilles de menthe
  • 2CS de jus de citron
  • 75ml d’eau

Kefta vegan au four

La recette :

Place tous les ingrédients dans ton blender et mixe jusqu’à obtention d’une pâte ( pas besoin que ce soit totalement lisse ).

Laisse reposer au moins 30 minutes pour que les protéines de soja absorbent l’eau et gonflent.

Mixe à nouveau.

Forme 12 boules et dispose les sur une plaque recouverte de papier cuisson.

Enfourne 15 minutes à 180°C.

Laisse refroidir puis décolle les keftas délicatement à l’aide de la pointe d’un couteau.

 

Kefta vegan au four

A servir accompagner d’une petite sauce à la menthe. Parfait pour un Buddha bowl.

Viens je t’emmène à Valencia

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Sur un coup de tête, j’ai décidé de partir…. De voyager…. De prendre le Chéri sous le bras et de nous offrir des petites vacances en amoureux.

J’avais besoin de m’aérer l’esprit. De découvrir d’autres choses, d’autres lieux….

De visiter un pays dans lequel je n’avais encore jamais mis les pieds ( bon ok, là, y avait du choix…. ).

Alors j’ai dégainé mon smartphone, sorti mon pc et je me suis plongée dans une recherche, en mode fouine à l’affût de l’offre du siècle.

J’avais quelques destinations en tête, mais rien de très précis. N’ayant jamais voyagé, je ne connais rien du monde, et je rêve donc de tout découvrir. Italie…. Espagne… Grèce… Angleterre…. Portugal…. Australie… Voici les premiers pays qui me viennent, lorsque je me prends à m’imaginer à la conquête d’autres rivages.

Seulement, moi, je n’ai pas de big budget pour cela. Bah non…. Du coup, j’ai déniché la bonne astuce pour trouver où partir.

Grâce à la fonction Explorer le Monde de Kayak, j’ai pu trouver mon bonheur facilement. Je n’ai eu qu’à rentrer dans les filtres, ma ville de départ et mon budget maximum, pour que le site m’ouvre une carte avec les tarifs de vols qui me correspondaient.

Au moins cher, j’avais le choix entre l’Angleterre et l’Espagne.

Pour prendre ma décision, j’ai zieuté les hébergements. Les hotels pour l’un comme pour l’autre étaient totalement hors budget pour moi. Surtout qu’en gros, pour l’Angleterre, tout ce que je trouvais c’était des dortoirs, où l’on devait du coup, dormir avec plein d’autres personnes. Pas franchement mon truc…. J’ai besoin d’un minimum d’intimité. Encore plus lorsque je pars à l’inconnu.

C’est via Airbnb que je nous ai dégoté un ptit nid, où une charmante famille était prête à nous accueillir.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Le Chéri étant d’accord, j’ai réservé nos billets d’avion par Ryanair ( Kayak étant un comparateur de vols, c’était cette compagnie que le site m’avait retenu ), en prenant l’option Priorité ( qui nous a permis d’avoir chacun 2 bagages en cabine et d’éviter plusieurs fois de faire la queue ).

Et j’ai validé ma réservation Airbnb pour 3 nuits.

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Nous partions à l’aventure, direction l’Espagne, plus précisément Valencia.

Quand je dis à l’aventure, je ne mâche pas mes mots, car non seulement, ni le Chéri ni moi, n’avions déjà fait un tel voyage, mais en plus nous ne parlons pas espagnol. Ni anglais d’ailleurs…. Bref… Mis à part le français, et le gremlins, on ne décrypte rien….

Pas grave, on s’est dit que l’on allait gérer. Ce qui a été le cas.

Dans un premier temps, j’ai pris contact avec notre hôte, Jeff, qui m’a passé de bons tuyaux et un max d’indications pour savoir comment venir de l’aéroport à chez lui ( son offre de logement est parfaite pour une personne seule ou un couple ! propre, petit prix, station de métro en bas de l’immeuble, proche du centre ville, avec des commerces dans la rue).

 

Viens je t'emmène à Valencia

Ensuite, j’ai créé un ptit carnet, avec des mots et phrases utiles, pour pouvoir tout de même s’exprimer un peu, autrement qu’avec des gémissements et le langage des signes ( ouais parce que là aussi, je connais quelques gestes et leurs significations que l’on m’avait appris lorsque j’étais môme, mais je suis bien limitée ).

Pour être certaine que nos bagages ne nous coûtent pas de dépassement, car Ryanair a des formats tolérés qui n’ont rien à voir avec ceux habituels, nous sommes allés quelques jours avant le départ vérifier à l’aéroport que nos sacs passaient bien dans les << gabarits >>. Nous en avons profité pour demander les sachets pour les produits de beauté et autres liquides.

En arrivant sur Valence, notre première étape a été d’aller à un guichet acheter une carte TUIN . Celle-ci permet de prendre le métro et le tram à moindre coût. Une carte bien pratique, que je te recommande fortement si tu veux te faire un séjour à Valence. Tu la charges de 10€ minimum, puis tu n’as plus qu’à la biper à chaque transport, en sachant qu’elle n’est pas nominative et que toute ta tribu peut l’utiliser.

Pour se balader dans Valence, pas besoin de voiture. Le métro te propose de nombreuses lignes différentes, sans parler du tram et des bus. Il te suffit de t’armer d’un plan et te voilà paré pour te rendre où bon te semble. Bon par contre, je te préviens, tu vas en bouffer des escaliers ^^

Et pas d’inquiétude, tu ne risqueras pas de te perdre, car les autochtones de cette civilisation sont très serviables. Dès qu’ils te voient regarder ton plan, ils te proposent de t’aider.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Ce qui nous a de suite frappé, c’est la taille des rues comme des bâtiments. Tout était immense! Même les nombreux arbres qui peuplent les avenues étaient grandioses. On se sentait si petit dans ce monde de géant.

Puis ce fut le rythme de vie. Là bas les repas sont complètement décalés par rapport à ceux des français. Ce qui est logique, puisque la vie en elle même est décalée. Par exemple le fils de nos hôtes ne commençait l’école que vers 9h30, d’où un ptit déjeuner plus tard que chez nous, un déjeuner sur les coups de 14h ou plus, et un diner vers 22h…. Il a donc fallu prendre en compte des horaires de restaurants bien différents de ceux que nous connaissons. Tout comme avec les boutiques, qui ouvrent leurs portes bien plus tard et restent ouvertes une bonne partie de la nuit.

Ce qui donne forcément, de gros changements. En plein au milieu de l’après midi, tout fermait. Plus de petites boutiques sympa où flâner. Mais sur les coups de 18h / 19h, la ville devenait bruyante, pleine de lumières, avec une sacrée énergie. J’avais l’impression de me retrouver dans une série américaine du genre Sex and the city, où le soir tout est permis. Les rues étaient noires de monde, pleines de guitounes à churros, de policiers faisant la circulation et de personnes vendant des tickets de jeux à grater ou de loto. C’est incroyable comme les Espagnols ont l’air d’aimer les jeux de chance. Même dans l’avion on nous en a proposé !

Sur les bâtiments, d’énormes écrans passant des publicités étaient allumés.

Sans oublier toutes les terrasses qui s’étaient mises en place de partout.

Une ambiance géniale, si comme moi, tu es plus un oiseau de nuit.

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Niveau alimentation, je te déconseille les << véritables >> restos, qui ne sont que des attrapes touristes, et te font payer 17€ un sandwich rassi et une dizaine de beignets de calamars décongelés.

Il vaut vraiment mieux aller dans les bars et les camionnettes à tapas.

Ou alors dans les nombreux snacks qui pullulent à chaque coin de rue. Pizzas, burgers, paella, ou encore tacos…. Il y a de quoi faire, pour un tarif restreint. Tu peux même trouver tous les 200m, des vendeurs de marrons chauds et d’épis de maïs grillés, ou encore de lait végétal parfumé et de café.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Mais ce que nous avons préféré, c’est le grand marché central ( Mercado Central ), situé en plein cœur du centre ville, avec de belles places juste autour, qui est vraiment immense puisqu’il fait plus de 8100 m². Rien que l’architecture est splendide. Il faut absolument aller le visiter. L’extérieur est déjà chouette en lui même, mais l’intérieur est un enchantement. Et là, je ne parle pas encore de tous les étalages. Non. Juste de ce que l’on peut admirer en levant un peu la tête.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

C’est d’ailleurs là, que nous avons acheté régulièrement de quoi manger, car soyons clairs, il y avait du choix! De la charcuterie que l’on nous servait dans des petits cornets de papier…. Du poisson… Des fruits et légumes de toutes les couleurs…. Des steaks végé… Des viennoiseries deux à trois fois plus grosses que celles que l’on trouve chez nous…. Des tas de sandwichs… Du fromage…. Des bonbons et autres sucreries…. Du pain…. Des fruits secs ou confits…. Des olives… Des bières….  Et bien évidemment des plats typiques, comme la fameuse paella de Valence ( qui ne comporte pas de fruits de mer, mais du lapin et des fèves ), la tortilla, ou les tapas, vendus par portions individuelles. Le tout ne coûtant que trois fois rien ( voici un extrait de ce que nous avons pris : un cornet de chorizo pour 1€, un cornet de fleurs d’hibiscus confits pour 1€, 250g de fraises pour 0,80€, 1 portion de paella pour 3,50€, un méga géant pain au nutella pour 1,20€, 1kg de papaye pour 3€…. ).

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Une fois les emplettes faites, nous n’avions plus qu’à nous poser au soleil pour tout déguster. Beaucoup de monde s’installe sur les marches du marché, mais il y a aussi quelques bancs tout autour.

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Le mieux étant tout de même de se rendre à la plage pour un petit pique nique. Nous sommes allés plusieurs fois à la plage de la Malvarrosa. Paradisiaque ! Des palmiers toujours si grands que dans ma tête je revoyais les reportages tv sur la Californie…. Un sable si fin avec des coquillages à ramasser à la pelle…. Une mer d’un joli bleu… Des cafés et restos sympathiques tout le long….

Il y a même des installations pour faire du basket, du volley, etc, ce qui nous a permis de constater que des écoles venaient faire leur séance de sport sur la plage. D’ailleurs, une école maternelle ou primaire, juste en face, avait du sable partout dans la cours de récré, au lieu du béton. Cool non?!

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Nous en avons profité ( 2 fois ) pour nous poser en terrasse pour boire un coup, à la Casa Zaragoza. La serveuse qui parlait plutôt bien le français, nous a été d’une grande aide. Une jeune femme très aimable et souriante ( merci à elle ). Nous en avons eu pour 7,50€, pour une Desperados et une pinte géante ( et encore chez eux ça porte un autre nom, c’est bien plus grand qu’une pinte ).

Viens je t'emmène à Valencia

 

Car oui…. A Valence, mon ami, tu ne vas pas pouvoir mourir de soif. Les boissons, qu’il s’agisse d’alcool ou non, ne valent rien. Les canettes de soda ou de bière sont à 1€. Et tu peux même trouver des bars, qui te font la Despe à 1,80€, la Heineken à 1,50€ ou le tanque de bière entre 1,50€ et 2,80€.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Avec le Chéri nous avons adoré une petite camionnette installée en centre ville, qui proposait des tapas et de la sangria ( 3 tapas au choix pour 9€ + 1L de sangria pour 6€ ). Le Chéri qui disait toujours qu’il détestait cette boisson, en est devenu fan ^^

On ne va pas visiter Valencia que pour sa gastronomie à petits prix.

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Si tu as la possibilité de t’y rendre en mars, c’est parfait, car tu vas pouvoir profiter de Las Fallas. Lorsque nous avons réservé notre séjour, nous ne savions même pas que nous arriverions en plein pendant cette fête. Gros coup de chance !

C’est un événement à ne pas manquer. La ville est en ébullition. Toutes les rues sont dans l’ambiance, accrochant des guirlandes lumineuses et des décos. Des musiciens se baladent et te donnent envie de danser, ce dont ne se privent pas les Valenciens. De grandes statues appelées Fallas ( major pour les versions adultes et infantil pour celles enfants ), sont érigées dans toutes les rues de Valence. Chaque quartier ayant ses constructions, au final, c’est 760 Fallas différentes que tu peux admirer. Elles doivent être terminées d’installer le 15 mars, de façon à ce qu’un jury puisse passer les voir et décerner des prix, pour qu’ensuite elles soient brûlées le 19 mars.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Mais avant qu’elles ne soient justement brûlées, chaque quartier va garder une petite partie de sa falla, que l’on peut après découvrir lors de l’exposition des Ninots ( nom donné à ces dernières ).

Chaque quartier a aussi sa Reine, qui vêtue d’une tenue traditionnelle va le représenter et tenter d’être élue ( un genre de concours de Miss ).

 

Viens je t'emmène à Valencia

Nous avons pu assister à la Mascleta, un spectacle ayant lieu sur la place de l’Hotel de Ville. Rien à voire avec un bête feu d’artifices. A Valencia, ils sont très << sons >>. Du coup, lors de ce moment, des tas d’énormes pétards explosent en rythme. Allant de plus en plus fort, au point de faire trembler le sol et les vitres des bâtiments. C’est très impressionnant et difficile à expliquer. On ressent chaque explosion dans tout son corps. Un véritable coup de tonnerre. C’est fabuleux! Cela se terminant par des fanfares, entourées de tous les fêtards, qui se positionnent juste en bas de l’Hotel de Ville, pour chanter et danser en levant les mains en direction des Reines des Fallas, qui les regardent du haut d’un balcon et les saluent.

Un instant plein de joie, de bonne humeur, de musique, de rires, que je ne suis pas prête d’oublier.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Pour en revenir à l’exposition des Ninots, celle ci coûte 3€ et se trouve dans la Cité des Arts et des Sciences. Ce coin m’a fait penser à Sydney avec son Opéra. Des édifices aux allures de vaisseaux spatiaux, tout droit sortis d’un film de science fiction. Le tout entouré de verdure et d’eau.

A savoir qu’il y a, à cet endroit, un espace qui s’appelle L’Umbracle, constitué de grandes arches passant au dessus d’une promenade encadrée de palmiers, qui le soir se transforme en une boîte de nuit en plein air, très prisée par les Valenciens et les touristes ( mon frangin l’ayant testé, ne m’en a dit que du bien ).

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Bref… L’expo des Ninots, regroupe donc plus de 760 oeuvres, plus hallucinantes les unes que les autres. Ces statues humoristiques, ont des tas de thèmes différents ( contes, politique, films…. ) et me rappellent les personnages des chars du Carnaval de Nice. A la fin de l’expo, nous avons dû voter pour nos 2 Ninots préférées.

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

La Cité des Arts et des Sciences ( ainsi que le Musée Océanographique ) se situent dans la grande coulée verte qui traverse toute la ville. Au départ il s’agissait du Fleuve Turia, qui a été changé en Jardin de Turia, à cause des nombreuses inondations qu’il provoquait. Celui-ci mesure plus de 7km de long avec une superficie de plus de 100 hectares et est le plus grand espace vert citadin d’Espagne. Là encore, je ne peux que tu recommander d’y aller ! Des fontaines et jets d’eau, des palmeraies et orangeries, le Palais de la Musique, des terrains de foot / rugby / baseball / et athlétisme, ainsi que le Bioparc, y sont installés.

Comme pour tous les lieux à visiter de Valence, tu peux soit t’y rendre en transports en commun ( nous y sommes allés en métro, celui-ci débouchant directement dans le parc ), soit en vélo. Car à Valence, ils sont fans de vélo! Il y a de grandes pistes cyclables partout ( en centre ville, le long de la plage, dans tous les quartiers…. ) et il est possible de louer des vélos à l’heure ou à la journée ( à partir de 5€ – – plus d’infos ICI ).

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

A découvrir aussi, la Poste Centrale ( Correos ), place de l’Ayuntamiento, qui là aussi, est un magnifique bâtiment aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur. Assez surprenant, le fait que l’on puisse y acheter des jouets, barbies, mugs, et objets souvenirs…. Envoyer une carte postale ( achetée ailleurs ) vers la France, nous a coûté 1,35€.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Pas loin de là, nous avons découvert les Arènes ( Plaza de Toros ), qui même si je suis contre la corrida, sont magnifiques de nuit.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Celles-ci sont collées à la Gare Centrale ( Garde Del Northe ), qui comme les autres édifices dont je t’ai déjà parlé, renferme un univers merveilleux à ne pas louper. Tu pourras même te prendre quelques gourmandises, car à l’intérieur se trouve une grande boutique de confiserie, et sur la place devant la gare, plusieurs stands de pâtisseries, marrons et churros sont ouverts même tard dans la nuit.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Autre monument qui vaut le détour, les Torres de Quart. Ces tours qui servaient à protéger la ville, sont plus récentes que les Tours de Serrano. Il est possible de les visiter, pour admirer d’en haut la vue sur les toits de Valence. Mais malheureusement, à cause de ses marches assez raides, nous avons laissé tomber, préférant nous balader dans les rues alentour, qui nous ont fait voyager dans un quartier plutôt artistique.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Cette ville est vraiment une merveille, pleine de vie, d’énergie, de lumière, de parcs, de verdure…. Même si le chômage y est très présent, nos hôtes nous ont dit qu’il faisait bon y vivre et je les crois sans souci. Les gens sont agréables, serviables, polis. Les rues sont propres. Nous n’avons croisé qu’un seul chien et pas la moindre crotte, ni papier jeté au sol…

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Et niveau budget, nous nous en sommes très bien tirés :

  • Vol aller-retour avec option Priorité = 72€ / pour 2
  • Séjour 3 nuits avec chambre et salle de bain privée = 75,70€ / pour 2
  • Transports ( métro / bus / tram ) = 35€
  • Repas = 94,41€
  • Visites = 4,50€ ( 1 entrée plein tarif + 1 entrée avec tarif réduit pour l’expo des Ninots )
  • Cadeaux et carte postale = 17,40€

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Les gremlins ayant bavé devant nos photos et nous même ayant adoré notre voyage, nous avons décidé d’y retourner. Attention Valencia, le mois prochain nous revenons ! Et cette fois-ci, nous allons habiter à moins de 5 minutes à pied de la fameuse plage que nous avons tant aimé.

Ah! J’oubliais! Maintenant je connais quelques mots en Espagnol! Proxima Parada !