PouleHouse , la marque qui sauve les poules – Mon avis

J’ai un rêve…. Partir vivre au grand air, loin du stress permanent de la ville. M’éloigner de Marseille et retrouver les petits plaisirs simples de la campagne.

Je me vois dans une maison avec un étage, pas forcément trop grande, mais avec de belles pierres apparentes et surtout un petit bout de terrain pour pouvoir y faire un potager.

Le must, serait d’avoir quelques chèvres, des oies et des poules.

Pour une fille de la ville telle que moi, qui gamine détestait cette ambiance, c’est un grand changement de caractère. Mais j’en ai tellement besoin.

Cette nouvelle vision des choses, me pousse à faire d’autres choix que ceux que j’avais jusque là l’habitude de faire. J’évolue… Je m’intéresse… Je m’interroge…

PouleHouse , la marque qui sauve les poules - Mon avis

Alors lorsque j’ai découvert l’enseigne Poulehouse et que j’ai vu son slogan ” L’œuf qui ne tue pas la poule “, j’ai de suite voulu en savoir plus. Ces mots m’intriguaient.

J’ai donc appris qu’une poule, qui normalement peut vivre jusqu’à 6 ans, a le malheur d’être bien souvent tuée au bout de 18 mois d’existence. Pourquoi? Parce que la pauvre ne donne plus autant d’œufs qu’avant. Elle n’est donc plus assez rentable….

On pourrait au moins penser que la malheureuse sera ensuite vendue pour être consommée, mais même pas. Celle-ci n’ayant pas une chair dite convenable pour ça.

C’est donc 50 million de poules pondeuses que l’on envoie à l’abattoir chaque année en France.

Un triste constat qui a donné une brillante idée à Fabien Sauleman, co-fondateur, avec Sébastien Neusch et Elodie Pellegrain, de la marque Poulehouse.

PouleHouse , la marque qui sauve les poules - Mon avis

La démarche de Poulehouse est simple : ne pas abattre les poules dont le taux de ponte commence à baisser.

Mais comment ?

Poulehouse travaille avec des éleveurs bio qui se sont engagés à ne pas tuer leurs poules et à les laisser finir leurs jours dans la Maison Des Poules, une ferme qui sert de refuge aux volailles.

Cette maison de retraite pour les poules est située dans le Limousin. Là-bas, les ptites bêtes à plumes profitent du grand air et pondent à leur rythme, pour finir par mourir de mort naturelle.

PouleHouse , la marque qui sauve les poules - Mon avis

Mais qui finance tout ça ?

Toi, moi, eux…. Bref… Le consommateur.

Une boîte de 6 œufs revient environ à 4 à 5€. Ce qui peut sembler énorme au départ, mais qui lorsque l’on y réfléchit un peu, est finalement logique. Tout d’abord cela permet de rémunérer correctement les éleveurs, puis d’être aux petits soins avec les poules de la ferme-refuge.

Ces demoiselles ont besoin d’être nourri, bichonnée, soignée, logée…. Tout cela a un coût.

Ce tarif peut faire tiquer, mais il faut se dire que grâce à ça, on sauve des poules. Ces chouettes volailles qui nous permettent de déguster de succulents œufs et de cuisiner des crêpes, gâteaux et autres douceurs.

PouleHouse , la marque qui sauve les poules - Mon avis

Autre point fort de Poulehouse : le sexage in ovo.

Quesaco?

Cette technique permet de connaître le sexe du poussin dans l’œuf et par conséquent de ne couver que les femelles. Du coup, pas de broyage des poussins mâles qui viennent de naître.

Où trouver ces œufs ?

Au départ commercialisés seulement dans les biocoop, tu peux maintenant les dénicher chez Auchan, Monoprix, Carrefour, ou encore Franprix.

Clique ici pour avoir la liste des revendeurs.

Et pour les gourmands, Poulehouse a lancé en février 2019, un gâteau qui ne tue pas la poule. C’est à dire un gâteau préparé avec les fameux œufs de l’enseigne.

Autre belle idée mise en place : la plateforme Adopte1poule.fr, sur laquelle tu peux adopter une poule pour lui éviter l’abattoir.

PouleHouse , la marque qui sauve les poules - Mon avis

En gros, un concept novateur que je trouve tout simplement génial. Et qui je l’espère va se développer à plus grande échelle.

J’avoue que jusque là, je ne savais absolument pas qu’une poule dont la quantité de ponte diminuait, était dans la foulée tuée. C’est donc une belle idée que cette Maison Des Poules.

Par contre, il va falloir que beaucoup d’autres producteurs se joignent à l’enseigne, pour eux mêmes prendre position et décider de garder les poules jusqu’à leur fin. Car cette maison de retraite pour volatiles ne pourra pas accueillir toutes les poules à elle seule.

Tu veux voir la Maison Des Poules, c’est ICI .

Truffes chocolat noir piment avec cœur croquant aux cacahuètes pralinées

Truffes chocolat noir piment avec cœur croquant aux cacahuètes pralinées

Cette confiserie inventée par un pâtissier Suisse de Chambéry, Louis Dufour, n’est pas une nouveauté. Vieille de plus d’un siècle, elle plaît aux gourmands depuis 1895.

Mais savais tu, Petit Loir avide de connaissance, que c’est parce qu’il n’avait plus assez de matière première pour préparer des friandises de fin d’année, qu’il a eu l’idée de créer ces bonbons chocolatés ?

On ne va pas lui jeter la pierre, n’est-ce pas ?! C’est un beau succès que cette création.

Le seul point à lui reprocher est la richesse de cette recette. Les truffes en chocolat sont bien souvent très sucrées et pleine de beurre ou crème, ce qui peut les rendre vite écœurantes.

Pourtant il est très simple d’alléger ces gourmandises, en évitant l’utilisation de toutes matières grasses et en diminuant l’ajout de sucre.

Mes truffes sont plus saines que les originales, mais n’ont rien à leur envier. Leurs cœurs croquants pralinés contrastent parfaitement avec le fondant du chocolat noir, qui est légèrement pimentée. On ressent cette touche piquante à la fin de la dégustation, après avoir apprécié la saveur sucrée des cacahuètes pralinées.

Un vrai plaisir.

Truffes chocolat noir piment avec cœur croquant aux cacahuètes pralinées
Truffes chocolat noir piment avec cœur croquant aux cacahuètes pralinées

Pour 12 grosses truffes, il te faut :

  • 200g de chocolat noir
  • 80g de banane bien mûre
  • 20g d’eau
  • 2cc de purée de piment Suzi Wan
  • 2cc de cacao amer Van Houten + un peu de cacao amer pour l’enrobage
  • 50g de cacahuètes
  • 18g de sirop d’agave
Truffes chocolat noir piment avec cœur croquant aux cacahuètes pralinées

La recette :

Commence par faire fondre le chocolat au micro-ondes ou au bain-marie.

Mixe la banane avec l’eau et la purée de piment.

Mélange cette préparation au chocolat fondu et incorpore 2 cuillères à café de cacao amer.

Réserve la préparation.

Verse les cacahuètes dans une casserole et ajoute le sirop d’agave.

À feu moyen, fais caraméliser le sirop d’agave et torréfie les cacahuètes tout en les enrobant bien.

Laisse durcir les cacahuètes pralinées puis concasse les pour obtenir des morceaux pas trop gros.

Quand la ganache au chocolat a épaissi ( ne pas la mettre au frigo pour qu’elle ne durcisse pas trop), prélève une partie à l’aide d’une cuillère à soupe.

Dispose au centre un morceau de pralin et referme la truffe avec un peu de ganache.

Forme une boule et roule celle-ci dans du cacao préalablement versé dans un bol.

Dispose la truffe sur une assiette recouverte de papier cuisson et fais de même avec le reste des préparations, pour obtenir une douzaine de belles truffes.

Conserve les jusqu’à 3 jours dans une boîte hermétique, mais évite le frigo pour ne pas rendre les truffes très dures.

Truffes chocolat noir piment avec cœur croquant aux cacahuètes pralinées
Truffes chocolat noir piment avec cœur croquant aux cacahuètes pralinées

Pour mettre en valeur tes truffes, je te conseille d’utiliser les adorables cônes en bois de Nature’s Party. En plus d’être jolis et élégants, ils permettent de préparer un Noël naturel et responsable.

Ils sont vendus en lot de 20 pièces, pour 5€36 et offrent un côté ludique à ta table de fêtes.