Ana, ma coloc qui me pourrit la vie

Ana, ma coloc qui me pourrit la vie

 

2 ans maintenant que j’ai franchi le seuil de la salle de sport…

2 ans que je me suis décidée à perdre du poids…

2 ans que j’ai appris à rééquilibrer mon alimentation…

Je les ai bien dégommés ces foutus kilos en trop. Je l’ai affinée cette silhouette qui me faisait tellement complexer. Je les ai détruites ces poignées d’amour disgracieuses. Et que dire de mes cuisses?! Ces deux jambonneaux qui dès que je marchais, se touchaient au point de m’obliger à porter un legging court sous mes robes, en plein été, pour éviter les irritations.

Je suis fière d’être parvenue à ça. Fière de ne pas avoir abandonné, de ne pas avoir claqué la porte de la salle de sport dès le lendemain de mon inscription. Fière d’avoir réussi à introduire un grand nombre de légumes dans ma cuisine, qui avant n’y mettaient jamais les pieds ou rarement.

 

Seulement comme on dit, il y a le retour de la médaille….

 

Et pour moi il s’agit d’Ana…

Cette saleté de coloc s’est incrustée chez moi sans permission, empoisonnant mon quotidien tout doucement, discrètement. Certaines personnes ont essayé de me mettre en garde, mais moi, je ne la voyais pas. Ou du moins, je ne réalisais pas son petit stratagème.

J’étais heureuse de voir qu’avec elle je parvenais à devenir amie avec Mrs Balance, mon ennemi depuis tant d’années.

Tellement contente de faire du shopping à ses côtés.

Malheureusement, il a bien fallu que je me rende à l’évidence, Ana n’avait qu’une idée en tête, s’infiltrer une bonne fois pour toute dans la mienne pour me diriger et faire de ma vie un enfer.

Sous ses airs de bonne copine se cache en réalité un démon, qui fait des tas de victimes et cause bien des horreurs.

 

Pour preuve, le témoignage << Jamais assez maigre >> de Victoire Maçon Dauxerre, une ex mannequin, qui a décidé de mettre fin à sa carrière après avoir dû s’affamer pour être au << top >> sous les projecteurs, et avoir frôlé la mort.

 

Je suis tombée totalement par hasard sur ce bouquin, qui rien que par sa couverture m’a de suite interpellé.

On y voit une photo d’une jeune femme ( l’auteure ) vêtue de blanc, le regard froid – sans expression, limite sans vie – les joues creusées, le teint pale et les os apparents, qui fait largement écho au titre.

Il ne m’aura fallu que quelques heures pour dévorer ce livre, dans lequel je me suis à de nombreuses fois retrouvée.

Toutes ces fois où elle avait faim, mais qu’elle se contentait du stricte minimum, rusant en avalant du chewing-gum ou du soda pour combler le creux de son estomac. Ces moments où elle n’arrivaient plus à suivre et à marcher à un rythme correct, ralentissant sa famille pendant les balades. Son corps si douloureux. Son humeur qui ressemblait à des montagnes russes. Ses cheveux qu’elle perdait. Sa poitrine qui avait décidé de se faire la malle.

Tout ça je le vis….

Ana est un être atroce qui ne veut qu’une chose, m’empêcher d’être << normale >> et passe son temps à me souffler de sa petite voix des pensées négatives.

Elle ne me laisse pas manger comme il le faudrait… << Pas ça! C’est bien trop gras!>>, << Une seule bouchée de ça et tu vas gonfler illico! >>, << Touche à ça et tu vas le regretter! >>

 

Elle me force à me dépenser sans arrêt, même lorsque mon corps la supplie de mettre un terme à tout ça… << Allez la grosse! Bouge toi! >>, << 15 000 pas aujourd’hui?! C’est tout?! Mais c’est minable ! >>

Elle m’anesthésie le cerveau pour que je ne puisse plus me concentrer et gèle ma mémoire.

Elle ne me laisse plus dormir ou alors juste 4 ou 5h par nuit, histoire de me faire croire qu’elle est sympa.

Elle détruit les muscles que j’étais parvenue à me construire, ruinant ainsi l’agréable image de moi même qui me plaisait tant il y a encore quelques mois.

Maintenant, je ne suis plus qu’une jeune femme fatiguée, comme l’était Victoire, qui tente de se battre comme elle le peut pour virer cette pétasse de coloc.

Ana a fait de moi quelqu’un de fragile, avec une colonne vertébrale aussi voyante que les plaques osseuses d’un stégosaure, des cernes sous les yeux et des cheveux qui tombent par poignées.

A cause d’elle le moindre contact un peu brusque, le plus petit coup de coude ou choc, me donne un hématome qui mettra des jours à disparaître.

Parfois elle me laisse tranquille et je sens mon moral remonter en flèche, mais ce n’est que pour bien me blesser ensuite, en me plongeant en moins d’une minute dans un univers sombre, triste, où tous mes progrès, toutes mes petites victoires sont anéantis, m’enlevant le gout de tout.

 

Mais ce n’est pas grave. Car malgré tout ça, Ana ne m’a pas encore assez affaibli pour que je renonce. Je me bats et comme Victoire, je ne lâcherai pas et je me relèverai la tête haute. Avec des séquelles certes, mais la tête haute tout de même.

Et si toi aussi, ma p’tite cacahuète grillée, tu connais Ana, je ne peux que te conseiller de lire Jamais assez maigre.

Je suis prête à parier que toi aussi, tu te reconnaîtras au travers de ce récit. Toi aussi tu seras chamboulée, émue, touchée, au point de verser quelques larmes, voir de beaux sanglots.

Toi aussi, tu détesteras ceux qui lui ont fait subir tout ça en lui faisant croire qu’Ana était son amie, allant jusqu’à l’applaudir quand ils voyaient qu’elles arrivaient bras dessus bras dessous.

Et finalement, toi aussi tu auras envie de hurler contre cette société qui fait croire aux femmes que la maigreur est une normalité, les obligeant à se faire du mal pour rentrer dans un moule inconcevable.

Pour finir, tu auras surement, tout comme moi, une haine contre ces << grands couturiers >> qui considèrent qu’un top model n’est qu’un cintre…

 

Viens je t’emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

L’année dernière avec le Chéri, nous nous étions faits un ptit week end en amoureux, en Italie, dans un établissement écolo bien sympa.

Ça nous avait fait un bien fou de pouvoir nous retrouver rien qu’entre nous, ailleurs qu’à la maison, au calme.

A défaut de pouvoir y retourner, nous avions besoin de nouveau de profiter d’un moment à nous, sans les gremlins.

On s’est donc mis en recherche du Saint Graal, croisant les doigts pour que l’on puisse caser les nains, et priant le Dieu Soleil d’être de la partie ( ouais parce qu’en ce moment, il est plutôt coquin celui là…. il joue pas mal à cache cache et invite sans arrêt son pote le mistral…. ).

Mais je peux te dire, ami lecteur, que l’on a eu du mal à dénicher la perle rare. LE lieu qui nous conviendrait….

Car on avait plusieurs critères en tête…

Nous désirions pouvoir passer la nuit dans un endroit original, avec une dose de nature. Nous voulions pouvoir nous déconnecter un peu : pas de réseaux sociaux durant le week end, pas de télé, pas de net, pas de téléphone, pas de télégramme ni de pigeon voyageur…. Rien….

On désirait pouvoir se ressourcer…. Etre zen…. Bouquiner… Aller se balader… Faire un tour au bord de l’eau…

Bref… Hors jeu les hôtels de base…

Tu comprendras qu’en plus de tout ça, on avait besoin que ce ne soit pas trop loin, histoire de ne pas faire des kilomètres juste pour une nuit, et bonus sur le gâteau, que ça reste dans un budget respectable ( au risque sinon d’avoir le banquier qui débarque à l’improviste durant notre escapade ).

Après des heures à farfouiller sur le pc ( on était pas encore en week end, donc le net était encore autorisé ), l’Homme a fini par dégoter un petit nid correspondant à nos envies.

C’est comme ça que nous avons découvert

Les Toits du Gaou

Cette chambre d’hôtes qui se situe dans le Var, au bord de la lagune du Brusc, est un lieu assez atypique, proposant différentes possibilités de séjour.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Il est possible de louer la CABANE DU PÊCHEUR, un studio parfait pour une personne ou pour un couple, avec une petite terrasse.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Le DUPLEX pouvant convenir à 4 personnes, avec baignoire et douche, vue sur la mer et jolie terrasse face à la nature.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Une YOURTE MONGOLE, pour 4 à 5 personnes, avec sa cuisine et sa salle de bain en extérieur, et sa vue sur la baie de Sanary-Bandol.

Mais ce qui nous, nous a fait craquer, c’est une adorable ROULOTTE TZIGANE !

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Un vrai coup de cœur.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Toute en bois, avec de belles couleurs vives.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Un côté arrondi qui lui donne beaucoup de charme, avec de jolies découpes.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Décorée de soleils, de lunes et de fleurs.

Avec des accessoires disposés de ci de là, qui donnent vie à ce logement sur roues.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

L’extérieur est déjà très plaisant, mais l’intérieur n’a rien à lui envier.

J’te montre ça plus en détails….

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Un petit cocon douillet, haut en couleur, dans un esprit gypsy que nous avons tout simplement adoré.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Tout est pensé pour que l’on puisse se sentir à l’aise et se détendre.

Perso, j’ai apprécié de pouvoir m’installer tranquillement dans ce gros fauteuil en rotin vert, pour lire tout en admirant le paysage par la fenêtre se trouvant juste à côté.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Le Chéri, lui, s’était approprié l’espace table, qui le soir venu, se parait de lumières douces.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Un frigo est à disposition, ce qui nous a permis de gérer à notre façon nos repas.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Pour éviter de laisser traîner les valises, il y a une grande armoire, mais aussi tout un espace sous le lit.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Cette mignonne roulotte est accrochée à un Land Rover, qui contient 2 couchages supplémentaires.

Il y a aussi des tentes de toit, qui elles, permettent encore 4 autres couchages.

On peut donc venir avec une grande famille dans ce coin Tzigane.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Le plus de cette partie roulotte, c’est qu’elle dispose non seulement d’une terrasse avec un canapé

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

…. d’un coin avec table et chaises, parfait pour un repas au soleil…

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

…. et d’une cuisine extérieure, avec une magnifique table en bois, plus à l’ombre que la précédente, ce qui est bien pratique lors de fortes chaleurs.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Pour continuer dans l’originalité, la partie roulotte a une salle d’eau à ciel ouvert. Des bâches assurent l’intimité et la douche est solaire.

Pas besoin de venir avec ses serviettes, puisqu’elles nous sont fournies.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

En grimpant les quelques marches qui mènent à l’accueil, on tombe sur un espace avec plusieurs tables, entouré de plantations ( les fraises qui poussaient doucement avaient l’air très appétissantes ).

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

En cas de mauvais temps ( bah oui ça arrive même dans la Sud ), il est possible de se poser dans un abri assez spacieux, avec une grande table, des canapés et un chauffage.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Maintenant que je t’ai planté le décor, parlons un peu de notre séjour.

Tout d’abord, je dois remercier les propriétaires, qui non seulement étaient hyper agréables et souriants, mais ont été d’une grande écoute et surtout très arrangeants.

Si tu passes régulièrement me lire, tu sais que j’ai des petits problèmes avec mon alimentation.

Du coup, même si en temps normal le petit déjeuner est compris dans cette location, Valérie, la gérante, a gentiment accepté de nous laisser réserver sa chambre d’hôtes sans ce dernier, nous faisant par conséquent un prix. Un grand soulagement pour moi de pouvoir gérer moi même mes repas de A à Z.

Ensuite, même si normalement nous devions rendre la roulotte le lendemain de notre arrivée, en fin de matinée, n’ayant pas d’autre réservation à ce moment là, nous avons eu la chance de pouvoir rester toute la journée pour profiter encore plus de ce lieu magique.

Et comme malheureusement, lorsque nous sommes arrivés, le temps était très couvert et bien frais, un radiateur d’appoint avait été installé dans la roulotte. Finalement, malgré la forte pluie de la nuit, nous n’en avons quasiment pas eu besoin, car il faisait largement assez chaud sous toutes les couvertures du lit.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

A 5 minutes à pied ( et encore je vois large ), on tombe sur la mer, avec un quartier peuplé de petits commerces de proximités, de boulangeries et de primeurs.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

En poussant un peu plus, tous les matins il y a un beau marché à Sanary ( fruits, légumes, fromage, charcuterie, spécialités provençales… ). Ce qui m’a permis de me faire plaisir pour mon ptit dej’.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Nous avons appréciés de pouvoir nous y rendre en vélo (il y a une piste cyclable ).

Vélos qui sont d’ailleurs prêtés par les propriétaires des Toits du Gaou.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Nous nous sommes aussi baladés sur les îles du Gaou, où je pense retourner un de ces jours pour pique niquer en famille.

Les Toits du Gaou mettent aussi gratuitement à disposition des kayaks, pour aller par exemple visiter Les Embiez.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Pas de risque de se perdre ou de ne pas savoir quoi faire, puisqu’à notre arrivée, on nous a fourni de la documentation avec plusieurs idées de loisirs et lieux touristiques à voir, mais aussi un plan du secteur.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Nous avons même pu découvrir Peppo et sa famille, au travers du livre Un été en roulotte, qui ont construit celle dans laquelle nous avons séjourné.

Leur site est ici.

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Que de te dire de plus sur ce fabuleux week end….

Moi qui désirais pouvoir me ressourcer, oublier les petits tracas du quotidien quelques instants et profiter du calme et de la nature, j’ai été servie.

Faire du yoga et de la méditation dans ce lieu a été un pur bonheur.

Je regrette juste de ne pas avoir pu y passer plus de temps, et j’espère pouvoir y retourner rapidement, pour peut être essayer la yourte…

Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Les infos utiles, si toi aussi tu veux te rendre aux Toits du Gaou :

LES TOITS DU GAOU
135 traverse du Gaou
Le Brusc 83140
SIX FOURS LES PLAGES
Tél : 06 03 31 08 28
Ouvert du 28 avril au 31 octobre 2017
Les tarifs vont de 50 à 100 euros, petit déjeuner compris ( suivant le nombre de personnes et de jours ).
De notre côté, nous en avons eu pour 70 euros hors petit dej’.

 



Viens je t'emmène aux Toits du Gaou, dans le Var ( + CONCOURS )

Tu veux toi aussi profiter de ce petit coin paisible en bord de mer ?

Alors tente ta chance à ce concours !

A gagner :

1 nuit pour 2 personnes, dans l’hébergement de ton choix, à la chambre d’hôtes Les Toits Du Gaou ( séjour en juin ou septembre )

Pour participer, il faut :

*S’ABONNER à mon compte Instagram

*laisser un commentaire sous la photo du concours Instagram en INVITANT 2 amis à participer

Chances supplémentaires :

*LAISSER un commentaire sous cet article en m’indiquant votre pseudo Instagram ( + 1 chance )

*REPOSTER la photo du concours sur Instagram avec #bbetctoitsdugaou , en m’identifiant directement SUR la photo ( + 1 chance )



Le concours prendra fin le 28 mai 2017 à minuit.

Un tirage au sort désignera le ou la gagnant(e) et le résultat sera affiché en édit de ce post, ainsi que sur mon compte Instagram.

Bonne chance!

On court pour la bonne cause #2 – Le Défi des Foulées

Je ne suis pas une super runneuse, mais j’aime me lancer des défis.

C’est d’ailleurs pourquoi je viens tout juste de terminer Mon Défi Marche de Décathlon, qui m’a permis à la fois de faire de belles balades et de découvrir des coins sympa que je ne connaissais pas, mais aussi de repousser mes limites, d’augmenter mes objectifs de pas à effectuer par jour et d’apprendre à gérer bien mieux ma respiration lors de tels efforts.

Si tu veux plus d’infos sur ce défi, je te conseille d’aller lire les articles de ma webcopinote Healthy To Enjoy, qui m’a motivé à me lancer dedans.

Défi des foulées - Nature et Découverte

Du coup, ce défi étant fini, j’ai décidé de participer à nouveau au Défi des Foulées, dont je t’avais déjà parlé l’année dernière.

Il s’agit d’un défi connecté et engagé, organisé par Nature & Découverte , permettant de récolter des dons pour une association œuvrant pour la cause animale.

Cette année d’ailleurs, ce ne sera pas pour une seule asso, mais 2 :

Athénas et Croc

qui luttent pour la protection du Lynx.

Le principe est simple :

*le 2 mai 2017 tu t’inscris gratuitement sur le site du Défi des Foulées ( qui sera mis à jour d’ici là )

*tu peux te créer une équipe, pour relever ce défi avec tes amis, tes voisins, ta famille, ton hamster ^^

*tu te connectes via ton application préférée ( FitBit, Runstatic, Garmin, Jesuisnulencourseetjetombetoutletempsmaisj’ailecoeursurlamain, etc…. )

*tu relèves les différents challenges ( faire tant de kilomètres, tenir autant de temps, etc…. )

*et tu déchires tout les 20 et 21 mai, lors de la course, pour obtenir un maximum d’argent pour les associations

2 km parcourus = 1€ pour les associations

 

Plusieurs petits points à savoir :

*tu peux réaliser ce défi en courant mais aussi en marchant, donc pas de panique si comme moi tu n’es pas un as des marathons

*les membres de ton équipes ne doivent pas forcément vivre dans le même patelin que toi ( l’équipe étant virtuelle via les applications, vous pouvez être dispersés aux 4 coins de la galaxie )

*tu peux relever les challenges n’importe où, n’importe quand, du moment que tu le fais avant la date de la course

*tu relèves ces challenges en coopération avec ton équipe puisque tous vos kilomètres et temps effectués sont additionnés via les appli ( donc s’il faut faire 5km, que Pierrafeu en fait 3 et que Homer en fait 2, c’est tout bon )

Lynx Boréal – Photo Wikipédia

Et à la fin, tu es super fier de toi car en ayant décidé de te bouger un peu le popotin, non seulement tu as fait du bien à ton corps et redessiné ta silhouette avant l’opération short de bain et bikini à la plage cet été, mais en plus tu as contribué à sauver ces magnifiques boules de poils que sont les Lynx.

Bravooooo !!!!

Alors ?

Tu fais quoi le 2 mai prochain ?

Tu t’inscris, comme moi ?

Débuter un Bullet Journal – Comment et pourquoi

Je suis quelqu’un qui passe son temps à courir de partout….

J’ai toujours des tas de choses à faire, plein de projets à réaliser au même moment, des idées qui pétillent sans arrêt dans ma tête….

Sans parler de ma vie de maman, avec les gremlins à gérer, la maison, l’association des parents d’élèves, le blog, les ptits plats homemade, le travail et le sport….

Bref…

J’ai toujours un mal fou à tout combiner et en général mes journées sont à rallonges. Je finis très souvent par me coucher bien après minuit, histoire d’essayer d’être la plus productive possible. Et pourtant quasiment à chaque fois que je pose ma tête sur l’oreiller, mon cerveau refuse de se mettre en veille, car il pense à tout ce que j’ai bien pu oublier de faire, au repas qu’il faudra que je prépare le lendemain ou à la liste de courses à venir…

Alors du coup, j’ai décidé de me laisser tenter par le Bullet Journal.

Quesaco ?

Le Bullet Journal, ou Bujo pour les intimes, est un cahier permettant de s’organiser, un peu dans l’esprit d’un planner, qui a vu le jour à New York ( son papa n’étant autre qu’un directeur artistique spécialiste du design interactif, Ryder Carroll – Son site sur le Bujo ).

Aux oubliettes le smartphone dans lequel on note ses rdv…. Terminé l’agenda basique que l’on trouve dans tous les magasins lors de la rentrée….

Si comme moi, tu aimes écrire…. Si tu préfères le contact du papier à celui des touches froides de ton téléphone…. Si tu as un p’tit côté has-been qui apprécie l’idée de trimbaler partout avec toi un calepin…. Et si tu es un rebelle qui désire un peu se déconnecter et utiliser à nouveau un simple stylo….

Je pense que le Bujo va vite devenir ton nouveau super copain ^^

Non seulement grâce à lui tu vas pouvoir t’organiser, mais en plus tu vas te prendre pour un vrai artiste, puisque tu pourras le décorer toi même, au gré de tes envies et de ton imagination.

Comment j’ai commencé mon Bujo….

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Première étape, le choix du support.

Il existe des carnets spécialement conçus pour le Bullet Journal, avec déjà des pages prêtes à être remplies. Mais perso, je voulais créer de toutes pièces le mien.

J’avais d’abord acheté un joli carnet noir avec un marquage à carreaux très léger sur chaque pages, mais malheureusement, je me suis vite rendue compte que le papier absorbait l’encre et avait tendance à l’étaler. Ce n’était vraiment pas beau.

Alors comme j’aime énormément les cahiers à spirales, ( car je trouve hyper pratique le fait de pouvoir replier les pages les unes sous les autres de façon à n’avoir que celle sur laquelle je bosse devant moi ), j’ai opté pour un cahier Clairefontaine, A5, à petits carreaux.

Aucun problème avec l’encre. Ça ne bave pas et ça ne traverse pas.

Pour le moment je n’ai pas touché à la couverture, mais je compte la customiser.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Ensuite il faut de quoi écrire, dessiner, décorer….

J’ai ressorti mon stylo plume Paper Mate avec son encre bleue turquoise qui me fait penser à la mer et j’utilise mon stylo-feutre noir Paper Mate Flair  pour faire les cadres, les titres, etc….

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Pour décorer et apporter un peu de couleur à mon p’tit Bujo, j’utilise principalement des Stabilo 88 et des crayons BIC Kids Evolution ( ouais parce que je suis une grande gamine ^^ ).

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Sans oublier mes POSCA adorés.

Bien entendu, je me sers beaucoup d’un crayon à papier, pour esquisser, avant de repasser à l’encre.

J’ai aussi des stylos gel fluo, un surligneur, des post-it….

En gros, il faut se faire plaisir et utiliser différentes techniques pour rendre unique son Bujo. Ça peut être au travers du dessin, des calligraphies,  ou avec des collages…. Chacun fait comme bon lui semble.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Sur la toute première page, j’ai inscrit l’année, en y ajoutant autour un cadre fleuri.

Certaines personnes préfèrent écrire en gros << Mon Bujo >>, ou encore mettre leur nom…

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Ensuite, j’ai créé un INDEX, de façon à retrouver plus facilement une idée, puisque tu le verras, un Bullet Journal ça évolue au fil des jours et tout se mélange un peu.

J’ai gardé plusieurs pages pour cet INDEX ( pages 1 à 4 ), et au fur et à mesure, je viens répertorier les différentes << catégories >>.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

L’étape suivante est assez longue, puisqu’il faut numéroter toutes les pages. A moins de prendre un cahier déjà numéroté.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Juste après l’INDEX, j’ai fait une page KEY ( clé ), dans laquelle on retrouve mes différentes puces ( << bullets >>, d’où le nom de ce planner ).

Ces puces permettent d’identifier rapidement dans quelles catégories vont telles ou telles notes.

Par exemple, un carré pour une tache à accomplir, un cercle pour un événement.

Lorsque la note en question est terminée, je grise la puce. Si j’ai dû la reporter, je mets une flèche ( et bien évidemment je reporte de suite celle ci à une nouvelle date ). Et si j’ai dû l’annuler, je la barre d’une croix.

J’utilise aussi un code couleur, pour savoir de suite qui est concerné par une note. Du coup, un rdv pour ma fille sera noté en mauve, avec un cercle comme puce. Une réunion APE à laquelle je dois participer, sera notée en rose, toujours avec un cercle.

En un coup d’œil, je peux me repérer dans mon Bujo grâce à ce système.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Vu que le but premier d’un Bullet Journal est l’organisation, il faut bien entendu un CALENDRIER.

Encore une fois, tout le monde fait à sa sauce. On peut faire un calendrier sur deux pages, ou avec de la place pour mettre de petites annotations comme les dates d’anniversaires ou les fêtes….

Moi j’ai juste regroupés les 12 mois sur une page et coloré les week end, vu que par la suite, je détaille chaque mois.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

J’ai débuté mon Bujo en février, donc c’est le premier mois que j’ai détaillé.

J’ai décidé de réaliser mon CALENDRIER MENSUEL avec une case par jour, assez grande pour pouvoir y noter beaucoup de choses.

A nouveau, il y a plusieurs écoles…. Le mois entier regroupé sur une seule page, avec des cases ou des colonnes…. Une semaine par page….

Chez moi, une semaine tient sur 2 pages.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

D’ailleurs, mes mois ne sont pas identiques.

Je garde toujours l’idée d’une semaine sur 2 pages, mais je change le design, la calligraphie…

Je décore de différentes façons…

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Je garde un espace TO DO LIST, dans lequel je note les choses à faire dans le mois, mais pour lesquelles je n’ai pas de date précise.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Et j’aime beaucoup ajouter des phrases positives, ou des citations, qui me mettent de bonne humeur et me boostent.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Viennent ensuite les TRACKER.

Ce sont des sortes de tableaux sur les habitudes, permettant de voir ce que l’on est parvenu ou non à faire dans le mois.

Perso, j’ai plusieurs TRACKER par mois, dont en autres, un qui regroupe ce que je fais ou veux faire fréquemment, et un autre sur mon temps de sommeil.

Pour le premier, il me suffit de cocher les cases lorsque j’ai effectuée ma mission ( session de sport, écrire un article sur le blog, remplir mon bujo, prendre le temps de cuisiner ou de pâtisser…. ). De cette façon, j’ai pu me rendre compte au mois de février, que je ne prenais pas vraiment de temps pour me détendre… Je ne remplissais que rarement les cases << livre >>, << coloriage >> ou << sortie >>….

Du coup, je me force maintenant à être plus zen et à m’octroyer des instants rien qu’à moi.

Le second met en évidence le peu d’heures de sommeil que je cumule. Comme je le disais plus haut, je n’arrive pas à m’endormir de suite lorsque je me couche. Je me retourne des millions de fois, avec mon cerveau en ébullition qui refuse de s’arrêter de cogiter. Je peux mettre plusieurs heures avant de finir par tomber de fatigue….

J’espère donc voir petit à petit une amélioration sur ce TRACKER…. ( Peut être en me faisant installer un bouton ON / OFF sur le crâne? )

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Au milieu de tout ça, viennent se glisser des pages de COLLECTIONS.

Il s’agit tout simplement de listes basées sur des thèmes précis qui t’intéressent. Genre des idées de cadeaux d’anniversaire, les lieux que tu as visité, les restaurants à tester, ce qui te rend heureux, l’argent économisé…. Bref…. Tout ce qui te passe par la tête…

Dans mon Bujo par exemple, j’ai une page sur les films que je veux voir ou revoir.

Tu l’auras compris, une fois que j’en ai regardé un, je colore la puce.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Je me suis aussi faite une COLLECTION version bibliothèque, pour me souvenir des livres que je désire lire cette année.

Je note le titre sur la tranche d’un bouquin et je colore le contour à l’aide d’un feutre. Cela signifie que je voudrais le lire.

Une fois que j’ai lu ce livre, je colorie l’intérieur de la tranche au crayon de couleur, dans le même ton que le contour.

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

Débuter un Bullet Journal - Comment et pourquoi

La dernière COLLECTION que je viens d’ajouter à mon Bujo est un challenge.

En grande fan de Disney, je veux essayer d’en voir ou revoir un maximum en 1 an. Je ne vais pas me cantonner aux films d’animation classiques, connus de tous. J’ai aussi mis dans ma liste des courts métrages passés à la télé ou au cinéma entre les bandes annonces et les films.

En gros, j’en ai environ 140 à visionner…. Un sacré challenge ^^

J’ai d’autres COLLECTIONS, comme les films et dessins animés que je veux faire découvrir aux nains, mes idées pour de futurs articles pour le blog, un meal plan avec des post-it pour chaque jour de la semaine sur lesquels je note ce que je compte faire à manger, une shopping list pour ne rien oublier en courses….

Et j’ai déjà d’autres pages en projet…

Que m’apporte ce Bujo….

Tu connais Dory, la copine de Némo?

Celle qui oublie tout, tout le temps….

Bah c’est moi lorsqu’une idée vient de me traverser la tête.

Il suffit que je me dise << Ce soir, je cuisinerais bien ça! >>, pour que deux minutes après j’ai totalement zappé ce que je comptais faire. Alors depuis quelques mois, des tas de post-it avaient envahi ma maison. Sauf qu’un post-it, ça s’envole au moindre courant d’air…. Ce se déchire sous les griffes du chat…. Ou on oublie où on l’a collé ( c’est bête d’oublier où on a mis un papier qui doit nous rappeler quelque chose qu’on est certain d’oublier ^^ )…

Mais avec mon petit carnet, pas de problème. Toutes mes pensées sont bien à l’abri et je ne risque plus de zapper quoique ce soit.

Il me permet aussi de mieux gérer mon temps. Je programme ce que j’ai à faire, en fonction des priorités. Ce qui n’était pas le cas jusqu’alors, puisque j’accomplissais mes taches dans l’ordre où elles me revenaient en mémoire.

Désormais je suis bien mieux organisée.

Et grâce aux TRACKER, je me suis rendue compte qu’il fallait vraiment que j’apprenne à souffler et à me réserver des instants de détente. Je me débrouille pour m’imposer tous les jours des moments de coloriage, de lecture, ou des sorties…. Quelques minutes où je me fais plaisir….

Mon Bullet Journal me motive aussi pas mal. Voir que j’ai réussi à accomplir toutes mes taches programmées pour une journée est bien gratifiant. Et si ce n’est pas le cas, que je ne suis pas parvenue à tout faire, ça me booste et me donne envie de faire plus d’efforts le jour suivant.

Le côté ludique et créatif n’est pas pour me déplaire, bien au contraire.

Même si ce n’est pas du tout une obligation, décorer mon Bujo est un réel plaisir pour moi. Ça me relaxe. Un moment de détente qui s’ajoute à ceux que je tente déjà d’intégrer à mon quotidien.

J’aime choisir une calligraphie sur Dafont et la refaire pour un de mes titres…. Ou dessiner un personnages kawaii que j’adore dans le coin d’une page….

Mon Bujo se transforme suivant mon humeur et mes envies, sous mes feutres et mes coups de crayons… Il me ressemble, et n’a rien de basique comme avec un agenda du commerce.

Au besoin, tu as des tas d’idées de Bujo sur Pinterest….

Breakfast Time

Le petit déjeuner est un repas important, voir le plus important de la journée.

C’est lui qui va relancer ton métabolisme, après de longues heures au ralenti lorsque tu dormais. Il te permettra aussi d’éviter d’avoir un ptit creux au milieu de la matinée  et t’aidera donc à diminuer tes apports alimentaires de fin de journée. Grace à lui, tu limiteras les grignotages, voir tu les oublieras totalement.

D’ailleurs, cet effet de satiété, apporté par le petit déjeuner, est renforcé si celui-ci est riche  en protéines.

Sans parler du fait qu’il améliore la concentration et la mémorisation.

Donc ma p’tite licorne rêveuse, pense à avaler quelque chose au réveil, histoire d’être au top toute la matinée ^^

Et si tu n’as pas d’idées, en voici quelques unes….

Le mieux est de varier régulièrement tes petits déjeuners, histoire de ne pas te lasser et de prendre toujours autant de plaisir en les dégustant.

Comme je te le disais plus haut, le must est d’avoir un p’tit dej’ plein de protéines. Donc Bye Bye les bols de céréales du commerce, bourrés de sucre ajouté, avec juste un peu de lait, et Bonjour le fromage, le bacon, les oeufs, et autres….

Il te faut aussi des glucides, que bien évidemment tu trouveras facilement dans le pain, les pancakes, les viennoiseries…. Ou tout simplement dans un bon muesli ou granola maison…

Mais tu peux aussi penser alimentation Paléo ! C’est ce que je fais la plupart du temps…

Les glucides se trouvent en grande quantité dans les fruits et les légumes, qui ont une densité nutritionnelle supérieure à celle des céréales ( ces dernières induisant une production excessive d’insuline et favorisant le stockage des graisses ).

A savoir qu’ 1 pomme apporte environ 17g de glucides à elle seule, 300g de brocolis = 20g de G. , 2 figues sèches = 10g de G.

Quand on prend en compte que dans l’alimentation Paléo il est conseillé de consommer environ 150g de glucides par jour, on a vite fait le tour, rien qu’en se limitant à une bonne ration de légumes et fruits.

Puis ça va aussi bien te booster toutes ces vitamines !

Toujours pas inspiré?

J’te montre en photos quelques uns de mes petits déjeuners…. J’te préviens, ils risquent d’être assez différents des tiens ^^

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

J’aime énormément les mélanges sucrés – salés.

Donc il m’arrive très souvent de me préparer des salades dans cet esprit, en combinant des oranges, de la mangue, des fraises, des pommes, de la tomate ou de l’avocat ( a ne surtout pas délaisser, puisqu’il est riche en oméga 9, un bon gras qui permet de contrôler la faim et les fringales !!! ), à de la mâche, des pois gourmands, de la menthe, des graines, des noix et de l’échalote.

Oui, tu as bien lu. De l’échalote!

Ça se marie très bien avec les fruits. D’ailleurs j’ajoute en général une petite sauce à ces salades, qui va aussi être très agréable avec l’échalote : sauce soja, orange pressée, fromage blanc avec cannelle ou encore mysirup framboise de chez MyProtein…..

Je t’assure que tout cela est délicieux.

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Je consomme aussi beaucoup de protéines le matin. Allant du fromage, aux oeufs ( seuls ou mélangés avec par exemple de l’avocat ), bacon, blanc de poulet, saucisses de volaille, saumon…. Parfois même des sardines.

Il y en a aussi d’ailleurs dans mes yaourts au lait végétal, auxquels j’aime de temps en temps ajouter des fruits ou des flocons d’avoine, du millet ou de l’orge….

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Je me fais aussi des omelettes, ou des oeufs à la coque que j’accompagne de pain maison à l’avoine et aux herbes de Provence .

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Mais je prends aussi parfois des ptits déj’ plus classiques, à base de porridge ou de fruits et graines disposés sur du yaourt.

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

Sans oublier de succulentes tartines de beurre de cacahuète maison avec des rondelles de banane.

Ou encore du pain grillé avec du beurre de soja ( de chez Saint Hubert, rayon beurre de tous les supermarchés ), voir des muffins complets anglais avec de l’avocat mixé et du wasabi ( et pourquoi ne pas y ajouter une tranche de saumon fumé et un oeuf au plat ?! ), ou des gressins.

Breakfast Time - Idées de petits déjeuners - Sucré salé

J’accompagne toujours ( ou presque ) mes ptits déjeuners de fruits et légumes crus, voir en purée, ou d’un smoothie maison, pouvant contenir du citron, de l’orange, des fraises, mais aussi des carottes, du concombre, du gingembre, de la menthe….

Ainsi que d’un thé, par exemple de chez Fittea ( -15% avec le code MAMAN15 ), ou encore version Latte Matcha ou Latte Chai.

~~~~~~~~~~~

Bref….

Je ne me limite pas au ptit dej’ traditionnel Français, et je laisse faire mon imagination et mes envies.

Petite astuce : je prépare souvent les ingrédients la veille, pour n’avoir qu’à tout assembler le matin et donc aller plus vite ^^

~~~~~~~~~~~

D’où ça vient ?

*mug Princesse Animators –> Disney Store

*mug Mes petites confiseries –> Jardin Déco

*mug calavera rose –> Primark

*mug Logo Batman –> Abystyle

*coquetier tête de mort –> La chaise longue

*planche à découper extra large en bambou Culina –> Amazon

*lightbox rose –> L’Armoire de bébé

*bouteille thermos Rose Gold –> Fittea

Ma coloc…

Cette chanson qui passe en boucle dans ma tête….

Cette chanson qui me fait penser à ma coloc….

Je ne peux plus m’en passer…

Les paroles me libèrent…. Me permettent de mettre des mots sur cette peine qui vient et repart sans arrêt…

J’ai l’impression qu’elle a été écrite pour moi… Pour m’aider à avancer dans cette période difficile de ma vie… Pour me forcer à me battre…. A ne rien lâcher…. Et à mettre à la porte ma fichue coloc….

Pourtant je sais bien que cette chanson ne parle pas de cette petite peste au départ.

Mais moi je l’interprète comme ça….

Cette douleur qui reste…  Qui ne me quitte pas …. Même lorsque je pense que c’est terminé, qu’elle s’est calmée…. Alors qu’au final elle me relance à nouveau et s’incruste encore une fois dans mon esprit….

Je souffre en silence….

Je ne veux pas en parler à n’importe qui… Rares sont les personnes au courant…. Encore plus rares celles qui me soutiennent….

Je suis seule dans ce combat…. Seule à pouvoir me sortir de là…. Mais moi je sais que j’aurai sa peau….

Je veux gagner…. Même si j’ai peur de lui laisser la peau sur les os….

Je veux gagner….

Ma coloc arrive de temps en temps à me faire perdre la tête… J’en oublie mes mots…. Parfois je perds patience…. Je m’énerve…. Je n’arrive plus à communiquer, ni à savoir ce que je fais ou ce que je voulais faire…. Et à ce moment là je hais d’être dans cette peau….

Elle me joue des tours…. Me faisant croire qu’elle a disparue, qu’elle a fini par bouger…. Emportant avec elle ces pensées malsaines qui m’obligent à tout contrôler….

Pour en réalité revenir me voir quelques temps après, à la nuit tombée….

Où que j’aille, elle est là….

Le jour, comme la nuit…

Elle me fatigue…. Me fait mal…. M’empêche parfois d’avancer tant mes pieds me semblent lourds…

Cette douleur…. Cette rancœur…. J’essaye de l’apprivoiser…

Mais j’ai toujours cette peur, qui attend son heure…. Cette crainte de rechuter…. De ne pas être assez forte pour détruire ma coloc….

Mais je garde l’espoir et je lui dis << Oh va te jeter ! >>…

L’enfer des calories

L'enfer des calories - Anorexie / boulimie

Aujourd’hui, un article que je veux faire depuis un bon moment, car il peut, je pense, être bien utile pour certain(e)s.

Si tu me suis régulièrement, tu dois déjà savoir comment j’ai réussi à perdre plus d’une vingtaine de kilos.

A moins que tu ne sois un p’tit nouveau ici….

Dans ce cas, je te résume vite fait tout ça.

Fin juin, début juillet 2015, j’ai eu le déclic et ai décidé de me reprendre en main. Je ne supportais plus de voir cette méchante bouée accrochée à mon ventre, ni mes cuisses que j’avais du mal à passer dans les pantalons. J’en avais assez de devoir sans arrêt rentrer mon bide, et de me sentir obligée de me cacher sous un paréo ou une serviette à la plage. J’avais tellement honte de mon corps, que je n’osais même plus aller me baigner avec mes gremlins. Faire quelques pas pour rejoindre la mer, aux yeux de tous, m’était totalement impossible.

Dommage quand on vit dans le Sud….

J’étais aussi mal à l’aise vis à vis de mon Homme.

Qu’il me voit comme ça me faisait de la peine et parfois il m’arrivait de me demander comment il pouvait m’aimer avec tous ces défauts qui me complexaient.

Bon là…. Je pense que ce genre d’inquiétudes sont fréquentes pour beaucoup de monde…. Et que lorsque l’on est mal dans sa peau, on ne se rend même plus compte que le poids sur une balance est loin d’être un obstacle à l’Amour…

Mais voilà, moi, je voulais dégager cette fichue graisse, collée à mes bask’ depuis bien trop longtemps.

Alors je me suis enfin bougée et je me suis inscrite dans une salle de sport ( plus d’infos sur cette étape de ma vie, ici ).

J’y suis allée plusieurs fois par semaine pendant environ 4 mois, puis l’hiver et les fêtes s’incrustant, cela est passé au second plan.

Mais ayant en parallèle rééquilibré mon alimentation, j’ai vu les kilos descendre rapidement sur la balance.

Tu t’imagines bien que j’étais ravie…

Les fêtes sont passées, sans reprise de poids, avec d’ailleurs plutôt une période de stagnation.

Ne pouvant plus combiner ma vie de maman avec la salle de sport, j’ai décidé de faire des séances à la maison avec le programme Top Body Challenge.

J’ai enchaîné le 1 puis le 2, heureuse de voir que non seulement mon poids continuait à baisser, mais qu’en plus mon corps changeait et se musclait.

A ce moment là, via mon compte Instagram, beaucoup de personne m’ont contacté pour savoir combien de calories je mangeais par jour.

Chose à laquelle je répondais que je ne savais pas.

Et pour cause, je ne m’étais jamais penchée sur la question…

Je me préparais des repas sains et équilibrés, mais sans faire gaffe aux calories qu’ils allaient m’apporter. Le seul point niveau calories sur lequel je faisais attention, c’était pour les yaourts ou desserts du commerce. Même si de toute façon, je n’en consommais déjà presque plus.

Du coup, à force de voir cette question réapparaître fréquemment dans mes MP, j’ai fini par me la poser aussi.

Cet été, j’ai donc commencé à m’y intéresser, partant du principe que j’allais calculer pendant 1 mois les calories que j’ingurgitais, pour les comparer avec celles que d’après ma Fitbit je dépensais.

 

J’ai pas mal galéré au départ, ne sachant pas vraiment combien tel ou tel aliment pouvait valoir en kcal, mais de fil en aiguille, je me suis créée un ptit carnet avec les valeurs énergétiques pour m’y retrouver.

Je me suis aperçue que je mangeais en moyenne autour des 1600 kcal par jour et que ( toujours d’après ma montre ), j’en dépensais plus de 2100.

Un beau matin, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de passer en phase de sèche et me suis retrouvée à ne consommer plus que 1200 kcal environ sur une journée ( tout en continuant à faire autant voir plus de sport qu’avant ).

Mon ventre devenait hyper plat et la balance n’avait jamais été aussi cool avec moi…. J’étais donc aux anges.

Seulement tout doucement, << l’enfer >> des calories a commencé à taper l’incruste dans ma tête, ne voulant pas malgré les remarques de mes proches, disparaître….

Le Chéri a dû se faire hospitaliser…. Je n’avais plus vraiment de temps pour prendre soin de moi… Courant entre le boulot, le sport, les nains, l’école, les courses et les allez – retours vers l’hosto sans véhicule….

Je préparais des repas, cookies et autres gâteaux pour l’Homme qui n’aimait pas ce qu’on lui servait à l’hôpital…. Je cuisinais des plats sympa et transportables pour que les enfants puissent manger là-bas avec leur père….

Et le temps ensuite de reprendre le bus ou le tram pour rentrer, de doucher ma tribu, de préparer leurs affaires pour le lendemain et de les coucher, je ne me sentais pas de me faire grand chose.

De même le matin ou à midi, puisque je gérais Crevette, la maison et tout ce qui va avec….

Alors petit à petit, j’ai fini par me sous-alimenter….

Non, mon ptit koala, je n’emploie pas ces mots à la légère….

Car même lorsque le Chéri est revenu à la maison, ayant pris l’habitude de ne manger que de très petites quantités ou juste des aliments très pauvres en calories, j’ai continué à sombrer dans cet enfer….

Résultat, alors que je ne devais vérifier mes calories que durant 1 mois, en octobre j’étais de plus en plus obsédée par ça.

Et sur une journée entière, je n’en mangeais plus que 500 à 600….

Bien entendu, je trouvais mon ventre au top et mon poids n’avait jamais été aussi bas….

Mais j’étais tout le temps épuisée. Non seulement parce qu’avec les journées de malade que j’avais passée lors de l’hospitalisation de l’Homme, je n’avais pas vraiment eu le temps de dormir ( je m’y suis tellement habituée que je n’arrive plus à dormir plus de 4 à 5h…. ou alors très rarement ). Mais aussi parce que mon corps ne parvenait plus à suivre.

Faire le moindre pas devenait compliqué… Je sentais que mes jambes ne me tenaient plus….

Porter Crevette ou des sacs de courses, était une torture….

Sans parler des moments où je n’arrivais même plus à me concentrer et où je devenais agressive sans le vouloir.

Il a fallu attendre fin octobre, pour que j’ouvre un peu les yeux et que je comprenne que je rentrais dans l’anorexie ( avec des phases de boulimie, où sous le prétexte de faire une cheat meal, je me gavais à outrance dans les restos à volonté ).

Un samedi matin, sur le point de me doucher, j’ai aperçu mon reflet dans le miroir. Reflet que je voyais sans réellement le voir, tous les jours.

J’ai remarqué que l’on voyait de plus en plus mes côtes…. Que mes cuisses étaient trop fines…. Que j’étais cernée….

Et je me suis effondrée….

J’ai dit à l’Homme qu’il fallait que j’arrête toutes ces bêtises de calories… Que j’en avais assez d’avoir faim ( car c’était le cas…. je lutais sans arrêt contre la faim…. mâchant des tonnes de chewing-gum pour distraire mon cerveau… )… Que je voyais bien que je me détruisais….

Mais que j’avais peur….

Peur de ne pas y arriver…. Peur de reprendre du poids et de grossir….

J’ai rangé en haut d’un placard, bien loin de moi, le cahier qui depuis des mois squattait mon plan de travail, attendant que j’y note tout ce que je mangeais….

Et j’ai pris la décision que si je ne parvenais pas toute seule à remonter la pente, j’irais voir mon médecin pour qu’il m’aide.

Le soir même, je commençais à réintroduire doucement plus d’aliments dans mon repas. Ok ce n’était encore qu’une salade ( j’adore tellement les crudités ), mais j’y avais ajouté des noix, du fromage, de la crème, etc…. Toutes ces petites choses qui me faisaient envie dès que l’Homme en prenait, mais que je m’empêchais de manger.

Le lendemain matin, l’objectif était que je fasse un ptit déjeuner normal, avec quelque chose qui me ferait plaisir. Truc de ouf : un bon morceau de baguette avec du beurre ! Ouais…. J’en étais là…. A rêver de pain et de beurre….

Nous sommes donc allés à la boulangerie.

Une jeune femme me sert ma baguette et me propose une offre sur des pains au chocolat.

Le drame….

J’ai dû retenir mes larmes et quitter rapidement l’enseigne.

Mon corps avait envie de ces pains, mais mon cerveau me l’interdisait.

Une fois à la maison, j’ai eu énormément de mal à avaler ma tartine. J’avais peur de cette nourriture…. Vraiment peur…. A la limite de l’écœurement….

Je voyais le reste de la tribu manger des croissants, des chaussons aux pommes….. J’en bavais d’envie, sans pour autant être capable d’approcher de ces aliments.

Il m’a fallu un moment pour dépasser tout ça….

Pour réintroduire des ingrédients que j’évitais ou que je ne consommais qu’en mini ration….

Pour arrêter de n’avaler que des plats dont je maîtrisais le cota des calories ( tu as dû d’ailleurs remarquer qu’à cette période là, je les notais dans mes recettes )….

Mais j’ai réussi à dépasser tout ça….

Plus d’une fois en voyant mon poids monter un peu, j’ai eu peur de retomber dans cette saleté de phase.

Mais non….

J’ai diminué mes doses de sport. Je mange à ma faim, sans me prendre la tête à compter quoique ce soit.

Je garde une alimentation saine, mais je n’ai plus peur de manger un bout de pain ou une viennoiserie. De me refaire des bowlcakes, des pancakes ou des tranches de bacon….

Et finalement, j’ai repris un peu de poids et me suis stabilisée.

Je ne suis plus épuisée au bout de quelques marches de montées. Je n’ai plus toutes ces migraines et ces instants où aligner trois mots étaient si difficile….

Je ne ressens plus le besoin de faire de méga cheat meal pour me gaver ( même si j’avoue appréhender un peu le jour où je retournerais me faire un resto à volonté…. j’espère réussir à me contrôler…. ).

Je vais mieux…

Tout ça pour te dire, ma ptite licorne, que tomber dans le piège des calories et être à deux doigts de se flinguer la santé, c’est extrêmement rapide….

Alors oui, il faut veiller à ne pas manger n’importe quoi…. Mais en restant raisonnable. Ne pas s’interdire des aliments. Juste les consommer avec modération….

Wonder cookies

Sur ce, je te laisse pour aller déguster avec ma famille, des cookies qui sortent tout juste du four ^^

Adieu le sucre, bonjour la gourmandise – Mon sevrage

Adieu le sucre, bonjour la gourmandise - Mon sevrage

Tu le sais, le sucre se cache partout….

On le retrouve bien évidemment dans les pâtisseries, les desserts, les bonbons, les jus de fruits, mais aussi dans les boissons, le pain, les céréales, ainsi que dans les plats cuisinés ou même dans la charcuterie et les biscuits apéritifs…

Il suffit de regarder de plus près les étiquettes de ces aliments, pour s’apercevoir que dans quasiment tout, il y a du sucre ajouté ( camouflé sous différentes appellations : sirop de glucose, saccharose, dextrose, sirop de riz, sirop de blé, sirop de glucose-fructose, etc…).

Pourquoi les fabricants font-ils cela?

Tout simplement car le sucre est à la fois un exhausteur de goût et un conservateur, mais aussi parce qu’il améliore la texture des préparations.

Donc, ni vu ni connu, j’t’embrouille ^^

Seulement, une trop grosse consommation de ces sucres, est mauvaise pour la santé :

*risque d’obésité

*développement du diabète de type 2

*maladies cardiovasculaires

*caries dentaires

Le problème, c’est que l’on y devient vite accro.

Le sucre et tout particulièrement le sucre raffiné, est une véritable drogue, qui une fois bien installée dans nos habitudes alimentaires, a énormément de mal à se faire la malle….

Alors une seule solution : se sevrer.

Adieu le sucre, bonjour la gourmandise - Mon sevrage

Ce que j’ai fait petit à petit….

Pour cela, j’ai tout d’abord appris à déchiffrer les emballages des produits du commerce…

* << sans sucre >> signifie seulement sans saccharose ( il peut donc y avoir d’autres sucres du genre fructose ou autres )

*<< sans sucreS >> signifie qu’il n’y a pas de sucres simples ( qui sont rapidement digérés et donc rapidement utilisés par l’organisme )

*<< sans sucres ajoutés >> signifie que le produit ne contient pas de sucres autres que celui qu’il contient naturellement

*<< allégé en sucres >> signifie qu’il y a 30% de sucres en moins que dans le produit de référence

Une fois que l’on sait ça, on peut commencer à éviter certains produits.

Pour ma part, je ne mange presque plus de yaourts ou desserts du commerce, de même pour les gâteaux, boissons, céréales, etc…

Encore moins de plats tout prêts.

Je privilégie le fait maison ( c’est bien souvent meilleur, moins cher, et au moins, je sais ce qu’il y a dedans ).

Bon, ne va pas croire non plus, que je ne mange absolument plus rien que je n’aurai moi même préparé. Je ne vais pas jusque là.

Ensuite, j’ai mis de côté le sucre raffiné ( blanc, roux, blond, … ), qui étant purifié et blanchi, est vidé de ses nutriments et n’apporte que des calories.

J’ai préféré le remplacer par des alternatives naturelles et plus saines :

*miel

*sirop d’agave

*stévia

*cranberries

*dattes

*noix de coco

*raisins secs

*pépites de chocolat noir

*cacao amer

*cannelle

*fruits

J’ai même pris l’habitude d’incorporer des légumes comme les carottes, les patates douces ou la betterave à mes gâteaux, puisqu’ils ont un goût sucré bien prononcé.

Moi qui buvais beaucoup de coca ( light certes, mais tout de même ), je n’en consomme que très rarement maintenant et ne bois plus que du thé et des infusions.

Bien évidement, sans y ajouter de sucre. Juste un peu de citron de temps en temps.

Je remplace aussi souvent mes ptit dej’ sucrés, par des versions salées.

Adieu le sucre, bonjour la gourmandise - Mon sevrage

Du coup, tout doucement, le sevrage s’est fait…

Et de fil en aiguille, j’ai redécouvert le goût des aliments. A tel point que certains produits que jusque là je détestais ( navets, fleur d’oranger, figues, hareng… ), me plaisent bien voir beaucoup désormais. De quoi pouvoir rester gourmande, mais d’une nouvelle façon ^^

Je n’ai tellement plus l’habitude de consommer du sucre, que depuis un bon mois, je me rends compte que lorsque j’en absorbe, cela m’écœure rapidement. J’ai l’impression toute la journée d’avoir la bouche sucrée et je meurs de soif durant des heures, malgré les litres d’eau que je m’enfile ensuite ( et je ne parle pas que de sucre raffiné, car même une pomme peut me faire cet effet suivant les jours ).

J’ai d’ailleurs été vite fait faire une prise de sang pour vérifier si je n’étais pas devenue diabétique ( ayant plusieurs parents qui le sont ). Mais non…. Rien de ce côté là ( ouf! ).

J’ai juste réussi à me désintoxiquer du sucre!

Alors si toi aussi, mon p’tit panda mordu de sucre, tu veux changer ton alimentation pour qu’elle soit plus saine, je te conseille de dégager de tes placards tout ton stock de sucre raffiné et de commencer de suite ta cure de désintox ^^

Ton corps et ta santé, te remercieront ( et tes kilos en trop s’envoleront ^^ ).