Mon aventure au Green Love

On se retrouve aujourd’hui pour que je te parle d’un restaurant très sympa sur Marseille, qu’il faut à tout prix que tu connaisses si tu es du secteur ou que tu viens en vacances ici. Un lieu qui vaut vraiment le détour, je te le garantis.

Mon aventure au Green Love

En plein centre-ville, non loin de la préfecture, derrière une baie vitrée entourée d’une devanture en bois clair, Sarah et Maxime sont prêts à t’accueillir dans leur petit cocon végan.

Le Green Love, c’est leur bébé, qui vient il y a peu de temps, de fêter ses 1 ans. Le beau projet d’un couple qui a bien fait de se lancer dans cette aventure pour la plus grande joie des gourmands.

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love

Le restaurant n’est pas très grand, mais c’est ce qui fait son charme, permettant de se sentir comme à la maison dans une ambiance conviviale, avec des patrons aux petits soins pour leurs clients et toujours prêts à discuter. Une déco à la fois sobre et chaleureuse, dans des tons naturels, avec des banquettes et coussins ici et la, où il fait bon se poser le temps d’un repas.
Mon espace préféré c’est le coin avec rocking chair entouré de plantes. Je me verrai bien m’y installer avec un bon bouquin tout en sirotant un des délicieux jus maison du Green Love.

Mon aventure au Green Love

Mise à part la gentillesse des patrons, ce qui fait de ce restaurant un lieu exceptionnel c’est sa cuisine homemade totalement végan.

Mon aventure au Green Love
Des Love Bowl bien garnis, en passant par les burgers et les pâtisseries, tout est végétal.

Les menus changent régulièrement et sont concocter avec amour, avec l’aide de Vincent, le cuisinier plein de peps.

Mon aventure au Green Love

Mais que mange-t-on me demanderas tu?

De délicieuses salades, des nuggets de soja, des steaks végétariens, des yakitoris de tofu, du houmous, des falafels, du chili sin carne, des petites patates rôties, du curry de légumes, de la charcuterie végé, du fauxmage…

Mon aventure au Green Love
Mais aussi des cheesecakes si beaux que c’est un crime de les dévorer, des Bounty crus à se damner, des brownies  et autres cakes…
Sans oublier les cookies de Vincent qui ont su conquérir le cœur de mon homme mais surtout de mon mini nain.

Pour ma part je me suis découvert une passion pour les pancakes sans gluten que j’ai pu tester lors des brunchs du Green Love. Moi qui ai tellement de mal à manger des pancakes, encore plus lorsque je ne les ai pas cuisinés moi-même, je peux te dire que je suis totalement accro aux leurs.

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love

D’ailleurs je ne saurais que trop te conseiller de participer à un de ces fameux brunchs, qui ont lieu une fois par mois, le dimanche. Pour 24,90 € tu vas pouvoir profiter d’un méga buffet à volonté plein de saveurs sucrées comme salées.

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love
Tu ne seras franchement pas déçu et tu repartiras le ventre bien rempli. Car en plus de tous les mets dont je t’ai déjà parlé tu pourras aussi trouver du crumble, du muesli, de la compote, des yaourts, différents pains dont certains sans gluten, de la pâte à tartiner, de la confiture, de la chantilly, de la salade de fruits, des fruits frais… Et pour les boissons du thé sera à ta disposition ainsi que du café, un jus du jour et une citronnade. De quoi ne plus manger pendant 1 mois, soit juste le temps qui s’écoulera entre ce premier brunch ou tu seras allé et le suivant où tu auras envie de vite retourner.

Mon aventure au Green Love

Et si tu comptes venir avec des enfants, pas de panique, je peux t’assurer que eux aussi vont se régaler. Mes Gremlins ont élu le Green Love comme étant le meilleur restaurant de Marseille où ils ont pu déjeuner.

Mon aventure au Green Love

Mon aventure au Green Love

Petite nouveauté : le Love pique-nique qui a été lancé pour la première fois la semaine dernière et dont le principe était de se réunir dans un parc autour d’un bon repas, chacun apportant un plat de son choix ou une boisson ainsi que sa bonne humeur. Seule condition, tout devait être végan. Un moment que la tribu et moi-même avons adoré et qui nous a permis de tester de nouveaux plats tout en discutant des recettes avec leurs créateurs. Mention spéciale pour le barbecue et les saucisses maison végétariennes, ainsi que pour les aubergines à la sauce miso que j’ai adorées.

Mon aventure au Green Love

Alors que tu sois végétarien, flexivore, ou omnivore, ne t’en fais pas, tu seras très bien reçu par Madame et Monsieur Green Love, et tu vas kiffer grave cette adresse.

C’est tellement mon cas, que lorsque je vais chez eux, j’en oublie un temps mon anorexie et me surprends à relever de beaux défis ( j’ai mangé des pommes de terre et de la patate douce hier!!! ) sans culpabiliser et dans des quantités bien inhabituelles pour moi.

Merci Sarah, Maxime et Vincent de me permettre d’être presque normale le temps d’un repas.

~~~~~~~~~~~~~~~

Restaurant Green Love

22 boulevard Louis Salvator

13006 Marseille

0488868275

La page Facebook

Le compte Instagram

Anorexie, pourquoi en parler

Anorexie, pourquoi en parler

 

Dernièrement j’ai été très touchée d’apprendre qu’à force de lire mes posts, de suivre mon compte, une jeune femme s’était aperçue qu’elle aussi souffrait de TCA.

Comme moi, elle n’avait pas écouté ce que lui disaient ses proches, son entourage et elle avait nié pendant un moment l’état dans lequel elle avait doucement plongée.

Savoir que désormais, elle a mis le doigt sur ce problème et qu’elle va pouvoir tout faire pour reprendre sa vie en main et lutter, me donne le sourire.

Bien évidemment je ne suis pas heureuse de savoir qu’elle aussi, malheureusement est atteinte du même trouble que moi. Je ne souhaiterais pas cela à mon pire ennemi. Je suis tout simplement contente de savoir qu’elle va pouvoir se reconstruire et éviter de descendre plus bas dans cet enfer.

C’est exactement pour cette raison, que j’ai décidé de parler à cœur ouvert de ma maladie, de mon état, des moments où je vais bien, mais aussi de ceux où je vais mal… De tout ce qui fait qu’il ne faut surtout pas finir dans l’anorexie.

Au départ je me disais qu’il valait mieux cacher cette partie de moi. Faire semblant… Sourire à longueur de temps et ne publier sur Instagram que les bons jours, que des photos enjouées…

Mais dans quel intérêt ? Pour me cacher ? Pour me préserver ? Par peur du regard des autres, des critiques, de ce que l’on va penser de moi… Mais n’est-ce pas déjà ce regard des autres, cette crainte du monde extérieur, de ne pas plaire, de ne pas rentrer dans le moule qui m’a fait tomber aussi bas ?

Parce que j’avais honte ?

Oh oui j’ai honte, tellement honte… Honte de moi quand je bloque dans un magasin, dans une boulangerie, dans n’importe quel rayon alimentaire… Au restaurant parce que je mets des heures à choisir ce que je vais peut-être réussir à manger… Lorsque je vois ma famille attendre que je finisse par me décider…

Mais aujourd’hui je suis fière, fière de de savoir que cette jeune femme, un peu grâce à mon vécu que je partage, va retrouver une vie plus normale.

 

Anorexie, pourquoi en parler

 

On ne devrait pas avoir à cacher sa maladie. Si les gens autour de nous étaient mieux informés, ils pourraient peut-être plus facilement nous comprendre ou du moins anticiper nos réactions, et notre comportement. A chaque fois que je vais dans un restau ( ce qui est très rare ) je me souviens de ce couple qui un jour, dans un Buffalo Grill où tout était allé de travers, m’avait dit << On ne va pas au restaurant quand on est malade, on reste chez soi >>. Belle mentalité…. Combien de personnes devraient alors se morfondre chez elles?

La société aime coller des étiquettes. Elle aime classer les gens. Du coup on imagine que les anorexiques sont principalement des jeunes filles, des ados, mal dans leur peau à cause de la puberté. Que forcément elles sont extrêmement maigres et se font vomir régulièrement. On a beaucoup plus de mal à imaginer qu’un homme ou même une mère de famille puisse être atteint de ce trouble.

Le pire c’est que l’on ne voit pas tout ce que cela entraîne, toutes les autres maladies liées à l’anorexie. Comme par exemple l’orthorexie qui oblige la personne qui en souffre à tout contrôler, à ne manger que des aliments jugés extrêmement sains et à se dépenser physiquement à chaque bouchée avalée. Ou encore la potomanie dans laquelle on tombe doucement à force de boire des litres d’eau ou de thé pour contrer sa faim. Une autre astuce souvent mise en place pour duper son estomac étant le masticage de chewing-gum, qui nous faisant avaler de l’air, gonfle ensuite l’estomac et renvoie à nouveau une image déformée qui n’aidera pas les anorexiques. Un cercle vicieux.

Sans oublier l’ostéoporose, les jambes si douloureuses, le corps si fragile… L’insomnie… La fatigue… Le cerveau qui se met au ralenti et nous empêche de nous concentrer sur quelque chose ( adieu cinéma, livres, coloriage). Le cœur qui déraille… Les cheveux que l’on perd par poignée et les ongles qui se cassent tout le temps… Les hormones complètement détraquées…

Le moindre acte est très compliqué pour les anorexiques. Il faut tout anticiper et si un imprévu arrive cela peut être la catastrophe. Un mini changement dans le planning et ça peut finir en drame, plongeant la personne dans la dépression.

Du coup on s’éloigne des autres et on finit par être seul. On ne veut pas imposer tout cela à ses amis. On préfère ne pas leur compliquer la vie.

Dernièrement je suis partie en weekend avec ma famille dans un petit village totalement perdu, à l’écart de tout. Il a fallu faire une heure de route pour trouver un petit magasin de proximité. Mais une fois sur place, grosse panique pour moi car il n’y avait absolument pas de produits frais, ni légumes, ni fruits. Comme je ne mange presque que ça, je me suis retrouvée dans un sale état à errer de rayon en rayon, en essayant de trouver comment j’allais pouvoir m’alimenter. J’étais à deux doigts de m’effondrer, ce que finalement j’ai fait une fois rentrés dans la maison que nous louions.

Personne ne peut s’imaginer à quel point le quotidien peu vite devenir pesant dans de telles situations. Pour soi, comme pour les autres.

Voilà pourquoi je tiens tellement à ne pas camoufler les mauvais côtés de ma vie. Je veux que l’on sache ce qui se cache derrière l’anorexie. Je veux que l’on arrête de croire qu’il ne s’agit que de nourriture. Qu’en dehors du blocage devant l’assiette, il y a tout un monde.

 

Anorexie, pourquoi en parler

Je suis donc très heureuse de pouvoir bientôt aider l’association Keys, créée par Alexia Savey, lors d’un parcours d’éclosion qui aura lieu à Marseille en 2019 et qui aura pour but d’offrir une journée merveilleuse à des jeunes femmes qui ont besoin de soutien.

Informations sur l’association Keys

Qu’est-ce que le Parcours d’éclosion?

 

Faire un don

Quasimodo, mon ami

 

Quasimodo, mon ami

 

Une sale journée…. A nouveau….

Une journée << shopping >> qui s’est transformée en supplice… En calvaire… En enfer….

Quand j’entends les gens dans les boutiques, se plaindre qu’il n’y a ait encore que des petites tailles, je ne peux m’empêcher intérieurement de rire. Moi aussi, il y a peu je réagissais de la même façon…. Moi aussi je pestais sur ces fichues tailles S ou 38 qui se répandaient dans les rayons. Seulement maintenant, je connais l’envers du décor…. Je sais ce que cachent ces lettres et ces chiffres….

En effet, je dois reconnaître qu’il est plus sympa de faire les magasins, lorsque l’on sait que l’on va facilement rentrer dans les fringues. Que l’on aura pas besoin de tester 3 tailles différentes avant de trouver le pantalon qui nous convienne.

 

Quasimodo, mon ami

 

Et pourtant….

Si notre société nous donne l’impression qu’il est plus gratifiant de se pointer aux cabines d’essayage avec une robe en XS ( taille finalement pas si simple que ça à dénicher, je peux te l’assurer ), faire de même avec un soutiens-gorge est une véritable honte et un énorme défis.

Devoir interpeller une vendeuse pour savoir si elle a du bonnet A est une pure humiliation. En être à se dire que bientôt ta propre môme aura plus de poitrine que toi est une torture….

Alors imagine ce qu’à pu être cette journée que je viens de vivre, à tenter désespérément de trouver un maillot de bain pour notre futur voyage….

Ma maladie m’a tout pris…. Rayant de mon corps non seulement les kilos en trop et ceux vitaux, mais aussi mes seins et mes fesses. Détruisant toute part de féminité….

Pourtant, m’étant rendue compte à temps de la situation dans laquelle je suis, à savoir l’anorexie, je ne suis pas descendue assez bas pour que les gens prennent réellement mon cas au sérieux.

Je ne suis pas le stéréotype que l’on imagine de l’anorexique basique. Non…. Je ne fais pas 36kg, je n’ai pas le visage et le corps trop squelettique, et je n’ai pas d’immenses cernes….. Car soyons honnêtes, voilà le portrait que tout un chacun se fait d’une anorexique.

D’ailleurs quand il m’est arrivé de dévoiler mon problème à quelques personnes, bien souvent on m’a répondu << Ah bon? Ca ne se voit pas pourtant! >>.

Bah ouais…. Mais peut être est-ce parce que je sais cacher mon corps ou le mettre un peu en valeur. Que j’ai pris l’habitude de choisir mes tenues soigneusement, en fonction du lieu et du contexte dans lequel je vais me retrouver. Sachant qu’avec telle personne je me sentirais plus à l’aise de me dévoiler légèrement….

 

Quasimodo, mon ami

 

La semaine dernière, je devais passer un examen avec un chirurgien, suite aux nombreux problèmes que me causent mes jambes. Ces jambes dont les chevilles n’arrivent même plus à porter mes chaussures au point de me donner la sensation qu’elles sont en plomb…. Bref… Ce cher homme, m’a demandé pourquoi je venais le consulter. En lui tendant la lettre rédigée par mon généraliste ( qui m’avait recommandé ce dernier ), je lui explique mes TCA et le fait que l’on vient de me diagnostiquer de l’ostéoporose. Ouais…. 32 ans et me voici déjà avec cette pathologie de vieux….

Sa réaction ne s’est pas faite attendre : << Vous? Anorexique? Pourtant vous êtes très bien! >>.

Cette simple phrase pourrait surement être un compliment pour n’importe qui de << normale >>. Seulement dite à quelqu’un qui cohabite avec Ana, c’est juste destructeur. Dans un premier temps, je n’ai pas réagi. N’étant plus dans le déni, je pensais que ces mots n’allaient pas me toucher. Qu’ils glisseraient. Mais une semaine après, je me rends compte qu’ils sont toujours dans ma tête et qu’ils vont y rester un bon moment.

Car de telles paroles me font culpabiliser. J’ai l’impression que l’on doit se dire que j’affabule…. Que je n’ai rien… Que je fais un petit caprice pour que l’on me regarde, alors que je pourrais manger normalement sans souci… Que je tente de prendre la place d’une << véritable >> anorexique, comme on prendrait la place de stationnement d’un handicapé sans en avoir le droit.

Même culpabilité lorsque, partant d’une bonne intention, lors d’un repas, on me sort << Tu as bien mangé ! >>. Je sais que ce n’est pas méchant, et qu’au contraire ces mots sont positifs et plein d’encouragements…. Sauf que dans mon esprit, ils se transforment en << Tu as trop mangé ! >>. Stupide hein! Mais que veux-tu, la Peste me fait réagir bêtement. Ces quelques mots me donnent eux aussi le sentiment d’être dans l’imposture… Une pâle copie d’une vraie malade… Car bien souvent, les gens qui me disent ça ne me voient que dans un bon jour, où j’ai prévu d’aller manger avec eux…. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’il m’a fallu des jours voire des semaines de préparation pour anticiper cet instant hors de ma zone de confort. Ils ne savent pas que je me suis privée sur plusieurs repas. Ni que oui, je vais réussir lors de cette sortie à manger un peu plus que d’habitude, mais que le ou les repas suivants, je vais me restreindre encore plus. Ou fut une époque, compenser physiquement ( 4 mois et 3 semaines aujourd’hui que j’ai dit adieu à ma fitbit ! ).

Donc non, désolée…. Je n’ai pas bien mangé…. J’ai juste pour une fois, nourri un peu plus mon corps, passant du stade d’absorption minimale d’aliments pour survivre à une quantité d’une personne au régime….

Ces personnes ne savent pas que j’ai tellement honte et peur de retourner me resservir une deuxième, troisième ou quatrième fois. Que lorsque elles, décident de ne plus rien avaler, moi j’angoisse et me bloque pour ne pas reprendre quoique ce soit, car je me dis que si elles n’ont plus faim, ce doit être pareil pour moi. Sauf que là, encore, tout est différent…. Toi, vous, eux… Avez pu manger de tout, y compris des aliments qui tiennent au corps et donnent de l’énergie. Moi, je me suis servie 3 ou 4 fois des crudités…. Un peu de protéines peut être…. Mais c’est tout…. Alors bien entendu, après mes 3 cuillères à soupe de tomates, mes 6 radis et la cuillère à café de houmous, mon estomac réclame plus…. Toujours plus…. Mais moi, je continue à le faire passer en mode survie….

Je ne l’écoute pas…. Trop de culpabilité…. Trop de honte…. Trop de remise en question…. << Elle?! Anorexique?! Mais elle se fiche de nous! Regarde combien d’assiettes elle a englouti! Ce n’est qu’une menteuse…. Elle se joue de nous….>>

 

Quasimodo, mon ami

 

Seulement aujourd’hui, face à mon reflet dans le miroir des cabines d’essayage, j’ai craqué….. J’ai fondu en larmes….

Les paroles d’une des chansons du Bossu de Notre Dame, de Disney, me sont revenues en tête…. Tu es difforme…. Je suis difforme…. Et tu es très laid….. Et je suis très laid…. Ce sont des crimes aux yeux des Hommes qui sont sans pitié….

Car oui… Je suis difforme…. A tel point qu’il m’a été impossible d’acheter un maillot. Impossible d’envisager pouvoir me montrer comme ça à la plage…. Mon reflet m’a renvoyé en pleine figure ce dos où ma colonne est si marquée que depuis plusieurs mois j’appelle ça << mon dos de dinosaure >>… ( Les enfants regardez! Maman est devenue un stégosaure ! Elle est pote avec Denver ! )…. Cette poitrine qui n’existe plus que dans mes souvenirs et qui a laissé place à deux morceaux de peau qui pendouillent, au dessus desquels ont peut admirer ma clavicule et les os de mon thorax…. Ces fesses flasques, qui font des plis….

Mais le pire, je crois….

C’est ce ventre…. Cet saleté de ventre, qui au lieu d’être plat ou creusé, comme on l’imagine chez une anorexique, est si gonflé que l’on pourrait croire que je suis enceinte…. Pas de poitrine et un ventre proéminent, voici le combo parfait pour vouloir abandonner ses recherches et foncer se cacher sous un gros pull….

Pourtant je sais bien que ce ventre est comme ça, à cause de la rétention d’eau. Que mon corps pour survivre, a pris l’habitude de digérer plus lentement de façon a puiser au maximum l’énergie des aliments que j’avale. Que du coup après chaque repas, il se gonfle, mais finira par se calmer… Je sais tout ça. Sauf que dans ces moments là, je rêve de pouvoir le faire éclater avec une aiguille, comme un ballon de baudruche…

Et mon reflet, lui, il ne le sait pas…. Tout comme les gens, qui profiteront du soleil à la plage, ne le savent pas non plus….

Quasimodo, mon ami

 

J’en viens donc parfois à me dire que si je n’avais pas pris conscience de mon état aussi tôt, que j’étais descendue plus bas, on prendrait peut être mon cas plus au sérieux…. On ne remettrait pas en cause les symptômes que je décris, ni les douleurs que je subis toute la journée, du matin au soir….

Pourtant ce n’est pas une solution…. Je veux retrouver mon corps…. Le ré-apprivoiser…. Ne plus me cacher…. Ne plus avoir honte…. Ne plus dissimuler mon horrible dos à mon époux et à mes enfants, car je crains de les effrayer…. Car j’ai peur de lire du dégoût dans leurs regards…. Je veux revivre…. Je veux vivre….

 

Quasimodo, mon ami

 

Ces jours où…

Ces jours où...

L’anorexie, c’est se retrouver avec des hormones totalement détraquées. Des hormones qui oublient que vous êtes une femme et décident qu’il est grand temps pour elles de se la jouer solo, faisant disparaître certains éléments de votre cycle…

Pourtant, même si l’idée de ne plus avoir de règles sans être en pleine grossesse, peut avoir de quoi se réjouir et un sacré côté pratique, d’autres symptômes peuvent venir tout gâcher. Ils mettent même en danger la victime de cette peste d’Ana.

Ces jours où…

Ces jours où même si je sais que je ne suis pas énorme, comme se l’efforce de me le faire croire cette fichue diablesse, je me prends tout de même pour la réincarnation de Moby Dick…
Ces jours où mon ventre reste gonflé quoique je fasse et quoique je mange ( ou ne mange pas)…
Ces jours où je ne parviens même pas à le rentrer et où du coup je ne vois plus que lui…
Ces jours où il est si dur qu’il en devient douloureux, au point de m’empêcher de me pencher…

Ces jours là, les petites victoires que je venais d’obtenir dans ma lutte face à ma maladie, s’estompent et s’éloignent dangereusement. Mon cerveau a beau savoir que cette situation va passer, la petite voix, elle, fait tout son possible pour me faire croire que mon combat ne sert à rien. Que mon corps est difforme, obèse, immonde…

Je sais très bien que tout ça n’est que mensonge… Mes ces jours là, mon moral en prend un coup et ma raison aussi…

J’en reviens au point de départ, réduisant les quantités de ce que j’ingère… Évitant de plus belle certains aliments, tout particulièrement ceux que je venais tout juste de réintroduire… Ayant envie de me cacher sous de gros pulls, alors que la veille je me sentais si bien dans ma petite robe…

Ces jours là, ma tête est comme déconnectée. Elle laisse carte blanche à ces saletés d’hormones qui font n’importe quoi.
Et celles-ci s’en donnent à cœur joie. Plus de règles, mais de la fièvre, des nuits d’insomnie, de l’acné comme si j’étais à nouveau une ado, de la rétention d’eau en pagaille, un corps si douloureux que toute position est une torture.

Ces jours là, j’en ai tellement marre d’être moi…

Viens je t’emmène à Valencia

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Sur un coup de tête, j’ai décidé de partir…. De voyager…. De prendre le Chéri sous le bras et de nous offrir des petites vacances en amoureux.

J’avais besoin de m’aérer l’esprit. De découvrir d’autres choses, d’autres lieux….

De visiter un pays dans lequel je n’avais encore jamais mis les pieds ( bon ok, là, y avait du choix…. ).

Alors j’ai dégainé mon smartphone, sorti mon pc et je me suis plongée dans une recherche, en mode fouine à l’affût de l’offre du siècle.

J’avais quelques destinations en tête, mais rien de très précis. N’ayant jamais voyagé, je ne connais rien du monde, et je rêve donc de tout découvrir. Italie…. Espagne… Grèce… Angleterre…. Portugal…. Australie… Voici les premiers pays qui me viennent, lorsque je me prends à m’imaginer à la conquête d’autres rivages.

Seulement, moi, je n’ai pas de big budget pour cela. Bah non…. Du coup, j’ai déniché la bonne astuce pour trouver où partir.

Grâce à la fonction Explorer le Monde de Kayak, j’ai pu trouver mon bonheur facilement. Je n’ai eu qu’à rentrer dans les filtres, ma ville de départ et mon budget maximum, pour que le site m’ouvre une carte avec les tarifs de vols qui me correspondaient.

Au moins cher, j’avais le choix entre l’Angleterre et l’Espagne.

Pour prendre ma décision, j’ai zieuté les hébergements. Les hotels pour l’un comme pour l’autre étaient totalement hors budget pour moi. Surtout qu’en gros, pour l’Angleterre, tout ce que je trouvais c’était des dortoirs, où l’on devait du coup, dormir avec plein d’autres personnes. Pas franchement mon truc…. J’ai besoin d’un minimum d’intimité. Encore plus lorsque je pars à l’inconnu.

C’est via Airbnb que je nous ai dégoté un ptit nid, où une charmante famille était prête à nous accueillir.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Le Chéri étant d’accord, j’ai réservé nos billets d’avion par Ryanair ( Kayak étant un comparateur de vols, c’était cette compagnie que le site m’avait retenu ), en prenant l’option Priorité ( qui nous a permis d’avoir chacun 2 bagages en cabine et d’éviter plusieurs fois de faire la queue ).

Et j’ai validé ma réservation Airbnb pour 3 nuits.

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Nous partions à l’aventure, direction l’Espagne, plus précisément Valencia.

Quand je dis à l’aventure, je ne mâche pas mes mots, car non seulement, ni le Chéri ni moi, n’avions déjà fait un tel voyage, mais en plus nous ne parlons pas espagnol. Ni anglais d’ailleurs…. Bref… Mis à part le français, et le gremlins, on ne décrypte rien….

Pas grave, on s’est dit que l’on allait gérer. Ce qui a été le cas.

Dans un premier temps, j’ai pris contact avec notre hôte, Jeff, qui m’a passé de bons tuyaux et un max d’indications pour savoir comment venir de l’aéroport à chez lui ( son offre de logement est parfaite pour une personne seule ou un couple ! propre, petit prix, station de métro en bas de l’immeuble, proche du centre ville, avec des commerces dans la rue).

 

Viens je t'emmène à Valencia

Ensuite, j’ai créé un ptit carnet, avec des mots et phrases utiles, pour pouvoir tout de même s’exprimer un peu, autrement qu’avec des gémissements et le langage des signes ( ouais parce que là aussi, je connais quelques gestes et leurs significations que l’on m’avait appris lorsque j’étais môme, mais je suis bien limitée ).

Pour être certaine que nos bagages ne nous coûtent pas de dépassement, car Ryanair a des formats tolérés qui n’ont rien à voir avec ceux habituels, nous sommes allés quelques jours avant le départ vérifier à l’aéroport que nos sacs passaient bien dans les << gabarits >>. Nous en avons profité pour demander les sachets pour les produits de beauté et autres liquides.

En arrivant sur Valence, notre première étape a été d’aller à un guichet acheter une carte TUIN . Celle-ci permet de prendre le métro et le tram à moindre coût. Une carte bien pratique, que je te recommande fortement si tu veux te faire un séjour à Valence. Tu la charges de 10€ minimum, puis tu n’as plus qu’à la biper à chaque transport, en sachant qu’elle n’est pas nominative et que toute ta tribu peut l’utiliser.

Pour se balader dans Valence, pas besoin de voiture. Le métro te propose de nombreuses lignes différentes, sans parler du tram et des bus. Il te suffit de t’armer d’un plan et te voilà paré pour te rendre où bon te semble. Bon par contre, je te préviens, tu vas en bouffer des escaliers ^^

Et pas d’inquiétude, tu ne risqueras pas de te perdre, car les autochtones de cette civilisation sont très serviables. Dès qu’ils te voient regarder ton plan, ils te proposent de t’aider.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Ce qui nous a de suite frappé, c’est la taille des rues comme des bâtiments. Tout était immense! Même les nombreux arbres qui peuplent les avenues étaient grandioses. On se sentait si petit dans ce monde de géant.

Puis ce fut le rythme de vie. Là bas les repas sont complètement décalés par rapport à ceux des français. Ce qui est logique, puisque la vie en elle même est décalée. Par exemple le fils de nos hôtes ne commençait l’école que vers 9h30, d’où un ptit déjeuner plus tard que chez nous, un déjeuner sur les coups de 14h ou plus, et un diner vers 22h…. Il a donc fallu prendre en compte des horaires de restaurants bien différents de ceux que nous connaissons. Tout comme avec les boutiques, qui ouvrent leurs portes bien plus tard et restent ouvertes une bonne partie de la nuit.

Ce qui donne forcément, de gros changements. En plein au milieu de l’après midi, tout fermait. Plus de petites boutiques sympa où flâner. Mais sur les coups de 18h / 19h, la ville devenait bruyante, pleine de lumières, avec une sacrée énergie. J’avais l’impression de me retrouver dans une série américaine du genre Sex and the city, où le soir tout est permis. Les rues étaient noires de monde, pleines de guitounes à churros, de policiers faisant la circulation et de personnes vendant des tickets de jeux à grater ou de loto. C’est incroyable comme les Espagnols ont l’air d’aimer les jeux de chance. Même dans l’avion on nous en a proposé !

Sur les bâtiments, d’énormes écrans passant des publicités étaient allumés.

Sans oublier toutes les terrasses qui s’étaient mises en place de partout.

Une ambiance géniale, si comme moi, tu es plus un oiseau de nuit.

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Niveau alimentation, je te déconseille les << véritables >> restos, qui ne sont que des attrapes touristes, et te font payer 17€ un sandwich rassi et une dizaine de beignets de calamars décongelés.

Il vaut vraiment mieux aller dans les bars et les camionnettes à tapas.

Ou alors dans les nombreux snacks qui pullulent à chaque coin de rue. Pizzas, burgers, paella, ou encore tacos…. Il y a de quoi faire, pour un tarif restreint. Tu peux même trouver tous les 200m, des vendeurs de marrons chauds et d’épis de maïs grillés, ou encore de lait végétal parfumé et de café.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Mais ce que nous avons préféré, c’est le grand marché central ( Mercado Central ), situé en plein cœur du centre ville, avec de belles places juste autour, qui est vraiment immense puisqu’il fait plus de 8100 m². Rien que l’architecture est splendide. Il faut absolument aller le visiter. L’extérieur est déjà chouette en lui même, mais l’intérieur est un enchantement. Et là, je ne parle pas encore de tous les étalages. Non. Juste de ce que l’on peut admirer en levant un peu la tête.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

C’est d’ailleurs là, que nous avons acheté régulièrement de quoi manger, car soyons clairs, il y avait du choix! De la charcuterie que l’on nous servait dans des petits cornets de papier…. Du poisson… Des fruits et légumes de toutes les couleurs…. Des steaks végé… Des viennoiseries deux à trois fois plus grosses que celles que l’on trouve chez nous…. Des tas de sandwichs… Du fromage…. Des bonbons et autres sucreries…. Du pain…. Des fruits secs ou confits…. Des olives… Des bières….  Et bien évidemment des plats typiques, comme la fameuse paella de Valence ( qui ne comporte pas de fruits de mer, mais du lapin et des fèves ), la tortilla, ou les tapas, vendus par portions individuelles. Le tout ne coûtant que trois fois rien ( voici un extrait de ce que nous avons pris : un cornet de chorizo pour 1€, un cornet de fleurs d’hibiscus confits pour 1€, 250g de fraises pour 0,80€, 1 portion de paella pour 3,50€, un méga géant pain au nutella pour 1,20€, 1kg de papaye pour 3€…. ).

 

Viens je t'emmène à Valencia

 

Une fois les emplettes faites, nous n’avions plus qu’à nous poser au soleil pour tout déguster. Beaucoup de monde s’installe sur les marches du marché, mais il y a aussi quelques bancs tout autour.

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Le mieux étant tout de même de se rendre à la plage pour un petit pique nique. Nous sommes allés plusieurs fois à la plage de la Malvarrosa. Paradisiaque ! Des palmiers toujours si grands que dans ma tête je revoyais les reportages tv sur la Californie…. Un sable si fin avec des coquillages à ramasser à la pelle…. Une mer d’un joli bleu… Des cafés et restos sympathiques tout le long….

Il y a même des installations pour faire du basket, du volley, etc, ce qui nous a permis de constater que des écoles venaient faire leur séance de sport sur la plage. D’ailleurs, une école maternelle ou primaire, juste en face, avait du sable partout dans la cours de récré, au lieu du béton. Cool non?!

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

Nous en avons profité ( 2 fois ) pour nous poser en terrasse pour boire un coup, à la Casa Zaragoza. La serveuse qui parlait plutôt bien le français, nous a été d’une grande aide. Une jeune femme très aimable et souriante ( merci à elle ). Nous en avons eu pour 7,50€, pour une Desperados et une pinte géante ( et encore chez eux ça porte un autre nom, c’est bien plus grand qu’une pinte ).

Viens je t'emmène à Valencia

 

Car oui…. A Valence, mon ami, tu ne vas pas pouvoir mourir de soif. Les boissons, qu’il s’agisse d’alcool ou non, ne valent rien. Les canettes de soda ou de bière sont à 1€. Et tu peux même trouver des bars, qui te font la Despe à 1,80€, la Heineken à 1,50€ ou le tanque de bière entre 1,50€ et 2,80€.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Avec le Chéri nous avons adoré une petite camionnette installée en centre ville, qui proposait des tapas et de la sangria ( 3 tapas au choix pour 9€ + 1L de sangria pour 6€ ). Le Chéri qui disait toujours qu’il détestait cette boisson, en est devenu fan ^^

On ne va pas visiter Valencia que pour sa gastronomie à petits prix.

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Si tu as la possibilité de t’y rendre en mars, c’est parfait, car tu vas pouvoir profiter de Las Fallas. Lorsque nous avons réservé notre séjour, nous ne savions même pas que nous arriverions en plein pendant cette fête. Gros coup de chance !

C’est un événement à ne pas manquer. La ville est en ébullition. Toutes les rues sont dans l’ambiance, accrochant des guirlandes lumineuses et des décos. Des musiciens se baladent et te donnent envie de danser, ce dont ne se privent pas les Valenciens. De grandes statues appelées Fallas ( major pour les versions adultes et infantil pour celles enfants ), sont érigées dans toutes les rues de Valence. Chaque quartier ayant ses constructions, au final, c’est 760 Fallas différentes que tu peux admirer. Elles doivent être terminées d’installer le 15 mars, de façon à ce qu’un jury puisse passer les voir et décerner des prix, pour qu’ensuite elles soient brûlées le 19 mars.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Mais avant qu’elles ne soient justement brûlées, chaque quartier va garder une petite partie de sa falla, que l’on peut après découvrir lors de l’exposition des Ninots ( nom donné à ces dernières ).

Chaque quartier a aussi sa Reine, qui vêtue d’une tenue traditionnelle va le représenter et tenter d’être élue ( un genre de concours de Miss ).

 

Viens je t'emmène à Valencia

Nous avons pu assister à la Mascleta, un spectacle ayant lieu sur la place de l’Hotel de Ville. Rien à voire avec un bête feu d’artifices. A Valencia, ils sont très << sons >>. Du coup, lors de ce moment, des tas d’énormes pétards explosent en rythme. Allant de plus en plus fort, au point de faire trembler le sol et les vitres des bâtiments. C’est très impressionnant et difficile à expliquer. On ressent chaque explosion dans tout son corps. Un véritable coup de tonnerre. C’est fabuleux! Cela se terminant par des fanfares, entourées de tous les fêtards, qui se positionnent juste en bas de l’Hotel de Ville, pour chanter et danser en levant les mains en direction des Reines des Fallas, qui les regardent du haut d’un balcon et les saluent.

Un instant plein de joie, de bonne humeur, de musique, de rires, que je ne suis pas prête d’oublier.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Pour en revenir à l’exposition des Ninots, celle ci coûte 3€ et se trouve dans la Cité des Arts et des Sciences. Ce coin m’a fait penser à Sydney avec son Opéra. Des édifices aux allures de vaisseaux spatiaux, tout droit sortis d’un film de science fiction. Le tout entouré de verdure et d’eau.

A savoir qu’il y a, à cet endroit, un espace qui s’appelle L’Umbracle, constitué de grandes arches passant au dessus d’une promenade encadrée de palmiers, qui le soir se transforme en une boîte de nuit en plein air, très prisée par les Valenciens et les touristes ( mon frangin l’ayant testé, ne m’en a dit que du bien ).

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Bref… L’expo des Ninots, regroupe donc plus de 760 oeuvres, plus hallucinantes les unes que les autres. Ces statues humoristiques, ont des tas de thèmes différents ( contes, politique, films…. ) et me rappellent les personnages des chars du Carnaval de Nice. A la fin de l’expo, nous avons dû voter pour nos 2 Ninots préférées.

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

 

La Cité des Arts et des Sciences ( ainsi que le Musée Océanographique ) se situent dans la grande coulée verte qui traverse toute la ville. Au départ il s’agissait du Fleuve Turia, qui a été changé en Jardin de Turia, à cause des nombreuses inondations qu’il provoquait. Celui-ci mesure plus de 7km de long avec une superficie de plus de 100 hectares et est le plus grand espace vert citadin d’Espagne. Là encore, je ne peux que tu recommander d’y aller ! Des fontaines et jets d’eau, des palmeraies et orangeries, le Palais de la Musique, des terrains de foot / rugby / baseball / et athlétisme, ainsi que le Bioparc, y sont installés.

Comme pour tous les lieux à visiter de Valence, tu peux soit t’y rendre en transports en commun ( nous y sommes allés en métro, celui-ci débouchant directement dans le parc ), soit en vélo. Car à Valence, ils sont fans de vélo! Il y a de grandes pistes cyclables partout ( en centre ville, le long de la plage, dans tous les quartiers…. ) et il est possible de louer des vélos à l’heure ou à la journée ( à partir de 5€ – – plus d’infos ICI ).

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

A découvrir aussi, la Poste Centrale ( Correos ), place de l’Ayuntamiento, qui là aussi, est un magnifique bâtiment aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur. Assez surprenant, le fait que l’on puisse y acheter des jouets, barbies, mugs, et objets souvenirs…. Envoyer une carte postale ( achetée ailleurs ) vers la France, nous a coûté 1,35€.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Pas loin de là, nous avons découvert les Arènes ( Plaza de Toros ), qui même si je suis contre la corrida, sont magnifiques de nuit.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Celles-ci sont collées à la Gare Centrale ( Garde Del Northe ), qui comme les autres édifices dont je t’ai déjà parlé, renferme un univers merveilleux à ne pas louper. Tu pourras même te prendre quelques gourmandises, car à l’intérieur se trouve une grande boutique de confiserie, et sur la place devant la gare, plusieurs stands de pâtisseries, marrons et churros sont ouverts même tard dans la nuit.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Autre monument qui vaut le détour, les Torres de Quart. Ces tours qui servaient à protéger la ville, sont plus récentes que les Tours de Serrano. Il est possible de les visiter, pour admirer d’en haut la vue sur les toits de Valence. Mais malheureusement, à cause de ses marches assez raides, nous avons laissé tomber, préférant nous balader dans les rues alentour, qui nous ont fait voyager dans un quartier plutôt artistique.

 

Viens je t'emmène à Valencia

Cette ville est vraiment une merveille, pleine de vie, d’énergie, de lumière, de parcs, de verdure…. Même si le chômage y est très présent, nos hôtes nous ont dit qu’il faisait bon y vivre et je les crois sans souci. Les gens sont agréables, serviables, polis. Les rues sont propres. Nous n’avons croisé qu’un seul chien et pas la moindre crotte, ni papier jeté au sol…

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Et niveau budget, nous nous en sommes très bien tirés :

  • Vol aller-retour avec option Priorité = 72€ / pour 2
  • Séjour 3 nuits avec chambre et salle de bain privée = 75,70€ / pour 2
  • Transports ( métro / bus / tram ) = 35€
  • Repas = 94,41€
  • Visites = 4,50€ ( 1 entrée plein tarif + 1 entrée avec tarif réduit pour l’expo des Ninots )
  • Cadeaux et carte postale = 17,40€

 

Viens je t'emmène à Valencia

Viens je t'emmène à Valencia

Les gremlins ayant bavé devant nos photos et nous même ayant adoré notre voyage, nous avons décidé d’y retourner. Attention Valencia, le mois prochain nous revenons ! Et cette fois-ci, nous allons habiter à moins de 5 minutes à pied de la fameuse plage que nous avons tant aimé.

Ah! J’oubliais! Maintenant je connais quelques mots en Espagnol! Proxima Parada !

Mon aventure chez Romy Café

 

Mon aventure chez Romy Café

 

Toujours en mode aventurière…. Toujours des envies de voyages…. De découvertes….

Partir dans d’autres pays…. Ou tout simplement visiter la France….

 

Mon aventure chez Romy Café

C’est ce que le Chéri et moi avons fait il y a quelques jours en retrouvant une amie sur Montpellier. Une très jolie ville que je ne connaissais, alors que je n’habite pas si loin que ça.

 

Mon aventure chez Romy Café

 

Mon aventure chez Romy Café

Les monuments, les rues, l’ambiance, les transports en commun très présents…. Tout m’a donné envie d’y retourner.

Pas de difficulté pour se poser et boire un coup, ou grignoter un morceau, puisque tous les 10 mètres, on trouve des petits restaus, des cafés, des bars, ….

Sur les conseils d’une instagrameuse, nous nous sommes rendus chez Romy Café .

Et comme ça nous a franchement bien plu, je me devais de t’en parler….

Mon aventure chez Romy Café

Il s’agit d’un bar à salade, qui propose aussi des poke bowl, à composer soi même.

L’avantage, c’est que du coup, cette enseigne peut convenir à tout le monde. Que l’on soit végétarien, fan de viande, de fromage, de poisson…. Que l’on aime les mélanges sucrés salés…. Que l’on veuille faire attention à sa ligne ou tout simplement manger sainement…. Ou que comme moi, on ait des problèmes avec certains aliments…. Chez Romy Café, le client est maître de son assiette.

 

Mon aventure chez Romy Café

 

Plusieurs formules sont proposées et comme tu vas pouvoir le constater, niveau tarifs, on reste dans du hyper raisonnable. Voire même dans des offres très intéressantes, qui permettent de bien manger, que ce soit en ce qui concerne le côté sain, mais aussi la quantité.

Créer sa salade :

On a tout d’abord le choix entre 4 bases ( salade, pâtes, quinoa et boulgour ), qui peuvent être panachées.

Ensuite, il est possible d’ajouter 3, 5 ou 7 ingrédients ( salade avec 3 ingrédients = 6,90€ / ave 5 = 7,90€ / avec 7 = 8,90€ ).

Si on préfère, les salades peuvent être prises dans un menu, comprenant donc 1 salade + 1 boisson + 1 dessert + 1 pain.

Des formules vraiment sympa, puisqu’elles coûtent 9,90€ avec une salade 3 ingrédients, 10,90€ avec une salade 5 ingrédients et 11,90€ avec une salade 7 ingrédients.

Comme tu peux le voir en photo, les salades sont bien conséquentes. On ne risque pas de mourir de faim.

Pour un poke bowl, il faut compter 9,90€ ou 12,90€ en version menu ( 1 poke bowl + 1 boisson + 1 dessert + 1 pain ). Ici on choisit une base ( riz, nouille ou boulgour ), puis 1 viande ou 1 poisson cru + 2 légumes + 1 fruit + des graines ou fruits secs.

Mon aventure chez Romy Café

Mon aventure chez Romy Café

Mon aventure chez Romy Café

En ce qui concerne les ingrédients, il y a du choix…. Jambon cru et blanc, chorizo, thon, œufs durs, poulet, saumon, crevettes, parmesan, gruyère, feta, tomates, concombre, poivrons marinés, graines germées, fèves, maïs, pois chiches, oignons rouges, pomme, ananas, avocat, noix, graines de courge, graines de tournesol, cacahuètes, sésame….. Et j’en passe….

Des soupes sont aussi proposées.

Pour les boissons, il y a des bières, sodas, jus de fruits, thés, smoothies ( tout ne rentre pas dans les menus )….

 

Mon aventure chez Romy Café

Mon aventure chez Romy Café

 

Et niveau desserts, les gourmands peuvent se régaler avec des tartes, cakes, cookies, cannelés…. Mais il y aussi des fromages blancs avec fruits ou muesli, des compotes et des salades de fruits frais. Ainsi qu’un méga énorme monstrueux cookie dans les 5€.

 

Mon aventure chez Romy Café

 

Que ce soit le Chéri, notre amie ou moi, nous avons tous pris une formule salade avec 7 ingrédients. On a fait les affamés ^^ C’était bien bon !

 

Mon aventure chez Romy Café

 

Le lieu comme les personnel est charmant. 

On peut décider de manger en terrasse ( chauffée au besoin ), ou à l’étage ( petite salle cosy ). Mais aussi de prendre son repas à emporter, ou de se le faire livrer.

 

Mon aventure chez Romy Café

Mon aventure chez Romy Café

Mon aventure chez Romy Café

 

De jolis saladiers blancs, des petits plateaux assortis aux sets de table et au tapis…. Des coussins sur les chaises dans les même tons…. Et un superbe escalier en métal noir qui invite les clients à découvrir l’étage du restaurant….

 

Mon aventure chez Romy Café

 

Nous ne regrettons qu’une seule chose…. Qu’il n’y ait pas de Romy Café sur Marseille !!!

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

Les restaurants végétariens commencent tout doucement à se répandre dans les villes. On en trouve un peu plus facilement.

Ce que j’aime dans ce genre d’endroit, c’est que la cuisine est faite maison. Signe qu’en général on va pouvoir savoir clairement ce qu’il y aura dans nos assiettes.

Mardi 20 mars avait lieu la Journée Sans Viande. Alors pour l’occasion, j’ai voulu aller déjeuner en extérieur, en partant bien évidemment du principe que j’allais suivre le mouvement. De toute façon, ça collait à la perfection avec mon jour vegan qui tombait en même temps.

 

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Ne connaissant pas trop les restaus végés du secteur et ne pouvant aller essayer celui qui me tentait depuis un moment puisqu’il était fermé, j’ai demandé de l’aide à google / tripadvisor. Après avoir regardé les sites et comptes facebook de différents restaurants, j’ai découvert la carte du Balagan.

Situé dans le 8ème arrondissement de Marseille, au 99 rue du Rouet, ce restaurant-traiteur est une adresse sympathique à connaître.

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

La déco colorée de la salle, avec ses murs peints dans différents tons, ses tables et chaises de jardins multicolores en métal, associés à une grosse table en bois avec bancs et un beau miroir ancien, donne un côté à la fois plein de peps et chaleureux à cet espace plein. Le piano qui trône dans un coin nous invite à y faire courir nos doigts pour profiter d’un repas en musique.

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Pas de mauvaise surprise au niveau de la carte et des tarifs. Tout est affiché aux murs, sur de grands tableaux noirs.

Le concept est selon moi, tout simplement top.

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Plusieurs plats, tartes, soupes, salades et desserts sont proposés. Changeant chaque semaine, en fonction des produits de saison disponibles et des envies créatives du Chef, qui travaille avec des ingrédients frais. Tout est fait maison, 100% végétal et préparé le matin même.

Nous avons donc plusieurs possibilités pour faire notre choix. Prendre à la carte ( 8,90€ plat chaud, 5,20€ soupe/ salade/crousti ou tarte, 3,90€ dessert )  ou partir sur une formule.

C’est là que je trouve l’idée bien sympa.

On peut créer son menu parfait, à moindre coût :

  • pour 8,90€ : 1 élément + 1 dessert
  • pour 10€ : 1 élément + 1 salade verte ou 1 mini salé + 1 dessert
  • pour 12€ : 2 éléments + 1 dessert

Cela signifie que l’on peut choisir 1 ou 2 éléments ( suivant la formule ), parmi les soupes, tartes salées, salades et crousti burgers. De même pour le dessert, à nous de nous laisser tenter par celui qui nous fait le plus de l’œil.

  • pour 12€ : 1 plat chaud + 1 dessert
  • pour 13€ : 1 plat chaud + 1 salade verte + 1 dessert
  • pour 15€ : 1 plat chaud + salade ou soupe ou tarte + 1 dessert

Même combat qu’avec les formules précédentes, mais en choisissant dans les plats chauds.

Bon…. Moi…. Ce que j’ai préféré, c’est la dernière option…. Celle des gourmands, qui veulent tout tester ( ou presque )… Il s’agit de l’assiette dégustation que l’on compose en mixant différents plats de la carte.

  • seule : 12€
  • avec 1 dessert : 15€
  • avec une assiette d’assortiments de desserts : 17€

Avec l’assiette dégustation, on peut demander un morceau de tarte, y ajouter des légumes, un bol de soupe, différentes salades… Bref, se faire une jolie assiette complète remplie de bonnes choses. Et si on a encore de la place, pourquoi ne pas partir sur l’assortiments de desserts, pour à nouveau se créer une belle assiette gourmande, en mélangeant différentes douceurs.

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Pour les boissons, il y a des jus centrifugés, de la citronnade maison, de la bière, du vin, des sodas, du café, etc…. On peut aussi prendre un verre de thé en libre service, contre une ptite pièce à glisser dans une boîte. Don qui sera reversé à la SPA du quartier. Il est même possible d’acheter un plat qui restera disponible pour une personne dans le besoin, qui pourra venir le chercher plus tard ( 7€ ).

Maintenant que tu connais le concept, voyons ce que l’on mange….

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

La semaine dernière, il y avait :

  • 2 crousti burgers : chèvre / figue / oignons confits, et chèvre / blette / miel / oignons confits
  • 4 plats chauds : lasagnes de légumes grillés au chèvre, lasagnes aux légumes, steak veggy et frites, riz coco aux épices et légumes rôtis
  • 5 tartes : pissaladière, blettes / chèvre / miel, légumes grillés, légumes grillés / chèvre, tortillas pommes de terre / épinards
  • 3 soupes : légumes, patate douce, lentilles ( j’ai oublié les épices qu’elles contenaient )
  • salades : fenouil aux agrumes, chou rouge, carotte / betterave, etc….
  • desserts : tarte aux pommes caramélisées, crumble de fruits rouges, tarte choco noir façon mendiant, clafoutis aux fruits, gâteau au chocolat, salade de fruits, compote de pomme, cookies, gâteau à l’amande, etc….

Comme tu peux le voir, mon ptit ventre sur pattes, il y avait de quoi se faire plaisir.

Mais tu vas me dire que tout ça c’est bien beau, mais qu’à part les salades, je ne pouvais rien avaler…. Alors comment j’ai pu tellement adorer cet endroit, au point de vouloir t’en parler.

Bah parce que j’ai déniché le Saint Graal de Marseille pour anorexique comme moi, qui tremble face au moindre féculent.

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Viens je te montre mon repas, pour que tu comprennes….

Je me suis donc lancée dans l’aventure de l’assiette dégustation. Ouaip…. Grosse faim et envie de goûter plein de choses.

Il faut dire que le patron, très à l’écoute et charmant, a bien pris le temps de m’expliquer chacune de ses créations culinaires, ce qui m’a permis de me mettre en confiance et à l’aise. Du coup, j’ai décidé de prendre un bol de soupe de lentilles ( que j’ai réussi à déguster en me basant sur le fait que c’étaient mes protéines), de la salade de fenouil, des légumes rôtis ( courge, asperges, oignon, artichaut… ), et 1 belle part de pissaladière. Oui, oui! Tu as bien lu! J’ai mangé de la tarte! Avec de la pâte!

Je ne sais même plus à quand remontait ma dernière part de tarte avec pâte.

Si j’ai réussi à la savourer sans culpabilité ni crainte, c’est tout simplement parce que celle-ci ne contenait pas de farine. Faite de graines, elle était parfaite pour moi! Et tellement délicieuse en plus.

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Comme je venais de bien me régaler, je m’suis dit qu’il fallait que je continue comme ça et que pour une fois, je tente un dessert.

Encore une fois, le patron a eu la gentillesse de tout me décrire ( Merci beaucoup ! ). Et là, bonheur! Pas de farine non plus! Des gâteaux aux légumineuses et des tartes avec la même pâte que pour les versions salées ! Yes! A moi la gourmandise!!!

Moi qui ne pensais prendre qu’une part, j’ai fini par choisir l’assortiments de desserts : 1/2 cookie, une part de tarte aux pommes, du gâteau au chocolat et de la salade de fruits frais sans sucre ajouté. Parfait! Savoureux! Impeccable!

 

Mon aventure végétarienne au restaurant Le Balagan

 

Tu vois maintenant pourquoi j’ai pris le temps de t’écrire un article sur Le Balagan. Non seulement pour les personnes comme moi, qui ont des TCA, c’est le restau idéal, mais en plus il est végétarien, avec aussi des plats sans gluten ou vegan. Le lieu est agréable et le personnel hyper souriant et aux petits soins avec les clients. Je le redis, mais tout est fait maison et excellent. Sans parler du rapport qualité / prix, qui permet de manger sainement pour un budget très correct.

En plus, il est possible de se faire livrer ( dans un rayon de 3km ).

Le site du Balagan

Le compte Instagram

Ouvert du lundi au vendredi, de 8h à 16h.

Mon aventure Gaia Bio

Entrer dans une boulangerie est devenu pour moi un réel challenge.

Regarder mes proches manger un sandwich ou tremper des mouillettes dans des œufs à la coque, me fait souffrir.

Moi qui adorais déguster du pain chaud, tout juste sorti du four… A cause d’Ana, j’en suis désormais incapable.

Mais grâce à Gaia, tout cela change doucement.

 

 

 

C’est après avoir découvert le pain d’essène au Canada dans les années 80, que Jean-Luc Alonso, aidé de Rachel Revesz, a lancé l’enseigne Gaia.

L’entreprise spécialisée dans les aliments bio, met au point tout un choix de produits sains, vegan et sans gluten.

 

 

Mon aventure Gaia Bio

 

Comme je te le disais, ami lecteur, Gaia m’est d’une grande aide.

Pourquoi ?

Parce qu’avec leurs pains aux graines germées, j’arrive à accompagner de temps en temps ma tribu lorsqu’ils se font des tartines. Je peux me refaire des toasts à l’avocat, ou à la purée d’oléagineux.

Si je parviens à me faire de nouveau de tels petits plaisirs, c’est tout simplement parce que ce type de pain ne contient pas de farine ( tu sais, cet aliment devant lequel je bloque totalement ). En effet le pain d’essène n’est réalisé qu’avec des graines germées. Donc aucun souci pour que mon esprit accepte d’en consommer ( en petites quantités, mais c’est déjà mieux que rien ).

 

 

Mon aventure Gaia Bio

 

 

Cet ancien pain de plus de 2000 ans, que l’on doit au peuple des Esséniens, est une véritable source de bienfaits. Après germination, les nutriments des grains sont multipliés, ce qui rend la céréale plus nutritive. De plus le fer, magnésium, phosphore, calcium ou encore les vitamines sont facilement assimilables et digestes, puisqu’il n’y a pas eu de transformation.

Le pain de céréales germées est donc un bon moyen de remplacer notre baguette habituelle, tout en faisant le plein de protéines. Il apporte rapidement une sensation de satiété et possède un indice glycémique bas.

 

 

 

Mon aventure Gaia Bio

Bowl avec deux belles tranches de pain d’essène grillées

 

Le must vient de son goût très particulier. Alors qu’il n’a aucun sucre ajouté, il a pourtant une saveur douce, de par la germination qui transforme l’amidon en sucres. Il peut donc être mangé nature, avec de la confiture ou de la purée d’amandes / noisettes / etc, mais aussi en version salé pour un petit côté sucré / salé très agréable.

J’ai eu l’occasion d’en tester différents et je peux te dire que de l’un à l’autre, la saveur évolue. Pour moi, les pains d’essène à l’épeautre ou au seigle, sont plus sucrés en bouche que la version au sésame. J’apprécie d’en manger une tranche telle quelle, qui a une texture moelleuse et collante, mais ce que je préfère c’est lorsque je passe mon morceau de pain au four pour le griller. L’intérieur reste mou et l’extérieur devient légèrement craquant. Miam!!!

Dans le même esprit, Gaia propose aussi des galettes de céréales germées, en version salée ( lentilles – champignons , pois chiches – olives, haricots blancs – tomates…. ) et en version sucrée ( sarrasin – choco, banane, figue, raisin…. ).

 

 

Mon aventure Gaia Bio

 

 

Mais aussi des macarons aux céréales germées, soit au curcuma et légumes, soit à la noix de coco. La marque m’a fait parvenir ceux au curcuma et légumes.

 

Mon aventure Gaia Bio

 

 

Mon aventure Gaia Bio

 

 

Un petit tour au four et hop, je les ai incorporés dans un big bowl plein de bonnes choses. Un délice! On sent bien le curcuma, ce qui permet de les manger comme ça. Comme j’avais du guacamole dans mon assiette, j’ai trempé quelques moreaux de macarons dedans et là encore, c’était très bon. J’espère que l’enseigne fera vite d’autres parfums.

Gaia décline aussi beaucoup de produits crus ( Rawfood – déshydratés en dessous de 42°C ) bien sympathiques, qui mettent vite l’eau à la bouche.

 

 

Mon aventure Gaia Bio

 

J’ai pu découvrir les Craquants du Cru à la Provençale, qui avec leur allure de biscuits apéritifs sont parfaits pour un moment convivial autour d’un verre, ou en guise de snack. Bien croustillants, riches en saveurs, j’ai eu l’impression de croquer dans une Minizza de chez Belin. Sauf que là, c’était bien plus sain ! Pas de sensation de gras ( pas de doigts bien huileux ^^ ).

 

 

Mon aventure Gaia Bio

 

Il y a aussi les Craquants du Cru à l’Orientale et à l’Indienne ( faut que je les trouve ! ).

Et ce n’est pas tout. Je rêve de mettre la main sur les Pépites à Croquer, réalisées à partir de graines et fruits à coques (pré)germés ( version choco, sweet chaï, salée, aux légumes parfumés ), ainsi que sur le Crousti Cru ( dans l’idée d’un muesli aux graines germées déshydratées ), les Bout’Chou / Bout’Citron ( petits palets crus aux herbes et choux ou au citron )  ou encore la Pâte à Tarte Vit’ ( à base de dattes, sarrasin germé, amandes pré-germées, noix de coco, lin, sirop d’agave, cannelle et sel marin ).

L’entreprise fait même des farines de graines germées.

En 2006, Gaia s’engage dans une démarche solidaire et équitable au Burkina Faso, en intégrant le Fonio à sa gamme de produits ( Fonio complet, demi-complet, et farine de Fonio ).

Tu peux aussi trouver dans cette marque des pâtisseries ( brownie aux noisettes et gâteau au gingembre ), et des Tof’ Délice ( pâtisseries au tofu ).

Si avec tout ça, il n’y a pas de quoi rendre heureux ton bidou…. Je ne sais pas ce qu’il te faut….

Personnellement, tu l’auras compris, je suis fan de Gaia. Cette enseigne est une mine d’or pour moi et je la remercie infiniment pour tous ces super produits qui me permettent d’avancer et de lutter contre ma maladie. Manger des aliments à base de graines germées est bien plus simple pour moi. J’imagine que le côté bienfaits de la germination est mieux perçu par mon cerveau détraqué que si j’avalais un bout de pain blanc… D’ailleurs, pour une fois, il a bien raison!

A savoir qu’en plus, presque tous les produits sont sans gluten et fabriqués en France.

Le seul problème que je rencontre avec les produits de chez Gaia, c’est que malheureusement il est très difficile de s’en procurer. J’arrive à dénicher 2 ou 3 versions différentes de pain, les macarons coco, 2 types de galettes, et c’est tout…. Pourtant je suis sur Marseille…. Une grande ville…. Et j’ai fait Satoriz, Bio C Bon et Naturalia….

Alors j’espère de tout cœur que cette gamme sera vite plus présente dans les boutiques bio, voire même dans les supermarchés. Je croise les doigts!