Prends garde! Les zombies sont de sortie !

J’enchaîne livre sur livre depuis quelques mois. Un immense plaisir, sachant qu’il n’y a pas si longtemps que ça, mon corps et mon esprit étant si épuisés à cause de mes TCA, je ne parvenais plus à me concentrer sur le moindre bouquin.

C’est donc une véritable joie pour moi, de pouvoir à nouveau me plonger durant des heures dans des aventures imaginaires.

J’ai fait la connaissance de Frédéric Czilinder, auteur de Wake The Dead, au Hero Festival de Marseille, fin d’année dernière.

Clique sur l’image pour l’acheter

Ce qui m’a attiré sur son stand, c’est la couverture de son livre. Cette dernière laisse apparaître une illustration entre le dessin et la peinture, où l’on peut voir une fête foraine illuminée, avec en premier plan un être à l’allure de zombie, bouche ensanglantée et vêtements déchiquetés. En regardant d’un peu plus près, on comprend facilement que la panique règne et que l’ambiance n’est pas à la fête. Des personnes tentent de s’enfuir, d’autres hurlent, et une pomme d’amour à peine entamée a été abandonnée sur le sol. Ciel couvert et brouillard, ajoutent une touche sombre à la scène.

Tout est réuni pour donner envie à une fan de livres d’horreur d’en savoir plus.

Mon incroyable aventure au Hero Festival de Marseille

Après quelques mots échangés avec Frédéric Czilinder, j’ai su qu’il fallait à tout prix que je dévore ce bouquin.

Et pour cause…

Tout comme moi, l’auteur apprécie tout particulièrement Stephen King, ce qui se resent très bien dans son oeuvre. On y retrouve le même style, avec un langage pas mal familier qui m’a de suite replongée dans Désolation ou encore dans Horns de Joe Hill ( fils de King ).

L’intrigue se déroule dans une petite ville comptant peu d’habitants, dont on ne rêve que de s’échapper, mais dont finalement, on reste prisonnier, coûte que coûte. Un seul lycée, un unique hôtel, un cimetière, des marais et falaises, Deep Harbor pourrait très bien abriter les personages de Stephen King. D’ailleurs, cette ville se situe dans le Massachusetts, dont le Maine ( lieu de naissance de King et où ses romans ont pour habitude de se passer ) fut longtemps une exclave.

Dans cette bourgade où tout le monde, ou presque, se connait, de nombreux secrets obscures se cachent. Alcoolisme, violence, mensonge, adultère, de quoi changer ce coin si paisible, en parfait bled maléfique et y attirer le mauvais œil.

Et c’est exactement ce qu’il se passe. Nuit d’Halloween, légende de sorcière, et attaque de morts vivants…

Ajouté à cela la pom-pom girl hyper populaire qui sort avec un quarterback canon… La fille gotique dont tout le monde se moque… La ville construite sur d’anciennes terres indiennes… La comptine macabre que les gamines fredonnent en sautant à la corde ( là j’ai eu l’impression de regarder Freddy ^^ )…. On est en plein dans le film d’horreur typique.

Ce côté << cliché >>, regroupant de nombreuses allusions à d’autres romans de ce genre et à des tas de films, m’a franchement beaucoup plu. Il est même amusant d’essayer de relever le maximum de ces petits détails, comme les clins d’œil à Buffy contre les vampires ( série dont j’étais accro étant ado ), ou encore au jeu vidéo Silent Hill ( combien de soirées le Chéri et moi, avons pu passer à flipper en y jouant ^^ ). C’est un peu comme chercher les Hidden Mickey à Disneyland… Mais en plus effrayant.

Ce bouquin se lit rapidement. Nickel pour une soirée frissons au coin du feu ( ouais, bon, ok…. J’ai fait avec les moyens du bord ^^ ) C’est fluide et on suit les aventure des personnages les uns après les autres, chaque chapitre m’étant en scène des individus différents, pour que finalement tout se regroupe. J’apprécie beaucoup cette manière de découper un texte, car les personnages ayant chacun leur caractère et leur façon de penser / réagir, ça donne un peu de peps à l’histoire.

Quant à la fin!!!

Je ne peux que t’inviter à lire toi aussi Wake The Dead, pour la découvrir. Et comme moi, tout au long de ta lecture, tu pourras essayer de jouer les détectives ou médiums, pour deviner qui restera en vie ou non….

Cultiver le positif avec le Livre des petits bonheurs

Cultiver le positif avec le Livre des petits bonheurs

En général, nouvelle année signifie nouvelles bonnes résolutions.

Personnellement ce n’est pas franchement mon truc. Regardons la vérité en face, on se fixe des objectifs au 31 décembre et dès le 2 janvier ils sont déjà tous tombés à l’eau. Alors je n’en vois pas l’intérêt.

Autant essayer d’avancer petit à petit, au jour le jour, en apportant de la joie et du bonheur à ceux qui nous entourent, ainsi qu’à nous-même.
Mais le bonheur qu’est-ce que c’est? Comment savoir si l’on est réellement heureux ou si tout n’est qu’illusion dans notre vie ? Comment parvenir à cette béatitude tant recherchée ?
Au travers du Livre des petits bonheurs, Elsa Punset ( qui est aussi l’auteur du Livre des petites révolutions), nous propose justement de cultiver notre bonheur.
Paru en septembre dernier aux éditions Solar ( 18,90€), ce bouquin à la couverture festive avec ses points colorés comme des confettis, nous souffle quelques idées à mettre en pratique pour attirer le positif et apprendre à ne plus se focaliser sur les points noirs du quotidien.
Écrire noir sur blanc nos contrariétés, puis jeter ou brûler cette feuille.Suivre la vision du Docteur Seligman basée sur la pensée positive, en faisant le soir la liste de 3 choses positives qui nous sont arrivées dans la journée.Ou même appliquer la technique de Sénèque, qui consiste à se priver de quelque chose pendant quelques temps, pour ressentir plus de plaisir en la retrouvant.
Des astuces simples et qui prennent peu de temps, que je compte bien réutiliser régulièrement. D’ailleurs toute la tribu essaie désormais de gérer les disputes avec les 6 étapes de la colère. Ça ne désamorce pas à tous les coups la situation, mais ça permet de tenter de mieux comprendre les frustrations de son interlocuteur.

Outre ces exercices, Elsa Punset nous livre énormément de pensées et théories de philosophes ou alchimistes grecs, latins, chinois, mais aussi de poètes et scientifiques…

Un mélange entre le stoïcisme, les neurosciences, en passant par le pouvoir des rituels et le feng shui.
Un livre plus cérébrale ( un peu trop à mon goût) que de coaching en développement personnel, qui a pour but d’améliorer notre vision de la vie, en laissant derrière nous la tristesse, l’ennui et la douleur, pour découvrir un monde où le bonheur est à notre portée.
Cultiver le positif avec le Livre des petits bonheurs

Rien n’est tout blanc ni tout noir – Les Eférides Tome 1 mon avis

Un nouvel article lecture…

La passion des livres coule dans mes vaines depuis l’enfance. M’évader au travers des quelques pages et laisser les mots enflammer mon imagination, est un réel plaisir dont je ne me lasse pas.

Même si je ne lis plus aussi vite qu’il y a quelques années, car mes TCA m’empêchent de me concentrer assez longtemps, j’ai besoin de continuer à me plonger dans différents récits régulièrement.

Le dernier livre que je viens de terminer, est le tome 1 de la saga Les Eférides, écrit par Cindy Defosse.

Celle-ci a eu la gentillesse de me le faire parvenir en pdf, et même si au départ je préfère largement les versions papier, je dois reconnaître qu’il était bien pratique d’avoir ce roman dans mon téléphone. Comme ça même de nuit, je pouvais lire dans la voiture ^^

Quelques infos sur l’auteure :

Génération années 90, Cindy Defosse est née dans le sud de la France. C’est en retrouvant les brouillons d’une histoire qu’elle avait écrite au lycée, que la jeune femme se replonge dans l’écriture et publie un an après le premier tome des Eférides ( éditions Sudarènes ).

Mon avis :

Comme bien souvent, le livre dont je viens te parler est du genre fantasy, avec de la magie, des créatures fantastiques et un univers féerique. Après tout, je suis mordue de ce style d’aventures.

Dans Les Eférides – L’aube d’une destiné, on va suivre le parcours de Leïna, une jeune femme de 17 ans, un peu particulière, vivant dans un village où règles et dévotions sont au cœur du quotidien.

Entre rituels étranges, croyances et obligations, Leïna ne se sent pas totalement à sa place et décide un beau jour de quitter tout cela. Idée soutenue par la mise en garde de son valet, qui veut la protéger d’un éminent danger.

Mais son voyage ne va pas être une partie de plaisir, car même si l’héroïne fera de belles rencontres, elle va aussi croiser la route de protagonistes sombres et maléfiques.

Je pense que l’auteure doit facilement se retrouver dans le personnage de Leïna, car Cindy Defosse est à la fois une grande voyageuse, mais aussi une passionnée de musique : l’héroïne est une as de la harpe et rêve d’en faire son métier.

On sent aussi au travers des pages, que la nature a une grande importance pour Cindy Defosse, ce qui explique très certainement << l’originalité >> / << différence >> de Leïna.

Au delà de ce monde ensorcelant, j’ai pas mal été touchée par ce livre. Car il est aussi basé sur de nombreux autres sujets poignants.

Injustice, mensonge, violence, racisme, intolérance, abus de pouvoir, viol, mort, deuil, peur… J’y ai même trouvé un côté << secte >> bien présent, dans la façon qu’ont de vivre les villageois.

Autant il est habituel dans tous romans fantasy de rencontrer certains de ces thèmes, autant d’autres sont assez rares dans ce genre d’histoire. Ce qui rend ce bouquin à mon sens captivant et original.

Avec ce premier tome, on est bien loin du gentil conte féerique, où tout le monde est beau, et où le bien triomphe toujours du mal.

Dans Les Eférides, la méchanceté et la cruauté font partie intégrante de l’univers dans lequel évoluent les personnages. Certains d’entre eux prenant même un réel plaisir à torturer leurs semblables. Un livre qui est donc parfait pour une nana comme moi, qui adore la magie et le rêve, mais cherche aussi une part d’action et de rebondissements.

L’héroïne a beau être Leïna, on ne rentre pas seulement dans sa tête. On suit en parallèle de ses péripéties, celles d’autres personnages, avec leur vision des choses, leurs sentiments et leurs pensées. Une façon de donner encore plus de rythme à ce récit.

Ce tome 1 est donc une belle réussite, qui j’imagine ( n’ayant pas encore eu l’occasion de lire les suivants déjà parus ), promet de belles suites.

Et cette fin!? Cette fin que franchement je ne voyais pas venir! Une petite merveille qui m’a mis un coup au cœur ^^

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique

Lors de ma venue au Hero festival de Marseille, j’ai eu la chance non seulement de pouvoir admirer de magnifiques cosplays et des expositions, de découvrir différents créateurs, mais aussi de faire la connaissance de quelques auteurs talentueux.

 

Mon incroyable aventure au Hero Festival de Marseille


C’est au stand des éditions Alexandra de Saint-Prix que j’ai croisé Drake Manakete, l’écrivain de la saga Thennan.
C’est avec bonne humeur et un large sourire qu’il a pris quelques minutes de son temps pour me parler de son roman qui je le sentais bien lui tenait très à cœur.Et il a de quoi être fier, je te le garantis.

 

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique


Il ne m’aura fallu que quelques lignes pour être séduite par le premier tome de Thennan : Le collier d’Orichalque.
Une aventure qui dès le début m’a replongé en enfance, me rappelant L’histoire sans fin, Narnia ou encore Richard au pays des livres.
Natasha la jeune héroïne qui ne supporte plus la vie avec sa mère, si froide et directive, va se retrouver transportée dans un autre monde, Myste, en essayant de lui échapper. 
Elle va faire la connaissance de créatures fantastiques, magiques et intrigantes. Finissant par se lier d’amitié avec certaines d’entre elles, au point même de se dénicher un Thennan
Mais derrière ce décor idyllique, se cachent de sombres évènements, qui vont pousser Natasha et ses nouveaux amis dans un voyage mystérieux et dangereux. 

 

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique


Mon avis :


Tu le sais mon p’tit sorcier, je suis fan de ce genre de récit. Il suffit de me parler de fées, de loups-garous, ou d’enchanteurs, pour qu’un bouquin m’intéresse et me donne envie d’en savoir plus. Génération Harry Potter et Sabrina l’apprentie sorcière, la magie coule dans mes veines ( si seulement) et me passionne toujours autant que lorsque j’étais gamine. 
C’est d’ailleurs grâce à ça que l’auteur a su capter mon attention ! 
Vêtu tel un de ses personnages à l’allure d’un lion, il m’a fait miroiter une quête pleine de rebondissements, où différents peuples surnaturels se côtoient. Et ce n’était pas des paroles en l’air ! 
Tout au long de ma lecture, j’ai pu sans peine m’imaginer les régions que Natasha a découvert. Traversant avec elle la prairie des Faëris et m’attardant à Polcroix, cette ville pleine d’Elementalistes. 
Les descriptions des lieux, comme des personnages sont poussées juste ce qu’il faut, de façon à bien nous mettre dans l’ambiance, sans pour autant alourdir le texte. Ce qui en fait un roman agréable à lire, pouvant convenir aux ados comme aux grands mômes comme moi. 
Plus j’en apprenais sur Myste , son langage et ses coutumes, plus j’avais de mal à stopper ma lecture, voulant toujours en savoir davantage. 
Les personnages quant à eux, sont attachants. Chacun ayant son propre caractère, il est facile de s’identifier à l’un d’eux. J’ai d’ailleurs un coup de cœur pour Emmy, cette jeune fille si pleine de vie et de peps, qui court partout. Son petit grain de folie, parfait mélange de Luna Lovegood et Phoebe Buffay, est une bouffée d’oxygène face aux événements qui les attendent. 
Bien évidemment, Karsaib avec son côté plus énigmatique et lunatique, me plaît aussi beaucoup. Tu comprendras pourquoi en lisant ce premier tome de Thennan ( tout comme tu apprendras ce que signifie ce terme). 
Un premier ouvrage que Drake Manakete a bien fait de me présenter, car je ne regrette absolument pas de l’avoir dévoré. C’est fluide, amusant, captivant
Bref, j’en redemande volontiers ! ^^

Mon fils de 14 ans, lui aussi a beaucoup apprécié ce premier tome. Il n’a pas eu de difficulté à le lire, pas de soucis avec des termes qui auraient pu être trop compliqués pour lui. Il a aimé le fait que chaque personnage ait son propre caractère, bien décrit, avec sa façon d’être, son humour ou ses petites manies. Avec une préférence pour Karsaib qu’il a trouvé mystérieux et dont la particularité le fait rêver ( chut… je n’en dis pas plus ). Un univers et des héros qui correspondent à la perfection avec son côté fan de Harry Potter, Eragon et légendes diverses.

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique

 


À savoir que le tome 2 existe déjà, et qu’un troisième volet est en cours d’écriture.  Tu peux acheter le tome 1 Thennan Le collier d’orichalque ICI

Le tome 2 Thennan Les grains de la folie ICI

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Je suis ravie aujourd’hui de pouvoir te présenter une recette inspirée d’un livre sorti il y a très peu de temps.

Une recette parfaite pour les fêtes, permettant de rassembler aussi bien les végétariens, les vegans, les intolérants au lactose, que tous les autres gourmands, autour d’un beau et délicieux dessert givré.

Mais avant de te dévoiler cette merveille, laisse moi d’abord t’en dire plus sur le livre en question.

 

Il s’agit de la dernière création de Laura Vegan Power, co-fondatrice du site VG-Zone.net ( avec Sébastien Kardinal ).

A la fois spécialiste de la pâtisserie vegan et photographe de talent, cette ravissante jeune femme sait mettre en appétit. Au travers de ses précédents livres, Aquafaba et Urban Vegan ( dont je te parlerai bientôt ), Laura VP démontre que la cuisine vege est accessible à tout un chacun, en alliant esthétisme, simplicité et saveur.

Ce dernier ouvrage, Bûches Vegan, publié aux Editions La Plage, est comme son titre l’indique dédié aux bûches de Noël.

Une petite pépite, dont les photos sont superbes et mettent en valeur les dons de pâtissière de Laura VP, qui prend sans nul doute, un certain plaisir à soigner chaque détail de ses réalisations.

Je remercie donc énormément les Editions La Plage de m’avoir permis de découvrir ce livre, que je rêvais de posséder.

Et je compte bien, ami lecteur au ventre affamé, essayer plusieurs bûches de celui-ci, et te donner mon avis ou/et mes versions revisitées.

D’ailleurs, en attendant, je te laisse baver devant le sommaire, qui regroupe des bûches glacées, roulées, moulées, ainsi que des portions individuelles.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Maintenant, passons à ma version de bûche glacée.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Je me suis inspirée de la bûche Douceur d’Orient de Laura Vegan Power, en gardant l’idée du sorbet à la framboise, mais en remplaçant celui à la litchi par de la noix de coco. Et plutôt que de réaliser un croquant au riz soufflé, j’ai tout simplement décidé de mettre les pistaches sur le dessous de mon dessert pour former ainsi la base.

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

La jolie couleur rose vif de cette merveille, s’accorde parfaitement aux motifs du Kit Magic Love de Silikomart, que le magasin Zodio m’a permis de tester.

Ce kit contient un moule gouttière à bûche en silicone ( 250 X 90 mm ) et un tapis en silicone texturé motif cœurs ( 250 X 180 X 6 mm ).

Il est très simple d’utilisation et permet un démoulage parfait sans prise de tête. En plus, il passe aussi bien au four, qu’au congélateur, et même au lave-vaisselle.

Le must, c’est qu’il est possible de réaliser avec, des bûches lisses, en utilisant le tapis du côté sans motif. A savoir qu’il existe d’autres tapis vendus séparément, adaptables au moule gouttière, pour varier les styles ( arabesques, bois, briques…. ).

Résultat final : une bûche glacée légère et fruitée, faite avec amour, pleine de charme, pour terminer le repas de Noël sur une note girly.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Il te faut :

  • 460g de framboises surgelées
  • 60g de sirop d’agave
  • 2 yaourts de soja
  • 380g de crème de noix de coco
  • 100 ml d’eau de coco
  • 60g de pistaches décortiquées

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

La recette :

Mixe les framboises encore surgelées avec le sirop d’agave et les yaourts.

Place le tapis dans le moule et verse le sorbet framboise dedans.

Avec une spatule, étale une couche de ce sorbet sur les parois du moule.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Place le tout au congélateur durant 1h.

Mélange l’eau de coco et la crème de coco

Place la préparation au moins 30 min au frigo.

Verse celle-ci sur le sorbet à la framboise, puis replace le tout au congélateur 30 min.

Concasse grossièrement les pistaches et verse les sur la partie à la noix de coco de ta bûche ( il faut en garder un peu pour la déco ).

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Retour au congélateur pour 3h.

Au moment de servir ta bûche, retourne la sur un plat et démoule la délicatement.

Décore la de quelques pistaches et de copeaux de noix de coco.

Laisse la ramollir quelques minutes à température ambiante, avant de la présenter à tes convives.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Attention! Il faut vraiment utiliser une bonne crème de coco ( surtout pas de lait ), pour éviter de se retrouver avec une bûche dont le cœur sera un gros glaçon.

S’aimer soi-même, ce n’est pas être égoïste

Dans notre société, nous avons le sentiment que lorsque l’on pense un peu à soi, on est de suite une personne horrible. Quelqu’un d’égoïste, de nombriliste…

Pourtant, comment pouvons-nous espérer être bien dans notre peau, ou être utile, si nous ne sommes pas en accord avec nous même? 

Comment connaître les autres et les comprendre, si nous ne nous connaissons pas, nous d’abord ? Si nous ne savons pas réellement qui se cache au fond de nous?

 

S'aimer soi-même, ce n'est pas être égoïste

 

C’est de ce sujet qu’il est question, dans le livre ” Ce soir, la lune était ronde ” d’Arnaud Riou.

Arnaud Riou a de nombreuses cordes à son arc. En plus d’être écrivain, il est aussi coach, formateur et conférencier. Il est reconnu comme << chaman >>, après plus d’une vingtaine d’années a avoir étudié non seulement le chamanisme, mais aussi la méditation pleine conscience et le bouddhisme. C’est auprès de différents maîtres spirituels ( yogis indiens, moines, lamas tibétains… ), qu’il a développé cette sagesse, qu’il partage désormais en animant des stages, et au travers de ses écrits.

En plus du livre dont je vais te parler, il est aussi ( entre autres ) l’auteur de :

 

Qu’est ce que le chamanisme ?

 

Si on en croit Wiki, le chamanisme << est une pratique centrée sur la médiation entre les êtres humains et les esprits de la nature, les morts du clan, les âmes des enfants à naître, les âmes des malades à guérir et la communications avec des divinités >>.

Mais encore….

 

S'aimer soi-même, ce n'est pas être égoïste

 

Pourquoi me plonger dans ce livre ?

 

Lorsque j’ai été contacté pour découvrir différents livres de chez Solar Editions, j’avoue que celui-ci ne m’emballait pas plus que ça. Je ne suis pas trop spiritualité et tout ce qui va avec… Mais comme je suis d’une nature curieuse et que je n’aime pas rester sur des aprioris, je me suis dit que je ne risquais rien à tenter l’aventure. ( Jusqu’à present, aucun bouquin ne m’a jamais sauté à la gorge, alors pourquoi en serait il autrement avec celui-là ? )

Du coup, voulant savoir rapidement de quoi il retournait, c’est par cet ouvrage que j’ai commencé ma lecture des livres que Solar Editions m’a fait parvenir.

Et finalement, je dois reconnaître que j’ai été agréablement surprise.

 

Je m’attendais à avoir du mal à arriver au bout…. A ne pas comprendre la moitié de ce que l’auteur racontait. Mais que nenni ( ouais, je retourne à l’époque médiévale aujourd’hui ^^ ). 

En tout juste 3 jours, l’affaire était bâclée. Enfin bâclée…. Prends en compte par là, que je n’ai pas réussi à décrocher. J’ai enchaîné les pages avec aisance et plaisir, ressentant même une forme d’apaisement au fur et à mesure de ma lecture.

 

Mais que se passe-t-il dans ce bouquin?

 

Comme je te le disais, avec << Ce soir, la lune était ronde >>, on découvre un peu l’univers des chamans. Mais surtout, on en apprend un peu sur soi même. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti. 

En suivant Thomas, cet acteur qui n’arrive pas à percer dans le milieu, totalement perdu dans sa vie et sans cesse dans l’indécision, qui va finir par effectuer une retraite chamanique, j’ai pu faire une petite introspection, en apportant plus d’attention à mes sensations et mon état d’esprit. Je me suis facilement projetée dans ce décor, m’imaginant moi même dans cette forêt à respirer à pleins poumons les parfums d’herbe humide et de terre, tout en caressant le tronc des arbres et en admirant la lune. Un retour aux sources et à la nature, qui ne peut que faire du bien, mais qui malheureusement manque énormément dans notre monde moderne.

Comme Thomas, j’ai toujours cette crainte de mal faire, d’être jugée, de ne pas dire ce qu’il faut, au point parfois / souvent, de << jouer un rôle >> au lieu d’être juste moi. Qui n’a pas déjà accepté une invitation qu’il aurait préféré refusé ? Qui n’a pas déjà dit oui à un ami pour lui donner un coup de main, alors que ce n’était pas forcément le meilleur moment pour ça, ou que il n’en avait pas envie ?

Nous sommes conditionnés à être toujours très polis, à aider et écouter les autres, à faire ce que l’on attend de nous…. Mais nous ? Qu’attendons nous de nous même ? De quoi avons nous besoin ? 

Nous pensons trop. Nous nous projetons trop dans le futur et nous avons trop peur de notre passé et des manques de notre enfance. Tout cela a un impact sur nos relations avec autrui, mais aussi avec notre propre corps, au point de le rendre fragile et malade. 

Prendre soin de soi, s’accorder du temps, être en harmonie avec soi même et la nature, tout en vivant le moment présent, permet d’avoir plus confiance en soi, mais aussi de calmer certaines douleurs physiques directement liées à notre esprit.

Et c’est ce qu’Arnaud Riou explique au fil des pages de ce roman, sans pour autant nous abrutir avec des thermes complexes ou des promesses de changements à peine le bouquin terminé. Il nous invite juste à réfléchir, sans que nous nous en rendions vraiment compte.

 

S'aimer soi-même, ce n'est pas être égoïste

 

Je ne regrette pas d’avoir pris le parti d’ouvrir ce livre en premier, car malgré son caractère << développement personnel par le chamanisme >> , le texte est fluide et de temps en temps ponctué de vers de poésie et de quelques citations, rendant la lecture bien agréable.

Un bouquin plein de good vibes, a lire à la lueur de la lune.

 

 

Manger Vegan avec Marie Laforêt ( + CONCOURS )

Retour une nouvelle fois sur mon partenariat avec Natura Sense.

Après t’avoir présenté le premier livre que j’ai eu la chance de recevoir, je viens te parler du second.

 

Manger Vegan avec Marie Laforêt ( + CONCOURS )

 

Cette fois-ci, on va se pencher sur le bouquin de cuisine << Vegan >> de Marie Laforêt, paru aux éditions La Plage.

Comme avec l’autre livre que j’ai reçu, pas moyen de tenir celui-ci à bout de bras pour le feuilleter dans la baignoire ou au lit ( ouais, j’aime bouquiner en prenant un bain ou avant de dormir ). Avec ses 324 pages, Vegan est un sacré pavé. Mais ne va pas croire que je dis cela négativement. Bien au contraire! 

Car concrètement, ce livre est une vraie mine d’or pour qui veut cuisiner végé.

Avec plus de 500 recettes et de nombreux conseils, il peut vite faire saliver n’importe qui, accro à la viande ou non. Ce n’est pas pour rien qu’il a obtenu un Gourmand World Cookbook Award, récompense offerte chaque année aux meilleurs livres de cuisine et de vin, et ce depuis 1995.

Si j’ai craqué pour ce bouquin, c’est parce que je savais que les recettes de Marie Laforêt sont en général bien sympas et claires. Et pour cause, j’ai déjà un de ses livres, consacré aux glaces, qui m’a permis de créer mes mystères à l’amande et cœur de cacahuètes.

Du coup, je me suis dit que ça devrait être très intéressant de pouvoir découvrir plus en détails son travail ainsi que son expérience de vegan.

 

Manger Vegan avec Marie Laforêt ( + CONCOURS )

 

Et justement, dans Vegan, on commence par en apprendre un peu plus sur ce terme peu connu il y a encore quelques années, mais qui ne cesse de se répandre désormais. Car il y a une belle différence entre un végétarien, qui ne consomme pas de chair animale ( viande, poisson, crustacé ), un végétalien, qui ne mange aucun produit d’origine animale ( pas de miel, œufs, lait, etc ) et un vegan, qui lui, ne consomme et n’utilise aucun produit issu de l’exploitation animale ( donc il ne porte pas de vêtement en laine ou cuir, n’utilise aucun cosmétique testé sur les animaux, ou encore ne se rend pas dans un zoo… ).

Etre vegan est un mode de vie bien particulier, où l’on refuse de prendre part à l’exploitation animale et où l’on prône des valeurs fortes et engagées, qui vont bien au delà de la simple alimentation. C’est à la fois un choix éthique et écologique.

Dans ce livre, on se rend compte dès les premières pages, que l’industrie alimentaire aime nous prendre pour des pigeons, en nous vendant des plats et produits avec de gros étiquetages ventant le côté végétal de ces derniers, alors qu’ils ne le sont pas forcément. On apprend comment démasquer ces intrus qui ne peuvent pas entrer dans la pratique du veganisme.  Par exemple le colorant alimentaire E120, étant à base de cochenilles ( insectes écrasés ) n’ait du coup pas un ingrédient vegan. Certains steaks ou hachés dits végétaux contiennent de l’œuf. Ou encore la plupart des jeux de fruits et alcools ( même les vins bio ) contiennent de la gélatine animale, des protéines de lait, voir du blanc d’œuf. Ce n’est pas évident de s’y retrouver….

Si tu te demandes de quel matériel ou ingrédients tu peux avoir besoin pour cuisiner vegan, pas de panique. Tout est indiqué. Niveau accessoires, rien de bien compliqué, on reste sur grosso modo les mêmes que pour de la cuisine basique. Niveau aliments, bien évidemment, il va y avoir quelques changements. Tu vas en découvrir des nouveaux, comme le tofu, les crèmes végétales, le miso, l’agar agar ou encore le liquid smoke. Le top, c’est qu’on te précise où les trouver.

Pour ne pas plonger tête baissée dans les stéréotypes du genre << les vegans ont pleins de carences >>, plusieurs pages rédigées par le Docteur Bernard-Pellet vont te donner des conseils pour garder une alimentation vegan équilibrée.

 

Manger Vegan avec Marie Laforêt ( + CONCOURS )

 

Au travers de ses recettes, Marie Laforêt nous prouve que la cuisine vegan n’a rien à envier à la cuisine traditionnelle. Pas de plats fades, sans saveurs ou non rassasiants ici. Juste de la créativité, saupoudrée de gourmandise et de plaisir.

On découvre les protéines végétales. On nous montre par quoi remplacer les œufs. Mais aussi comment préparer soi même des fromages vegans.

Bref…. Que l’on soit débutant ou non, grâce à ce bouquin, il est simple de se transformer en as de la cuisine vegan.

 

Manger Vegan avec Marie Laforêt ( + CONCOURS )

 

Des plats épicés et originaux…. Indian burger, gnocchis aux herbes, poivrons farcis au sarrasin – tofu – olives, ou encore seitan laqué… Blinis roses à la betterave, bouillon thaï aux légumes d’hiver, clafoutis aux asperges…

Des sauces… Sauce aux 2 fromages, sauce barbecue, sauce tartare, veganaise express au citron, vinaigrette noisette – shoyu…

Des desserts et tentations…. Tarte renversée à la rhubarbe, mousse au chocolat à l’orange et pistaches, pudding de fruits rouges aux graines de chia, granité de fraise…

Mais attention! Ce n’est pas tout!

Marie Laforêt nous livre aussi ses menus de fêtes, pour pouvoir se régaler en toutes occasions. Palmiers au pesto rosso, roulés de courgettes grillées, caviar végétal, entremets vanille – chocolat, mini glaces pina colada, galette des rois….

 

Un livre de cuisine qui me donne un max d’idées et d’envies, dont je vais au plus vite m’inspirer.

 

Manger Vegan avec Marie Laforêt ( + CONCOURS )

 

Et je crois que tu devrais en faire autant ! Oh oui !

 

C’est pourquoi, avec Natura Sense, nous avons décidé de jouer les Vieux Barbus avant l’heure et de te permettre de remporter un exemplaire de ce merveilleux bouquin.

 

Pour participer, tu dois :

 

  • être abonné à mon compte instagram @bijouxbonbonsetchocolat
  • être abonné au compte instagram de Natura Sense
  • aimer la photo du concours sur mon compte instagram
  • inviter au moins 2 amis à participer au concours ( 1 ami par commentaire pour que je sois certaine de voir ta participation, car insta cache des commentaires )

Plus tu invites d’amis, plus tu augmentes tes chances ( +1 chance par pote invité )

 

Chance supplémentaire = en partageant en story et / ou sur ton compte insta, le concours ( n’oublie pas de m’identifier et d’être en mode public, sinon je ne pourrai pas voir ta publication ).

 

Le concours prendra fin le 31 octobre à minuit et je publierai le nom de la ou du gagnant ici comme sur Instagram.

 

Bonne chance !

 

 

 

Au passage…. Si tu n’as pas la patience d’attendre le tirage au sort et que tu veux de suite ce livre, tu peux l’acheter ICI , à 29,95€.

 

 

 

 

 

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

Te souviens-tu de la collaboration avec Natura Sense, dont je t’avais parlé il n’y a pas si longtemps que ça? Si ce n’est pas le cas et que ce nom ne te dit rien, je t’invite à aller jeter un œil à mon article sur le sujet, qui se trouve ICI.

Bref.

Natura Sense a eu la gentillesse de me faire parvenir plusieurs livres de cuisine. 

 

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

 

Dont un exemplaire du Grand Livre de la Cuisine Crue, de Christophe Berg, paru aux éditions La Plage.

 

Un bon gros bouquin de 252 pages, avec une couverture épaisse qui donne de suite envie d’en savoir plus, grâce à la belle assiette que nous tend le Chef dessus.

D’ailleurs, ce n’est pas la seule photo qui met l’eau à la bouche. Le photographe Alexis Berg a su mettre en avant les plats des différentes recettes. Sans pour autant en faire de trop. Ici pas de chichis. Les idées culinaires que renferme ce livre se veulent simples, donc les photos sont sans fioritures, tout en restant élégantes et attrayantes.

Ce qui n’est pas plus mal. Car en général, si on finit par se plonger dans un bouquin de cuisine, c’est dans un premier temps à cause, ou grâce, des / aux photos. Du moins pour ma part. Bien évidemment, il faut d’abord que le thème abordé me plaise ( si tu me proposes un bouquin sur le nutella, ou les rognons, tu ne risques pas de me captiver ^^ ). Mais ensuite, je me penche directement sur les clichés, avant de vraiment regarder plus en détails les recettes. Ca ne me viendrai franchement pas à l’esprit de m’offrir un livre de cuisine sans la moindre photo de ce que je pourrai préparer.

Pour moi, le visuel a énormément d’importance dans ce domaine. La tambouille se doit d’être à la fois attractive au regard, tout comme savoureuse en bouche.

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

 

Mais revenons-en au Grand Livre de la Cuisine Crue.

 

Tu te demandes peut être pourquoi j’ai sélectionné cet ouvrage, plutôt qu’un autre, parmi ceux vendus chez Natura Sense ( quoi? tu t’en balances? merci, c’est sympa ! )…

Tout simplement parce que je suis de plus en plus attirée par les bienfaits de l’alimentation vivante. Même si je ne suis pas pour autant crudivore.

 

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

 

De quels bienfaits je te parle ?

 

Laisse moi t’expliquer vite fait…. 

 

Lorsque l’on parle d’alimentation vivante, cela signifie que l’on consomme des aliments crus à base de végétaux, n’ayant subi aucune transformation, si ce n’est la fermentation ou la germination. Le but étant de partir sur des produits bruts, pour garder au maximum les nutriments présents dans ces derniers. On évite donc la cuisson, ou du moins on essaye de ne pas dépasser les 40°C ( d’où l’intérêt de posséder un déshydrateur, mon RÊVE ). Et si l’on veut manger de la viande ou du poisson, on les consomme crus, eux aussi.

De cette façon, les aliments restent riches en vitamines, oligoéléments, fibres, enzymes naturels, etc…, et c’est notre corps qui va pouvoir en profiter. Des nutriments bien sympas avec nous, puisqu’ils vont éliminer les déchets accumulés dans notre organisme, tout en aidant notre système immunitaire, et en nous préservant au mieux de nombreuses maladies. De plus, manger des aliments crus soulage des troubles digestifs, mais aussi des maux de tête, en apportant un carburant rassasiant à notre organisme. Moins de fatigue et une meilleure concentration.

 

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

 

Ce bouquin, tu me le montres ?

Calme, petit glouton ! J’y venais!

 

Comme je te le disais, Le grand Livre de la Cuisine Crue est l’oeuvre de Christophe Berg, un Chef qui fait a ses classes aux Etats-Unis, avant d’exercé en Europe. Passionné de trail-running et de nutrition bio, il est l’auteur de 12 livres aux Editions La Plage, dont par exemple Un bonheur en Barres, Secrets d’Endurance ou encore J’arrête de Saler ( qui serait pas mal chez moi, histoire de faire comprendre au Chéri et aux garçons, que le sel a haute dose n’est pas génial…. ).

Dans l’exemplaire que je possède, il est donc question de raw food, saine mais aussi gourmande.

 

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

 

Ce livre est divisé en plusieurs parties.

 

Dans un premier temps, on nous explique le concept de cette façon de cuisiner et comment s’y mettre, mais aussi ce que cela peut bien changer dans sa cuisine. Car bien entendu lorsqu’il est question d’alimentation crue, un four ou un micro-ondes ne sont pas utiles. Il faut donc revoir la disposition de sa cuisine et les appareils nécessaires ou non, tout comme les ingrédients à sélectionner.

En cuisine crue, les légumes et fruits sont forcément primordiaux, mais les fruits secs et les épices aussi.

Autre point abordé dans ce livre : l’organisation. S’il on veut sécher des aliments au déshydrateur, ce n’est pas à la dernière minute qu’il va falloir s’y prendre. Cela va mettre du temps, voir de nombreuses heures. Donc il faut penser à l’avance aux menus que l’on projette de réaliser et pourquoi pas, s’octroyer des << journées cuisine >> pour préparer un maximum de chose. De cette façon, il n’y aura plus qu’à assembler les différents éléments au moment de composer son plat. Le Chef conseille même lorsqu’il s’agit de déshydrater des aliments, de faire des sessions de séchage groupé ( plusieurs préparations en même temps, sucré et salé pouvant cohabiter ensemble sur des grilles séparées ).

Dans ce bouquin, on apprend aussi des techniques de base et leurs utilités. Pourquoi faire tremper des amandes? Quelle est la différence entre << blender >> et << mixer >>? Comment faire germer des graines?

Le tout au travers de recettes simples.

 

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

 

D’ailleurs parlons-en des recettes…

Christophe Berg nous en fait voir de toutes les couleurs et de toutes les saveurs, dans son grimoire du cru.

Des assaisonnements et sauces qui changent de la vinaigrette classique. En passant par une assiette californienne qui revisite la salade César, en y ajoutant du chou kale et des croûtons de coco pimentés. Ou encore des tapas à déguster avec de l’aïoli à la crème de noix de macadamia. Sans oublier des gourmandises sucrées à tomber, comme les rouleaux poire-cacao à base de crêpes crues, ou les sorbets à la minute.

Tu as aussi des recettes de smoothies, de lassis ( faut que je teste ça ! ), et de frappés. Ainsi que des grignotages healthy, allant du granola, aux barres énergétiques, ou encore aux chips de légumes et crackers.

 

Il y en a vraiment pour tous les goûts et toutes les papilles !

Le Grand Livre de la Cuisine Crue, manger en prenant soin de son corps

 

Alors si tu le veux toi aussi , ce livre, il est dispo ICI pour 29,95€ .

 

 
Pssstttt…. J’ai un secret à te confier…. Je vais bientôt te poster des recettes que j’aurai réalisées avec ce super bouquin !