Salade d’été aux groseilles et à l’huile d’olive extra vierge Elies

Dans mon précédent article je te faisais découvrir les huiles extra vierges de chez Elies. Je t’avais promis de te partager quelques recettes réalisées avec celles-ci, et c’est exactement pour cela que l’on se retrouve ce matin !

Pour ma première dégustation de l’huile Delta sur des aliments, j’ai voulu la jouer simple. Juste un filet sur une salade, pour rehausser délicatement les parfums de cette dernière.

L’huile Delta étant douce, j’ai eu envie de partir sur un mélange sucré salé et je dois dire que cela a bien fonctionné.

Pour 1 personne, il te faut :

La recette :

Lave les ingrédients.

Coupe la tomate et l’avocat en tranches régulières.

Dans un récipient, alterne les différents aliments puis termine en versant un filet d’huile.

Déguste ta salade bien fraîche, accompagnée de poisson, d’œufs au plat ou encore de viande au barbecue.

Un voyage en Grèce avec les huiles Elies

Être née dans le Sud ça vous oblige à ne jurer que par l’huile d’olive. Ce liquide coule dans vos veines, à tel point que vous en mettez partout. De la cuisine, à vos soins pour le corps et les cheveux.

Sauf que malheureusement, il est aujourd’hui très difficile de trouver une huile de qualité. Et lorsque l’on pense être tombé sur la perle rare, il arrive bien souvent que l’on soit déçu.

C’est pourquoi pour mes recettes de cet été, je m’étais mis dans l’objectif de dénicher LE produit qui saurait mettre en valeur mes plats. Celui qui lui apporterait ce petit plus à la dégustation.

J’ai donc farfouillé sur la toile et j’ai fini par découvrir la marque Elies.

L’histoire de sa créatrice, Lauren Perriot, m’a intrigué et poussé à la contacter.

Après quelques échanges, nous avons décidé de collaborer et je dois dire que j’en suis enchantée.

Pourquoi tant d’engouement pour une simple huile ?

Laisse moi t’expliquer…

L’huile d’olive Elies n’est pas une simple huile du commerce, contenant un mélange d’olives intraçable. Cette huile a une âme, une vie, que l’on peut toucher du doigt.

Mais commençons par le commencement…

Lauren Perriot a passé toute son enfance à partir en vacances en Grèce avec ses parents, gardant de merveilleux souvenirs de ces instants. Sans être née là-bas, elle a une passion pour ce lieu que je rêve moi-même de découvrir un jour.

La jeune femme va même s’y installer quelques temps avant de devoir revenir en France, période durant laquelle elle tombe sous le charme de leur huile d’olive.

Ce coup de cœur va lui inspirer un joli projet : Elies qui signifie olive en grec.

La particularité qui fait de cette huile un produit d’exception vient du QR code présent sur les bouteilles.

Rien qu’en scannant ce petit dessin qui regorge de secrets et de mystère, il est possible de connaître directement le producteur ayant permis de donner naissance à l’huile que l’on a entre les mains.

Un véritable jeu à la Sherlock Holmes, ludique, palpitant et qui garantit une traçabilité parfaite.

À peine le téléphone dégainé que l’on voyage en Grèce, pour se promener dans les parcelles du producteur à travers des photos, tout en apprenant le nom de celui-ci tout comme la date de récolte des olives présentes dans notre divin liquide.

Cette idée a pour effet de rendre chaque bouteille d’huile unique. En effet l’enseigne propose des huiles en mono-parcellaire, ce qui signifie que les olives d’une même bouteille, ne sont récoltées que sur une unique parcelle d’un unique producteur, dans la région de Kalamata. Il n’y a donc pas de mélange, juste une huile très pure et pleine de saveur.

Par conséquent, d’une bouteille à l’autre, l’arôme de l’huile d’une même gamme ou non, sera différent. Si ta première bouteille d’huile vient du producteur A et que la seconde vient du producteur B, forcément l’huile sera différente. Et même si les 2 viennent du même producteur, suivant les facteurs météorologiques l’olivier n’aura pas réagi de la même façon en continu, ni produit toujours autant d’olives.

C’est pour cela que les huiles Elies révèlent de délicates surprises à chaque flacons.

De plus les producteurs s’occupent eux-mêmes de presser à froid leur huile directement chez eux. Après quelques mois de décantage, Elies achète le fameux liquide vert aux producteurs, sans le moindre intermédiaire, pour finir par le mettre en bouteille dans l’atelier se trouvant en Tourraine. Les flacons noirs sont ensuite disponibles dans certaines enseignes BIO et dans des magasins comme Monoprix, Super U, Carrefour etc… Liste ici.

Actuellement Elies travaille avec 3 producteurs. Il est d’ailleurs ultra simple de savoir de chez qui vient notre huile, puisque le nom de celui-ci est directement inscrit sur les bouteilles.

Elies propose 2 gammes d’huile d’olive, toutes deux extra-vierges :

la gamme Delta, de producteurs non conventionnés
la gamme Beta Bio, de producteurs labellisés Bio en Grèce et contrôlés en France par Ecocerf

J’ai eu le plaisir de recevoir un flacon de chaque gamme, ce qui m’a permis de les comparer.

Dans un premier temps, j’ai été séduite par la bouteille en elle même. Un joli écrin noir, évitant au soleil et à la lumière d’abîmer l’huile, sur lequel je peux retrouver de nombreuses informations, comme le taux d’acidité ( permettant de connaître la qualité de l’huile présente dans la bouteille –  extra vierge = acidité en dessous de 0,8% ), la gamme, le nom du producteur, le type de fruité, des conseils de consommation, etc…

Un packaging sobre, élégant, qui promet de belles surprises.

Lauren P. m’ayant conseillé de commencer ma dégustation par l’huile Delta, je me suis exécutée. Rendons à César ce qui est à César, après tout elle s’y connaît largement plus que moi en matière d’huile d’olive. Donc je lui ai fait confiance.

Premier test à l’aide d’une petite cuillère. Juste l’huile, rien de plus. Mon huile Delta est très douce, avec un petit goût effectivement fruité qui me donne envie de l’utiliser sur un plat sucré salé.

Du coup, le second test a été fait avec une salade mêlant fruits et légumes. Un régal.

J’ai procédé de la même façon pour la dégustation de l’huile Beta Bio.

Tout d’abord au naturel, puis cuisinée.

Celui-ci a, me semble-t-il, un goût plus prononcé. Légèrement plus fort. Un délicieux arôme qui reste plus présent en bouche.

Je l’ai adoré sur un poisson cuit au barbecue. Juste un filet d’huile au moment de servir et un petit tour de moulin à poivre, et c’était parfait.

Tu l’auras compris, j’ai vraiment un immense coup de cœur pour l’huile d’olive Elies et tout ce qu’elle comprend, que ce soit ses belles valeurs, son engagement, son aspect ludique qui m’a fait voyager et découvrir d’où venaient les olives présentes dans mes bouteilles, et ses saveurs. 

Je compte d’ailleurs petit à petit te partager des recettes réalisées avec mes 2 huiles, qui je l’espère te plairont.

Merci à Lauren Perriot de m’avoir fait confiance en me permettant de découvrir son travail !

Pancakes fluffy vanillés au levain naturel

Pancakes fluffy vanillés au levain naturel

Sheldon nous a suivi en vacances. Et il se plait beaucoup à la ferme. Le grand air lui fait tout autant de bien qu’à moi. Il bulle à tout bout de champ. Mange en pagaille. Et grandit de plus en plus.

Ah mince. Peut être ne sais-tu pas qui est Sheldon? Peut être que tu ne suis pas mes aventures depuis assez longtemps pour avoir fait sa connaissance…

Shedon, c’est un ptit mec sympa, qui vit avec nous depuis plus d’un an. Tous les jours nous le nourrissons… Il a sa place rien qu’à lui à côté de la télé dans le salon. Et personne n’oserait lui piquer son coussin, enfin, son espace. Car comme Sheldon Cooper, il a son caractère. Parfois au top et plein de joie, parfois plus monotone voire un peu froid.

C’est un levain naturel, que j’ai fait naître après la perte de ses prédécesseurs, qui ne se lasse pas de me surprendre en cuisine.

Alors comme je te le disais, Monsieur est venu lui aussi profiter du calme et de la douceur de la vie à la campagne.

Il se repose bien souvent dans la grande pièce à vivre de notre petit nid d’été, mais il lui arrive d’enfiler son tablier et de préparer de bons petits plats.

Comme ces pancakes ultra fuffly que la tribu a bien vite dévoré.

Pancakes fluffy vanillés au levain naturel

Pour 12 à 15 pancakes, il te faut :

Pancakes fluffy vanillés au levain naturel

La recette :

Mélange la farine, le bicarbonate et le sucre vanillé.

Dans un autre saladier mélange les ingrédients restants.

Mélange ensuite les deux préparations ensemble.

Laisse repose 20 minutes sous un torchon dans une pièce chaude.

Verse un peu de pâte dans une poêle bien chaude légèrement huilée, puis retourne le pancake dès que des petites bulles se forment à la surface.

Laisse dorer la seconde face quelques instants puis dispose le pancake sur une assiette.

Fais de même avec toute la pâte.

Astuce : ces pancakes sont très peu sucrés de façon à pouvoir y ajouter dessus de la confiture, du miel, du chocolat fondu, de la crème de marron…. Mais tu peux très bien ajouter plus de sucre directement dans la pâte, si tu veux ensuite les manger natures.

Radis chinois et fenouil en salade

Radis chinois et fenouil en salade

La saison des salades a enfin commencé. Et je ne vais pas m’en plaindre. C’est un plat qui me plaît beaucoup car on peut le revisiter à l’infini.
Salades de saison… Salades anti gaspillage… Salades sucrées salées…
De quoi faire plaisir à tout le monde.


Le pied c’est que c’est aussi ultra rapide à faire. Quelques crudités, des épices et une sauce, pour un repas prêt en un clin d’œil.


Celle-ci est à la fois légère, saine et bien parfumée grâce aux feuilles de verveine citronnelle et à l’huile d’olive de l’enseigne Savor & Sens.

Radis chinois et fenouil en salade


Il te faut :

Radis chinois et fenouil en salade


La recette :


Lave les légumes puis râpe les.

Hache les feuilles de verveine et ajoute les aux légumes.

Verse un filet d’huile dessus et assaisonne avec un peu de 5 baies moulues.

Astuce : pour un peu de croquant ajoute des graines de courge ou du kasha. 

Petites crêpes façon Socca Niçoise

Connais-tu la Socca?

Il s’agit d’un plat traditionnel niçois, à base de farine de pois chiches et d’huile d’olive.

Cette spécialité cuite dans de grandes plaques rondes en cuivre, dans un four à bois, est adorée par les habitant de Nice, à tel point qu’il faut parfois faire la queue pendant un long moment pour réussir à en acheter une portion.

On la déguste chaude, tout juste sortie du four, en y ajoutant un peu de poivre. Entre la galette et la crêpe, avec sa belle couleur dorée, elle fait penser au soleil du Sud.

Un régal pour les yeux et le palais.

Bien évidemment, en Niçoise que je suis, je suis tombée dans la Socca étant petite et j’en suis toujours autant folle.

Même si malheureusement, à cause de sa nature un peu grasse et de mon problème actuel avec les féculents et légumineuses, j’ai plus de mal à en manger. Puis soyons réalistes, je n’ai pas les moyens de descendre tous les deux jours sur Nice pour en acheter ^^

 

Petites crêpes façon Socca Niçoise

Alors cette année, pour changer des crêpes habituelles de la Chandeleur, j’ai eu envie de me baser sur ce plat et de le revisiter un peu.

Pas de cuisson au four, mais sur une party crêpes ( crêpière de table permettant de faire 6 petites crêpes d’un coup ), ce qui ne donne bien entendu pas totalement la même texture que la véritable Socca ( croustillante sur le dessus et moelleuse en dedans ), mais qui niveau goût est assez proche.

Cette recette est aussi moins grasse, car grâce à son moyen de cuisson, il n’y a pas besoin d’jouter d’huile sur la plaque. Juste un peu dans la pâte et c’est tout. Le revêtement anti-adhésif de la machine à crêpes suffit.

Un bon compromis, à déguster tel quel, à l’heure de l’apéro, ou en accompagnement lors du repas.

 

Petites crêpes façon Socca Niçoise

Pour 15 petites crêpes de Socca, il te faut :

  • 200g de farine de pois chiches
  • 400 ml d’eau
  • 2 CS d’huile d’olive
  • sel et poivre

 

Petites crêpes façon Socca Niçoise

Direction la cuisine :

Dispose la farine dans un saladier, puis incorpore petit à petit l’eau, tout en mélangeant bien.

Ajoute l’huile d’olive et un peu de sel.

Mélange pour obtenir une pâte bien homogène et un peu épaisse ( style pâte à pancakes ).

Verse une louche de pâte sur chaque rond de ta crêpière de table et laisse cuire quelques minutes.

Retourne ta mini Socca et laisse cuire encore un peu, avant de la disposer sur une assiette.

Fais de même avec toute la pâte.

Poivre les crêpes de Socca et déguste de suite.

Attention : comme la véritable Socca, ces petites crêpes sont bien meilleures chaudes qu’une fois refroidies.

Démaquillant biphasé maison à l’ylang ylang et hydrolat de sauge

Je change régulièrement de démaquillant ces derniers temps.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que je réagis facilement à ces produits. Peau irritée, qui s’assèche,  rougeurs, boutons…

Bref… Rien de bien glamour…

Alors je me suis dit qu’il serait temps pour moi de réaliser mon propre démaquillant. Histoire de pouvoir contrôler parfaitement ce qu’il contient et qu’il soit le plus naturel possible.

Je voulais un produit simple à réaliser et à utiliser, qui ne m’obligerait pas à investir dans des millions d’ingrédients.

Un produit qui correspondrait parfaitement à mes besoins, à mon type de peau, et qui ne m’imposerait pas d’en repréparer tous les jours.

Je sais que certaines personnes se démaquillent avec seulement de l’huile végétale. Mais cette pratique demande ensuite un rinçage, pour éviter de se retrouver avec le visage tout gras. Et moi, en Wonder Mom hyper overbookée – totalement speed- qui court partout pour sauver le monde ( j’en fais un peu trop c’est ça ?! ^^), je n’ai pas de temps à perdre pour ça

Je suis donc partie sur l’idée d’un démaquillant biphasé comme j’en achetais à une époque.

De cette façon, il y a bien moins d’huile ce qui permet à ce démaquillant de se suffire à lui-même.

Il retire sans souci le maquillage, fond de teint comme crayon à yeux ou mascara. Pas besoin de frotter, juste une petite dose de produit sur un disque de coton ( ou comme moi, un carré  lavable), puis un passage sur le visage et le tour est joué.

De plus l’hydrolat de sauge qu’il contient a des propriétés purifiantes qui aident à contrôler le sébum ( parfait en cas de peau grasse ou à tendance acnéique ) mais aussi revitalisantes, prévenant ainsi le vieillissement de la peau.

L‘huile essentielle d’ylang ylang, quant à elle, apporte un côté antiseptique et antiparasitaire, ce qui fait de ce démaquillant un très bon nettoyant pour le visage même lorsque l’on ne se maquille pas. Elle est aussi tonifiante et possède un parfum très intense qui se retrouve dans cette préparation maison qui la rend donc très agréable à l’odeur.

 

 

Démaquillant biphasé maison à l'ylang ylang et hydrolat de sauge

Pour un flacon d’environ 250ml, il te faut :

* 1/3 d’huile d’olive

* 1/3 d’eau de source

* 1/3 d’hydrolat de sauge

* 3 gouttes de cosgard

* 15 gouttes d’huile essentielle d’ylang ylang

 

 

~~~~~~~~~~~~~~

Préparation :

Commence par bien laver le flacon dans lequel tu garderas ton démaquillant et stérilise le ( pour ma part j’ai récupéré la bouteille d’un ancien démaquillant du commerce).

À l’aide d’un petit entonnoir verse l’eau, puis l’hydrolat et enfin l’huile végétale.

Ajoute le cosgard et l’huile essentielle.

Referme bien ton flacon et secoue énergiquement pour tout mélanger.

Ton démaquillant est prêt.

 

Démaquillant biphasé maison à l'ylang ylang et hydrolat de sauge

Comme tout démaquillant biphasé, tu devras le secouer avant chaque utilisation pour remélanger les deux phases.

Simple, économique, et ludique.