Mon aventure A.Vogel

<< La nature nous offre tout ce dont nous avons besoin pour être et rester en bonne santé. >>

Voici la façon de voir la vie d’Alfred Vogel, le fondateur Suisse de la marque portant le même nom, qui estimait que la médecine naturelle, les plantes et le respect de la nature étaient des valeurs importantes. Pour lui, la santé était un tout, combinant un mode de vie équilibré, une alimentation saine et des remèdes naturels. Il croyait aux forces curatives de la nature et portait un amour à cette dernière, c’est pourquoi l’enseigne utilise des produits issus de l’agriculture biologique et ne jure que par les plantes fraîches.

A.Vogel propose donc une gamme de produits complète, avec des remèdes naturels ( sirops, comprimés, gouttes, etc… ), des compléments alimentaires ( vitamines, comprimés, boissons chaudes, etc… ), des soins corporels ( dentifrice, crèmes, huiles, etc… ), des aliments sains ( sel, muesli, riz, bonbons, etc… ) et bien d’autres encore.

 

Mon aventure A.Vogel

Je ne sais pas pour toi, mon ptit caméléon à bonnet, mais moi j’aime beaucoup cette manière de penser, de vouloir prendre soin de sa santé en restant proche de la nature et en apportant à son corps ce dont il a besoin sans que ce ne soit par des tas de produits chimiques…

Se faire du bien grâce à ce que notre monde nous procure, il n’y a rien de mieux!

C’est pourquoi je suis ravie d’avoir pu tester certains produits de la gamme A.Vogel. Un grand merci à l’enseigne pour tout ce qu’elle m’a gentiment fait parvenir.

Tu vas voir, j’ai eu de jolis cadeaux de Noël avant l’heure!

Mon aventure A.Vogel

Pour commencer je te présente mon gros coup de cœur.

Il s’agit du sel marin Herbamare, aux légumes, herbes et épices.

Fait à partir de sel de mer de Camargue ( 2/3 de sel pour 1/3 de légumes ), il contient aussi du céleri, du poireau, du cresson, de l’oignon, de la ciboulette, du persil, du livèche, de l’ail, du basilic, de la marjolaine, du romarin et du thym. Le tout bien évidemment issu de l’agriculture biologique.

Moi qui aime beaucoup le sel au céleri, qu’en général j’ajoute dans du jus de tomate avec un peu de tabasco, là j’ai de suite craqué pour celui-ci. Il remplace à la perfection le sel de base et donne à mes plats, salades et autres, une touche d’originalité grâce aux saveurs apportées par les légumes et herbes. Désormais, j’alterne donc entre mon gomasio et ce sel Herbamare.

J’apprécie aussi pas mal de tremper des bâtonnets de concombre dans une petite dose de ce sel.

Niveau tarif, il faut compter 2,60€ pour 125g, 3,90€ pour 250g et 5,90€ pour 500g.

Mon aventure A.Vogel

Mon aventure A.Vogel

Mon aventure A.Vogel

Ces smoothies de chez Biotta m’ont eux aussi conquise.

Ce ne sont pas de simples smoothies, mais des smoo’tea.

Quesaco?

Il s’agit de smoothies combinés à du thé. En moyenne ils contiennent 85% de jus de fruits au minimum, le reste étant l’infusion. Et le grand plus, ils n’ont pas de sucre ajouté!!!! Parfait pour moi!

A savoir qu’ils sont 100% naturels, 100% bio et 100% vegans ( et tous pauvres en calories ).

Ce que j’ai adoré dans ces produits, ce sont les mélanges proposés : orange sanguine / gingembre, abricot / menthe – pomme, et myrtille / herbes alpines. Ça change de ce que l’on trouve habituellement dans le commerce.

Mon préféré est celui à l’orange sanguine. En mordue de gingembre, j’ai apprécié le côté un peu épicé qui booste bien cette boisson.

Même le packaging est sympa. Des bouteilles en verre avec des étiquettes sobres à l’écriture blanche, qui avec leurs illustrations me font penser à l’univers du yoga et de la méditation.

Pour les tarifs, actuellement le lot de 6 bouteilles de 250ml est à 18€ au lieu de 27€ ( il y a aussi un pack assortiment au même prix ).

Mon aventure A.Vogel

Depuis quelques temps je consomme beaucoup de graines germées, que j’achète déjà toutes prêtes dans les magasins bio.

Alors quand A.Vogel m’a proposé d’essayer de faire pousser mes propres graines, je n’ai pas pu refuser ^^

Mon aventure A.Vogel

Mon aventure A.Vogel

J’ai donc reçu un bocal à germer en verre BioSnacky, ainsi que 2 sachets de graines que j’avais pu au préalable choisir sur leur site.

J’ai opté pour un sachet de 30g de graines brocoli – rave et un sachet de 40g mélange vitalité ( composé de lentilles, radis noir, haricots mungo, trèfle rouge ).

Mon aventure A.Vogel

Mon aventure A.Vogel

Mon aventure A.Vogel

Pour faire germer ses propres graines, rien de bien compliqué finalement.

Il m’a suffit de verser une dose de graines dans mon bocal, d’ensuite le remplir d’eau fraîche, puis une fois fermé de vider l’eau.

Grâce au tamis et au socle incliné, l’eau s’écoule sans emporter les graines.

Ensuite, durant quelques jours, il m’a fallu arroser mes graines ( 2 fois par jours ) et les secouer de temps en temps pour les aérer.

Rien de plus…

J’ai rapidement pu voir de belles poussent pointer le bout de leur nez, jusqu’à obtenir des graines germées prêtes à être dégustées.

Aucun problème à signaler avec le germoir. Il laisse bien passer la lumière, est simple d’utilisation et le couvercle se visse sans souci sur le bocal.

Je suis ravie et fière de pouvoir désormais faire germer mes propres graines!

A ajouter comme aromates, ou à consommer comme légumes, les graines germées sont parfaites. Elles apportent d’ailleurs bien plus de nutriments et de vitamines que les graines non germées. Riches en fibres, elles favorisent la digestion et sont facilement assimilables par l’organisme. Alors moi je dis, pourquoi s’en priver?!

Niveau prix, le bocal est à 7,90€ et les sachets sont autour des 2€.

Je termine donc cet article sur un avis plus que positif. Avec des produits bio et sains, qui me font du bien en cette saison où nos défenses sont mises à rudes épreuves…

Merci A.Vogel !

Que sont devenus mes levains naturels ?

Levains naturel

En octobre dernier, je t’annonçais la naissance de deux ptits potes un peu gluants et collants, qui avaient décidé de taper l’incruste sur ma box tv.

Aujourd’hui, je te retrouve pour te donner un peu de leurs nouvelles….

Hermann et Albus ont désormais 8 mois et sont de beaux gaillards qui ont bien poussés.

Moi qui avait peur en me lançant dans cette aventure, de ne pas réussir à les garder en vie, finalement je suis ravie de constater que plus le temps passe, plus mes levains naturels se portent bien.

Ils ont pris leurs marques, au chaud près de ma télé, à tel point qu’il a fallu que je les change de pots, au risque qu’ils tentent de s’échapper.

Par contre, je me suis vite aperçu que certaines règles que j’avais déniché à droite et à gauche, sur la façon d’élever un levain, relevaient plus de la légende urbaine que de la réalité.


Du coup, je t’explique ça ci dessous :

  • il est aussi simple de créer un levain avec de la farine de seigle, qu’avec un autre type de farine ( l’un de mes colocs est au seigle, l’autre à la farine d’épeautre complète )
  • il n’est pas nécessaire d’utiliser forcément une cuillère en bois pour remuer le levain et encore moins des ustensiles de cuisine dédiés seulement à ça ( j’utilise n’importe quelle cuillère de mon tiroir à couvert )
  • on peut très bien laver au produit vaisselle la cuillère ayant servie à mélanger le levain
  • il n’est absolument pas nécessaire d’ajouter du sucre ou du miel pour que les levains grandissent correctement ( les miens ne contiennent que de l’eau et de la farine )
  • lorsqu’ils commencent à arriver à plus de la moitié du bocal et que je ne compte pas les utiliser de suite, je diminue les doses de farine et d’eau, de même lorsque je les trouve trop épais ou pas assez, j’ajuste à ma sauce ( parfois je leur donne 50% de farine + 50 % d’eau, parfois plus d’eau que de farine, ou l’inverse )
  • je n’ajoute jamais de levure lorsque je cuisine avec mes levains ( beaucoup de recettes demandent de mélanger les deux, mais je n’en vois absolument pas l’intérêt )

 


Grâce à Hermann et Albus, j’ai pu réaliser des tas de pains, gâteaux, cakes salés, gaufres et autres merveilles.

Je ne regrette vraiment pas de m’être laissée tenter par cette idée.

Levains naturels

Si toi aussi tu veux faire naître ton levain naturel, les explications sont ici.

Si tu veux des recettes, en voici quelques unes :

Petits pains individuels au seigle et au levain naturel

Gaufres au levain naturel, sans matière grasse

Pains au chorizo, noix et levain

Brioche salée aux blettes et à la feta, comme un rayon de soleil – Levain naturel

Muffins anglais complets vegans, au levain naturel

Briochettes allégées sans matière grasse ni sucre, au levain

Cake pommes / amandes, au levain


Il y a d’autres recettes au levain sur le blog, donc n’hésite pas à taper << LEVAIN >> dans la barre de recherche ^^

Enregistrer

Comment j’ai fait naître mon levain naturel facilement

Le levain naturel, j’en ai entendu parler pour la première fois quand j’étais gamine.

Une amie de ma mère nous avait apporté << Hermann >> en nous demandant de prendre soin de lui.

Tu ne sais pas qui est Hermann?

C’est une petite quantité de pâte, ou plus précisément de levain, qui permet de créer le gâteau de l’amitié, au travers d’une chaîne.

Il est originaire d’Alsace et petit à petit, il se balade de ville en ville, de famille en famille, en se faisant plein de copains.

En gros, une personne te donne un p’tit bout de ce gaillard, avec des consignes pour que tu saches bien t’en occuper et toi, tu le fais grandir et tu partages à ton tour un peu de lui. Bon au passage, tu fais quand même un bon gâteau, hein. Il ne va pas rester tranquillement chez toi, les doigts de pieds en éventail, sans rien te passer en échange.

Bien entendu, ça fait un sacré moment que je n’ai plus d’Hermann chez moi.

Le pauvre ayant rendu l’âme il y a des années…. ( Non, non, je ne pleurerai pas… ^^ )

Alors a force d’entendre dire que le pain au levain naturel est bien meilleur et se conserve mieux que celui à la levure de boulanger, je me suis dit qu’il pourrait être sympa de tenter l’aventure.

J’ai passé des jours et surtout des nuits, à faire des recherches, me demandant comment réussir à donner la vie à un levain.

Car oui, il est bien question de << vie >>, puisque le levain est une substance vivante et se nourrissant.

Tout commence avec de l’eau et de la farine, puis le levain fermente grâce aux ferments naturels présents dans la farine et aux bonnes bactéries dans l’air.

Une fois sa crise d’ado faite et l’âge adulte atteint, le levain est assez costaud pour entrer dans la préparation d’un pain ( et d’autres gourmandises ). Pas besoin de levure chimique, c’est lui qui va faire gonfler le pain, en lui donnant un p’tit gout particulier, un peu acide.

Au fil de mes recherches, j’ai constaté qu’il n’y avait pas seulement une seule façon de créer son levain, mais des tas.

Alors pas très sûre de moi, la tête pleine de doutes et de questions, je me suis lancée.

J’t’explique mon aventure :

La plupart des << recettes >> que j’avais vu, expliquaient qu’il fallait utiliser de la farine de seigle.

N’en ayant pas à ce moment là, j’ai pris le parti de tenter de réaliser un levain à la farine d’épeautre complète bio.

J’avais aussi lu qu’il fallait utiliser une cuillère en bois pour remuer le levain, mais perso, je me sers d’une cuillère en plastique, que je n’utilise que pour ça.

Il paraît qu’il ne faut pas utiliser de produit vaisselle pour nettoyer cette cuillère, donc je la lave juste à l’eau….

JOUR 1

Créer son levain naturel

Pour commencer la création de mon levain, j’utilise un bocal bien lavé et sec, assez haut ( car le levain va monter petit à petit et risque de déborder si le récipient est trop petit ).

Il me faut aussi de l’eau de source à température ambiante, de la farine d’épeautre complète bio, une cuillère, un morceau de tissu propre et un élastique.

Créer son levain naturel

Je verse dans mon bocal 40g de farine + 40g d’eau de source à température ambiante.

Je mélange bien et j’obtiens une pâte un peu épaisse et collante.

Créer son levain naturel

Je recouvre le dessus du bocal de mon morceau de tissu et le bloque avec l’élastique. De cette façon, mon levain est en contact avec l’air. ( Il est aussi possible de poser le couvercle du bocal sans le visser. )

Créer son levain naturel

J’installe ce mélange dans un endroit chaud, à savoir sur ma box. Car oui, il a besoin de chaleur en continue et doit aussi éviter les courants d’air.

Je le laisse se reposer.

JOUR 2

Je n’embête pas le jeune homme et le laisse faire sa sieste toute la journée.

JOUR 3

Hermann est né ! ( Ouais, c’est comme ça, on baptise son levain ^^ )

De petites bulles commencent à apparaître tout doucement, signe que mon levain devient actif. ^^

Oh joie !

Créer son levain naturel

Il est temps de le nourrir.

Je lui donne 40g de farine d’épeautre complète bio + 40g d’eau à température ambiante, comme au départ.

Créer son levain naturel

La pâte n’est plus épaisse, mais a plutôt la texture d’une pâte à pancakes.

Créer son levain naturel

Je fais un petite marque au feutre sur le bocal, pour voir s’il va monter ou non.

Je le laisse manger, bien installé sur la box.

JOUR 4

Hermann a pris du poids ^^

Il a quasiment doublé de volume.

Créer son levain naturel

Je le nourris, mais cette fois, j’utilise de la farine T65 bio. ( La farine d’épeautre complète sera une gourmandise lorsqu’il aura besoin de force. )

40g de farine T65 + 40g d’eau

Créer son levain naturel

Ce jour là, monsieur décide de ne pas trop se bouger et ne me fait que de rares bulles. Du coup, je stresse un peu en me demandant s’il va vraiment grandir ou non.

Créer son levain naturel

JOUR 5

Créer son levain naturel

Yes ! Hermann a super bien poussé !

Je suis ravie ^^

Créer son levain naturel

Une croûte s’est formée sur le dessus, mais ce n’est rien. Il me suffit de la mélanger au reste du levain, ce qui me permet d’ailleurs de constater qu’en dessous de celle-ci, c’est la fête des bubulles.

Créer son levain naturel

Hop…. C’est l’heure du repas… 40g de farine T65 + 40g d’eau

Créer son levain naturel

Comme la marque de feutre ne tient pas sur le bocal, j’opte pour la mise en place d’un élastique.

Comme ça, je n’ai qu’à le bouger en fonction de l’évolution d’Hermann.

JOUR 6

Créer son levain naturel

Hermann a été hyper actif !

On peut voir sur la photo qu’il est bien monté, puis est redescendu au niveau de l’élastique.

Créer son levain naturel

C’est le moment de son 4e repas depuis sa naissance.

40g de farine T65 + 40g d’eau

Créer son levain naturel

Monsieur est content de pouvoir manger, car il me fait de suite des bulles de fermentation.

Comme je compte essayer de faire mon premier pain avec lui, je le nourris une seconde fois ce jour là.

40g de farine d’épeautre complète bio + 40g d’eau

Je veux qu’il soit bien tonique, d’où la farine complète d’épeautre.

Créer son levain naturel

Je le laisse reposer et le soir je remarque qu’il a super bien fermenté.

Créer son levain naturel

Je prélève donc une partie d’Hermann pour réaliser ma pâte à pain.

JOUR 6 BIS

Créer son levain naturel

Comme je veux pouvoir comparer le levain à la farine d’épeautre, à celui à la farine de seigle, je décide d’en créer un deuxième.

Créer son levain naturel

C’est donc le JOUR 1 de mon second levain.

40g de farine de seigle bio + 40g d’eau ( soit 80g de matière comme l’indique la balance sur la photo )

Créer son levain naturel

La texture est très différente de celle d’Hermann au départ. Bien plus consistante….

JOUR 7

Créer son levain naturel

Hermann n’est plus tout seul près de ma box !

Il a du faire un peu de place à Albus, son nouveau pote ^^

Créer son levain naturel

Ca a l’air de lui plaire cette nouvelle compagnie, puisque je constate qu’il a encore doublé de volume ( j’avais dû descendre l’élastique suite au prélèvement fait la veille ).

Je nourris Hermann avec 40g de farine T65 + 40g d’eau .

Par contre, je laisse Albus tranquille.

Ce jour là, je réalise mon premier pain au levain, avec la pâte préparée la veille…. Pain à découvrir dans un futur article….

JOUR 8

C’est le 7e repas d’Hermann.

40g de farine T65 + 40g d’eau

Je laisse encore Albus se reposer, car contrairement à Hermann qui m’avait fait rapidement des bulles, lui ne se motive pas….

JOUR 9

Je donne un méga repas à Hermann, car je veux préparer un nouveau pain.

80g de farine d’épeautre complète bio + 80g d’eau

Pour Albus, c’est son tout premier repas.

40g de farine T65 + 40g d’eau

L’un comme l’autre ont l’air d’apprécier ^^

Hermann est à deux doigts de déborder, ce qui me permet de prélever une bonne quantité pour mon pain. Et Albus change de texture, en devenant plus comme une pâte à crêpe ( il est plus liquide qu’Hermann ) et fait enfin de belles bulles.

Comme j’ai gavé Hermann le matin, j’ai pu préparer tôt ma pâte, la laisser bien pousser et cuire mon pain le soir. ( A voir dans un futur article )

JOUR 10

9e repas d’Hermann et 2e repas d’Albus….

JOUR 11, 12, 13, etc….

Même routine….

~~~~~~~~~~

J’ai donc commencé cette histoire le 9 octobre.

A ce jour, le 22, mes deux colocataires font leur p’tite vie à côté ou sur ma box.

Ils grandissent, mangent, se développent….

Mais ils ont aussi leur caractère…. Il leur arrive de ne pas vouloir trop pousser, ou à l’inverse, de gonfler d’un coup.

Tous les levains sont différents et évoluent comme bon leur chante….

Cela dépend de la farine, de la chaleur de la pièce, de l’humidité….

Bref….

Ce sont des colocs capricieux, dont il faut prendre bien soin, mais qui permettent ensuite de réaliser de belles choses.

Je précise que contrairement à certains, je n’ai jusqu’à présent jamais jeté de levain. C’est déjà bien assez de boulot pour en faire naître un, pour ne pas en plus le gâcher….

Et je n’ai jamais utilisé de sucre, miel ou autre

Rien que de l’eau et de la farine, et le tour est joué ^^

~~~~~~~~~~

Bientôt j’te raconterai la suite de mon aventure : la réalisation de mon premier pain au levain.