Il était un rêve – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Il était un rêve – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Nouvelle aventure littéraire avec Liz Braswell aux commandes. Et comme pour les précédents livres de l’auteure, je compte bien te donner mon ressenti.

Petite récap’ pour ceux qui ne connaissent pas, ” Il était un rêve ” fait parti de la saga des Twisted Tale Disney. Ce qui signifie que l’on part d’une histoire Disney basique pour se retrouver avec une fin totalement différente. Comment est-ce possible ? Tout simplement car l’un des moments clés du récit est modifié.

Avec Il était un rêve, on plonge dans l’idylle amoureuse de la princesse Aurore, qui après s’être piqué le doigt, finit par être réveillée par le doux baiser de son prince charmant.

Sauf que dans cette version, le prince Philippe ne doit pas être si doué que ça pour embrasser, car la jeune fille ne se réveille absolument pas. Pire que ça, elle est prisonnière d’un songe orchestré de toutes pièces par Maléfique, qui a réussi à faire croire à la princesse que ses parents l’ont abandonné et qu’elle est la seule à vouloir son bonheur.

La sorcière parvient même à perçoider Aurore que le monde en dehors des murs du château, est complètement cauchemardesque et ravagé. Ce qui motive la jeune femme à ne jamais sortir.

Un point qui pour moi, montre jusqu’où Aurore peut être naïve. Elle qui est déjà une tête de linotte dans la version Disney, perdue dans ses pensées et son univers enchanteur, je trouve qu’elle n’a franchement pas beaucoup évoluée dans ce Twisted Tale. Ce qui est bien dommage. Elle gobe sans broncher tout ce que Maléfique lui dit, n’osant même pas aller questionner ses parents qu’elle sait être au cachot. Elle ne tente pas d’aller voir par elle-même ce qu’il en est à l’extérieur du palais, préférant juste rêvasser, dormir et danser.

Le ” sexe faible ” comme on dit bien souvent, n’est franchement pas mis en avant ici. Les clichés et stéréotypes sont trop présents, et même si l’auteure cherche à les démonter, personnellement j’ai le sentiment que c’est un échec.

Sans parler du prince, qui est prêt à tout pour sauver sa dulcinée, qu’il ne connaît pas plus que ça, mais dont il est aveuglément fou amoureux. Monsieur est juste en extase devant la beauté de la demoiselle, sans chercher à savoir ce qu’elle est réellement à l’intérieur. En gros, on reste dans le côté ” soit belle et tais-toi“…

Le récit est assez décousu, je dirais même brouillon. On passe bien souvent d’une étape à l’autre sans trop de raisons, ce qui peut être perturbant.

Cette parodie de La Belle au bois dormant aurait mérité d’être plus poussée, plus recherchée. C’est plat, limite ennuyeux, sans âme ni émotion. Les personnages sont fades. Les dialogues ne vont pas plus loin que des discussions de cour de récré.

Bref… J’ai eu du mal à terminer le bouquin, devant me forcer pour arriver jusqu’à la dernière page. Je ne recommande vraiment pas Il était un rêve, encore moins si vous voulez débuter l’aventure Twisted Tale.

Il était un rêve – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Histoire éternelle – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Histoire éternelle – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Jamais 2 sans 3…

Voici un nouvel avis sur un des bouquins de la collection Twisted Tale, dans lesquels Liz Braswell revisite les Disney.

Le concept est toujours le même, l’un des éléments clés est complètement changé voire oublié, pour donner un autre tournant à l’histoire.

Avec Histoire Éternelle nous retrouvons bien évidemment la trame basique de la Belle et la Bête, à savoir un prince et ses sujets sous le coup d’une malédiction, et une jeune femme qui débarque dans leur vie pour tout chambouler.

Sauf que là, le sortilège qui a transformé tout ce petit monde n’a pas été lancé par n’importe qui. Belle va vite comprendre que sa mère, qu’elle n’a jamais vraiment connu et dont elle n’a pas de souvenir, se cache derrière tout ça.

Une révélation qui va énormément l’intriguer , au point de la pousser à faire de nombreuses recherches qui vont la mettre en danger.

Histoire éternelle – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Il s’agit donc du troisième Twisted Tale que je lis ( mes autres avis sont ICI )et je dois dire que je l’ai beaucoup apprécié. Tout comme avec la version sur La Petite Sirène, j’ai eu du mal à stopper ma lecture. Une fois plongée dedans, à parcourir les couloirs du château de la Bête ou à revenir en arrière à l’époque de la rencontre des parents de Belle, j’étais bien trop captivée pour poser mon livre.

D’ailleurs, ces flash-back sont très appréciables. On ne nous parle pas vraiment de la mère de Belle dans l’histoire de Disney, donc en apprendre plus sur elle, ainsi que sur sa relation avec Maurice, le père de Belle, est intéressant. Surtout lorsque l’on comprend que celle-ci était une puissante enchanteresse éprise d’un simple humain. Un ptit côté moldu / sorcière qui rappel fortement l’univers d’Harry Potter.

C’est donc entre flash-back, scènes tirées du dessin-animé Disney et nouvelles péripéties que la lecture évolue. On revoit Maurice entrer dans le château et se faire jeter au cachot par la Bête… Gaston se pavaner à la taverne… Belle être subjuguée par l’immense bibliothèque… Tout en ayant entre ces moments, de nouveaux événements.

L’auteure a su dépoussiérer ce conte bien connu, en y ajoutant des idées de bienveillance, de tolérance et surtout de remise en question de soi-même. Les notions de pouvoir et de richesse en prennent aussi pour leur grade. Et comme dans les deux précédents romans de cette saga que j’ai lus, la position de la femme est un sujet très présent.

Et bien évidemment, la fin elle-même n’a plus rien à voir avec l’originale. Ce qui, à mon avis, est largement mieux. Mais je ne vais pas en dévoiler davantage….

Profondeurs de l’océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Profondeurs de l'océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

On se retrouve aujourd’hui pour un instant lecture.

Je t’ai déjà parlé de l’univers Twisted Tale lors de mon avis sur la nouvelle version des aventures d’Aladdin. Celui-ci m’avait laissé très mitigée, ce qui pour autant, n’avait rien retiré à mon envie de découvrir les autres romans de la série.

C’est donc dans le monde marin d’Ariel que je me suis plongée cette fois-ci. Pour cause, j’adore le personnage, non pas de la sirène aux cheveux flamboyants, mais de la sorcière des mers Ursula.

Je la trouve à la fois mystérieuse et charismatique, avec une âme sombre qui cache certainement un lourd secret.

D’où mon attirance pour ce second bouquin de la collection de Liz Braswell ( éditions Hachette Héros ).

Dans cette version, Ariel qui n’a pas réussi à faire chavirer le cœur du prince Eric, est toujours sous le maléfice d’Ursula. 5 années se sont écoulées et la petite sirène qui n’a pas pu récupérer sa voix, est à présent la reine d’Atlantica, son père Triton ayant été vaincu par la femme pieuvre.

Pieuvre qui d’ailleurs, sous les traits de Vanessa, a épousé le prince et dirige désormais le royaume de ce dernier.

L’histoire pourrait s’arrêter là, pour bien faire comprendre que tout acte a des conséquences, surtout lorsque l’on fait appel à la magie. Mais un évènement vient pousser Ariel à remonter à la surface : son père serait peut être en vie, prisonnier des tentacules de la sorcière.

Profondeurs de l'océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

J’en pense quoi ?

Gros point différent de la version sur Aladdin et Jafar : ici, on ne va pas se retaper des kilomètres de pages décrivant la fin du dessin animé de La Petite Sirène. Quelques détails nous sont remémorés de façon ludique, grâce surtout à Eric, sans pour autant nous ennuyer avec un copié collé de l’histoire de base. Un bon point selon moi!

Au niveau des personnages, on remarque de suite qu’ils ont bien évolués.

La naïve sirène qui rêve sans cesse et ne pense qu’à voyager et trouver le grand amour, a grandi, apprenant à faire passer son peuple avant ses désires. Loin d’elle le côté potiche un peu écervelée, qui chante à longueur de journée et ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Même si elle a gardé une légère dose d’impulsivité, la demoiselle est plus réfléchie et mûre. Elle est d’ailleurs prête à tout pour retrouver son père et mettre fin aux agissements de Vanessa – Ursula.

Cette dernière, quant à elle, nous dévoile encore plus que dans le dessin animé, son côté manipulatrice. Elle a mis la main sur le beau prince dont Ariel était folle… Elle possède toujours la belle voix de la sirène, ne se faisant pas prier pour l’utiliser et charmer son entourage grâce à elle… Elle détient le souverain des océans qu’elle déteste plus que tout… Et elle gouverne d’une main de fer tout un royaume terrestre. Hors de question pour elle de laisser le retour d’Ariel mettre en péril ses plans. Stratège jusqu’au bout des tentacules, elle va riposter plus fort que jamais.

Eric est pour moi, le personne qui m’a le moins inspirée. Pas que je ne l’aime pas ou l’ai trouvé inintéressant. Non. Mais disons que j’ai préféré le bras de fer entre les deux déesses des mers. Ce qui n’enlève rien à ce personnage, qui lui aussi a pris plus d’envergure. Même s’il est toujours un peu rêveur et fleur bleue, à se remémorer le souvenir de cette jeune femme à la voix d’ange, il va finir par comprendre qu’il a un rôle à jouer dans son royaume. Il est grand temps pour lui de reprendre les rênes et de stopper la femme qu’il a eu le malheur d’épouser.

J’ai beaucoup apprécié la venue de plusieurs personnages secondaires, sans qui cette version serait moins attrayante. La petite Vareet par exemple, qui n’existe pas dans l’histoire de base, a une forte importance ici. J’ai eu de la peine pour elle, de la compassion et de la tendresse. Au point que je voudrais même en savoir plus elle. De même pour Eureka et Jona, sa descendante, sans qui cette aventure n’aurait pas lieu.

Profondeurs de l'océan – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

L’ambiance conte de fée de Disney est bien présente, mais avec un style plus adulte, qui se lit très bien et rend ce tome assez addictif. J’ai été captivée par ce bouquin, ayant du mal à le lâcher. On va de rebondissement en rebondissement, tout en se demandant si Ariel finira ou non dans les bras d’Eric… Si elle quittera le cœur de l’océan pour continuer sa vie sur deux jambes à l’air sec… Si Ursula terminera en informe algue vivante et gluante, comme elle adore transformer ses proies… Ou si elle parviendra à se créer son monde dans celui des humains…

On a même le droit à une allusion au roman << Pauvre âme en perdition >> de Serena Valentino, que je compte pourvoir lire tôt au tard, de façon à découvrir ce qui a fait d’Ursula, l’être cruel et rancunier qu’elle est.

Ce rêve bleu – Livre Disney Twisted Tale – Mon avis

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

Première grande aventure pour moi dans l’univers remanié de Disney, avec les romans Twisted Tale.

Alors, si tu ne connais pas, le concept de Twisted Tale c’est de modifier un élément important des histoires classiques de Disney, pour qu’ensuite, cela faisant effet boule de neige, tous les événements se voient chamboulés à leur tour.

Un bon moyen de faire du neuf avec de l’ancien. Ce qui perso, n’est pas pour me déplaire, en grande mordue de Mickey et Cie, que je suis.

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

Bref…

Avec Ce rêve bleu, de Liz Braswell ( éditions Hachette Héros ), tu t’en doutes, on retrouve le monde de l’intrépide Aladdin, et son idylle avec la magnifique princesse Jasmine.

Sauf que là, notre cher voleur au grand cœur ne va pas pouvoir obtenir l’aide du Génie bleuté pour faire de lui un prince. Car oui, Aladdin va bien foncer tout droit dans la gueule du tigre des sables et arpenter les couloirs de la caverne aux merveilles, mais il n’aura pas la chance de récupérer la lampe merveilleuse. Et comme tu le sais ” pas de bras, pas de chocolat“… Ou plutôt dans notre cas, “pas de lampe magique, pas de vœux“…

C’est donc dans ce contexte légèrement différent de la trame de base, que le jeune homme va devoir affronter Jafar. Ce qui bien entendu, ne va pas être une mince affaire, puisque celui-ci sera bien décidé à être sultan ( à la place du sultan : il doit être pote avec Iznogoud ) et à imposer ses règles à tout Agrabah.

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

J’en pense quoi ?

L’idée d’une réécriture donnant un ptit coup de jeune à cette histoire qui vient de mon enfance, n’est pas pour me déplaire. Avoir une version alternative est sympathique et permet de se remémorer des souvenirs de môme tout en côtoyant l’attrait de la nouveauté.

Ce que j’ai le plus apprécié, c’est le fait de découvrir les personnages sous un nouveau jour. Aladdin n’est plus le héros de l’histoire, prêt à voler au secours de sa bien-aimée à chaque petit problème. Dans cette version, les femmes ont un plus grand rôle à jouer que dans la version classique. Car même si Disney avait un peu rendu Jasmine rebelle puisqu’elle refusait d’épouser n’importe quel prince qu’on lui avait mis sous le nez, elle n’en était pas moins ultra naïve.

Là, la jeune femme ainsi que d’autres protagonistes féminines, vont taper du poing sur la table, et faire valoir leurs idées.

On nous montre aussi plus le côté obscur d’Agrabah. Et pas seulement vis à vis de Jafar. Lorsque l’on regarde le dessin animé de Disney, on a de l’affection pour ce petit bonhomme rondouillard qu’est le sultan. Alors qu’en y réfléchissant bien, on peut voir ce qui se cache derrière lui. Pendant que le père de Jasmine s’amuse avec ses jouets, le peuple meurt de faim et la misère grandit dans les rues de la cité. C’est donc bien lui, le fautif au départ. C’est le sultan qui n’est pas capable de prêter attention à son peuple, préférant s’occuper de sa petite personne. Un côté plutôt estompé dans la première version.

Ce twist a un côté bien plus sombre que l’histoire habituelle de Disney. On y croise des morts vivants, tout en décryptant des allusions salaces. Ce rêve bleu s’adresse donc à un public moins jeune.

Jusque là, ce What if est plutôt cool, avec ses clins d’œil au dessin animé glissaient par-ci par-là. Mais ce qui m’a un peu freiné vient des premiers chapitres du livre. On reprend les péripéties du début du dessin animé bien trop tôt selon moi. Ou du moins trop en détail. Il faut avoir lu pratiquement 1/3 du bouquin pour voir un changement s’opérer. De quoi perdre en route pas mal de lecteurs qui espèrent rentrer vite dans le vif du sujet.

Autre petit point qui m’a dérangé, c’est l’utilisation du Génie. Déjà dans la version de Disney, j’avais le sentiment qu’il donnait beaucoup plus de sa personne que ce qu’il aurait dû. Il ne se contente pas de faire d’Aladdin un prince, en changeant son apparence et en lui refilant quelques piécettes. Il reste auprès de lui pour lui souffler quoi dire à la princesse et l’aider à conquérir son cœur, tout en en mettant plein les yeux à tout un chacun. On est bien loin du simple vœux réalisé, style la marraine de Cendrillon qui va simplement la relooker et lui imposer un couvre-feu.

Et bien dans ce twist, le Génie accompli encore plus de petits gestes à tout bout de champ. L’auteure tente bien de justifier ça vite fait dans un passage d’un chapitre, mais perso, je trouve ça mal ficelé. Ça ne prend pas.

Sans vouloir te spoiler, je reconnais que la fin m’a étonnée. Je ne m’y attendais pas, bien trop habituée aux petits oiseaux bleues qui gazouillent de Disney. Un bon point pour ce roman.

Ce qui du coup, me laisse un avis mitigé sur cette version alternative. J’adore le concept, mais je n’ai pas totalement adhéré avec la façon dont il a été travaillé ici.

Ce qui ne m’empêche pas d’avoir très envie de lire l’intrigue sur Ursula ( je suis fan de ce perso) ainsi que celle sur Elsa et sa frangine!

Ce rêve bleu -  Livre Disney Twisted Tale - Mon avis

NB : Heureusement que ce livre vient de la bibliothèque, car à 16€90, je trouve que ça ne le fait pas trop d’avoir des pages mal coupées ( donc trop grandes ) et du coup, toutes pliées….

Ma sélection de films et dessins animés pour Halloween

Quand le mois d’octobre débute, nous passons en mode Halloween. Déco, repas, musique, films…. L’ambiance prend les couleurs de l’automne avec une pointe d’ectoplasme dans l’air.

Nous ne sommes que le 4 octobre et pourtant nous avons déjà enchaîné plusieurs films et dessins animés peuplés de monstres.

Certains se regardent avec les Gremlins, d’autres doivent plutôt être matés en amoureux ou avec des potes.

Mais les uns comme les autres permettent de passer de bons moments au chaud, loin de la pluie, avec du pop corn, un mug de lait d’or fumant et des cookies à la courge.

Hôtel Transylvanie 1 / 2 / 3

Un vampire qui élève sa fille, dans un hôtel spécialement conçu pour les monstres et interdit aux humains. Une vie bien rodée, totalement chamboulée par l’envie d’évasion de la jeune vampire et l’arrivée d’un rouquin au grand cœur, qui n’a rien de supernaturel. Ca donne un dessin animé bourré de jeux de mots, de scènes hilarantes et de clins d’œil aux croyances sur l’univers des créatures ” maléfiques “.

Beetlejuice

En grande fan de Tim Burton, je te préviens, il y aura plusieurs de ses chefs d’œuvre dans cette liste…

Un gentil petit couple avec une vie paisible, meurt lors d’un accident de voiture et revient en tant que fantômes. La nouvelle existence de ces revenants, est rapidement perturbée par les nouveaux propriétaires de leur maison, dans laquelle ils sont bloqués. Ils vont donc demander de l’aide à Beetlejuice, un bio-exorciste totalement déjanté et imprévisible.

Kiki la petite sorcière

Le Studio Ghibli nous invite à suivre Kiki, une jeune sorcière, qui décide de quitter ses parents pour partir vivre sa propre vie dans une nouvelle ville. Douée en vol sur balai, la demoiselle ouvre sa société de livraison par les airs, ce qui va lui permettre de faire de chouettes rencontres et de lier de belles amitiés.

Casper

Un jeune fantôme de 10 ans en manque d’amis se débrouille pour faire venir dans son manoir, une jeune fille et son père complètement obsédé par les revenants. Ce qui ne va pas spécialement plaire aux oncles fantômes de Casper. Celui-ci va devoir gérer sa famille d’esprits farceurs, tout en déjouant les manigances d’une femme qui désire mettre la main sur le trésor caché dans la demeure.

Ghostbusters 1 / 2 / 3

Que ce soit dans les 2 premiers volets des années 80 ou dans le troisième de 2016, les ectoplasmes en prennent pour leur grade. Les chasseurs de fantômes sont au taquet pour préserver la ville des revenants, bien armés de leurs fusils à proton et de leur sens de l’humour.

Shining

Jack, sa femme et son fils, doivent garder un hôtel vide durant tout l’hiver. Hôtel immense, glauque, éloigné de tout. L’ambiance va vite tourner au vinaigre, lorsque le gamin, médium à ses heures perdues, va réaliser que de nombreux drames ont eu lieu entre ces murs. Surtout que son père, légèrement alcoolique, devient de plus en plus sombre et dangereux.

Cube

Plusieurs personnes qui ne se connaissent pas, se réveillent et constatent qu’elles sont enfermées dans un cube étrange, où de nombreuses pièces communiquent les unes avec les autres. Elles cherchent désespérément à sortir de cet enfer, en essayant de ne pas se faire tuer par tous les pièges dont regorge les salles.

Coco

Miguel est un incroyable musicien mais ne peut pas laisser place à ses talents, car la musique est bannie par sa famille. Lors du Dia de Muertos, le jeune garçon se retrouve propulsé dans l’univers des morts, hauts en couleurs et en chansons. Il y retrouve plusieurs de ses ancêtres, qui vont tout faire pour l’aider à retourner dans le monde des vivants. Ce qui va lui donner l’occasion de comprendre pourquoi sa famille déteste autant la musique.

Happy Birthdead

Une jeune étudiante se réveille le jour de son anniversaire avec sentiment de déjà vue. Et pour cause, elle se rend rapidement compte qu’elle revit inlassablement son décès. Pourchassée par un tueur masqué, elle tente de stopper ce cercle infernal et de survivre, une bonne fois pour toute.

La famille Addams 1 / 2 / 3

Une famille délirante, qui a une passion pour le lugubre, les araignées, les morts et les objets tranchants. Des enfants qui adorent les jeux dangereux. Un manoir sombre entouré d’un cimetière. Le tout dans des comédies familiales pleines de fous rires.

Frankenweenie

Après la mort de son chien, Victor décide de le ramener à la vie, tel le monstre de Frankenstein. Malheureusement, celui-ci va réussir à se sauver, ce qui va chambouler le quotidien de ses amis et de son entourage.

Les ensorceleuses

Pas facile d’avoir une vie normale lorsque l’on est une sorcière. Encore moins lorsqu’une malédiction condamne à mort l’homme que l’on aime. C’est dans cette galère que grandissent deux sœurs, au départ très proches, que le quotidien va éloigner. Mais un rebondissement tragique va à nouveau les rapprocher et c’est main dans la main qu’elles vont devoir affronter le mal.

Vampire Forever

Mark rêve d’aller plus loin avec sa petite amie, mais pour elle, ce n’est pas encore le moment. Ses amis parviennent donc à le motiver à chercher une nouvelle conquête dans un bar, où il va faire la connaissance de la Comtesse. Ce qu’il ne sait pas, c’est que cette charmante créature est une vampire, qui pour rester belle et jeune, doit se nourrir du sang d’un vierge.

The Craft

Des ados qui se plongent dans la magie. Des rituels qui dérapent. Dons surnaturels, folie, jalousie. Ca donne 4 jeunes sorcières qui vont finir par avoir de graves ennuis.

Le nombre 23

Après avoir lu un étrange roman, dont il a le sentiment d’être le héros, Walter devient légèrement parano. Il se rend compte que partout autour de lui, le nombre 23 est présent. Comme si celui-ci dirigeait sa vie et celle de ses proches.

Les sorcières

Tiré du livre pour enfants Sacrées Sorcières de Roald Dahl.

Les sorcières veulent se débarrasser de tous les enfants d’Angleterre. Pour cela, elles leurs distribuent des bonbons et chocolats empoisonnés, qui transforment les gamins en souris. Par chance, la grand-mère d’un jeune garçon connaît bien les plans de ces êtres démoniaques, ayant déjà croisé l’une d’elle lorsqu’elle était enfant.

Hantise

Invités à passer plusieurs jours dans un vieux manoir, sous le couvert de faire des recherches sur les insomnies, un groupe de personnes va se retrouvé confronté aux esprits qui hantent la demeure.

13 fantômes

Quelle joie d’apprendre que l’on vient d’hériter d’une immense maison. Sauf quand on comprend que l’oncle décédé qui nous a légué la demeure, y a laissé toute une collection de fantômes, tous plus démoniques les uns que les autres.

Bien évidemment, à cette liste viennent s’ajouter les célèbres Chucky, Freddy, Halloween, Jason, Jeepers Creepers, Ca, Conjuring, Le vaisseau de l’angoisse, Annabelle, Ouija, Us, Destination Finale, Escape Game, Teen Wolf, Psychose, etc….

Pour ce qui est du 31 octobre, il est de tradition chez nous de regarder en famille ces films :

Hocus Pocus

Le soir d’Halloween, Max a la mauvaise idée d’allumer la bougie à flamme noire, ce qui va avoir pour conséquence de ramener à la vie, 3 sorcières. Aidé de sa petite sœur, d’une amie et d’un chat qui parle, il va tout faire pour les renvoyer six pieds sous terre.

Le manoir hanté et les 999 fantômes

Tellement passionné par son travail, l’agent immobilier Jim Evers ne peut pas s’empêcher d’aller visiter un manoir qu’on lui propose de vendre, alors qu’il partait pour un week end en famille. Ses enfants, sa femme et lui, se retrouvent à devoir passer la nuit sur place, suite à un violent orage. Ils vont vite s’apercevoir que de nombreux esprits hantent les lieux.

Les noces funèbres

Alors qu’il doit épouser Victoria, suite à un mariage arrangé, Victor bascule dans le monde des morts. Il y fait la connaissance d’une mariée cadavérique, qui jette son dévolu sur lui et espère faire de lui son époux.

Nouvelle saison au Hero Festival pour la tribu

Ce week-end au Parc Chanot, d’étranges créatures rôdaient dans les allées. Certaines effrayantes, d’autres féeriques… Quelques unes étaient même si peu vêtues qu’avec la grisaille et le froid bien installés, j’en suis rapidement venue à les plaindre.

Malgré le côté maléfique de certains de ces êtres, ils parvenaient très bien à cohabiter avec les autres personnages qui se trouvaient là, allant même jusqu’à défiler auprès d’eux. Ou encore à prendre la pose avec de jeunes mortels recherchant leur attention.

C’est donc au milieu de ce joyeux peuple que ma tribu et moi, avons passé de nombreuses heures à nous amuser.

Comme l’année dernière, nous avons traversé les différents univers de ce festival geek : le Hero Festival.

Nous n’avons rien manqué, bien armés de notre programme.

Exposition de statuettes à l’effigie des plus grands Super-héros, des personnages Disney, mais aussi des vilains en tout genre, et village Star Wars.

Zone US, où l’on pouvait admirer des véhicules américains, ainsi que la reconstitution d’une scène de crime.

Espace jeux vidéo, avec les consoles à la mode pour des parties endiablées de Fifa / Call of duty / Super smash bros , mais aussi des versions vintages et des bornes d’arcade. Le grand plus de cette année : les différents modèles de jeux en réalité virtuelle, qui allaient du simple casque au fauteuil animé. Il y en avait des gamers dans ce coin là !

Secteur basé sur les jeux de société, mais aussi les jeux de type Magic.

Plongeon dans le monde d’Harry Potter avec une belle exposition mettant en avant chaque films.

Rencontre avec des auteurs de talent dont le travail de certains me tente tout particulièrement de découvrir pour ensuite te donner mon avis ( comme J.K-Gras, Nathalie Bagadey, ou Overkiller) . Pour les fans de bouquins, il y avait à la fois des mangas, comics, romans, bd…

Illustrateurs et créateurs mettant en vente leurs réalisations, tout en expliquant avec sourire leurs passions. Gros coup de cœur pour Nouna Factory, La fabrique des loulous, Créartif, Juapi coffee artist ( peintures au café !!!)

Bien évidemment, de nombreux stands kawaii, recouverts d’articles de cosplay, de gadgets, de porte-clés, de funko pop et de peluches trop craquantes, étaient de la partie. Pas simple de garder son portefeuille bien fermé, lorsque tu croises à chaque pas, de superbes sacs, des tee-shirts avec tes persos favoris ou encore d’anciens jouets de ton enfance.

D’ailleurs, je me demande si l’excuse ” l’odeur était trop alléchante” peut être valable devant un banquier mécontent… Car entre les gaufres fourrées à l’allure de poisson, les macarons de toutes les couleurs, les churros, les plats asiatiques ( sushi, ramen, yakitori, etc) , les muffins, les crêpes, les cacahuètes grillées, les marrons, les hot-dogs, les pizzas, les glaces, les bonbons, ainsi que les boissons fumantes, le bar à saké et la taverne médiévale, il était impossible de mourir de faim ou de soif.

Et parce qu’au Hero Festival, on pense aux petits creux et moments gourmands, une fois rentré chez soi, il y avait aussi un grand stand de confiserie asiat’ : KitKat aux parfums introuvables en France, chocolats, bonbons et biscuits en forme de Mario / Pokémon / ou autres, pop-corn avec encore des saveurs différentes des nôtres…

Les coins que j’ai énormément appréciés :

  • le village médiéval en extérieur, où j’ai craqué pour quelques jolies pierres précieuses de chez La pince créative (chut ! cadeau qui ira dans le calendrier de l’avent de ma fille) et où j’aurai bien aussi acheté une sublime tenue ou encore de beaux sacs en cuir, et un mug version crâne de chez Les 9 royaumes
  • le stand de la web série Noob, dont toute la tribu est fan ( on a eu la chance de pouvoir tester le prototype de leur futur jeu vidéo et je peux vous dire que ça déchire !)
  • le stand de customisation de playmobil Deklick ( tous les ans des nouveautés)
  • les lampes trop mimi de chez Kelys

Des animations ont eu lieu tout au long du week-end, avec des démonstrations d’arts martiaux, des défilés et performances, des ateliers ( monter un Gunpla, faire un origami, dessiner…).

Et surtout, la venue tant attendue de plusieurs guest-stars : Stanislav Yanevski alias Viktor Krum nous a expliqué qu’il avait adoré jouer la scène de son entrée dans Poudlard ( Harry Potter et la coupe de feu), Luka Peros nous a révélé qu’au départ il n’avait pas passé le casting pour son personnage de Marseille (dans La Casa de Papel) mais pour un autre, et Chantal Goya a fait chanter petits et grands.

Avec tout ça, on n’a pas eu le temps de s’ennuyer !

Un grand merci à toute l’équipe du Hero Festival pour nous avoir une nouvelle fois permis d’assister à ce bel événement ! Et bravo pour tout le travail fourni !

Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance

Qu’il est loin le temps de mes jeunes années. De l’insouciance. Des batailles de polochons.


Non ! Stop !
C’est quoi ce mélodrame ? On croirait entendre la voix off d’une vieille femme, m’étant en place l’ambiance du dernier film à la mode.

Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance


Franchement, je ne peux pas dire que toute cette part enfantine m’ait quitté. Elle est toujours présente en moi, fort heureusement. Sinon que la vie serait triste. Être adulte n’est pas une partie de plaisir et il est agréable de pouvoir se réfugier de temps en temps dans des délires de mômes.
C’est justement ce que m’a proposé Panini. Retrouvé un peu de mon passé.


L’entreprise Italienne, fondée en 1961 par deux frères marchands de journaux, Giuseppe et Benito Panini, est connue à travers le monde pour ses merveilleux autocollants que petits et grands prennent plaisir à collectionner.

Numéro 1 mondial dans le secteur des images, le groupe Panini commercialise aussi des BD, comics, magazines jeunesse et des romans.
Loin des premières images de footballeurs cartonnées qu’il fallait coller grâce à un tube de glue, nous connaissons tous désormais les stickers adhésifs vendus en pochettes, qu’il suffit d’appliquer dans un album.

Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance


Lorsque j’étais à l’école primaire, je me souviens avoir différentes collections de jeux de l’époque. J’étais fan des pogs, des Jojo’s… Je dépensais mon argent de poche dans les photos collector des Spice Girls… Mais surtout j’essayais de terminer mon album Panini du Roi Lion.
J’arrivais en classe, avec dans mon sac, des piles de doubles de mes vignettes représentants Simba, Timon et toute la clique, bien maintenues par des élastiques.
Je notais sur un bout de papier les numéros qu’il me manquait et à chaque récréation, invariablement, je m’arranger avec mes camarades pour faire des échanges, à la recherche des autocollants qui me permettraient de compléter mon cahier.
Un genre de marché noir, où les stickers les plus rares se troquaient au plus offrant.


Car oui, c’est là le fort de Panini. Rendre accro les collectionneurs, qui rêvent de mettre la main sur la totalité des vignettes nécessaires pour remplir les albums, au point de les obliger à investir dans de nombreuses pochettes, à se réunir pour pratiquer des échanges ou encore à commander les numéros jamais dégotés.


Ce jeu au départ inventé par les deux frères dans le but de mieux vendre leurs journaux, a su rapprocher bons nombres de minots, qui sans cela, n’auraient peut-être jamais fait connaissance durant la récré. Les autocollants Panini parviennent même à garder l’âme d’enfant de bien des adultes, comme moi, qui là encore rencontrent d’autres collectionneurs pour parler de leur passion.


Car avec un large choix de thèmes, allant du sport, aux films, dessins animés, animaux, Disney, ou encore Marvel, l’enseigne arrive à capter l’intérêt du plus grand nombre.

Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance


Tu imagines donc ma joie de pouvoir me plonger dans mes souvenirs en retrouvant ce nouvel exemplaire de l’album Panini du Roi Lion. Ce Disney me tient beaucoup à cœur, car pour l’un de mes anniversaires, j’avais pu aller le voir avec des copains. La période justement où j’avais déjà collectionné les stickers.


Panini m’a fait parvenir un starter, comprenant l’album et 2 pochettes ( ce kit de démarrage est vendu à 3,95€ ). Ainsi que 8 pochettes supplémentaires.

De quoi démarrer doucement ma nouvelle addiction. 


Cet album retrace les aventures de Simba, de sa naissance à la mort de son père Mufasa, jusqu’à sa prise de pouvoir, tout en suivant l’histoire réalisée par les studios Disney. Au fil des pages, on découvre des illustrations magnifiques, colorées et pétillantes, auxquelles viennent s’ajouter des petits jeux ou encore des informations sur la nature.

Un joli poster du nouveau film The Lion King sert de cerise sur le gâteau. 


En ce qui concerne les pochettes, elles contiennent 4 stickers ainsi qu’une carte cartonnée, faisant partie d’une collection de 50 cartes pouvant être rangées dans une petite boîte à monter soi-même ( présente elle aussi dans le magazine ). 

Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance
Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance


En dehors du stater, l’album seul est vendu 2,90€ et chaque pochette 1€. 
Les albums Panini, tout comme les autocollants peuvent s’acheter en grande surface, bureau de tabac, dans les magasins de loisirs créatifs et librairies ( style Cultura), dans les boutiques de jouets ou encore en ligne, directement sur le site de la marque ou chez Amazon / Cdiscount, etc.

Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance
Stickers Panini Le Roi Lion : retour en enfance

 
Par contre, on trouve plus facilement maintenant des starter et des lots d’une dizaine de pochettes, que le tout vendu à la pièce. Le petit plaisir de sortir de l’école et de foncer chez le marchand de journaux du coin pour acheter une pochette de vignettes avec son argent de poche, n’est plus vraiment là. 


Mais ça n’enlève rien à la joie de remplir petit à petit son album et d’échanger ses doubles avec les potes à la récréation. 

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Ça y est…. Ma naine a 8 ans.

Et comme tous les ans, je me dis que le temps passe à une vitesse folle.

Terminé la photo du bébé en robe, délicatement installé dans son parc, qui ornait le faire part de naissance.

Fini la minimoy toute fière d’avoir gagné un concours photo Katherine Roumanoff.

Maintenant ma princesse est en mode ado, à me sortir des phrases qui parfois me font halluciner, et à bouger son popotin comme si elle était déjà en boîte ^^

( Ça promet, moi j’te l’dis ! )

Elle grandit tellement, que cette année, la demoiselle n’a pas voulu faire de grosse fête pour son anniv’. Elle voulait seulement organiser une soirée pyjama avec quelques copines.

Du coup, pas de méga déco.

Juste quelques créations simples, sur le thème de Moana, le nouveau Disney qui fait fureur. ( Vaiana pour ceux qui ne savent pas qu’il n’y a qu’en France que le prénom a été changé…. ).

Rien de bien compliqué, mais je trouve que le rendu était tout de même plutôt réussi.

C’est pourquoi je te montre ça de plus prêt, histoire de te donner des idées si ta gremlins te demande une teuf de folie dans le même genre.

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Pour commencer, j’ai eu la chance de dénicher un poster de Moana à 1.80€ chez Gifi. La boutique allant être en travaux, tout le magasin était à -70% ( j’peux te dire que j’en ai profité pour faire une réserve de cadeaux pour les nombreux annivs auxquels les nains sont régulièrement invités ).

J’ai ajouté à ça des fleurs hawaïennes suspendues qui sont aussi vieilles que ma fille, vu qu’elles servaient de déco dans sa chambre de bébé que j’avais faite sur le thème de Lilo et Stitch. ( Ouais, on a comme une passion pour les îles ^^ ).

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Dans des chutes de papier, j’ai réalisé une guirlande Happy Birthday, avec les silhouettes des 2 personnages principaux ( l’idée n’est pas de moi, j’ai vu ça sur le net, en fouillant sur le thème de Vaiana ).

Rien de bien compliqué, il suffit juste de reproduire les dessins et lettres aux feutres sur du papier blanc.

De découper des rectangles de canson bleu un peu plus grand que ceux blancs, puis de couper le bas de ces fanions en vague.

On assemble le tout et on colle, puis on perce le haut des fanions avec une perforatrice.

On dessine 2 hibiscus et on relie tout ça avec de la ficelle.

Plus qu’à ajouter quelques ballons….

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Pour la table, la naine voulait une nappe bleue pour représenter l’océan.

<< Le bleu du ciel n’est pas le bleu de la mer
Ce bleu que moi je préfère
Sans vraiment savoir pourquoi… >>

En y ajoutant quelques coquillages, des colliers souvenirs d’un mariage Wallisien et des fleurs imprimées, c’était parfait….

J’avais aussi dessiné avec des Posca, des feuilles de palmier ( l’image de base est ici ).

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana ) - Serviettes

Des serviettes en papier vert anis, que j’ai roulées puis fixées avec une bande de papier rose sur laquelle j’avais collé une fleur hawaïenne ( l’image des fleurs à dessiner est ici ).

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana ) - Cadeaux des invités

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana ) - Cadeaux des invités

Les enfants avaient pour cadeau un verre Moana, dans lequel se trouvaient des bonbons posés sur du papier crépon vert.

Avec ma naine nous avions aussi fabriqué des bracelets bleus ( pour l’océan ) et verts ( pour le cœur de Te Fiti ), que j’ai ensuite accroché aux verres avec un ruban.

Une paille en carton rose et blanche complétaient le tout.

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Sur le mur au dessus du buffet, il y avait un coloriage de Moana petite fait pour mon mini nain, ainsi que des feuilles de palmier avec fleurs.

J’ai fabriqué ces déco en me basant sur les mêmes images que celles utilisées pour la table.

Les feuilles ont été découpées dans du canson vert.

Les fleurs étaient faites en 3 parties, dans du canson de différentes teintes.

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

J’ai emprunté deux magnifiques coquillages à une voisine, qui rendaient super bien sur la desserte. Un grand merci à elle !

Et j’ai aussi mis des colliers de fleurs ( qui datent aussi de la chambre de bébé de ma puce ).

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Quelques images du film imprimées et fixées sur des piques en bois, étaient placés dans les saladiers de nourriture.

D’autres étaient accrochés avec du ruban aux bouteilles en verre contenant les boissons.

Et comme tu as pu le voir plus haut, il y en avait aussi quelques unes éparpillées sur la table pour le repas.

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana ) - Photobooth

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana ) - Photobooth

Au milieu de tout ça, un bocal avec des accessoires de photobooth.

Certains avaient été réalisés pour l’anniversaire fête foraine de mon ptit dernier, tout comme le cadre blanc, d’autres ont été créés pour l’occasion.

Pour cela, il te suffit de chercher des images hawaïennes ( noix de coco, cocktail, glace, fleur, etc ), de les imprimer en gros et de les fixer une fois découpées sur un pique en bois à l’aide de scotch.

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Pour le repas, ne sachant pas trop ce qu’aimaient ou non les amies de ma fille, j’ai fait encore une fois assez simple.

Poulet avec sauce à la noix de coco, riz et haricots verts.

Par chance, tout le monde aimait la coco ^^ Yes !

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Ma naine n’étant pas vraiment fan des gâteaux, j’ai préféré réaliser une tarte aux pommes et à la cannelle, ainsi que des verrines.

Ces dernières représentaient des petites îles, avec une base de crème au chocolat et au tofu soyeux pour la terre, des biscuits secs à la noix de coco broyés pour le sable et un petit palmier en dessin sur le dessus.

Un anniversaire dans les îles avec Moana ( Vaiana )

Durant le repas, nous avons bien entendu regardé le dvd de Vaiana, puis les filles ont chanté et dansé sur les musiques du cd.

Et pour conclure correctement cette fête, la demoiselle a reçu en cadeau le Funko Pop de Maui.

~~~~~~~~~~~~

Pour voir comment fabriquer des invitations Moana originales, c’est par là !

~~~~~~~~~~~~

D’autres thèmes d’anniversaire :

*Tim Burton

*Sailor Moon