À la recherche de mon Ikigai

Après avoir découvert le Hygge au travers d’un livre passionnant dont je t’ai déjà parlé ici, je viens d’avoir l’occasion d’en apprendre plus sur le Ikigai.


Peut-être n’en as-tu jamais entendu parler, c’est pourquoi je vais me faire un plaisir de te décrire un peu de quoi il s’agit et de te donner par la même occasion mon avis sur le livre La méthode Ikigai, de Hector Garcia et Francesc Miralles.


Mais qu’est-ce que le Ikigai ?


Pour les japonais il s’agit d’une mission de vie, un but pour lequel on se lève le matin et qui fait qu’il vaut le coup de vivre sa vie. Tout le monde en serait pourvu, même si nous ne nous en rendons pas forcément compte.


La méthode Ikigai fait suite à un premier livre intitulé Ikigai les secrets du Japon pour mener une longue et heureuse vie, qui a rencontré un vif succès.


Nous allons découvrir trois lieux emblématiques du Japon, qui chacun vont correspondre à un moment-clé de notre vie :


Dans ce second opus, les deux auteurs décident de nous faire passer de la théorie à la pratique en nous emmenant dans un voyage fort sympathique.


Tokyo nous plongera dans le futur pour que nous puissions nous fixer des objectifs, dans le but de les accomplir.


Kyoto nous emmènera dans notre passé, pour que nous puissions comprendre d’où nous venons et retrouver les passions que nous avions étant gamins.


Ise représentera notre présent, ce moment qu’il ne faut pas négliger et vivre à fond.


Un joli programme pour cultiver le bonheur au quotidien et trouver l’harmonie qui est en nous.


Armés d’un gros trousseau de 35 clés, regroupant des anecdotes et des réflexions sur le Japon, mais aussi de petits exercices, nous allons partir à la recherche de notre Ikigai.


C’est avec toute la sagesse japonaise que nous allons survoler un pays merveilleux où le bien-être sera le point le plus important : notre bien-être.
D’ailleurs de fil en aiguille nous allons réaliser que chacun de nos actes, chacune de nos paroles, sans que nous en ayons conscience, concordent vers un même but : notre Ikigai.


J’ai beaucoup apprécié cette aventure japonaise au travers de mon subconscient, qui non seulement m’a permis de m’imaginer, sac à dos et valises à la main, me baladant de ville en ville dans un pays étranger, mais aussi de comprendre comment donner une orientation à ma vie.
Pas besoin de se fixer un but ultra compliqué. Juste de choisir des objectifs qui nous font sortir de notre zone de confort et nous motivent à aller de l’avant.


A Okinawa, coin au sud du Japon connu pour la longévité de sa population, l’expression est souvent utilisée pour exprimer une forte passion, qui anime toute une vie. Dans le genre du rêve de Tiana, personnage de La Princesse et la Grenouille, qui voulant à tout prix posséder son propre restaurant en mémoire de son père, va travailler sans relâche et se lever chaque matin avec le sourire malgré les épreuves.


Pour ma part j’ai découvert en cherchant mon Ikigai, qu’au delà du fait que j’aime écrire, prendre des photos et cuisiner, ce qui me permet de tenir ce blog, c’est  l’envie de partager, de discuter et peut-être de communiquer une de mes passions à certains d’entre vous, qui est ma véritable raison d’être, mon Ikigai.


Faire des échecs du passé, des réussites pour le futur, tout en cultivant son potentiel.


Merci Harmonie Solar éditions, de m’avoir aidé à trouver mon Ikigai enfui en moi, grâce à ce livre que vous m’avez envoyé !

Prends garde! Les zombies sont de sortie !

J’enchaîne livre sur livre depuis quelques mois. Un immense plaisir, sachant qu’il n’y a pas si longtemps que ça, mon corps et mon esprit étant si épuisés à cause de mes TCA, je ne parvenais plus à me concentrer sur le moindre bouquin.

C’est donc une véritable joie pour moi, de pouvoir à nouveau me plonger durant des heures dans des aventures imaginaires.

J’ai fait la connaissance de Frédéric Czilinder, auteur de Wake The Dead, au Hero Festival de Marseille, fin d’année dernière.

Clique sur l’image pour l’acheter

Ce qui m’a attiré sur son stand, c’est la couverture de son livre. Cette dernière laisse apparaître une illustration entre le dessin et la peinture, où l’on peut voir une fête foraine illuminée, avec en premier plan un être à l’allure de zombie, bouche ensanglantée et vêtements déchiquetés. En regardant d’un peu plus près, on comprend facilement que la panique règne et que l’ambiance n’est pas à la fête. Des personnes tentent de s’enfuir, d’autres hurlent, et une pomme d’amour à peine entamée a été abandonnée sur le sol. Ciel couvert et brouillard, ajoutent une touche sombre à la scène.

Tout est réuni pour donner envie à une fan de livres d’horreur d’en savoir plus.

Mon incroyable aventure au Hero Festival de Marseille

Après quelques mots échangés avec Frédéric Czilinder, j’ai su qu’il fallait à tout prix que je dévore ce bouquin.

Et pour cause…

Tout comme moi, l’auteur apprécie tout particulièrement Stephen King, ce qui se resent très bien dans son oeuvre. On y retrouve le même style, avec un langage pas mal familier qui m’a de suite replongée dans Désolation ou encore dans Horns de Joe Hill ( fils de King ).

L’intrigue se déroule dans une petite ville comptant peu d’habitants, dont on ne rêve que de s’échapper, mais dont finalement, on reste prisonnier, coûte que coûte. Un seul lycée, un unique hôtel, un cimetière, des marais et falaises, Deep Harbor pourrait très bien abriter les personages de Stephen King. D’ailleurs, cette ville se situe dans le Massachusetts, dont le Maine ( lieu de naissance de King et où ses romans ont pour habitude de se passer ) fut longtemps une exclave.

Dans cette bourgade où tout le monde, ou presque, se connait, de nombreux secrets obscures se cachent. Alcoolisme, violence, mensonge, adultère, de quoi changer ce coin si paisible, en parfait bled maléfique et y attirer le mauvais œil.

Et c’est exactement ce qu’il se passe. Nuit d’Halloween, légende de sorcière, et attaque de morts vivants…

Ajouté à cela la pom-pom girl hyper populaire qui sort avec un quarterback canon… La fille gotique dont tout le monde se moque… La ville construite sur d’anciennes terres indiennes… La comptine macabre que les gamines fredonnent en sautant à la corde ( là j’ai eu l’impression de regarder Freddy ^^ )…. On est en plein dans le film d’horreur typique.

Ce côté << cliché >>, regroupant de nombreuses allusions à d’autres romans de ce genre et à des tas de films, m’a franchement beaucoup plu. Il est même amusant d’essayer de relever le maximum de ces petits détails, comme les clins d’œil à Buffy contre les vampires ( série dont j’étais accro étant ado ), ou encore au jeu vidéo Silent Hill ( combien de soirées le Chéri et moi, avons pu passer à flipper en y jouant ^^ ). C’est un peu comme chercher les Hidden Mickey à Disneyland… Mais en plus effrayant.

Ce bouquin se lit rapidement. Nickel pour une soirée frissons au coin du feu ( ouais, bon, ok…. J’ai fait avec les moyens du bord ^^ ) C’est fluide et on suit les aventure des personnages les uns après les autres, chaque chapitre m’étant en scène des individus différents, pour que finalement tout se regroupe. J’apprécie beaucoup cette manière de découper un texte, car les personnages ayant chacun leur caractère et leur façon de penser / réagir, ça donne un peu de peps à l’histoire.

Quant à la fin!!!

Je ne peux que t’inviter à lire toi aussi Wake The Dead, pour la découvrir. Et comme moi, tout au long de ta lecture, tu pourras essayer de jouer les détectives ou médiums, pour deviner qui restera en vie ou non….

Cultiver le positif avec le Livre des petits bonheurs

Cultiver le positif avec le Livre des petits bonheurs

En général, nouvelle année signifie nouvelles bonnes résolutions.

Personnellement ce n’est pas franchement mon truc. Regardons la vérité en face, on se fixe des objectifs au 31 décembre et dès le 2 janvier ils sont déjà tous tombés à l’eau. Alors je n’en vois pas l’intérêt.

Autant essayer d’avancer petit à petit, au jour le jour, en apportant de la joie et du bonheur à ceux qui nous entourent, ainsi qu’à nous-même.
Mais le bonheur qu’est-ce que c’est? Comment savoir si l’on est réellement heureux ou si tout n’est qu’illusion dans notre vie ? Comment parvenir à cette béatitude tant recherchée ?
Au travers du Livre des petits bonheurs, Elsa Punset ( qui est aussi l’auteur du Livre des petites révolutions), nous propose justement de cultiver notre bonheur.
Paru en septembre dernier aux éditions Solar ( 18,90€), ce bouquin à la couverture festive avec ses points colorés comme des confettis, nous souffle quelques idées à mettre en pratique pour attirer le positif et apprendre à ne plus se focaliser sur les points noirs du quotidien.
Écrire noir sur blanc nos contrariétés, puis jeter ou brûler cette feuille.Suivre la vision du Docteur Seligman basée sur la pensée positive, en faisant le soir la liste de 3 choses positives qui nous sont arrivées dans la journée.Ou même appliquer la technique de Sénèque, qui consiste à se priver de quelque chose pendant quelques temps, pour ressentir plus de plaisir en la retrouvant.
Des astuces simples et qui prennent peu de temps, que je compte bien réutiliser régulièrement. D’ailleurs toute la tribu essaie désormais de gérer les disputes avec les 6 étapes de la colère. Ça ne désamorce pas à tous les coups la situation, mais ça permet de tenter de mieux comprendre les frustrations de son interlocuteur.

Outre ces exercices, Elsa Punset nous livre énormément de pensées et théories de philosophes ou alchimistes grecs, latins, chinois, mais aussi de poètes et scientifiques…

Un mélange entre le stoïcisme, les neurosciences, en passant par le pouvoir des rituels et le feng shui.
Un livre plus cérébrale ( un peu trop à mon goût) que de coaching en développement personnel, qui a pour but d’améliorer notre vision de la vie, en laissant derrière nous la tristesse, l’ennui et la douleur, pour découvrir un monde où le bonheur est à notre portée.
Cultiver le positif avec le Livre des petits bonheurs

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique

Lors de ma venue au Hero festival de Marseille, j’ai eu la chance non seulement de pouvoir admirer de magnifiques cosplays et des expositions, de découvrir différents créateurs, mais aussi de faire la connaissance de quelques auteurs talentueux.

 

Mon incroyable aventure au Hero Festival de Marseille


C’est au stand des éditions Alexandra de Saint-Prix que j’ai croisé Drake Manakete, l’écrivain de la saga Thennan.
C’est avec bonne humeur et un large sourire qu’il a pris quelques minutes de son temps pour me parler de son roman qui je le sentais bien lui tenait très à cœur.Et il a de quoi être fier, je te le garantis.

 

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique


Il ne m’aura fallu que quelques lignes pour être séduite par le premier tome de Thennan : Le collier d’Orichalque.
Une aventure qui dès le début m’a replongé en enfance, me rappelant L’histoire sans fin, Narnia ou encore Richard au pays des livres.
Natasha la jeune héroïne qui ne supporte plus la vie avec sa mère, si froide et directive, va se retrouver transportée dans un autre monde, Myste, en essayant de lui échapper. 
Elle va faire la connaissance de créatures fantastiques, magiques et intrigantes. Finissant par se lier d’amitié avec certaines d’entre elles, au point même de se dénicher un Thennan
Mais derrière ce décor idyllique, se cachent de sombres évènements, qui vont pousser Natasha et ses nouveaux amis dans un voyage mystérieux et dangereux. 

 

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique


Mon avis :


Tu le sais mon p’tit sorcier, je suis fan de ce genre de récit. Il suffit de me parler de fées, de loups-garous, ou d’enchanteurs, pour qu’un bouquin m’intéresse et me donne envie d’en savoir plus. Génération Harry Potter et Sabrina l’apprentie sorcière, la magie coule dans mes veines ( si seulement) et me passionne toujours autant que lorsque j’étais gamine. 
C’est d’ailleurs grâce à ça que l’auteur a su capter mon attention ! 
Vêtu tel un de ses personnages à l’allure d’un lion, il m’a fait miroiter une quête pleine de rebondissements, où différents peuples surnaturels se côtoient. Et ce n’était pas des paroles en l’air ! 
Tout au long de ma lecture, j’ai pu sans peine m’imaginer les régions que Natasha a découvert. Traversant avec elle la prairie des Faëris et m’attardant à Polcroix, cette ville pleine d’Elementalistes. 
Les descriptions des lieux, comme des personnages sont poussées juste ce qu’il faut, de façon à bien nous mettre dans l’ambiance, sans pour autant alourdir le texte. Ce qui en fait un roman agréable à lire, pouvant convenir aux ados comme aux grands mômes comme moi. 
Plus j’en apprenais sur Myste , son langage et ses coutumes, plus j’avais de mal à stopper ma lecture, voulant toujours en savoir davantage. 
Les personnages quant à eux, sont attachants. Chacun ayant son propre caractère, il est facile de s’identifier à l’un d’eux. J’ai d’ailleurs un coup de cœur pour Emmy, cette jeune fille si pleine de vie et de peps, qui court partout. Son petit grain de folie, parfait mélange de Luna Lovegood et Phoebe Buffay, est une bouffée d’oxygène face aux événements qui les attendent. 
Bien évidemment, Karsaib avec son côté plus énigmatique et lunatique, me plaît aussi beaucoup. Tu comprendras pourquoi en lisant ce premier tome de Thennan ( tout comme tu apprendras ce que signifie ce terme). 
Un premier ouvrage que Drake Manakete a bien fait de me présenter, car je ne regrette absolument pas de l’avoir dévoré. C’est fluide, amusant, captivant
Bref, j’en redemande volontiers ! ^^

Mon fils de 14 ans, lui aussi a beaucoup apprécié ce premier tome. Il n’a pas eu de difficulté à le lire, pas de soucis avec des termes qui auraient pu être trop compliqués pour lui. Il a aimé le fait que chaque personnage ait son propre caractère, bien décrit, avec sa façon d’être, son humour ou ses petites manies. Avec une préférence pour Karsaib qu’il a trouvé mystérieux et dont la particularité le fait rêver ( chut… je n’en dis pas plus ). Un univers et des héros qui correspondent à la perfection avec son côté fan de Harry Potter, Eragon et légendes diverses.

Thennan : une aventure extraordinaire dans un monde fantastique

 


À savoir que le tome 2 existe déjà, et qu’un troisième volet est en cours d’écriture.  Tu peux acheter le tome 1 Thennan Le collier d’orichalque ICI

Le tome 2 Thennan Les grains de la folie ICI

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Je suis ravie aujourd’hui de pouvoir te présenter une recette inspirée d’un livre sorti il y a très peu de temps.

Une recette parfaite pour les fêtes, permettant de rassembler aussi bien les végétariens, les vegans, les intolérants au lactose, que tous les autres gourmands, autour d’un beau et délicieux dessert givré.

Mais avant de te dévoiler cette merveille, laisse moi d’abord t’en dire plus sur le livre en question.

 

Il s’agit de la dernière création de Laura Vegan Power, co-fondatrice du site VG-Zone.net ( avec Sébastien Kardinal ).

A la fois spécialiste de la pâtisserie vegan et photographe de talent, cette ravissante jeune femme sait mettre en appétit. Au travers de ses précédents livres, Aquafaba et Urban Vegan ( dont je te parlerai bientôt ), Laura VP démontre que la cuisine vege est accessible à tout un chacun, en alliant esthétisme, simplicité et saveur.

Ce dernier ouvrage, Bûches Vegan, publié aux Editions La Plage, est comme son titre l’indique dédié aux bûches de Noël.

Une petite pépite, dont les photos sont superbes et mettent en valeur les dons de pâtissière de Laura VP, qui prend sans nul doute, un certain plaisir à soigner chaque détail de ses réalisations.

Je remercie donc énormément les Editions La Plage de m’avoir permis de découvrir ce livre, que je rêvais de posséder.

Et je compte bien, ami lecteur au ventre affamé, essayer plusieurs bûches de celui-ci, et te donner mon avis ou/et mes versions revisitées.

D’ailleurs, en attendant, je te laisse baver devant le sommaire, qui regroupe des bûches glacées, roulées, moulées, ainsi que des portions individuelles.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Maintenant, passons à ma version de bûche glacée.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Je me suis inspirée de la bûche Douceur d’Orient de Laura Vegan Power, en gardant l’idée du sorbet à la framboise, mais en remplaçant celui à la litchi par de la noix de coco. Et plutôt que de réaliser un croquant au riz soufflé, j’ai tout simplement décidé de mettre les pistaches sur le dessous de mon dessert pour former ainsi la base.

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

La jolie couleur rose vif de cette merveille, s’accorde parfaitement aux motifs du Kit Magic Love de Silikomart, que le magasin Zodio m’a permis de tester.

Ce kit contient un moule gouttière à bûche en silicone ( 250 X 90 mm ) et un tapis en silicone texturé motif cœurs ( 250 X 180 X 6 mm ).

Il est très simple d’utilisation et permet un démoulage parfait sans prise de tête. En plus, il passe aussi bien au four, qu’au congélateur, et même au lave-vaisselle.

Le must, c’est qu’il est possible de réaliser avec, des bûches lisses, en utilisant le tapis du côté sans motif. A savoir qu’il existe d’autres tapis vendus séparément, adaptables au moule gouttière, pour varier les styles ( arabesques, bois, briques…. ).

Résultat final : une bûche glacée légère et fruitée, faite avec amour, pleine de charme, pour terminer le repas de Noël sur une note girly.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Il te faut :

  • 460g de framboises surgelées
  • 60g de sirop d’agave
  • 2 yaourts de soja
  • 380g de crème de noix de coco
  • 100 ml d’eau de coco
  • 60g de pistaches décortiquées

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

La recette :

Mixe les framboises encore surgelées avec le sirop d’agave et les yaourts.

Place le tapis dans le moule et verse le sorbet framboise dedans.

Avec une spatule, étale une couche de ce sorbet sur les parois du moule.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Place le tout au congélateur durant 1h.

Mélange l’eau de coco et la crème de coco

Place la préparation au moins 30 min au frigo.

Verse celle-ci sur le sorbet à la framboise, puis replace le tout au congélateur 30 min.

Concasse grossièrement les pistaches et verse les sur la partie à la noix de coco de ta bûche ( il faut en garder un peu pour la déco ).

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Retour au congélateur pour 3h.

Au moment de servir ta bûche, retourne la sur un plat et démoule la délicatement.

Décore la de quelques pistaches et de copeaux de noix de coco.

Laisse la ramollir quelques minutes à température ambiante, avant de la présenter à tes convives.

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Bûche glacée vegan à la framboise, noix de coco et pistache

 

Attention! Il faut vraiment utiliser une bonne crème de coco ( surtout pas de lait ), pour éviter de se retrouver avec une bûche dont le cœur sera un gros glaçon.