Créons ensemble la planète parfaite

En ce moment nous en avons testé de nouveaux jeux…. Que ce soit lors de conventions ou à l’association A Nous De Jouer dont nous sommes membres.

Certains bien entendu nous ont rapidement conquis d’autre moins.

Planet de Urtis Sulinskas et édité par Blue Orange, fait partie de ces jeux que nous avons de suite tous aimé.

Il faut dire que l’idée de donner vie à sa propre planète, dans l’espoir d’y voir grandir des tas d’espèces animales, a de quoi mettre en joie. Loin de là l’envie de se ” prendre pour dieu “, mais tout simplement le plaisir d’essayer de créer une planète légèrement écolo, où les humains ne règnent pas en maîtres.

En y jouant, j’ai à chaque fois la chanson “ L’histoire de la vie ” du Roi Lion et l’image de tous ces animaux qui se prosternent devant ce minuscule lionceau qu’est Simba dans les mains de Rafiki.

Après ce petit interlude musical, revenons en à nos moutons….

Le premier point fort de ce jeu, pour moi, tient dans son matériel. Les planètes sont en 3D, avec un système aimanté qui va permettre de fixer dessus des tuiles Continent.

Nous avons 12 tours de jeu, pour disposer intelligemment ces tuiles Continent, qui représentent les montagnes, forêts, océans, glaciers et deserts formant notre planète.

En fonction des étendues que nous allons réaliser, de mignonnes petites bêtes vont venir taper l’incruste chez nous.

C’est là que le travaille de Sabrina Miramon entre en jeu. Ses illustrations sont magnifiques et nous invitent au voyage. Chaque animal est identifiable facilement, que ce soit par un adulte ou un mini nain.

Mais il ne faut pas croire que Planet est aussi simple que ça. Car les animaux ont tous des besoins spécifiques ainsi que pour certains des contraintes. C’est pour cela qu’il faut vraiment être judicieux dans le choix des tuiles Continent que l’on va sélectionner, mais aussi dans leur placement.

Par exemple, le renard aura besoin d’une grande zone de forêt qui sera en contact direct avec une zone glacière. Alors que le lynx a besoin de vivre dans une bonne partie désertique, éloignée des montagnes.

Du coup, tu l’auras compris, le second point important de ce jeu, c’est la stratégie. Car non seulement il faudra jouer les bonnes tuiles pour sa propre planète, mais aussi piquer celles qui pourraient servir pour nos adversaires.

Petit plus pour pimenter le tout : les cartes Objectifs.

Chaque joueur a un objectif secret qu’il va devoir remplir au mieux pour cumuler de nombreux points. Par exemple, si j’ai la carte Objectif Océan, je vais tenter d’avoir un maximum de zones aquatiques sur ma planète.

Tous ces critères réunis vont en fin de partie, permettre aux joueurs de marquer des points.

Le joueur qui aura donné vie à la planète la plus sympa et aura donc cumulé le plus de points, sera le grand vainqueur.

Ohhhhh Qu’elle est belle cette planète !

Un jeu familiale, rapide ( 30 min ) , de 2 à 4 joueurs, pour petits et grands ( dès 8 ans d’après la boîte mais jouable avant cet âge ).

C’est fluide, les règles sont ultra simples et le concept écolo fort agréable. Parfait pour débuter une soirée jeu dans un univers zen ou pour occuper la tribu durant les vacances et jours de pluie.

Week-ends à 100 à l’heure au pays des jeux

En ce moment, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer.

Et pour cause, grâce à Facebook et ses propositions d’événements, nous passons notre temps à bouger à droite et à gauche. D’ailleurs, à l’heure où nous tapons ces quelques lignes, nous sommes déjà sur le point de partir pour une nouvelle aventure.

Mais pour l’instant, laisse nous te parler de nos deux derniers week-ends, placés sous le signe des jeux de société.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux

Les 25 et 26 janvier avait lieu la 9ème édition du Festival du Jeu de Istres, organisé par l’association Tour de jeu.

Dans un espace de 1500m2 nous attendaient des centaines de jeux en tout genre, à découvrir gratuitement. Petits et grands avaient de quoi s’éclater de façon ludique et dans la bonne humeur.

Vincent, un homme fort agréable et souriant, qui, si nous avons bonne mémoire était l’organisateur de ce rassemblement, nous a accueilli chaleureusement, en nous proposant de noter nos prénoms sur une étiquette à coller sur nos vêtements. Plus simple de cette façon, de communiquer avec le staff, et surtout un côte plus familial.

En geeks sérieux, le premier jour, nous avons gentiment inscrit nos véritables noms. Mais au bout de plusieurs heures à avoir côtoyé le gratin de l’univers ludique, nous nous sommes sentis pousser des ailes et avons osé dégainer nos identités secrètes. Du coup autant le samedi nous étions une famille quelconque , autant le dimanche Captain America, Iron Man, Luna Lovegood, Sirius Black et Zelda étaient présents.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux

Nous avons pu enchaîner parties sur parties. Testant tout d’abord les jeux de la liste distribuée à l’entrée, qui permettait ensuite de participer à un concours. Cette feuille de route avait pour objectif d’évaluer les fameux jeux inscrits dessus.

En plus de ce tirage au sort, il était aussi possible de participer à une tombola , avec bien évidemment de nombreux jeux à la clé. Manque de chance, nous n’avons pas eu la joie de les remporter. Zut ! ^^

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux

Après une petite pause repas ( tirée de notre glacière, mais il y avait de quoi manger aussi sur place, dont des crêpes puisque la chandeleur approchait ), nous nous sommes plongés dans des jeux plus stratégiques, comme Conan pour lequel nous avons eu un sacré coup de cœur ( non seulement pour l’intrigue en elle même de ce jeu, mais aussi pour le plateau refait en 3D , et l’ambiance fournie par l’animateur qui faisait office de maître des jeux dirigeant les créatures qui voulaient notre peau).

Nous avons aussi pu essayer des tas de jeux en bois, dont un immense Jenga et un jeu d’adresse où il fallait attraper des bâtons qui tombaient sans que l’on ne sache d’où ni quand. Pas évident !

Il était aussi possible d’essayer des prototypes.

Sans oublier que nous avons tenté de sauver la planète d’une invasion extraterrestre au travers d’un Escape Game. Alors ouais, toi comme nous, avons l’air toujours en vie, mais sache que malheureusement, cela n’est pas grâce à nous ^^ L’aventure proposée ce jour là par Escape Mind, nous a fait voyager dans l’espace, à la recherche de codes et combinaisons pour ouvrir différents coffres. Comme dans tout escape game, chaque succès nous permettait d’obtenir de nouveaux indices pour avancer vers la victoire. Armés d’un talki walki et d’une lampe torche, nous avons tout fait pour déjouer les pièges et trouver la solution de l’énigme, mais cela n’a pas suffit. Pourtant notre aide externe était là pour nous souffler quelques conseils…. Ne t’en fait pas, ami geek, nous aurons notre revanche, surtout que le tableau Colt Express proposé par Escape Mind, nous fait de l’œil ( à savoir qu’il y a aussi Siberia et La Loge ).

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux

Nous n’avons pas beaucoup vu les deux plus jeunes Gremlins, car ils ont passé presque tout le week-end collés à deux flippers et à une borne d’arcade ( le tout était d’ailleurs à vendre ).

Et pour les parents venant avec des nains en bas âge, un espace leur était dédié, avec des airs gonflables, des trampolines, une piscine à boules, un petit manège manuel ( de quoi faire les muscles des adultes ^^ ), de la dînette, etc….

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux

Pour les plus doués, un tournoi de Rubik’s Cube avait lieu. Hyper impressionnant de voir à quelle vitesse les participants arrivaient à terminer le casse tête.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux

Le samedi, une soirée OFF était organisée, de 20h à 2h. Tu t’en doutes, nous y sommes restés. Un moment en plus petit comité bien cool, où certains se sont regroupés pour de belles parties de Loups-Garous de Thiercelieux.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux

Heureusement que ce festival était gratuit, car nous n’avons pas pu nous empêcher de revenir les bras plus que chargés…. Non seulement on pouvait acheter des jeux neufs, mais en plus, un coin << brocante >> permettait d’acquérir des jeux d’occasion, en super bon état ( logique car la plupart venait de membre d’associations, donc hyper soigneux ).

Second weekend placé normalement sous le signe de la Chandeleur. Nous avons fait des crêpes, cela va sans dire, mais surtout, nous avons remis ça en nous rendant à nouveau à une convention pour les geeks.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux


LePeypin Winter Games organisé par l’association Justice League Animation, faisait suite au 3 éditions des Peypin Summer Games.


Cet événement ( gratuit ) avait lieu dans le centre socioculturel de la ville. Une salle certes pas très grande, mais où les animateurs proposaient tout de même de nombreux jeux différents.
Bien entendu comme lors du précédent weekend, ces jeux n’avaient rien à voir avec ceux qui passent en pub à la télé du genre MB et autres du même acabit.

Pas de jeux << simplistes >>, mais de quoi faire travailler ses méninges avec sourire.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux
Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux


Cette fois-ci pas de tables vraiment réservées pour tel ou tel jeu, mais un espace où l’on pouvait aller choisir celui qui nous donnait envie de le tester.


Tu peux nous croire sans le moindre doute si nous te disons que l’on a encore une fois enchaîné les parties sans s’arrêter, sauf pour avaler rapidement un petit truc, histoire d’éviter d’avoir le ventre qui grouille et d’être distraits.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux


Le gros plus pour nous, de ce rassemblement, était le fait qu’il n’y avait pas de soirée off, mais plutôt deux journées en continu non stop. Certains avaient rapporté des lits de camp et couchages, de façon à pouvoir passer la nuit sur place, pour ne pas perdre de temps et jouer jusqu’à ce que leurs yeux n’en puisses plus. Il était donc possible de profiter de l’événement, du samedi 14h au dimanche 17h.


Nous aurions pu faire de même si seulement Mrs Geekette n’avait pas de TCA, l’empêchant de manger ce qui était proposé. Nous avons dû finalement retourner sur les coups de 2/3 heures du matin jusqu’à Marseille, pour nous reposer quelques heures, prévoir un nouveau pique-nique, prendre une petite douche ( ouais, car la senteur fennec, très peu pour nous ) et être au top pour une journée bien chargée en stratégie.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux


Nous avons même pu retrouver Drake Manakete l’auteur de Thennan, que nous avions déjà rencontré lors d’un événement à Marseille, ainsi que la fabuleuse illustratrice Yuki Art, elle aussi découverte lors d’une précédente convention.


Serais-tu étonné si nous te disons que les deux plus jeunes Gremlins ont passé le plus clair de leur temps dans l’espace jeux vidéo, où non-seulement ils ont pu se plonger dans du rétro gaming, mais aussi partir dans le futur avec un casque de réalité virtuelle?


Pour résumer ces deux weekends nous dirions : amusants, trop courts, et fatiguants ^^
Mais nous avons déjà bien hâte de pouvoir retourner dans de telles conventions.


D’ailleurs nous ne regrettons pas finalement de ne pouvoir aller au festival des jeux de Cannes cette année, car le fait que ces deux événements étaient plus petits, fut un gros plus.


Pas besoin d’attendre des heures dans le froid ou sous la pluie pour pouvoir rentrer dans l’espace, ni de faire la queue aux différentes tables de jeux. Sans oublier que nous avons pu à chaque fois avoir les conseils et les règles bien expliquées par des animateurs hyper sympathiques.


Des salles réduites mais avec un large choix de jeux très variés, ce qui nous a permis d’en essayer bien plus en peu de temps que si nous étions à Cannes où tout est surchargé, noir de monde.

Week-ends à 100 à l'heure au pays des jeux


Allons-nous te croiser lors de prochains événements de ce genre ?