Sobibor : ce livre qui m’a pris aux tripes

Sobibor : ce livre qui m'a pris aux tripes

Ce livre dont je vais te parler, ami lecteur, je l’ai eu entre les mains totalement par hasard.

Si tu as l’habitude de me suivre ici, tu connais mes maladies et plus particulièrement mon souci avec l’anorexie. Si tu viens d’arriver sur ce site, juste parce que tu voulais avoir des infos sur ce fameux bouquin, tu viens donc d’apprendre un point de ma personne, sans le vouloir ^^

Bref….

Tout ça pour t’expliquer comment j’ai découvert ce livre.

C’est une connaissance qui est désormais une amie, qui me l’a prêté. En effet, c’est parce que je me suis dévoilée à elle, lui expliquant mon quotidien et mes difficultés face à l’anorexie, qu’elle m’a proposé de me plonger dans ce roman. Pourquoi ? Bah parce qu’il y est justement question de cette pathologie.

Mais pas que !

Au travers de Sobibor, Jean Molla, écrivain ayant porté différentes casquettes ( prof de français, prof de guitare, apiculteur, guide dans un musée…. ) a décidé de nous renvoyer dans le passé, à l’époque de la Seconde Guerre Mondiale.

Dans ce récit poignant et extrêmement troublant ( et encore les mots sont bien trop faibles ), on suit la descente aux enfers d’Emma, jeune femme mal dans sa peau, qui tombe petit à petit dans l’anorexie et ne sait pas comment s’en sortir. Elle n’a plus goût à rien… Vient de rompre avec son petit copain… Et ne trouve pas sa place dans une famille aisée, où son père évite toute communication franche avec elle pendant que sa mère ne cesse de la diminuer.

C’est auprès de ces grands parents qu’Emma apprécie de passer du temps. Elle les aime plus que tout, eux qui sont si bons, doux et généreux. Malheureusement, sa grand-mère ( Anna de son prénom : est-ce un clin d’œil à l’anorexie fait par l’auteur ? ) décède, ce qui va pousser un peu plus la jeune femme dans ses mauvais penchants.

En triant les affaires de la défunte, Emma va trouver un journal intime ancien, ayant appartenu à Jacques Desroches, débutant le 20 janvier 1942 et faisant clairement référence à son “ nouvel emploi ” dans un camp d’extermination.

Ces deux êtres et ces deux vies mises en parallèles, vont s’avérer être reliées par un lourd secret de famille.

Ce récit à l’allure auto-biographique, ( mais qui n’en est pas une ), nous montre la froideur de ces monstres certains d’être d’une race supérieur, qui ont pensé que leurs crimes étaient normaux et même nécessaires. Pas de regrets, pas de compassion, pas de sentiments, juste la violence, la haine, le mensonge, dans leurs esprits.

Un livre qui m’a bouleversé et que je n’ai pas pu lâcher une fois commencé, malgré la dureté des deux sujets auxquels il fait référence, que je recommande de lire, pour ouvrir un peu plus les yeux sur cet période tragique et abominable.

D’ailleurs, à peine la dernière page tournée, je l’ai collé dans les mains de mon grand, pour que lui aussi, puisse se souvenir à tout jamais de ce que l’être humain peut faire. Pour ne jamais oublier ces innocents, qui ont subi tellement d’horreurs sans la moindre raison.

Fairy Celebrations de Klara Markova

Fairy Celebrations de Klara Markova

On se retrouve aujourd’hui pour que je puisse te présenter mon livre de coloriage coup de cœur du moment. Et encore… Du moment ? Il y a fort à gagner qu’il restera longtemps en 1ère position.

Il faut dire que Klara Markova, l’illustratrice de cette petite merveille a un talent fou. Elle arrive sans difficulté à me faire voyage dans un monde de songes, où tout n’est que douceur et magie.

Cet univers où fées, elfes et animaux cohabitent, est inspiré par des forêts pleines de chênes qui entouraient la maison de son enfance. On ressent donc très bien que la jeune femme a voulu transmettre la beauté de ce lieu au travers de son travail.

Cela fait déjà 20 ans que Klara Markova réalise des peintures à l’huile, des albums de coloriage et des bijoux en argent, imprégnés de l’atmosphère des contes et de l’ambiance mystique qu’ils dégagent.

Actuellement, l’illustratrice a donné vie à 4 livres de colo : Magical Delights, Tenderful Enchantments, Fairy Miracles et Fairy Celebrations.

Tu l’auras compris grâce au titre de l’article, c’est sur ce dernier que mon choix s’est porté. Même si j’espère réussir un jour à tous les posséder, j’ai décidé de commencer ma collection K.M. avec celui-ci car certains coloriages présents dedans m’ont vraiment fait flasher.

Fairy Celebrations de Klara Markova
Fairy Celebrations de Klara Markova
Fairy Celebrations de Klara Markova

Fairy Celebrations est un beau livre de 25 X 21 cm, avec couverture rigide et cartonnée, dans les tons verts. Il a été édité en 2018 et doit être commandé via Etsy ( j’en ai eu pour 37,50€ fdp compris, car il vient de République Tchèque ). Il comporte 112 pages, faites de papier ivoire bien épais et de qualité, ce qui permet d’utiliser tout aussi bien des crayons de couleurs, des feutres, de la peinture ou des colles pailletées, pour mettre en couleur les illustrations.

Rien qu’en posant les yeux sur la couverture, avec son titre en lettres dorées, on ne peut que tomber sous le charme. Tout cet ouvrage est aussi mignon et poétique que l’illustration de cette couverture. Des petites maisons arrondies, des champignons, des lucioles attendrissantes, des mini coccinelles, des fleurs, des papillons… Un côté enfantin qui personnellement m’apaise et me fait rêver.

Ce livre est comme une histoire que l’on pourrait raconter à ses bambins, bien installés au coin du feu.

En plus des fées et elfes, Klara Markova nous invite aussi à faire la connaissance d’adorables sirènes et de petits dragons gloutons. Elle a même eu la bonne idée d’ajouter des coloriages à thème, que je compte bien colorier lors des périodes en questions.

Fairy Celebrations de Klara Markova

Pour ne rien gâcher, la jeune femme a préféré éviter de faire des pages recto-verso. Ce qui signifie que chaque page contient un coloriage d’un côté, puis une toute petite illustration sur l’autre face ( où l’on peut noter le matériel dont on s’est servi, la date, etc ). De cette façon, si vraiment la technique utilisée pour mettre en couleur les dessins, finissait par traverser, les illustrations ne risquent pas d’être abîmées.

Plusieurs surprises sont glissées dans le bouquin.

Tout d’abord, un marque-page de fée à mettre en couleur, puis un autocollant.

Ainsi que 2 illustrations où il faut ajouter une porte et un couvercle de coffre, à découper et ensuite coller, que l’on trouve à la fin du livre.

C’est donc un ouvrage plein d’amour et de tendresse, dont les dessins ne manquent pas de détails, que l’on prend grandement plaisir à posséder, et qui peut aussi être un superbe cadeau à offrir à un être passionné et créatif.

Passion coloriage : l’univers de Maria Trolle

Passion coloriage : l'univers de Maria Trolle
Passion coloriage : l'univers de Maria Trolle

On se retrouve aujourd’hui, ami lecteur, pour discuter d’une de mes passions. D’ailleurs si tu es là, à lire cet article, c’est que tu dois certainement la partager avec moi.

J’ai toujours été attirée par les loisirs créatifs et l’univers des beaux-arts. Je rêvais de devenir prof d’arts plastiques, ou de réaliser les décors pour des films et spectacles. Je me suis éclatée lorsqu’en 3ème j’ai effectué un stage comme décoratrice à l’opéra théâtre de Metz. Une expérience courte mais très sympa.

Bref… Tout ça pour dire qu’il était normal qu’adulte je continue à me plonger dans ce monde riche en couleurs.

Petite, je faisais d’énormes coloriages à 4 mains avec ma grand-mère. Maintenant, après avoir quelques temps délaissé mes crayons, je me remets de plus belle à colorier. Cela me permet de me vider l’esprit tout en calmant mon hyper activité engendrée par mes maladies.

Passion coloriage : l'univers de Maria Trolle

Ayant des vues sur les livres de coloriage pour adulte de l’illustratrice et graphiste suédoise, Maria Trolle, je rêvais depuis assez longtemps de pouvoir m’en offrir un.

Mais je dois reconnaître que j’ai beaucoup hésité avant de finir par l’acheter. J’avais peur de ne pas être au niveau pour valoriser comme il se doit les dessins de la jeune femme. De gâcher l’album et de ne pas être capable de rendre justice au talent de l’artiste.

Finalement, j’ai tout de même cédé à la tentation. Et franchement, je suis ravie.

Mon coup de cœur est allé vers le livre Blomstermandala, aussi appelé Twilight Garden ou encore Botanische Tuin pour ma version. Il s’agit de son premier livre de coloriage, sorti en 2015.

J’adore l’atmosphère qui s’en dégage. On plonge dans un jardin plein de douceur, où de gentils animaux viennent nous rendre visite. Fleurs, papillons, oiseaux, renards, biches, c’est un univers enchanteur et poétique que Maria Trolle a créé. J’apprécie aussi beaucoup les pages à fonds noirs. C’est original et cela va permettre de faire ressortir encore plus les couleurs des coloriages.

Avec sa couverture rigide cartonnée, où des illustrations colorées contrastent à la perfection avec le fond noir, sa bordure dorée et ses pages en papier épais, cet album n’est pas un simple bouquin de coloriage. C’est un magnifique ouvrage dont personnellement je prends grand soin et dans lequel je compte bien passer des heures à m’appliquer.

J’ai d’ailleurs pour projet de collectionner les différents livres de Maria Trolle.

Pour conclure, mon ptit artiste en herbe, si tu veux te lancer dans la colorisation d’un monde fleuri et paisible, avec un livre de qualité, je te conseille de ne pas hésiter aussi longtemps que j’ai pu le faire. Surtout quand on sait qu’il n’est pas plus cher qu’un album Disney pour adulte, alors qu’il est d’un design bien supérieur.

Tu peux l’acheter sur Amazon pour 15,99€, en cliquant ICI .

Ne pars pas de suite ! Viens découvrir mes coloriages et mon matériel d’art thérapie sur mon nouveau compte Instagram : Colorsofxela .

Jolies fables pour être bienveillant avec soi

Jolies fables pour être bienveillant avec soi

Après avoir découvert l’univers de Serge Marquis au travers de son livre Le jour où je me suis aimé pour de vrai , c’est avec plaisir que j’ai pu m’apaiser en lisant ce nouvel ouvrage paru aux éditions Points.

Intitulé Petit traité de bienveillance envers soi-même, ce livre renferme différents textes, rédigés un peu comme des fables, mettant en scène des animaux.

Cette idée est plutôt sympa, car elle apporte un peu de légèreté à un sujet pas toujours simple à approcher ( il n’est pas forcément aisé de discuter de l’ego et de comprendre ce sujet ). Mais en plus, j’ai trouvé que cela rendait le texte plus fluide à lire, un peu dans l’esprit des contes. On sort totalement des récits un peu rébarbatifs de certains bouquins de développement personnel, où tout est bien trop scientifique et où il faut se creuser des heures la tête pour saisir ce que tente d’expliquer l’auteur.

Là, Serge Marquis, un peu dans l’esprit des fables de Jean De La Fontaine, nous fait réfléchir sur nous-mêmes, en nous permettant de nous identifier à ces animaux. On se reconnait aux travers de cette girafe mal dans sa peau qui veut se faire raccourcir le cou, ou de cette jument qui cherche tellement à obtenir de l’attention jusqu’à se laisser dépérir, et de cette tortue qui doit consulter car ayant peur de ne pas vivre 100 ans passe à côté de sa vie.

Chaque fable à sa propre “morale“, sa propre “clé” qui nous pousse à regarder de plus près certaines de nos réactions. Grace à cela, on se rend doucement compte que beaucoup de nos souffrance du quotidien viennent simplement de nos pensées. De notre façon de voir la vie et le monde qui nous entoure. Au lieu d’être dans le présent, nous cherchons à laisser une trace dans le futur, tout en nous focalisant sur notre passé. Nous voulons marquer les esprits et nous avons tellement peur de ne pas être assez bien, de ne pas être aimé et d’être rejeté.

Jolies fables pour être bienveillant avec soi

Serge Marquis nous montre une nouvelle fois, que notre ego est bien trop présent dans notre vie et qu’il faut que l’on parvienne à se détacher de lui, pour nous concentrer sur nous-mêmes.

Loin des ouvrages philosophiques et / ou psychologiques trop compliqués, Petit traité de bienveillance envers soi-même est bien plus accessible, plein d’humour et de clins d’œil à notre société.

De quoi se remettre en question dans la bonne humeur durant les vacances !

Jolies fables pour être bienveillant avec soi

Que dirais-tu, ami lecteur, de remporter un exemplaire de ce super bouquin?

Pour participer, il te faut :

Tu peux inviter autant de monde que tu le souhaites, sachant que 1 ami invité = 1 commentaire = 1 chance 

Le concours prendra fin le 31 juillet à minuit.

Concours ouvert à la France, Belgique et Suisse.

Bonne chance

Maison Colibri a fait la joie de mon petit mordu de madeleine

Mon ptit dernier est un véritable fan des madeleines. A tel point que mes deux plus grands lui en ont offert pour son anniversaire. C’est vraiment le goûter qu’il préfère dévorer à la récréation, ou qu’il apprécie de tremper dans son lait au chocolat du matin.

Alors lorsque j’ai reçu un beau colis de l’enseigne Maison Colibri , c’est tout naturellement que j’ai pensé à lui pour être le premier à tester toutes les gourmandises que je venais de déballer.

Personne n’est mieux placé chez moi, que mon mini gremlins pour valider ou non une madeleine.

Mais avant de te donner son avis ( puis un peu celui du reste de la tribu, tout de même ), laisse moi te présenter cette entreprise.

Maison Colibri

C’est en 1896 que la biscuiterie Sire De Pons voit le jour dans la ville de Pons, à proximité de Bordeaux et de La Rochelle ( Charente-Maritime ). Les madeleines y sont fabriquées à la main pour être ensuite commercialisées à la sortie de la gare dans des petites carrioles aux couleurs de la biscuiterie.

En 1922 , le boulanger Daniel Faure, fonde une nouvelle biscuiterie nommée Petit Colibri, dans l’idée de créer des pâtisseries aussi légères que l’oiseau qu’il aimait tant. Suite à son grand succès, cette biscuiterie deviendra LA biscuiterie, absorbant les autres dont Sire De Pons.

Depuis 1946, les gourmandises sont directement expédiées chez les clients, et en 1965, l’automatisation de la production débute.

Maison Colibri est l’héritière d’un savoir-faire pâtissier unique, totalement made in France, et a pour valeur de mettre en avant les bons produits de nos régions, en utilisant des farines de meuniers français ou encore du beurre AOP Charentes-Poitou, ainsi que du sel fin de l’île de Ré.

Maison Colibri

Le coup de maître de Maison Colibri, vient de sa fameuse madeleine recouverte d’une coque de chocolat. Une merveille tout en finesse et brillance, qui met l’eau à la bouche rien qu’en la voyant. Un côté qui a de suite attiré mon fils en titillant sa gourmandise et qui je dois l’admettre, m’a fait de l’œil à moi aussi.

Qu’en est-il du goût et de la texture ?

Cette coque en chocolat est donc une superbe idée, qui associe une touche croquante à une madeleine bien moelleuse. Madeleine qui d’ailleurs ne s’effrite absolument pas, contrairement certaines autres du commerce, et ne laisse pas une texture pâteuse en bouche après l’avoir dégustée.

Ce que nous avons le plus apprécié, c’est l’originalité des recettes. Maison Colibri innove et c’est tout à son honneur. Plutôt que de se contenter de la basique madeleine au beurre, certes fort sympathique, mais finalement parfois trop simple lorsque l’on a une grosse envie de saveurs sucrées, Maison Colibri élabore des combinaisons différentes et surprenantes.

Mon nain a été ravi de découvrir des madeleines colorées qui n’avaient rien à envier à l’originale.

Allant de la madeleine fruitée à la framboise avec des petits morceaux de framboise naturels, à la version qui allie gâteau à la noisette et coque au chocolat au lait, en passant par la madeleine verte à la pistache ou encore à celle qui nous plonge dans Noël avec ses notes de sirop d’érable aux éclats de noix de pécan, il y en a pour tous les goûts.

Mais ce n’est pas tout. L’entreprise ne se contente pas ces gâteaux aux allures de coquilles. Elle a développé une gamme gourmande, dans laquelle on retrouve de beaux cakes ( poire – caramel, vanille, chocolat – noix ), un financier aux amandes, ou encore des chocobooms.

Maison Colibri
Maison Colibri

Des quoi ? Chocobooms ? Quesaco ?

Les chocobooms sont de belles barres de gâteau moelleux, sur laquelle repose une partie en chocolat. Un look me faisant penser aux goûters de mon enfance, où je glissais quelques carrés de chocolat dans un morceau de pain, voir même que je dégustais sur une tranche de quatre-quarts. Bien mieux que les Snickers, Mars et autres barres chocolatées, ces barres – gâteaux BIO sont à la farine semi-complète, sans conservateur, colorant ou huile de palme. Leur petite taille permet de les transporter partout et de les glisser dans le cartable des minots.

Comme avec les madeleines, on retrouve bien les saveurs. Nous avons testé les chocobooms à la noisette et toute la tribu a adoré. Pas besoin de se jeter sur un pot de pâte à tartiner ! Le goût de noisette est bien présent et totalement naturel. Rien de chimique ou écœurant. Normal puisqu’il n’y a pas la moindre trace d’arôme artificiel dans cette recette.

Maison Colibri
Maison Colibri

Maison Colibri a su dépoussiérer la traditionnelle madeleine et donner un coup de jeune à l’univers de la biscuiterie, tout en conservant son savoir faire, ses valeurs et son talent. Elle a largement réussi le pari d’allier plaisir et produits français de qualité.

Et parce qu’il est aussi bon de faire plaisir aux autres, il est possible de personnaliser les boîtes des madeleines, mais aussi les recettes, en créant la madeleine de son choix. Au top pour faire de jolis cadeaux de Noël, mais aussi pour les anniversaires, la Saint Valentin, la remise de diplôme du fils de la voisine ou pour remercier l’enseignante de ton gremlins qui a su le supporter jusqu’à la fin de l’année sans devoir le bâillonner.

Ces livres dont les enfants sont les héros – Mumablue

Ces livres dont les enfants sont les héros - Mumablue

J’ai toujours rêvé de posséder la bibliothèque de la Bête. Tu sais, cette pièce immense, où Belle peut rester enfermée des heures à caresser les couvertures des livres. Je voudrais pouvoir grimper sur une échelle pour atteindre le bouquin qui me donne envie de partir à l’aventure.

Lire est très important pour moi. Et je tiens à passer cette passion à mes gremlins. C’est un si bon moyen de faire travailler l’imagination, mais aussi de découvrir le monde, tout en s’identifiant à un personnage.

Mes deux grands sont fans des bouquins. Ils en trimbalent partout avec eux. L’un est très romans fantastiques, l’autre à un gros penchant pour les mangas. Mais le ptit dernier a plus de mal. Il aime déchiffrer les affiches dans les rues, lire ce qui est noté sur les bouteilles ou emballages, décrypter quelques phrases par-ci par-là. Mais il ne tient pas encore bien avec un véritable livre ( à moins qu’il ne s’agisse d’infos sur les dinosaures, les égyptiens ou la mythologie ).

Ces livres dont les enfants sont les héros - Mumablue

Grâce à Mumablue, j’ai trouvé une astuce qui devrait beaucoup plaire à mon nain et le motiver à bouquiner.

Qui n’aurait pas envie de se plonger dans un univers dont on est le héro?! Qui ne voudrait pas absolument savoir ce qu’il va arriver à ce personnage qui n’est autre que soit même?!

Sur le site de Mumablue, en quelques clics et juste 5 minutes, j’ai pu personnaliser un livre pour enfant, que je compte glisser sous le sapin à Noël.

Plusieurs thèmes sont disponibles sous 5 livres différents. Ils ont la particularité d’aborder des sujets sensibles pour les enfants et de les aider à en parler. Chacun d’eux tourne autour de 3 valeurs, comme l’amitié, la loyauté, la modération, ou encore la confiance, le courage, la solidarité…. Un très bon moyen de leur permettre de surmonter les difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans leur quotidien.

Le principe est simple : une fois le livre choisi, on entre le prénom de l’enfant à qui il sera destiné ( ou des 2 enfants , car l’une des histoires permet de donner vie à 2 héros ) et on sélectionne le sexe.

Ensuite, on peut créer l’illustration du personnage en modifiant la couleur et coupe des cheveux, la teinte et forme des yeux, la couleur du tee-shirt, le fait de porter ou non des lunettes / boucles d’oreilles / appareils auditifs, etc… En plus de choisir la couleur de peau, il est possible d’ajouter ou non des taches de rousseur. De quoi faire correspondre au mieux le dessin à la bouille de l’enfant.

L’étape suivante est le choix de la langue ( 12 différentes ), ainsi que la typographie.

Pour terminer, on peut ajouter une photo du minot et une petite dédicace.

Le fait de pouvoir personnaliser l’allure du personnage et d’ajouter une photo est vraiment sympa. C’est un plus par rapport à certaines autres enseignes qui proposent ce genre de produit. Et je parle en connaissance de cause, car mes deux premières gremlins ont eu étant petits des livres dont ils sont les héros, mais à l’époque je n’avais pu que personnaliser les prénoms et mettre une dédicace.

Là, ça permet au nain d’encore plus se prendre au jeu.

J’ai aussi été agréable surprise par la qualité du bouquin, qui a une relieur cartonnée bien épaisse et des pages légèrement rigides qui craignent moins les déchirures à force de manipulations peu délicates. Les illustrations sont bien vives et très jolies, avec des personnages très mignons ( un côté kawaii avec leurs gros yeux ).

Pour ce qui est de l’histoire, celle que j’ai choisi, Aventures en Alaska, est rédigée dans un style fluide et largement compréhensible par les enfants, tout en abordant les thèmes de l’intimidation et du manque de confiance en soi. Des sujets pas toujours évident à expliquer aux gamins, qui là, sont clairement développés avec humour et bienveillance.

A la fin de l’histoire, on trouve quelques précisions sur le lieu et les animaux présents dans le livre , ainsi qu’un jeu.

La dernière page est celle où l’enfant va pouvoir découvrir sa bouille en photo et la petite dédicace qu’on lui a laissé. J’aime particulièrement l’attention portée à cette partie, avec la plume et le carnet. C’est très beau.

Une chouette idée de cadeau de Noël, d’anniversaire, de rentrée ou autre ! Surtout qu’avec le code ALEX15, tu as 15% de remise sur le site.

Tu prendras bien un ptit bout de fromage en attendant Noël

Le sais-tu ? Cette année Noël tombe un mercredi. Et à l’heure où j’écris ces quelques lignes, il reste pile poile 50 jours avant la venue du Vieux Barbu. Soit 1211 heures, 72618 minutes ou encore 4357061 secondes. Je te laisse calculer pour trouver le timing exact de cet instant ( t’es bon en maths ?).

Donc le compte à rebours est lancé. La folie des fêtes de fin d’année va débuter. La course aux jouets va démarrer. Mais surtout, la joie d’ouvrir son calendrier de l’avent va s’installer.

Alors je ne sais pas pour toi, mais moi je commence tout doucement à en avoir assez du traditionnel calendrier de chocolats. J’ai envie de fantaisie. D’originalité.

Tu prendras bien un ptit bout de fromage en attendant Noël
Tu prendras bien un ptit bout de fromage en attendant Noël

C’est ce que propose une enseigne dont je t’ai parlé il y a peu. À savoir, La Boîte Du Fromager. Rappelle-toi, cette marque qui t’envoie directement chez toi des box pleines de bon fromage.

Et bien là, le concept est le même. Tu reçois chez toi des fromages. Mais ce coup ci, tu n’en as pas que quelques uns. C’est carrément 24 jolis morceaux parfumés que tu vas pouvoir déballer jour après jour, à partir du 1er décembre.

Et attention ! Ces succulents frometons ont été sélectionnés par François Bourgon, meilleur ouvrier de France fromager. Rien que ça ! Ça va envoyer du pâté quoi ! Non, que dis-je ! Du lait caillé…

Pour 59,99€ tu obtiens un plateau à fromage en bois avec 4 petits couteaux, ainsi que tes 24 portions de fromage fermiers au lait cru ( de 50g chacune) , qui vont t’arriver sous 2 colis. Les 12 premiers fromages te sont envoyés entre le 25 et 26 novembre, et les 12 derniers le 9 décembre.

Tu prendras bien un ptit bout de fromage en attendant Noël
Tu prendras bien un ptit bout de fromage en attendant Noël
Tu prendras bien un ptit bout de fromage en attendant Noël

Bien entendu, tu ne sais pas à l’avance ce que contiendra ton calendrier. D’ailleurs pour que la surprise soit totale, chaque fromage est bien emballé et numéroté. Comme ça, tu en ouvres un précis par jour, et tu découvres dans ta boîte mail plein d’infos sur celui-ci.

Tu prendras bien un ptit bout de fromage en attendant Noël

Un petit plaisir pour patienter jusqu’à Noël et se mettre en appétit à l’approche des repas copieux de fête.

Pour commander ton calendrier c’est par ici.

Tu peux aussi l’accompagner d’un calendrier de l’avent sur les vins ou encore prévoir ton plateau de fromages pour le réveillon.

Avant de te laisser, j’ai eu envie de te faire une petite sélection de ce qui me fait baver sur le site de La Boîte Du Fromager :

  • Plateau fondue connaisseur ( emmental, beaufort, gruyère suisse d’alpage)
  • Plateau vin connaisseur du mois ( gruyère suisse d’alpage, gorgonzola, chaource, petit louvie et une bouteille de Sauvignon)
  • À la coupe : bleu de chèvre, brillat savarin truffoné, cosne du morvan, fleur du maquis corse, langres, manchego, maroilles, pecorino au poivre, raclette au foin, Saint nectaire, taleggio, tomme ail des ours, tomme de brebis du Béarn

Sans oublier le fameux Neufchâtel, qui de génération en génération, est toujours sur la table lors des fêtes chez moi. Faut dire qu’il est difficile de ne pas aimer ce petit cœur d’amour.

Chez toi aussi un bon plateau de fromages est indispensable à chaque grand repas ?

Imaginary Rebirth 2 , que donne la suite de cette fabuleuse aventure ?

Il m’aura fallu un petit moment avant de me plonger dans la suite de Imaginary Rebirth, dont le premier tome intitulé Ordre, m’avait captivé en quelques pages. Trop de livres en stock à lire, un cerveau qui a tendance a bien vite être dissipé depuis quelques temps, des envies de grand air, une vie à 100 à l’heure…. Bref, ce bouquin patientait gentiment dans ma bibliothèque, attendant que je ne daigne enfin lui apporter toute l’attention qu’il méritait.

Alexandre Sanchez, avec ce second tome nommé Terre, a encore réussi à me faire voyager dans un autre monde. ou plutôt dans plusieurs autres mondes et univers parallèles.

J’ai pris plaisir à retrouver toute la petite bande du précédant tome, qui d’ailleurs s’est agrandie, puisque désormais elle compte dans ses rangs une jeune Wyvern du nom de Magicka. Un personnage fort sympathique et attachant, qui va devoir apprendre les habitudes et modes de vie de ses camarades, tout en découvrant des paysages et êtres dont il ne soupçonnait même pas l’existence jusque là. Magicka m’a fait l’effet d’une enfant curieuse de tout, un peu survoltée parfois, qui cherche à ingurgiter un maximum d’informations sans pour autant être toujours capable de les comprendre. Ce qui bien évidemment va de temps en temps la mettre en fâcheuse posture ( surtout lorsqu’on s’amuse à l’arroser ^^ ).

La petite troupe cherchant toujours un remède pour contrer et stopper le Nexus, maladie destructrice qui ne doit surtout pas se propager, se retrouve a passer de portails en portails, visitant différentes dimensions et croisant le chemin de peuples étranges. Un petit côté Matrix qui fait son effet….

Je me suis prise au jeu et me suis facilement plongée dans l’imaginaire de l’auteur, me représentant par exemple mentalement le Coeur d’Orion, une jungle dont il n’est pas évident de sortir vivant. Pas de soucis pour m’ imprégner de l’atmosphère qu’Alexandre Sanchez a très bien su dépeindre au fil des pages. Le jeune homme n’est pas avare de détails, ce qui permet de réellement s’immerger dans le roman.

Encore une fois, le récit est bourré de rebondissements et arrive parfaitement à tenir le lecteur en haleine. J’ai souffert avec Tobias, me suis battue aux côtés de Jahred et me suis demandée pourquoi on s’en prenait ainsi à Eleanor.

De nouveaux protagonistes font leur entrée, laissant planer un peu plus le mystère sur les Staÿlis.

Magie, secrets, ambition, noirceur…. Tout est réuni pour donner envie de dévorer ce second tome et de pousser l’aventure toujours plus loin.