Créons ensemble la planète parfaite

En ce moment nous en avons testé de nouveaux jeux…. Que ce soit lors de conventions ou à l’association A Nous De Jouer dont nous sommes membres.

Certains bien entendu nous ont rapidement conquis d’autre moins.

Planet de Urtis Sulinskas et édité par Blue Orange, fait partie de ces jeux que nous avons de suite tous aimé.

Il faut dire que l’idée de donner vie à sa propre planète, dans l’espoir d’y voir grandir des tas d’espèces animales, a de quoi mettre en joie. Loin de là l’envie de se ” prendre pour dieu “, mais tout simplement le plaisir d’essayer de créer une planète légèrement écolo, où les humains ne règnent pas en maîtres.

En y jouant, j’ai à chaque fois la chanson “ L’histoire de la vie ” du Roi Lion et l’image de tous ces animaux qui se prosternent devant ce minuscule lionceau qu’est Simba dans les mains de Rafiki.

Après ce petit interlude musical, revenons en à nos moutons….

Le premier point fort de ce jeu, pour moi, tient dans son matériel. Les planètes sont en 3D, avec un système aimanté qui va permettre de fixer dessus des tuiles Continent.

Nous avons 12 tours de jeu, pour disposer intelligemment ces tuiles Continent, qui représentent les montagnes, forêts, océans, glaciers et deserts formant notre planète.

En fonction des étendues que nous allons réaliser, de mignonnes petites bêtes vont venir taper l’incruste chez nous.

C’est là que le travaille de Sabrina Miramon entre en jeu. Ses illustrations sont magnifiques et nous invitent au voyage. Chaque animal est identifiable facilement, que ce soit par un adulte ou un mini nain.

Mais il ne faut pas croire que Planet est aussi simple que ça. Car les animaux ont tous des besoins spécifiques ainsi que pour certains des contraintes. C’est pour cela qu’il faut vraiment être judicieux dans le choix des tuiles Continent que l’on va sélectionner, mais aussi dans leur placement.

Par exemple, le renard aura besoin d’une grande zone de forêt qui sera en contact direct avec une zone glacière. Alors que le lynx a besoin de vivre dans une bonne partie désertique, éloignée des montagnes.

Du coup, tu l’auras compris, le second point important de ce jeu, c’est la stratégie. Car non seulement il faudra jouer les bonnes tuiles pour sa propre planète, mais aussi piquer celles qui pourraient servir pour nos adversaires.

Petit plus pour pimenter le tout : les cartes Objectifs.

Chaque joueur a un objectif secret qu’il va devoir remplir au mieux pour cumuler de nombreux points. Par exemple, si j’ai la carte Objectif Océan, je vais tenter d’avoir un maximum de zones aquatiques sur ma planète.

Tous ces critères réunis vont en fin de partie, permettre aux joueurs de marquer des points.

Le joueur qui aura donné vie à la planète la plus sympa et aura donc cumulé le plus de points, sera le grand vainqueur.

Ohhhhh Qu’elle est belle cette planète !

Un jeu familiale, rapide ( 30 min ) , de 2 à 4 joueurs, pour petits et grands ( dès 8 ans d’après la boîte mais jouable avant cet âge ).

C’est fluide, les règles sont ultra simples et le concept écolo fort agréable. Parfait pour débuter une soirée jeu dans un univers zen ou pour occuper la tribu durant les vacances et jours de pluie.

Fans and Shirts, mon avis sur cette e-boutique

La boutique Fans and Shirts a eu la gentillesse de me faire parvenir…. Tadadam! Plusieurs tee-shirts ( ouais, pour le suspens on repassera ^^).

Ce magasin en ligne est spécialisé dans les univers geeks, proposant des fringues tirées de films cultes, de séries tv et de dessins animés.

On y retrouve des personnages comme Luffy de One Piece, Hodor de Game of Thrones ou encore Negan de The Walking Dead. Ainsi que pas mal de persos Marvel.

Tout ce que les fans de télé et manga ont tendance à kiffer. Ce qui est mon cas.

Les tee-shirts sont à 15,90€ et vont du XS au XL. Pas de coupe femme, ce qui est un peu dommage, mais différents coloris pour certains modèles.

Voici quelques uns de mes coups de cœur :

Normalement, au travers de ce partenariat, je devais recevoir 4 tee-shirts. J’en avais choisi 2 pour moi et 2 pour mes Gremlins.

Actuellement, j’ai reçu les 2 miens, que je vais de suite te montrer.

Fans and Shirts, mon avis sur cette e-boutique
Fans and Shirts, mon avis sur cette e-boutique

J’ai craqué pour un adorable Pikachu qui se prend pour Batman, et pour Sangoku de DBZ, qui fait une ptite sieste dans une poche.

Les illustrations de mes tee-shirts sont parfaites. Aucun souci même après plusieurs lavages. Les couleurs ne s’estompent pas.

J’aime beaucoup l’idée du môme version Mini Pouss, qui pique un roupillon tout contre moi. De même que mon BatChu ou PikaMan, est plutôt original et plaît autant à mon côté grande gamine, qu’à mes nains.

Par contre, là où ça perd de son charme, c’est que je n’ai absolument pas reçu la taille demandée. 
Tu le sais, ami geek, je ne suis pas épaisse. C’est pourquoi je savais qu’il me fallait du XS / S. Étant actuellement entre ces deux tailles, j’ai joué la prudence en demandant du S. 
Et finalement, j’ai été très surprise de constater que l’on m’avait fait parvenir du M.

Je me suis donc dit que c’était une erreur. Mais non. La boutique m’a expliqué que sachant que les tee-shirts taillaient petits, on m’avait directement choisi une autre taille, sans rien me dire.

Fans and Shirts, mon avis sur cette e-boutique

Pourtant sur le site, il est bien précisé que les fringues correspondent aux mesures en vigueur chez nous…. Puis si je devais avoir un doute sur la taille, je n’avais qu’à moi-même me reporter au tableau qui est Ici. Donc pourquoi modifier ainsi ma commande ?

Pour ce qui est du service client, je dois dire que j’en suis très déçue. Car au lieu de me proposer de me faire parvenir un bon de retour pour un échange, on m’a expliqué que je devais renvoyer les tee-shirts à mes frais.

L’erreur venant du vendeur, je ne trouve pas ça logique et encore moins commercial. Du coup, je me demande comment l’enseigne peut bien réagir dans de tels cas, avec ses clients, hors collaboration. 
D’ailleurs, on m’a même précisé que n’ayant pas fait de suite de “vente” via le code promo que l’on m’avait créé ( ce qui est logique, puisque je fais seulement l’article et n’ai donc pas encore partagé de code ), je n’étais pas rentable, donc encore moins en droit de faire remplacer mes articles.

Du coup, bien entendu, je flotte dans mes tee-shirts. Mon astuce pour cacher un peu ça, consiste à mettre une chemise ouverte par dessus. Mais cela signifie que je ne pourrai pas les mettre en été, puisque la chemise me tiendra beaucoup trop chaud.

Niveau livraison, comme précisé sur le site, cela peut être assez long : 2 à 3 semaines.

Fans and Shirts, mon avis sur cette e-boutique

Je termine donc cette présentation de l’enseigne Fans and shirts, sur une note en demi teinte. Les vêtements sont sympa et ont l’air résistants, mais la façon de réagir du vendeur est plutôt limite à mon goût et manque de sérieux.

Celui-ci m’a bien fait comprendre qu’il n’avait pas apprécié que lors du unboxing en story Instagram, je fasse remarquer ce problème de taille ( ainsi que la tâche qu’il y avait sur l’un des deux tee-shirts  –  tâche qui a disparu après lavage). 
Comme je ne fonctionne pas au mensonge et que je tiens à écrire des avis sincères, quelque soit la collaboration en cours, je n’allais absolument pas te cacher tout ça.

A toi désormais de te faire ton opinion sur Fans and shirts.

Moi, je vais continuer à porter ces tee-shirts en les camouflant un peu, et j’imagine que mes enfants ne sont pas prêts de voir un jour le reste de ce partenariat arriver….

Tu t’en doutes, je ne vais pas prendre la peine de te partager le fameux code de réduction. Car je ne tiens pas à être assimilée à une quelconque vente pour cette boutique, qui pense pouvoir ” acheter” de faux avis à coup de quelques vêtements gratuits

À la recherche de mon Ikigai

Après avoir découvert le Hygge au travers d’un livre passionnant dont je t’ai déjà parlé ici, je viens d’avoir l’occasion d’en apprendre plus sur le Ikigai.


Peut-être n’en as-tu jamais entendu parler, c’est pourquoi je vais me faire un plaisir de te décrire un peu de quoi il s’agit et de te donner par la même occasion mon avis sur le livre La méthode Ikigai, de Hector Garcia et Francesc Miralles.


Mais qu’est-ce que le Ikigai ?


Pour les japonais il s’agit d’une mission de vie, un but pour lequel on se lève le matin et qui fait qu’il vaut le coup de vivre sa vie. Tout le monde en serait pourvu, même si nous ne nous en rendons pas forcément compte.


La méthode Ikigai fait suite à un premier livre intitulé Ikigai les secrets du Japon pour mener une longue et heureuse vie, qui a rencontré un vif succès.


Nous allons découvrir trois lieux emblématiques du Japon, qui chacun vont correspondre à un moment-clé de notre vie :


Dans ce second opus, les deux auteurs décident de nous faire passer de la théorie à la pratique en nous emmenant dans un voyage fort sympathique.


Tokyo nous plongera dans le futur pour que nous puissions nous fixer des objectifs, dans le but de les accomplir.


Kyoto nous emmènera dans notre passé, pour que nous puissions comprendre d’où nous venons et retrouver les passions que nous avions étant gamins.


Ise représentera notre présent, ce moment qu’il ne faut pas négliger et vivre à fond.


Un joli programme pour cultiver le bonheur au quotidien et trouver l’harmonie qui est en nous.


Armés d’un gros trousseau de 35 clés, regroupant des anecdotes et des réflexions sur le Japon, mais aussi de petits exercices, nous allons partir à la recherche de notre Ikigai.


C’est avec toute la sagesse japonaise que nous allons survoler un pays merveilleux où le bien-être sera le point le plus important : notre bien-être.
D’ailleurs de fil en aiguille nous allons réaliser que chacun de nos actes, chacune de nos paroles, sans que nous en ayons conscience, concordent vers un même but : notre Ikigai.


J’ai beaucoup apprécié cette aventure japonaise au travers de mon subconscient, qui non seulement m’a permis de m’imaginer, sac à dos et valises à la main, me baladant de ville en ville dans un pays étranger, mais aussi de comprendre comment donner une orientation à ma vie.
Pas besoin de se fixer un but ultra compliqué. Juste de choisir des objectifs qui nous font sortir de notre zone de confort et nous motivent à aller de l’avant.


A Okinawa, coin au sud du Japon connu pour la longévité de sa population, l’expression est souvent utilisée pour exprimer une forte passion, qui anime toute une vie. Dans le genre du rêve de Tiana, personnage de La Princesse et la Grenouille, qui voulant à tout prix posséder son propre restaurant en mémoire de son père, va travailler sans relâche et se lever chaque matin avec le sourire malgré les épreuves.


Pour ma part j’ai découvert en cherchant mon Ikigai, qu’au delà du fait que j’aime écrire, prendre des photos et cuisiner, ce qui me permet de tenir ce blog, c’est  l’envie de partager, de discuter et peut-être de communiquer une de mes passions à certains d’entre vous, qui est ma véritable raison d’être, mon Ikigai.


Faire des échecs du passé, des réussites pour le futur, tout en cultivant son potentiel.


Merci Harmonie Solar éditions, de m’avoir aidé à trouver mon Ikigai enfui en moi, grâce à ce livre que vous m’avez envoyé !

Bento éco-friendly Umami

Les beaux jours reviennent. Ici, en Provence, le soleil brille et apporte doucement sa chaleur, pour mon plus grand plaisir.
Nous commençons petit à petit, à délaisser les écharpes et manteaux, ressortant les chemises et tee-shirts.


Le printemps pointe le bout de son nez, décorant les arbres de bourgeons et de minuscules fleurs. J’aime assister à ce renouveau. À cette nature qui s’éveille, s’étire et sort de son hibernation. C’est un moment magique, empli de good vibes, qui me procure un sentiment de zenitude absolu.


La période idéale pour partir à l’aventure, sans but précis, sans destination en tête. 


Dans ces moments là, nous partons à la découverte des coins proches ( ou non) de chez nous, que nous ne connaissons pas. Traversant des villages, parcourant des rues pavées, ou nous promenant en campagne pour profiter du chant des oiseaux.


Sacs aux dos, appareils photo en main et sourires aux lèvres, nous sommes prêts pour de jolies journées.

Bento éco-friendly Umami


Et dès que nous trouvons The lieu qui nous fait rêver, nous n’avons plus qu’à nous poser pour un pique-nique improvisé. On sort bentos et sandwichs, et on se régal au grand air.


Et je dois dire que désormais, je suis bien équipée, grâce à Umami.

Bento éco-friendly Umami

Après m’avoir fait parvenir leur bento à 2 compartiments, ils ont eu la gentillesse de me proposer leur tout nouveau model.


Je l’adore, car non seulement il a une énorme capacité de 1100ml, mais en plus, il est très élégant, avec son look épuré.

Un bento éco-friendly, réalisé en fibre de bambou et sans BPA.

Bento éco-friendly Umami


J’ai vraiment un coup de cœur pour les produits de l’enseigne Umami. Car après avoir testé différents types de bentos, de différentes marques, je constate que ceux de cette boutique sont bien plus solides. Et surtout, ils sont parfaitement hermétiques. Il faut dire qu’ils ont un joint qui joue à fond son rôle de ventouse !Puis le fait que Umami soit une entreprise 100% française n’est pas pour me déplaire. 


Je peux donc passer un moment tranquille avec la tribu, à vadrouiller de gauche à droite, sans me soucier de mon repas, puisque je sais qu’il est à l’abri dans mon adorable bento. 

Bento éco-friendly Umami


Pour info, les articles Umami sont disponibles ICI. Les tarifs sont ultra corrects ( contrairement à certaines enseignes qui s’enflamment vite sur le prix des bentos) et la livraison est très rapide ( j’ai reçu celui-ci en moins de 48h).

Bento offert par Umami.

ZBox : le cadeau mensuel des geeks

Certaines passions ne sont pas données. D’ailleurs, n’importe quel geek qui passerait par là, pourrait te le confirmer.

Collectionner les Funko Pop… Chercher à avoir le jeu vidéo rétro de son enfance… Cumuler les statuettes de manga… Ou encore adorer les portes clés Marvel… Tout ça a un certain coût !

C’est pourquoi il m’arrive de passer de grosses commandes sur le net, quitte à les grouper avec le reste de la tribu. Chacun choisissant ce qui lui plaît le plus et payant son butin.

Pour cela, je passe souvent via le site Zavvi. Site en général bien connu des geeks en puissance, car il propose un large choix de produits à un tarif attirant.

Dvd, blu-ray, funko pop, tee shirts, jeux vidéo, figurines, posters, casquettes, jeux de société, mugs… Un max de goodies, allant de l’univers DC Comics, à Nintendo, en passant par Star Wars et Harry Potter.

ZBox : le cadeau mensuel des geeks

Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est la Zavvi Box.

La quoi ?

La Zavvi Box ! Pas une box tv ou ADSL. Mais une jolie surprise que tu reçois directement chez toi tous les mois.

Différents abonnements sont proposés, te permettant de partir sur :

1 seul mois à 24,99€
3 mois à 22,99€/mois
6 mois à 20,99€/mois
12 mois à 19,99€/mois

Pour ce qui est de la livraison, elle est comprise dans le prix. Ton colis sera expédié entre le 10 et le 15 de chaque mois.

Mais voyons voir ce que cette ZBox peut bien cacher…

Tu auras toujours la joie de découvrir un tee-shirt, dans chacun de tes colis. De quoi refaire ta garde-robe au fil des mois, avec des fringues originales.
Ainsi que 4 à 5 produits d’une valeur d’au moins 45€. Voire même une pièce de monnaie collector.

Comme je te le disais tu n’auras aucune idée de ce que va contenir ta box. Mais il faut savoir que tu n’auras pas tout et n’importe quoi, puisque chaque mois celle-ci aura un thème bien précis.

D’ailleurs voici les ZBox des mois passés, qui sont pour moi de véritables coups de cœur et qu’il m’aurait bien plu de recevoir…
Certaines peuvent être commandées, même après leur parution ! Il te suffit de faire ton choix, ici.

ZBox : le cadeau mensuel des geeks
ZBox : le cadeau mensuel des geeks
ZBox : le cadeau mensuel des geeks

En t’abonnant à cette box, tu deviens aussi membre VIP, ce qui te permets d’obtenir des remises supplémentaires, un accès prioritaire aux nouveaux produits et de participer à des concours exclusifs. De plus tu as accès au magazine ZBox dans lequel tu trouveras des infos sympa sur les produits présents dans la box, mais aussi des articles geeks ( comme ” la petite histoire de la SNES”, ou encore ” les plus étranges mashups de bande originale”), et même des avis films.

ZBox : le cadeau mensuel des geeks

Voyons ce que j’ai reçu dans ma box…

Tout d’abord le t-shirt. J’en suis tout simplement folle : entre les personnages de Mario et Luigi qui ont bercé mon enfance (puisque le premier jeu vidéo que j’ai eu fut Super Mario Bros sur la SNES), les couleurs fluo qui ressortent super bien sur le fond bleu marine et l’année 1985 inscrite dessus (qui me correspond bien puisque c’est l’année de ma naissance), c’est un combo gagnant.

En plus de cela j’ai aussi eu de quoi me faire un apéro : un décapsuleur en métal Batman et une petite flasque Rick et Morty ( vin chaud ou grog ? 😁).

La pièce Banjo-Kazooie est tout simplement adorable. Elle est argentée, avec sur une face les deux personnages de représentés et est protégée par une petite boîte plastique transparente. Il s’agit donc d’une édition limitée à 9995 pièces dans le monde, la mienne étant le numéro 2297.

Seul petit bémol à cette box pour moi : la BD de Doctor Who, qui malheureusement est entièrement en anglais, ce qui ne colle pas du tout avec moi qui suis complètement nulle en langues étrangères.

ZBox : le cadeau mensuel des geeks

Alors qu’est-ce que je pense de tout ça?

Je dois dire qu’il est toujours très plaisant de recevoir chez soi une telle box, puisque l’on a l’impression d’obtenir un cadeau de Noël tous les mois ^^

J’aime donc énormément le t-shirt et la pièce collector. Le décapsuleur va très certainement rejoindre ma glacière pour les pique-niques de cet été. Quant à la flasque et le comics, soit je vais les intégrer à ma collection, soit peut-être les offrir un de mes proches légèrement geek sur les bords lui aussi.

J’avoue que j’aurais adoré recevoir une Pop ou un produit bien rétro genre Jumanji ou Retour vers le futur. Mais le concept d’avoir un nouveau thème chaque mois est une bonne idée, puisqu’il peut satisfaire des geeks de différents univers et permettre de faire des découvertes.

Le fait de ne pas obligé le client à s’engager durant des mois est aussi un bon point.

Cette ZBox peut donc être un chouette cadeau affaire à quelqu’un ou même à soi-même.

Je remercie donc Zavvi pour m’avoir offert sa box que j’ai été ravie de découvrir. J’espère avoir un jour l’occasion d’en tester de nouvelles. 

Caravane Namasté avec France Bleu Provence

Caravane Namasté avec France Bleu Provence

La semaine dernière nous avons pu découvrir l’Aïolive, un événement proposé par France Bleu Provence, qui part à la découverte de jeunes talents prometteurs.


Une grande première pour nous, que d’assister à l’enregistrement d’une émission de radio, encore plus en direct.

Caravane Namasté avec France Bleu Provence


Mercredi soir dernier, direction Cabriès pour toute la tribu, petit village sympathique de notre secteur, à la recherche de la maison des arts. 


C’est installés au premier rang des gradins, juste face à la scène, que nous avons pu assister à l’interview mais aussi à une représentation en direct du groupe Caravane Namasté.


Rien que le nom de celui-ci pouvait laisser présager des sonorités à la fois entraînantes, rythmées, mais aussi un peu manouches et bohèmes.


Nous avons vite été conquis non seulement par la musique, mais aussi par les textes militants et idéologiques, rappelant le style de Tryo, ce groupe engagé que Mrs Geekette adore depuis l’adolescence.


Même si tous les membres de Caravane Namasté n’avaient pas pu être présents, nous pouvons t’assurer que le show n’en était pas moins d’enfer. Les musiciens étaient au taquet pour nous donner envie de bouger. Le chanteur a su nous communiquer ses émotions et même nous transformer en cigales au travers d’une chanson.

Ptit cadeau : nous t’avons concocté une vidéo dispo ci-dessous et sur la chaîne YouTube de notre nouveau blog. Pense à t’abonner sur celle-ci ^^


Un groupe familial, méditerranéen, proche de ses fans, qui n’hésite pas à partager son amour de la musique, même après le show. Prenant le temps de discuter… De raconter son histoire… Et d’émerveiller les gamines comme notre fille, qui ne jure plus que par Caravane Namasté.

Caravane Namasté avec France Bleu Provence


D’ailleurs la Demoiselle a eu l’honneur de se voir offrir une démo, dédicacée spécialement pour elle. Artefact bien précieux, qu’elle a de suite mis en évidence dans sa chambre, tel un trophée.


À noter que leur prochain album  » Des Ailes  » sera disponible en version numérique à partir du 22 mars et en version CD le 5 avril. 

Caravane Namasté avec France Bleu Provence

Et pour les voir en concert, c’est par ici que ça se passe !

Vive l’épilation sans douleur et connectée – BaByliss Homelight G946E

Aïe ! Ouille ! Aïe aïe aïe !!! Non ! Stop ! Je n’en peux plus !

Nous, les nanas, avons toutes connu ça. Je ne parle pas de l’accouchement, hein. Je ne vais pas te dire que cette douleur est aussi forte que celle qui permet de donner la vie. Mais ce n’est tout de même pas une partie de plaisir.

Oui. Je te parle bien de ce merveilleux moment où tu dois t’attaquer à l’élimination de ces maudits petits poils qui recouvrent tes jambes, s’infiltrent sous tes aisselles, et te narguent en tapant l’incruste un peu partout sur ton corps.

Non, parce que franchement, si tu es comme moi, tu as beau kiffer les ours et les marmottes, tu n’as pas forcément envie de te retrouver avec le même pelage.

Winter is coming …. Winter is here… Bref, on se les caille…. Mais on n’est pas pour autant obligée de se préparer à hiberner en mode Chewbacca.

Alors que faire…. Rasoir ? Épilateur ? Cire ?

Pour ma part, j’ai décidé de tester l’épilation par lumière pulsée.

Quoi? Elle s’épile avec de la lumière la meuf ? Sérieux ? Elle disjoncte, non ?!

Je te rassure, j’ai encore presque toute ma tête. J’ai tout simplement eu la chance de pouvoir tenter l’expérience de l’épilation sans douleur grâce à l’enseigne BaByliss Paris.

Pas besoin je suppose de te présenter cette marque. Car à moins que tu ne vives dans un igloo bien perdu, tu as déjà dû croiser au moins un de leurs produits, ne serait-ce qu’un sèche-cheveux. Ou le fameux fer à boucler qui a rendu célèbre BaByliss dès les années 60.

C’est donc au travers de l’épilateur Homelight Connected G946E, que j’ai pu découvrir la magie de l’épilation sans serrage de dents ni cris.

Testé sous contrôle dermatologique, ce pistolet digne d’un film de science fiction permettrait d’éradiquer 90% des poils au bout de 8 séances, histoire de garder une peau de bébé plus longtemps.

Je t’entends déjà me dire que 190€ pour faire la chasse aux poils, c’est un sacré budget. Ok. Mais à environ 30€ les jambes, plus 10€ les aisselles, en institut, on arrive quasiment au même montant en à peine 5 séances. De quoi amortir en peu de temps ton investissement dans l’épilateur de BaByliss, tout en prenant en compte que là, tu peux t’occuper de tout ton corps et même de ton visage.

Bien emballé dans son carton, mon nouveau pote m’a rapidement supplié de le délivrer de celui-ci, pour me montrer de quoi il était capable.

Il est livré avec son alimentation secteur ( pas besoin de devoir charger l’appareil, donc utilisation possible à tout instant ), ses notices, sa garantie de 2 ans et son filtre spécial visage.

Cet épilateur est équipé sur l’arrière, d’un guide de choix d’intensité amovible, permettant de définir la couleur de sa peau et d’adapter la puissance de la lumière, évitant ainsi le risque de brûlure. Il suffit de déclipper cette partie et de la poser sur le dos du poignet pour déterminer son phototype et par conséquent, la puissance à utiliser ( 5 intensités différentes ).

Niveau utilisation, rien de bien compliqué :

  • je me rase 24h avant l’épilation, ce qui va aider le flash de l’appareil a détruire directement le follicule, plutôt que le poil
  • j’allume mon pistolet de l’espace
  • je règle l’intensité avec les touches + / –
  • je colle l’avant de mon arme sur la zone à épiler
  • je vérifie que le témoin lumineux situé sur le dessus de l’épilateur se mette à clignoter, m’indiquant ainsi que l’appareil est correctement en contact avec ma peau
  • j’appuie sur la gâchette le déclencheur ce qui libère une impulsion lumineuse
  • je fais de même sur toute la surface à épiler

Je peux aussi utiliser le mode gliss , permettant de libérer automatiquement et en continu, les impulsions lumineuses. Pour cela je n’ai qu’à maintenir enfoncé le déclencheur, tout en faisant glisser mon Homelight sur ma peau, sans m’arrêter. C’est le mode que je préfère car c’est un véritable gain de temps.

C’est donc le flash de lumière envoyé par l’épilateur qui va détruire la racine du poil, de par la chaleur qu’il dégage ( je te rassure, on ne ressent pas cette chaleur). Affaiblis, les poils vont tomber et ne repousseront pas, ce qui va espacer les séances. Le tout sans UV.

Gros point positif qui me plait beaucoup, c’est le fait que le flash ne soit libéré que lorsque l’épilateur est parfaitement en contact avec ma peau. Si la surface d’application ( de 3cm2) ne colle pas correctement à ma peau, aucune lumière n’est déclenchée. 0 risque pour mes yeux !

Autre point fort, c’est sa durée de vie. L’ampoule du Homelight G946E peut émettre jusqu’à 300 000 flashs, ce qui laisse une large marge sans devoir la changer.

Niveau maniabilité, rien à redire sur le poids de l’appareil, ni sur le manche ergonomique qui permet une bonne prise en main. Seul petit bémol, c’est lorsque je dois passer sur les chevilles, les tibias et les genoux. Bref, là où mes os sont bien prononcés. Il m’est difficile de bien positionner l’épilateur, ce qui du coup empêche le flash d’arriver. Je dois donc tourner mon pistolet dans tous les sens pour finir par trouver le bon angle. Aziz lumière !

La particularité du G946E vient de son application connectée en bluetooth. Celle-ci est un atout pour moi, qui oublie bien souvent ce que je dois faire. Là c’est directement l’application qui va, via l’agenda de mon smartphone, me rappeler que j’ai une séance de prévue ( pas d’oubli, ni de surcharge de séance ). En plus, elle ajoute un peu plus de sécurité au travers d’un questionnaire revenant à chaque nouvelle séance ( ma peau a-t-elle était exposée au soleil, est-elle irritée, etc… ).

Elle garde en mémoire chaque séance et chaque zone traitée, ainsi que le nombre de flash ayant servi à telle ou telle zone.

A savoir que l’épilation par lumière pulsée n’est pas un sortilège qui va d’un coup de baguette magique faire s’envoler tous tes poils. Il faut faire preuve d’un peu de patience et suivre un programme d’épilation sur 8 séances ( 4 espacées de 15 jours + 4 espacées d’1 mois ) pour voir un changement ou plutôt ne plus voir les poils. Pendant ce temps, les poils récalcitrants peuvent être combattus à coup de rasoir. Sus à l’ennemi!

Pour ma part, je dois dire que pour le moment je suis plutôt convaincue. La repousse est bien moins rapide et sur certaines zones, les poils sont déjà clairsemés. Pourtant je n’ai pas encore validé tout le programme ( je t’en dirai plus lorsque les 8 séances seront faites ).


Récapitulatif :

  • léger, simple et rapide d’utilisation
  • pour corps et visage
  • 300 000 flashs
  • pas d’UV
  • détecteur de contact
  • 5 puissances différentes
  • 2 modes d’utilisation
  • surface d’application de 3cm2
  • programme suivi et connecté

Merci à BaByliss pour ce joli jouet avec lequel je peux livrer bataille contre mon duvet de Cousin Machin !

Tu peux acheter le Homelight G946E Bluetooth ICI . Ou choisir la version sans bluetooth ICI , pour moins cher.

Prends garde! Les zombies sont de sortie !

J’enchaîne livre sur livre depuis quelques mois. Un immense plaisir, sachant qu’il n’y a pas si longtemps que ça, mon corps et mon esprit étant si épuisés à cause de mes TCA, je ne parvenais plus à me concentrer sur le moindre bouquin.

C’est donc une véritable joie pour moi, de pouvoir à nouveau me plonger durant des heures dans des aventures imaginaires.

J’ai fait la connaissance de Frédéric Czilinder, auteur de Wake The Dead, au Hero Festival de Marseille, fin d’année dernière.

Clique sur l’image pour l’acheter

Ce qui m’a attiré sur son stand, c’est la couverture de son livre. Cette dernière laisse apparaître une illustration entre le dessin et la peinture, où l’on peut voir une fête foraine illuminée, avec en premier plan un être à l’allure de zombie, bouche ensanglantée et vêtements déchiquetés. En regardant d’un peu plus près, on comprend facilement que la panique règne et que l’ambiance n’est pas à la fête. Des personnes tentent de s’enfuir, d’autres hurlent, et une pomme d’amour à peine entamée a été abandonnée sur le sol. Ciel couvert et brouillard, ajoutent une touche sombre à la scène.

Tout est réuni pour donner envie à une fan de livres d’horreur d’en savoir plus.

Mon incroyable aventure au Hero Festival de Marseille

Après quelques mots échangés avec Frédéric Czilinder, j’ai su qu’il fallait à tout prix que je dévore ce bouquin.

Et pour cause…

Tout comme moi, l’auteur apprécie tout particulièrement Stephen King, ce qui se resent très bien dans son oeuvre. On y retrouve le même style, avec un langage pas mal familier qui m’a de suite replongée dans Désolation ou encore dans Horns de Joe Hill ( fils de King ).

L’intrigue se déroule dans une petite ville comptant peu d’habitants, dont on ne rêve que de s’échapper, mais dont finalement, on reste prisonnier, coûte que coûte. Un seul lycée, un unique hôtel, un cimetière, des marais et falaises, Deep Harbor pourrait très bien abriter les personages de Stephen King. D’ailleurs, cette ville se situe dans le Massachusetts, dont le Maine ( lieu de naissance de King et où ses romans ont pour habitude de se passer ) fut longtemps une exclave.

Dans cette bourgade où tout le monde, ou presque, se connait, de nombreux secrets obscures se cachent. Alcoolisme, violence, mensonge, adultère, de quoi changer ce coin si paisible, en parfait bled maléfique et y attirer le mauvais œil.

Et c’est exactement ce qu’il se passe. Nuit d’Halloween, légende de sorcière, et attaque de morts vivants…

Ajouté à cela la pom-pom girl hyper populaire qui sort avec un quarterback canon… La fille gotique dont tout le monde se moque… La ville construite sur d’anciennes terres indiennes… La comptine macabre que les gamines fredonnent en sautant à la corde ( là j’ai eu l’impression de regarder Freddy ^^ )…. On est en plein dans le film d’horreur typique.

Ce côté << cliché >>, regroupant de nombreuses allusions à d’autres romans de ce genre et à des tas de films, m’a franchement beaucoup plu. Il est même amusant d’essayer de relever le maximum de ces petits détails, comme les clins d’œil à Buffy contre les vampires ( série dont j’étais accro étant ado ), ou encore au jeu vidéo Silent Hill ( combien de soirées le Chéri et moi, avons pu passer à flipper en y jouant ^^ ). C’est un peu comme chercher les Hidden Mickey à Disneyland… Mais en plus effrayant.

Ce bouquin se lit rapidement. Nickel pour une soirée frissons au coin du feu ( ouais, bon, ok…. J’ai fait avec les moyens du bord ^^ ) C’est fluide et on suit les aventure des personnages les uns après les autres, chaque chapitre m’étant en scène des individus différents, pour que finalement tout se regroupe. J’apprécie beaucoup cette manière de découper un texte, car les personnages ayant chacun leur caractère et leur façon de penser / réagir, ça donne un peu de peps à l’histoire.

Quant à la fin!!!

Je ne peux que t’inviter à lire toi aussi Wake The Dead, pour la découvrir. Et comme moi, tout au long de ta lecture, tu pourras essayer de jouer les détectives ou médiums, pour deviner qui restera en vie ou non….