Gratin de brioche perdue à la banane

Gratin de brioche perdue à la banane
Gratin de brioche perdue à la banane

Que faire d’un reste de brioche qui commence à être un peu trop sec ? Un délicieux dessert extrêmement gourmand !

Ultra rassasiant, avec le bon goût des bananes rehaussé par l’arôme des fleurs d’hibiscus.

Gratin de brioche perdue à la banane

Il te faut :

  • 420g de brioche rassie
  • 2 bananes
  • 2 œufs
  • 300ml de lait
  • 1cs de fleurs d’hibiscus Aromandise
  • 1 trait de sirop d’agave
Gratin de brioche perdue à la banane

La recette :

Bats les œufs avec le lait.

Coupe la brioche en cubes et mets les à tremper quelques minutes dans la préparation.

Verse le tout dans un plat.

Coupe les bananes en rondelles et ajoute les dans le plat.

Saupoudre de fleurs d’hibiscus.

Enfourne 15min à 180°C.

Verse un trait de sirop d’agave avant de servir tiède.

Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean

Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean
Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean

Comment ne pas avoir envie de se mettre en cuisine lorsque l’on vient de recevoir de magnifiques tabliers made in France ?! Mon mini nain et moi même, nous n’avons pas pu résister bien longtemps. Il fallait qu’on inaugure ces merveilles. Et tels de grands Chefs pâtissiers, nous nous sommes éclatés à mettre les doigts dans la pâte, à incorporer les ingrédients et à lécher le fouet ( quoi? comment ça les Chefs ne font pas la vaisselle de cette façon ? oups… ).

C’est donc bien protégés tous les deux que nous avons concocté de jolis cœurs sablés à la cannelle, pour montrer à Marcel et Jean, tout l’amour que nous avons pour les adorables tabliers qu’ils nous ont fait parvenir.

Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean

Mais qui c’est ce Marcel ? Et ce Jean, dont tu me parles ?

Calme toi mon p’tit koala curieux, je t’explique ça de suite.

Marcel et Jean ceux sont un peu les grands-pères de tout le monde. Le tien, le mien…. Des amoureux de la nature, de la bonne bouffe, de la vie simple et des plaisirs du terroir.

En pensant à eux, une image de vieille bâtisse en pierre, entourée de verdure, et d’une grande pièce à vivre avec une immense table au centre s’impose à moi.

Le côté rustique d’antan, qui pour moi donne plus de chaleur et de convivialité en cuisine.

Marcel et Jean c’est aussi une petite entreprise française, née de la collaboration d’une fan de couture et d’un mordu de pâtisserie, qui pour un Noël, ont, sans le savoir eu une idée de génie. Un cadeau fait main, cousu avec tendresse et offert ensuite pour que des gourmandises puissent être préparées sans se tacher.

Partant de là, c’est un concept frais qui en a découlé, avec pour principe de créer des tabliers inspirés des modèles traditionnels, mais avec une touche de standing pour avoir toujours la classe derrière les fourneaux.

Résultat : des tabliers professionnels Français, à la fois sobres et rétro. Il n’en faut pas plus pour me faire craquer ( tu connais ma passion pour le vintage ^^ ).

Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean

La cerise sur le gâteau, c’est qu’en plus d’être élégants, ils sont robustes ! Fabriqués en toile 100% coton, pour tenir dans le temps. Perso, je kiffe les petits détails comme les boutons avec le logo de l’enseigne, ou encore les sangles en cuir provenant d’un atelier landais. Ainsi que les poches qui sont bien utiles quand comme moi, on aime prendre des photos tout en cuisinant ( hop, le téléphone dans la grande poche sur le ventre et la petite cuillère pour accessoiriser le cliché dans la petite poche du haut ). C’est ce qui fait le charme de ces tabliers. Un savoir-faire français, de belles valeurs et une pointe de nostalgie…

Les tabliers Marcel et Jean ont ce pouvoir de me replonger en enfance, dans la cuisine Niçoise de ma grand-mère. Là où gamine, j’aimais cuisiner avec elle sur sa vieille table en formica. Elle pouvait passer des heures à faire mijoter de bons petits plats ou à réaliser une délicieuse tarte. Toujours vêtue d’un de ses nombreux tabliers. Des moments gravés dans ma tête, que j’essaie de partager désormais avec mes gremlins.

C’est pourquoi, c’est avec une recette traditionnelle que j’ai voulu rendre hommage aux tabliers Marcel et Jean, ainsi qu’au souvenir de Mamie Lulu…. Depuis des centaines d’années, les biscuits sablés traversent les générations et régalent petits et grands… Ils étaient donc parfaits pour l’occasion.

Mais tout comme l’entreprise Marcel et Jean a su remettre au goût du jour le vieux tablier de ma grand-mère, j’ai revisité un peu les sablés, en les rendant réalisables malgré la pénurie de farine du moment, avec un esprit zéro déchet / anti gaspi qui anime beaucoup la population actuellement.

Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean
Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean

Pour 36 petits cœurs sablés, il te faut :

  • 150g de biscottes cassées
  • 60g de margarine
  • 70g de sucre complet
  • 1 oeuf
  • 1/2 cc de cannelle
  • 1 pincée de sel
Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean

La recette :

Mixe en poudre fine les morceaux de biscotte.

Fais fondre la margarine et ajoute la, ainsi que l’œuf.

Ajoute le sucre, le sel et la cannelle.

Sable la pâte avec les mains puis forme une boule compacte.

Sur un plan de travail fariné, étale délicatement la pâte sur 5 mm d’épaisseur.

Avec un emporte-pièce, découpe tes biscuits.

Dispose les sur une plaque recouverte de papier cuisson.

Enfourne 10 min à 180 °C.

Laisse refroidir sur une grille.

Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean
Sablés anti gaspi, avec les tabliers Marcel et Jean

Pour info :

  • mini nain porte le tablier Le P’tit Marcel ( 39€ ) qui est noté pour les 4 / 6 ans, mais lui convient très bien du haut de ses 8 ans ( certes, le tablier fait plus court sur lui que sur un tout petit, mais comme il est réglable, il a pu l’ajuster comme il voulait et il est super fier d’avoir son propre tablier de Chef )
  • mon tablier se nomme Alphonse ( 80€ ) et me donne la pêche avec sa jolie teinte rouge griotte (lui aussi est réglable, avec une toile doublée)
  • d’autres tabliers comme Gaston, Jean et Marcel sont à découvrir ICI
  • des tabliers pour les professionnels sont proposés ICI
  • possibilité de créer des tabliers sur-mesure pour les pros ICI ( choix de la couleur du tissu, choix des sangles, avec ou sans poche, choix des dimensions du tablier, ajout d’une broderie ou sérigraphie )
  • la collection Boulangerie Pas à Pas se trouve ICI
  • des recettes, de belles rencontres et plus encore, à voir sur le blog de Marcel et Jean

Attends mon chou ! Ne part pas ! J’ai une surprise pour toi !

J’ai le plaisir de te proposer, grâce à la générosité de Marcel et Jean, un superbe tablier Plage Sud en concours !

Comme ça toi aussi, tu pourras peut-être te la péter en cuisine cet été. Le plus de ce modèle ? Sa poche version tropicale, qui le rend unique. Pourquoi unique ? Parce que chaque tablier Plage Sud a une poche différente ( même tissu, mais pas le même motif ).

Pour tenter ta chance, tu dois :

Fin du concours le 31 mai 2020 à minuit ( résultat via instagram ).

Bonne chance !

Zéro déchet : j’utilise l’eau de cuisson de mes féculents

Zéro déchet : j'utilise l'eau de cuisson de mes féculents

Si tu as bien fait attention, dans certaines de mes dernières recettes, j’utilise de l’eau de cuisson. Peut être as-tu été intrigué par cela… Quel est l’intérêt? Qu’est-ce que j’en fais?

Laisse moi t’expliquer tout ça.

Le premier avantage est d’éviter le gaspillage. Plutôt que de jeter l’eau après la cuisson d’une dose de spaghetti et de repartir sur de nouveaux litres de flotte pour la cuisson des patates du soir, autant continuer avec la même ration. De belles économies sur la facture d’eau, au fur et à mesure, et une petite action écologique.

Ensuite, il faut prendre en compte que l’eau de cuisson contient énormément de nutriments. En effet, c’est dans cette eau que part la majeur partie des nutriments des aliments qui y ont pris un bain.

Personnellement, c’est au travers de la pâtisserie et de la boulange que j’utilise le plus mon eau de cuisson récupérée. Les féculents, tels que les pâtes, les pommes de terre ou le riz, relâchent beaucoup de gluten dans l’eau. C’est donc parfait pour aider les pâtes à lever.

De plus, ça me permet d’éviter d’utiliser du lait. Je remplace tout simplement le liquide de départ d’une recette, par la même dose d’eau de cuisson. Au besoin, j’ajoute juste 1CS de lait en poudre, mais c’est vraiment très rare.

Avec mon eau de cuisson, j’obtiens aussi bien de belles gaufres, que du pain, des brioches, des gâteaux ou de la béchamel…. Rien ne m’arrête, je teste cette méthode un peu partout ! Et je remarque qu’en plus d’avoir de jolies pousses pour mes pâtes, cela donne aussi beaucoup de moelleux.

Zéro déchet : j'utilise l'eau de cuisson de mes féculents

Il est aussi possible de se servir des eaux de cuisson ( de féculents et légumes ) pour le ménage ( laver le carrelage, faire briller l’argenterie, décaper la vaisselle et les poêles, etc… ), dans le jardin ( désherbant, engrais naturel ) et même en cosmétique ( soin des cheveux, hydratation de la peau, etc ).

Certaines de ces eaux sont aussi pas mal pour les problèmes de digestion et ont un effet énergisant.

A savoir que l’eau de cuisson des légumes et des viandes, sont au top pour réaliser des bouillons maison.

Zéro déchet : j'utilise l'eau de cuisson de mes féculents

Bref, il suffit de mettre un grand saladier sous ta passoire pour récupérer l’eau de cuisson, puis de la conserver dans un bocal ou une bouteille, au frigo. Libre à toi ensuite de l’utiliser en fonction de tes envies et besoins.

Zéro déchet : j'utilise l'eau de cuisson de mes féculents

Gâteau du confinement

Gâteau du confinement
Gâteau du confinement

Avec cette pandémie, il est difficile de mettre la main sur certains aliments, même si normalement il ne devrait pas y avoir de pénurie. La farine, les œufs et le lait, sont devenus des produits rares, sur lesquels les clients se jettent dès qu’ils en voient dans les rayons.

Faut dire que c’est plus sympa de cuisiner de bonnes choses avec ça, que de ne bouffer que des pâtes ou du riz.

Mais comment se préparer un goûter bien gourmand ou un petit-déjeuner succulent, si tu n’as plus ces 3 ingrédients de base ?

Il te suffit de suivre cette recette simplissime !

Ce gâteau du confinement, qui ne contient ni farine, ni œuf, ni lait, va te permettre d’utiliser les biscottes cassées qui traînent dans ton placard ! Zéro déchet, anti-gaspillage et délicieux, pour un dessert à la texture d’un flan, qui sent bon la châtaigne et la cannelle.

Le petit plus qui fait sourire les gremlins durant cette période compliquée : j’ai ajouté une fève dans le gâteau sans le leur dire ^^

Gâteau du confinement

Il te faut :

  • 180g de biscottes
  • 80g de sucre
  • 70g de fécule
  • 1 yaourt nature
  • 55g d’huile
  • 220ml d’eau gazeuse
  • 100g de purée de châtaigne maison
  • 1/2 sac de levure chimique
  • 1 à 2cc de cannelle
Gâteau du confinement
Gâteau du confinement

La recette :

Mixe les biscottes et mélange la poudre ainsi obtenue avec la fécule, le sucre, la levure et la cannelle.

Ajoute le yaourt, l’huile, l’eau gazeuse et la purée de châtaigne.

Verse la pâte dans un moule à gâteau à charnière, dans lequel tu places un cercle de papier cuisson dans le fond et où tu beurres bien le bord.

Enfourne 35 min à 180°C.

Laisse refroidir avant de démouler.

Gâteau du confinement

Astuce : pour encore plus de plaisir, mange ta part de gâteau avec une grosse boule de glace vanille et de la crème anglaise.

Crumble butternut pomme curry

Crumble butternut pomme curry

Quand je dois tartiner une biscotte, je revois toujours la scène de La Cage Aux Folles, où Michel Serrault tente désespérément de tartiner « comme un homme« , de façon « virile » sa malheureusement biscotte qui se casse à chaque nouvelle tentative.

Perso, comme je déteste le gâchis alimentaire, j’utilise ces morceaux pour les cuisiner. En général tout le monde en fait de la chapelure. Moi, c’est souvent en crumble que ces ptits bouts finissent.

Pour changer du crumble dessert, c’est une version sucrée salée, accompagnée d’une salade, que j’ai préparé.

Un plat simple qui fait son petit effet.

Crumble butternut pomme curry

Pour 4 personnes, il te faut :

  • 180g de biscottes cassées
  • 80g de beurre
  • 500g de purée de butternut
  • 3 pommes
  • 170g de tofu soyeux
  • 1cs de curry
  • 2cs de graines de courge
  • sel
Crumble butternut pomme curry

La recette :

Coupe les pommes en petits morceaux et mets les dans un plat.

Ajoute la moitié des graines de courge.

Mixe la purée, le tofu et le curry.

Recouvre les pommes avec ce mélange.

Mixe les biscottes et ajoute le beurre fondu.

Étale sur la préparation et ajoute le reste de graines de courge.

Enfourne 25 min à 200°C.

Crumble butternut pomme curry

Pudding salé au gruyère, anti-gaspi, au Vitaliseur

Pudding salé au gruyère, anti-gaspi, au Vitaliseur

Encore une fois je me retrouve avec une baguette bien dure qui ne risque plus de pouvoir faire des tartines.

Impossible de couper un morceau sans que tout éclate.

Alors comme les croûtons et la soupe ça ne peut pas être à chaque repas, je dégaine mon arme secrète : le pudding !

En général je le fais sucré, comme avec cette recette, mais là j’ai innové en préférant une version salée, qui accompagnée d’une petite salade, permet d’avoir un dîner qui cale bien.

Pudding salé au gruyère, anti-gaspi, au Vitaliseur

Il te faut :

  • 1 baguette de pain rassie
  • 2cs de farine
  • 200ml de lait
  • 300ml d’eau
  • 2 œufs
  • 1 à 2 CS de moutarde
  • 70g de gruyère râpé
  • 2cs d’huile d’olive
  • sel
  • poivre
Pudding salé au gruyère, anti-gaspi, au Vitaliseur

La recette :

Fais bouillir 1 / 3 d’eau dans la cuve du Vitaliseur.

Casse le pain et fais le tremper dans le lait et l’eau.

Quand le pain est bien imbibé et commence à faire une pâte avec les liquides, ajoute la farine puis mixe le tout.

Ajoute les œufs, la moutarde, l’huile puis assaisonne.

Ajoute le fromage et verse la préparation dans un moule à cake recouvert de papier cuisson.

Dispose le dans le tamis du vitaliseur.

Laisse cuire 50 min au vitaliseur.

Démoule le pudding lorsqu’il a bien refroidi.

Une solution anti gaspillage alimentaire !

Pudding salé au gruyère, anti-gaspi, au Vitaliseur

Tu sais quoi ?! Désormais je suis prescriptrice pour le Vitaliseur de Marion Kaplan. Ce qui signifie que je peux te faire profiter de tarifs exceptionnels pour que tu puisses toi aussi t’offrir ce super appareil ou encore le Trio qui est un accessoire à ajouter pour encore plus de recettes à réaliser. Alors n’hésite pas à me contacter si tu veux profiter de ces offres !

Gloss anti-gaspi avec d’anciens rouges à lèvres

Gloss anti-gaspi avec d'anciens rouges à lèvres

Qu’est ce que ça peut m’énerver de me retrouver avec des tubes de rouges à lèvres non terminés.

Au prix que ça coûte, ça me gonfle royalement de voir qu’une fois que j’arrive au bout de mon bâtonnet coloré, il reste toujours un fond de gloss que je ne peux pas utiliser.

Du coup j’ai pris l’habitude de stocker ces fameux tubes dans un tiroir de la salle de bain, dans l’attente d’en avoir assez pour leur donner une seconde vie.

Avec ces restes de rouges à lèvres, il est ultra simple de se fabriquer un tout nouveau gloss. Une idée anti gaspi / zéro déchet ( ou presque ), qui permet de faire de petites économies.

Le must, c’est qu’en fonction des teintes des restes de tubes utilisés, on peut créer sa propre couleur et se retrouver avec un gloss unique.

Il te faut :

  • plusieurs tubes avec des restes de rouges à lèvres
  • 1 couteau
  • 1 cuillère
  • 1 petite casserole
  • 1 mini pot à gloss
Gloss anti-gaspi avec d'anciens rouges à lèvres

Réalisation :

Gratte à l’aide du couteau les restes de rouges à lèvres et verse les dans la casserole.

Mets à chauffer le tout à feu doux, jusqu’à ce que les rouges à lèvres fondent.

Mélange pour obtenir une couleur homogène et ajoute plus ou moins d’une teinte pour créer une couleur qui te convienne.

Verse la préparation dans un petit pot avec couvercle, préalablement bien lavé et séché.

Laisse bien refroidir.

Gloss anti-gaspi avec d'anciens rouges à lèvres

Applique ton nouveau gloss sur tes lèvres directement avec les doigts ou à l’aide d’un petit pinceau.

Petit budget mais grandes idées

Cet article, ça fait plusieurs fois que je me dis qu’il faut que je le réalise. Sauf que jusque là, j’ai toujours remis ça à plus tard.
Pourtant je pense qu’il pourrait en aider plus d’un. Surtout si comme nous, tu n’as pas forcément un énorme budget.


Alors pourquoi je me lance enfin et publie ces quelques lignes ? Parce que j’en ai assez des jugements. Marre de devoir me justifier sur les activités que nous nous permettons ou non de faire… Sur nos achats… Ras le bol que l’on nous fasse des remarques sur nos finances.


Avec 3 Gremlins, un Chéri au chômage qui ne va démarrer sa formation de reconversion qu’en décembre prochain et moi qui rêve d’obtenir une formation aussi mais qui pour le moment suis en ALD, je peux t’assurer que nous sommes loin de rouler sur l’or.
Pourtant cela ne nous empêche pas d’aller plusieurs fois par mois au ciné, de nous rendre dans tel ou tel festival, ou encore de manger des sushi au petit-déjeuner…


Alors comment faisons-nous ?


C’est très simple. Cela s’appelle le système D. Avec de la persévérance, de la patience, de l’organisation et un bon logiciel, on peut faire plaisir à sa tribu.


Le premier gros point c’est de gérer presque tous les jours son budget. Savoir où on en est, est hyper important. Pour cela j’utilise le logiciel Budget pour les nuls. Une dépense, une rentrée d’argent ? Je note tout dedans en vérifiant bien que je suis raccord avec mon solde sur ma banque en ligne.

Comme ça, pas de risque de finir en découvert. Surtout que je suis totalement contre les crédits à la consommation et me refuse d’avoir une quelconque carte de supermarché ou autre qui permet de payer en différé. Je préfère largement acheter cash et remettre petit à la somme sur mon compte en me serrant la ceinture quelques temps ensuite.


Second point important, lorsque je mets de l’argent de côté pour un futur projet, je n’y touche sous aucun prétexte ! C’est primordial ! Peu importe que je me retrouve avec une galère, je me débrouillerais pour la surmonter sans piocher dans les économies prévues pour autre chose.
Par exemple en 2015, les enfants ont fait plusieurs brocantes pour vendre leurs affaires devenues inutiles, dans le but de récupérer assez d’argent pour aller à Disneyland. Un rêve qui tient à cœur au petit dernier puisqu’il n’y est jamais allé, à l’inverse de ses frère et sœur. Malheureusement c’est à ce moment là que j’ai commencé à être au plus bas et à finir par être interdite de manège par mes docs, pour m’éviter des blessures et une trop grosse fatigue. Et bien depuis 4 ans, cet argent, qui n’est pas le mien mais celui de mes enfants, dort sur un compte dans l’attente qu’ils puissent réaliser leur projet. Pourtant lorsque la fenêtre du salon s’est fissurée et qu’il a fallu la changer, alors que ce n’était vraiment pas le moment, mes nains voulaient que je prenne là-dedans. De même quand la chaudière cet hivers nous a lâché. Mais non ! Hors de question de toucher à cette somme. Pour moi elle n’existe pas en dehors de Disney. J’ai donc géré autrement les imprévus.


Autre point « situation bancaire« , je ne revois jamais à la baisse mes prélèvements électricité et gaz. Pourtant cela fait plusieurs années que lorsque le décompte annuel tombe, mon fournisseur d’énergie veut diminuer mes prélèvements ( j’ai gardé les mêmes que lorsque nous vivions en Lorraine, donc forcément étant maintenant dans le sud, les besoins changent totalement ). Bah non. Tous les ans je leur téléphone pour leur demander de laisser le même montant, sachant très bien qu’il est trop élevé par rapport à ce que nous consommons. Quel intérêt ? Je suis ainsi certaine qu’en cas d’augmentation par l’Etat, je suis « couverte« . De même si un hiver était rude et que nous devions bien plus chauffer. Puis lorsque la facture arrive, je suis ravie d’avoir une partie remboursée plutôt que de devoir rallonger.


Maintenant passons aux petites astuces du quotidien…


Niveau alimentation, je ne fais pas de maxi courses au mois. Cela entraîne du gaspillage alimentaire et oblige à consommer tel ou tel aliment, sans suivre ses envies du moment. La planification des repas, très peu pour moi.


Nous allons régulièrement faire des courses ( plusieurs fois par semaine ), en plus petites quantités, pour privilégier les produits frais et le fait maison. Les produits  » tout-faits » étant à la fois hors de prix et bourrés de saletés. ( attention ! Je ne fais pas tout non plus et achète comme tout le monde certains trucs).


Du coup le premier rayon où nous nous retrouvons lors des courses, c’est  » la casse« . Hein ? La quoi ? Ce rayon que les vendeurs appellent  » la casse » c’est celui où ils regroupent les produits à date de consommation courte. Ces derniers étant soldés, je me base dessus pour la majeure partie de mon caddie. Ce qui bien évidemment empêche de planifier les repas, mais permet de faire des économies et d’éviter le gaspillage alimentaire.
De la même façon, je sais désormais quand et à quelle heure à peu près, tel ou tel magasin va faire le tri dans les rayons et donc mettre à la casse les produits soldés. Donc je n’ai pas peur de devoir faire le pied de grue devant le rayon pour être certaine d’obtenir quelque chose. Par exemple avec les réductions Lidl. Les produits périmant le jour même passent à 1 euros au max ( ça peut être aussi 20 ou 50 centimes). Du coup comme ils gèrent ça ( chez moi !) vers 9h, je jette les nains à l’école et fonce au Lidl près de chez moi pour être devant le rayon à temps. Parfois je rentre bredouille, parfois je reviens avec des sacs remplis de viande, poisson, sushi ( ceux que la tribu mangent au ptit dej ^^) , viennoiseries, yaourts etc…


J’ai investi dans 4 congélateurs et 2 frigos pour pouvoir stocker. ( électroménager trouvé sur leboncoin)


Pour le pain je vais les soirs chez Marie Blachère. L’enseigne brade à -50% toute la boutique 30 minutes avant la fermeture. Enfin sauf 2 ou 3 gâteaux qui ne rentrent pas dans l’offre. Y a intérêt à arriver un peu à l’avance car les gens font la queue dans la rue pour profiter de la bonne affaire ! Là encore j’achète un bon stock qui va servir pour les petits déjeuners, les goûters, des repas, et même lorsque le pain commence à être vraiment rassis pour faire des gâteaux anti-gaspillage ou des croûtons pour la soupe. 


Je consulte aussi beaucoup les catalogues des grandes enseignes pour acheter en gros volume que j’écoule tout au long de l’année. Du coup je me retrouve avec des tas de paquets de gâteaux au-dessus de mes placards de cuisine, ou encore des quantités astronomiques de papier toilette qui font comme un deuxième mur dans mes penderies.

Je passe aussi par l’application Too Good To Go qui est génial pour récupérer des repas à moindre coût et encore une fois éviter le gaspillage alimentaire.


Autre astuce qu’à mon avis peu de personnes connaissent ou osent faire, c’est de profiter des soldes après fête pour prévoir la fête suivante. Je m’explique. Lorsque après Pâques les chocolats ont été soldés, j’ai déjà acheté tout ce qu’il fallait pour ma tribu, pour Noël prochain. Car même si une date de péremption est inscrite sur les chocolats, si on évite de prendre ceux trop transformés il n’y a pas de souci à les consommer plus tard qu’indiqué. Et franchement rien à faire que le packaging ne corresponde pas pile-poil à la fête où nous les dégusterons.

Bien évidemment je fais de même lorsque je veux offrir une bonne bouteille de whisky, vin ou champagne à mon père ou à mon homme. Je surveille les alcools qui feront partie d’une offre dans un magazine ou qui seront bradés après les fêtes. Pareil pour le foie gras, les escargots et tous ces plats en général chers en fin d’année, que j’achète d’une année sur l’autre lorsqu’ils sont en promo et que je garde précieusement au congélateur pour d’autres événements.


Actuellement je dois bien avoir encore une dizaine de galettes des rois en tout genre, que mes enfants peuvent déguster tout au long de l’année et qu’en février j’ai chopé à moins 80 %. De quoi faire des petits déjeuners de dernière minute lorsque je n’ai pas le temps ou des goûters sympa lorsqu’ils ont des amis. Juste à sortir ça du congélateur.


Pour ce qui est des fruits et légumes, je vais chez un primeur qui vend les produits frais non calibrés ou en fin de vie. Ces derniers me reviennent bien moins cher et ne sont pas plus mauvais que des pommes recouvertes de cire pour les rendre plus brillantes ( et toxiques ). 
J’achète encore une fois en gros, en privilégiant les caisses à petit prix de fruits et légumes ultra mûrs, qu’il va falloir consommer rapidement. Je décline alors ces derniers en différentes recettes que l’on consommera durant plusieurs jours, ou que je congèle pour les déguster lorsque ce ne sera plus la saison. D’ailleurs il est impensable d’acheter des produits hors saison lorsque l’on veut maîtriser son budget ( et aussi d’un point de vue écolo).


L’astuce du moment c’est celle pour la rentrée. Dès le mois de juin, le magasin Stokomani est déjà bourré de matériel de rentrée scolaire. Alors avec mes nains, on se débrouille pour obtenir assez tôt la liste des fournitures, en expliquant aux enseignants que l’on désire acheter rapidement le tout pour faire des économies, et on fonce dans cette boutique. Les tarifs sont vraiment très avantageux, c’est pourquoi je fais encore une fois des stocks pour éviter de devoir payer plein pot en cours d’année les tubes de colle ou stylos qu’il faudra réapprovisionner. Et dernier weekend d’août nous allons en général chez Emmaüs, qui à ce moment-là sort des tas d’accessoires exprès pour la rentrée. Je reviens avec les kilos de ramettes de papier, cahiers et crayons pour même pas 2 ou 3 €.

Dernière solution pour cette période, c’est de customiser d’année en année, les mêmes classeurs, cartables et trousses. Ça amuse tellement mes enfants de modifier au gré de leurs envies, le look de leur matériel, que depuis 2 ans ils refusent d’acheter des cahiers de texte ou agendas tout prêts, et les fabriquent de toute pièce à partir d’un carnet basique. De cette façon ils font eux-mêmes le thème de leur cahier de texte, et nous participons tous à leur création. Ça occupe les jours de pluie durant les grandes vacances. On se pose à dessiner en tribu, puis les Gremlins collent les œuvres dans le carnet et les décorent. Moins cher, ludique et unique.


Je parlais des fêtes tout à l’heure, et bien j’ai une astuce bien pratique pour les cadeaux d’anniversaire, de Pâques, Noël et autres. Encore une fois j’achète bien souvent quelques bricoles lorsque les jouets sont soldés après Noël, ou durant les soldes d’été et d’hiver. Bien évidemment je ne prends pas tout à ce moment-là pour pouvoir suivre les listes que les Gremlins feront. Mais par exemple, en été j’en profite pour faire un stock de certains jeux que mes enfants pourront offrir aux différents anniversaires auxquels ils seront invités.


Mes nains ayant été habitués à préférer l’occasion que le neuf, ils ne se formalisent pas de recevoir des cadeaux chinés en brocante, à Emmaüs ou sur leboncoin. Même eux utilisent l’astuce pour les cadeaux de fête des Pères, des Mères, ou pour se faire des plaisirs entre eux aux anniversaires.
Ils sont super doués désormais pour discuter les prix, vérifier l’état des objets (et la date histoire de privilégier le vintage), et repartir avec pas mal de choses, alors qu’en général ils n’ont chacun qu’un budget de 2 € maxi lorsque nous nous baladons en brocante.

L’échange est aussi une super solution. Nous pratiquons le troc, ce qui permet de faire des économies et donner une seconde vie aux objets. Nous sommes fans des abris à livres qui sont mis en place dans certaines villes et permettent de déposer des bouquins et d’en prendre d’autres laissés par des inconnus.

Je n’utilise jamais l’argent crédité sur les cartes de fidélité des supermarchés, pour garder tout ça pour Noël et Nouvel An. Comme ça, j’ai déjà une belle somme à disposition.


Sinon nous avons l’habitude de nous faire aussi beaucoup de cadeaux fait main. Économique et fait avec amour. 


Cette dernière option est aussi parfaite en ce qui concerne le calendrier de l’avent. Nous le fabriquons nous même, avec des matériaux de récup et ajoutons dedans des petits cadeaux faits maison ou chinés en brocante, voire des chocolats et bonbons souvent proposés en dégustation gratuite vers Noël ( merci Ikea pour les Daims). 

En parlant d’Ikea, nous prenons notre sapin de Noël là-bas car il est remboursé presque en intégralité en bons d’achat.


Et toujours en mode Ikea, nous y allons assez souvent pour « boire un verre« . Avec la carte de fidélité du magasin, tous les jours, il est possible d’avoir un café ou un thé gratuit. Ok ça n’a rien à voir avec un verre entre amis dans un bar, mais faute de moyens, ça fait très bien l’affaire. Surtout que le matin, toujours avec cette même carte, on peut avoir pour 1€ un petit déjeuner composé de 2 mini viennoiseries, un jus d’orange et une boisson chaude. Du coup, si on y vient le matin, on consomme les boissons et on garde les pâtisseries pour le goûter des nains. Auquel on ajoute quelques gâteaux dispos eux aussi en dégustation au rez-de-chaussée. 


Autre moyen de « boire un coup » gratuitement, c’est en allant déguster le 1er jeudi du mois, une bière chez les 3 brasseurs. La bière du mois est offerte ce soir là. Ou encore en faisant une petite pause lors de courses chez Zodio ( thé, café, chocolat chaud et sirop, sont proposés gratuitement).


Nous ne faisons pas beaucoup de restaurant, préférant toujours emporter avec nous notre repas lorsque nous sortons ( c’est plus simple pour moi avec l’anorexie et surtout plus économique). Parc d’attractions, spectacle, brocante, on n’achète jamais de repas sur place. Et si vraiment nous voulons nous faire un repas au restau, nous allons dans ceux à volonté, ce qui me permet en général d’avoir des crudités et plaît bien aux enfants puisqu’il y en a pour tous les goûts. Mais ça reste très occasionnel.
D’ailleurs, en général, si on prévoit un restaurant, c’est que j’ai obtenu une réduction par Groupon ( souvent ça sera une cafétéria du genre Flunch, À la bonne heure ou un restau chinois).


De la même façon, je prends des réductions sur ce fameux site pour des activités diverses. On ne fait jamais de sorties au tarif plein pot. Et si je n’ai pas de code promo, je cherche des gens à l’entrée de l’activité pour obtenir un tarif de groupe ( on est déjà 5 donc ça va vite).


On me dit souvent que l’on passe notre vie au cinéma. Et c’est bien vrai. Mais attention ! Nous n’y allons que le mardi. Pourquoi ? Parce que ce jour là, les abonnés Orange ont des codes Cinéday permettant d’avoir une place gratuite pour une place achetée !

N’étant pas chez Orange, j’ai la chance d’avoir des amis et/ou abonnés sympa, qui me font profiter de leurs codes quand ils ne les utilisent pas ( mille mercis). Comme nous avons la carte d’accréditation de notre ciné de proximité, la place enfant est à tarif préférentiel.

Du coup, soit nous avons eu 3 codes et du coup payons 3 places enfants et avons 3 places adultes offertes ( je donne celle en trop à quelqu’un dans le ciné) , soit nous avons obtenu assez de code pour avoir 5 places enfants payantes avec 5 autres places gratuites. Là nous récupérons des gens dans la file d’attente des caisses du ciné, pour leur proposer de payer les places enfants avec notre carte de réduction ( ce qui leur fait bien moins cher que leurs places normales) et nous obtenons 5 places gratuites. Eux se retrouvent à payer 22,50€ pour 5 entrées et nous nous allons au ciné en tribu gratuitement


Toujours dans les sorties, nous ne faisons presque que des activités gratuites. Il suffit de s’informer sur les événements de sa ville via Facebook pour en dénicher. Concerts, chasse aux œufs de pâques, visites de musées et monuments, fêtes de village…. Ça ne manque pas ! 

Nous sommes inscrits dans une association de jeux de société, qui nous permet de nous éclater tous les vendredis soirs et même de partir faire des week-ends jeux avec les autres membres. A 25 euros l’abonnement annuel pour une tribu de 5, c’est hyper rentable !


Nous aimons aussi profiter des beaux jours pour partir faire des cueillettes, ce qui permet à la fois de découvrir de jolis paysages et de rapporter des fruits, amandes, noisettes, etc, chez soi. 

Nous passons aussi beaucoup de temps chez Cultura, qui propose des soirées / journées avec activités gratuites aux détenteurs de leur carte de fidélité. Mais aussi pour lire les nouveautés sans devoir les acheter ( un coin lecture étant aménagé ).


Pour les vacances, je dois faire remarquer que ce n’est que depuis l’année dernière que nous partons ! Et non pas tous les ans. Là encore, j’ai mes astuces. Par contre, je te préviens, c’est long et fatiguant ! Pas d’hôtel, de club de vacances ou de camping pour nous. Nous allons dans des logements rustiques, avec souvent peu de confort, sans télé, perdus loin de tout. De toute façon, c’est ce que l’on cherche. Le calme et le dépaysement.

 Je passe donc des journées et des nuits sur Airbnb à chercher la bonne affaire. Je m’y prends des mois à l’avance et j’avoue que souvent je fais des nuits blanches pour lire le maximum d’annonces. Car il faut faire ça plusieurs fois par jour durant des semaines, pour tomber sur la toute nouvelle annonce qui vient d’être mise en ligne. Sachant que lorsque l’on est le premier voyageur à tester un logement, on bénéficie d’une réduction, de même lorsque l’on loue plus d’une semaine ou tout un mois.  
Je cherche aussi les annonces sans frais de ménage et gère ça moi-même avant de rendre les clés.


Et surtout, nous nous lions souvent d’amitié avec nos hôtes, ce qui nous permet de revenir chez eux sans passer à nouveau par Airbnb. Du coup, pas de frais liés au site et souvent un tarif « d’amis » de pratiqué. Sans oublier de beaux moments de partage.


Pour les trajets, qu’ils soient longs ou courts, nous évitons les péages. C’est toujours ça d’économisé pour plus tard.


Même en vacances je cuisine beaucoup, pour réduire les frais de repas et nous ne mangeons pas à l’extérieur ( du moins on bouge avec notre picnic). Nous repérons avant de partir les magasins discounts et vérifions que nos hôtes disposent d’un congélateur. Nous faisons encore des sorties cueillette et préférons acheter directement aux producteurs locaux sans intermédiaire.


Par contre ce type de logement demande des efforts : s’occuper des animaux présents sur les lieux, arroser les plantes et le potager, sortir 1 fois par semaine les poubelles à l’autre bout du village, chauffer l’eau de la douche avec une chaudière à bois tous les matins… Ceux qui veulent du « luxe » devront passer leur chemin. Surtout qu’il faut être prêt à faire des bornes pour atteindre les commerces et villes. 


Il n’y a pas que les repas et cadeaux qui sont faits maison chez nous. Je n’achète presque plus de produits ménagers. Le vinaigre blanc, le savon de Marseille et le bicarbonate sont mes meilleurs amis. Ils vont aussi bien pour créer de la lessive, que pour laver le sol ou détartrer ma bouilloire électrique. Mes nains savent très bien maintenant fabriquer tout ça, et ça les amuse.


Je vais même jusqu’à fabriquer mon maquillage et cosmétiques ( rouge à lèvres, mascara, démaquillant, soin pour les cheveux….). 

Et j’utilise des cotons à démaquiller en tissu faits maison, qui ont l’age de ma fille, que j’avais cousu il y a 10 ans en même temps que des lingettes pour bébé et des couches lavables. Ce qui signifie que ça fait 10 ans que j’économise sur l’achat de cotons à démaquiller !


En étant 5, il faut aussi prévoir un gros budget fringues. Là je chine en brocante, bourses aux vêtements et Emmaus. Sinon je customise les vêtements des grands pour que les plus petits les récupèrent. Et bien entendu, je profite des soldes. Je passe aussi par Le Closet, qui permet de renouveler à l’infini sa garde robe.


Comme il n’y a pas de petites économies, nous avons même investi dans une tondeuse pour éviter la dépense coiffeur des mecs. 


Nous n’achetons plus de meubles neufs. Nous les récupérerons dans la rue lorsqu’une occasion se présente et les retapons à notre goût. Ou nous les fabriquons en palettes. Même la vaisselle n’est pas neuve, mais vient de brocantes et Emmaus. 


Le papier est aussi synonyme d’économie chez nous, puisque la moindre pub ou enveloppe dans la boîte aux lettres devient du papier de brouillon. Pareil pour les restes de cahiers scolaires des nains. 


Et pour finir, j’obtiens des partenariats qui me permettent de découvrir des lieux sympa, d’aller dans des festivals ou parcs, voire de tester différents produits. Mais là, il faut prendre en compte que c’est un sacré boulot, que de rédiger un article qui puissent décrire au mieux mes impressions sur ma collaboration, et de faire des photos mettant en valeur tout ça. J’y passe souvent plusieurs heures voire jours. 


J’espère que ces quelques astuces pourront t’aider et te permettront de ne pas te laisser submerger par le coût de la vie qui augmente de jours en jours, sans t’empêcher justement de vivre.