Ana, ma coloc qui me pourrit la vie

Ana, ma coloc qui me pourrit la vie

 

2 ans maintenant que j’ai franchi le seuil de la salle de sport…

2 ans que je me suis décidée à perdre du poids…

2 ans que j’ai appris à rééquilibrer mon alimentation…

Je les ai bien dégommés ces foutus kilos en trop. Je l’ai affinée cette silhouette qui me faisait tellement complexer. Je les ai détruites ces poignées d’amour disgracieuses. Et que dire de mes cuisses?! Ces deux jambonneaux qui dès que je marchais, se touchaient au point de m’obliger à porter un legging court sous mes robes, en plein été, pour éviter les irritations.

Je suis fière d’être parvenue à ça. Fière de ne pas avoir abandonné, de ne pas avoir claqué la porte de la salle de sport dès le lendemain de mon inscription. Fière d’avoir réussi à introduire un grand nombre de légumes dans ma cuisine, qui avant n’y mettaient jamais les pieds ou rarement.

 

Seulement comme on dit, il y a le retour de la médaille….

 

Et pour moi il s’agit d’Ana…

Cette saleté de coloc s’est incrustée chez moi sans permission, empoisonnant mon quotidien tout doucement, discrètement. Certaines personnes ont essayé de me mettre en garde, mais moi, je ne la voyais pas. Ou du moins, je ne réalisais pas son petit stratagème.

J’étais heureuse de voir qu’avec elle je parvenais à devenir amie avec Mrs Balance, mon ennemi depuis tant d’années.

Tellement contente de faire du shopping à ses côtés.

Malheureusement, il a bien fallu que je me rende à l’évidence, Ana n’avait qu’une idée en tête, s’infiltrer une bonne fois pour toute dans la mienne pour me diriger et faire de ma vie un enfer.

Sous ses airs de bonne copine se cache en réalité un démon, qui fait des tas de victimes et cause bien des horreurs.

 

Pour preuve, le témoignage << Jamais assez maigre >> de Victoire Maçon Dauxerre, une ex mannequin, qui a décidé de mettre fin à sa carrière après avoir dû s’affamer pour être au << top >> sous les projecteurs, et avoir frôlé la mort.

 

Je suis tombée totalement par hasard sur ce bouquin, qui rien que par sa couverture m’a de suite interpellé.

On y voit une photo d’une jeune femme ( l’auteure ) vêtue de blanc, le regard froid – sans expression, limite sans vie – les joues creusées, le teint pale et les os apparents, qui fait largement écho au titre.

Il ne m’aura fallu que quelques heures pour dévorer ce livre, dans lequel je me suis à de nombreuses fois retrouvée.

Toutes ces fois où elle avait faim, mais qu’elle se contentait du stricte minimum, rusant en avalant du chewing-gum ou du soda pour combler le creux de son estomac. Ces moments où elle n’arrivaient plus à suivre et à marcher à un rythme correct, ralentissant sa famille pendant les balades. Son corps si douloureux. Son humeur qui ressemblait à des montagnes russes. Ses cheveux qu’elle perdait. Sa poitrine qui avait décidé de se faire la malle.

Tout ça je le vis….

Ana est un être atroce qui ne veut qu’une chose, m’empêcher d’être << normale >> et passe son temps à me souffler de sa petite voix des pensées négatives.

Elle ne me laisse pas manger comme il le faudrait… << Pas ça! C’est bien trop gras!>>, << Une seule bouchée de ça et tu vas gonfler illico! >>, << Touche à ça et tu vas le regretter! >>

 

Elle me force à me dépenser sans arrêt, même lorsque mon corps la supplie de mettre un terme à tout ça… << Allez la grosse! Bouge toi! >>, << 15 000 pas aujourd’hui?! C’est tout?! Mais c’est minable ! >>

Elle m’anesthésie le cerveau pour que je ne puisse plus me concentrer et gèle ma mémoire.

Elle ne me laisse plus dormir ou alors juste 4 ou 5h par nuit, histoire de me faire croire qu’elle est sympa.

Elle détruit les muscles que j’étais parvenue à me construire, ruinant ainsi l’agréable image de moi même qui me plaisait tant il y a encore quelques mois.

Maintenant, je ne suis plus qu’une jeune femme fatiguée, comme l’était Victoire, qui tente de se battre comme elle le peut pour virer cette pétasse de coloc.

Ana a fait de moi quelqu’un de fragile, avec une colonne vertébrale aussi voyante que les plaques osseuses d’un stégosaure, des cernes sous les yeux et des cheveux qui tombent par poignées.

A cause d’elle le moindre contact un peu brusque, le plus petit coup de coude ou choc, me donne un hématome qui mettra des jours à disparaître.

Parfois elle me laisse tranquille et je sens mon moral remonter en flèche, mais ce n’est que pour bien me blesser ensuite, en me plongeant en moins d’une minute dans un univers sombre, triste, où tous mes progrès, toutes mes petites victoires sont anéantis, m’enlevant le gout de tout.

 

Mais ce n’est pas grave. Car malgré tout ça, Ana ne m’a pas encore assez affaibli pour que je renonce. Je me bats et comme Victoire, je ne lâcherai pas et je me relèverai la tête haute. Avec des séquelles certes, mais la tête haute tout de même.

Et si toi aussi, ma p’tite cacahuète grillée, tu connais Ana, je ne peux que te conseiller de lire Jamais assez maigre.

Je suis prête à parier que toi aussi, tu te reconnaîtras au travers de ce récit. Toi aussi tu seras chamboulée, émue, touchée, au point de verser quelques larmes, voir de beaux sanglots.

Toi aussi, tu détesteras ceux qui lui ont fait subir tout ça en lui faisant croire qu’Ana était son amie, allant jusqu’à l’applaudir quand ils voyaient qu’elles arrivaient bras dessus bras dessous.

Et finalement, toi aussi tu auras envie de hurler contre cette société qui fait croire aux femmes que la maigreur est une normalité, les obligeant à se faire du mal pour rentrer dans un moule inconcevable.

Pour finir, tu auras surement, tout comme moi, une haine contre ces << grands couturiers >> qui considèrent qu’un top model n’est qu’un cintre…

 

Pains au tandoori et levain naturel

Le tandoori est un mélange d’épices que j’apprécie énormément.

Faut dire que la cuisine indienne fait partie des saveurs que j’aime le plus en ce qui concerne la cuisine du monde. De loin devant les plats italiens par exemple.

Je pense même pouvoir classer cette cuisine en pole position, ex aequo avec les mets cajuns.

C’est pourquoi j’ai eu envie de créer des petits pains au tandoori, histoire de changer un peu du pain classique, et de parfumer un peu tout ça.

Au cas où tu ne le saurais pas, le tandoori est composé de cannelle, cumin, curcuma, fenouil, fenugrec, gingembre, moutarde brune, paprika, piment et poivre noir. Un mélange parfait si l’on aime les plats épicés mais pas trop forts non plus.

Pains au tandoori et levain naturel

Pour 10 petits pains, il te faut :

  • 1 yaourt nature
  • 2 CS de crème fraîche entière
  • 3 CS de tandoori
  • 1 CC de jus de citron
  • 150g de levain actif
  • 100g de farine complète
  • 200g de farine pour pain blanc
  • 150g d’eau tiède
  • 4g de sel
  • un peu de lait ou de jaune d’œuf pour la dorure

Pains au tandoori et levain naturel

Direction la cuisine :

On commence avec la préparation au tandoori…

Mélange le yaourt, la crème, le jus de citron et le tandoori.

Garde ça de côté et attaque le pain….

Dans le bol d’un robot, verser l’eau puis la farine.

Pétris environ 2 min à vitesse minimum, puis laisse reposer la pâte en couvrant le bol d’un torchon, pendant 45 min. Pas d’affolement si tu trouves que la pâte est assez sèche, c’est normal. Tu verras qu’ensuite, elle va bien changer.

Ensuite, ajoute le sel, le levain et la crème au tandoori, puis pétris 10 min en vitesse 1, et 5 min en vitesse 2 ( au besoin, arrête parfois le robot pour décoller la pâte du crochet ).

A ce stade, la pâte sera bien molle et collante.

Couvre d’un torchon et laisse reposer au chaud ( près d’un radiateur par exemple ) pendant 5 à 6h (moins de temps s’il fait bien chaud comme maintenant ).

Préchauffe ton four à 200°C.

Divise la pâte dans 10 petits moules à muffins en silicone.

Enfourne 10 min, puis sors tes moules.

Grigne la pâte ( c’est à dire, que tu dois faire des incisions avec une lame ) pour que les pains puissent bien se développer.

Badigeonne les d’un peu de lait ou de jaune d’œuf.

Enfourne à nouveau pendant 10 minutes.

Sors tes pains du four, démoule les et laisse les refroidir sur une grille.

Salade au tofu mariné

Je n’ai jamais été franchement attirée par le tofu.

De ce que j’en savais, ça ne me donné pas vraiment envie d’en manger.

Pourtant un jour, j’ai sauté le pas…. Va savoir pourquoi…. J’ai du passer devant le rayon et ajouter cet ingrédient mystérieux à mon panier sans m’en rendre compte…

Une chose est certaine, c’est que lorsque j’ai ouvert mon paquet de tofu nature et que j’en ai gouté un morceau, j’ai trouvé ça insipide. Sans le moindre intérêt gustatif…. ( Par contre, le tofu est un très bon apport en protéines végétales ! Il en contient même plus que la viande et est donc un super substitut à cette dernière pour les végétariens. )

Mais j’ai vite appris qu’il fallait le cuisiner, l’assaisonner, l’ajouter à d’autres aliments pour lui donner un sens.

Ce que j’ai fait.

Depuis, j’en achète régulièrement, que ce soit en version soyeuse pour mettre dans des gâteaux, ou en version ferme pour l’incorporer à différents plats.

Aujourd’hui, je te propose de découvrir le tofu dans une salade bien fraiche, parfaite pour l’été.

Salade au tofu mariné

Pour une personne, il te faut :

  • 150g de tofu nature
  • 4 CS de sauce soja salée
  • 4 CS de jus de citron
  • 1/2 CC de sel de céleri
  • petite 1 échalote
  • 1 cm de gingembre frais
  • 1 CC de sésame
  • un peu de ciboulette
  • 1 sucrine
  • 1 champignon à farcir
  • quelques tomates cerises
  • 2 CS de haricots verts en boîte
  • 1 petite carotte
  • quelques radis
  • quelques lupins

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Direction la cuisine :

Commence par préparer le tofu mariné.

Pour cela, mélange la sauce soja avec le jus de citron, le sel de céleri, le sésame, ainsi que la ciboulette, le gingembre et l’échalote finement hachés.

Coupe en cubes le tofu et dispose le dans un tupperware.

Verse dessus la marinade et réserve au frais au moins 3h.

De temps en temps, retourne délicatement le tupp’ pour que la marinade ne reste pas dans le fond de la boîte.

Dans une grande assiette creuse ou un saladier, dispose les feuilles de sucrine.

Ajoute dessus les haricots verts, ainsi que le champignons émincé.

Épluche la carotte et coupe la en fins bâtonnets, puis dispose les sur la salade.

Termine par les radis coupés en rondelles, les tomates cerises coupées en 2 et les lupins.

Ajoute le tofu et verse la marinade qui va servir de sauce à ta salade.

Salade au tofu mariné

Bon appétit !

Ile flottante à la cerise, la recette ultra rapide et sans sucre

Cet été je suis vraiment à fond dans les cerises…

Voulant changer un peu des clafoutis, salades de fruits et mousses, je suis partie sur l’idée de les utiliser pour un dessert que j’aime énormément, à savoir l’île flottante.

Ile flottante à la cerise, la recette ultra rapide et sans sucre

Quand j’étais gamine, je passais mon temps à préparer soit des crêpes, soit des îles flottantes. Ce sont les deux gourmandises que j’ai appris à cuisiner en premières.

Seul hic…. La crème anglaise n’était pas toujours ma meilleure amie. Parfois je la réussissais sans problème, alors qu’à d’autres moments je la laissais bien trop cuire ( astuce : dans ce cas là, il suffit de la passer quelques secondes au mixeur ou de la mettre dans une bouteille et de secouer vigoureusement )…

Mais ça ne m’a pas empêché d’en refaire à de nombreuses reprises.

Cette fois, pas de risque de louper la crème, avec cette recette ultra simple et rapide.

Juste 3 ingrédients sont nécessaires, pour un résultat très fruité et léger.

Ile flottante à la cerise, la recette ultra rapide et sans sucre

Pour 2 personnes, il te faut :

  • 150g de cerises dénoyautées ( + quelques unes pour la déco )
  • 2 œufs
  • 1 yaourt au lait de brebis

Ile flottante à la cerise, la recette ultra rapide et sans sucre

Enfile ton tablier :

Mixe le yaourt avec les cerises, puis réserve au frais.

Sépare les blancs des jaunes.

Monte les blancs en neige, puis verse les dans une poche à douille.

A l’aide de cette dernière, forme des dômes sur une assiette.

Fais les cuire 30 secondes au micro-ondes, à 500W.

Réserve tes œufs en neige au frais.

Au moment de servir, verse la crème aux cerises dans 2 ramequins et dispose dessus tes îles.

Ajoute quelques lamelles de cerises pour la déco.

Ile flottante à la cerise, la recette ultra rapide et sans sucre

Les cerises vont apporter la touche sucrée à tes îles flottantes, donc pas besoin d’en mettre dans les blancs en neige.

Un dessert gourmand, frais, que tu peux faire à la dernière minute quand tu as envie de te faire plaisir ^^

Enregistrer

Mousse d’épinards, au saumon, chèvre et pignons

Mea culpa pour mon absence des derniers temps….

Mais j’avoue avoir été pas mal prise ailleurs et sans grande motivation pour me mettre régulièrement derrière les fourneaux. Avec cette chaleur, j’ai bien plus envie de me préparer une bonne salade ou un ptit bento rapide, puis d’aller me poser en plein air.

Pourtant aujourd’hui, j’ai pris mon courage à deux mains et me suis cuisinée un plat que j’aime beaucoup, que tu as déjà pu voir sur mon compte Instagram, mais dont je ne t’avais pas encore donné la recette.

Il s’agit d’une mousse d’épinards, avec du saumon fumé, du fromage de chèvre et des pignons de pin.

C’est assez léger en bouche, mais ça cale plutôt bien.

Qui plus est, c’est un plat sain puisqu’il est riche en légumes et protéines, avec une dose d’oméga 3 apportée par des graines de lin. Pas de matière grasse. Ni d’œufs, car ils sont remplacés par du tofu soyeux.

 Mousse d'épinards, au saumon, chèvre et pignons

Pour 2 personnes, il te faut :

  • 450g d’épinards en boîte
  • 200g de tofu soyeux
  • 100g de saumon fumé
  • 2 yaourts au lait de brebis
  • fromage de chèvre
  • 25g de gomasio
  • 1 gros oignon blanc
  • persil
  • lin
  • pignons
  • sel et poivre

~~~~~~~~~~~~~~~~~

Direction la cuisine :

Place les épinards, le tofu soyeux, les yaourts, le gomasio, le persil et l’oignon grossièrement coupé, dans la cuve de ton robot mixeur.

Mixe le tout jusqu’à l’obtention d’une mousse lisse.

Assaisonne en fonction de tes goûts ( attention le saumon va apporter un peu de sel ).

Verse la préparation dans 2 plats pouvant passer au four.

Coupe le saumon en morceaux et dispose les sur tes deux mousses.

Saupoudre un peu de lin dessus.

Dispose 3 tranches de fromage de chèvre sur chaque plat ( à savoir que si mes tranches de chèvre ne sont pas fondues, c’est tout simplement parce que j’utilise du chèvre allégé ^^ ).

Ajoute une petite poignée de pignons de pin.

Enfourne à 200°C pendant 15 minutes.

Mousse d'épinards, au saumon, chèvre et pignons

Laisse un peu refroidir avant de déguster…

Tu peux très bien remplacer le chèvre par un autre type de fromage ( ce que je fais à chaque fois pour le Chéri qui n’aime pas ça et préfère le gruyère ou le camembert ).

Enregistrer

Mousse aux cerises vegan

Ces derniers temps, lorsque je vais au marché, le kilo de cerises est à un super prix.

Alors comme toute la tribu adore ça, j’en prends un gros stock, de façon à pouvoir en grignoter comme ça, à en congeler pour faire des glaces, ou à en incorporer dans des gâteaux.

J’aime aussi beaucoup en ajouter à mes smoothies….

Mais là, je te propose de réaliser un p’tit dessert gourmand et frais, avec peu d’ingrédients.

Ces mousses aux cerises sont sans sucre ajouté, légères et véganes.

Mousse aux cerises vegan

Pour 4 personnes, il te faut :

*150 ml de lait de soja

*150g de cerises dénoyautées

*220g de tofu soyeux

*1CC d’agar agar

*1,5 à 2 ml d’édulcorant liquide

Mousse aux cerises vegan

Enfile ton tablier :

Fais chauffer au micro ondes 2CS de lait de soja et délaye dedans l’agar agar.

Mets dans le blender de ton mixeur, le tofu, l’édulcorant et le reste du lait de soja.

Mixe le tout jusqu’à l’obtention d’une crème bien lisse.

Ajoute la préparation à l’agar agar à cette crème, ainsi que les cerises.

Mixe à nouveau jusqu’à obtenir encore une fois une crème lisse.

Verse la préparation dans 4 verrines et place les au moins 4h au frigo ( perso je les ai laissées toute une nuit ).

A déguster bien frais!

Enregistrer

Que sont devenus mes levains naturels ?

Levains naturel

En octobre dernier, je t’annonçais la naissance de deux ptits potes un peu gluants et collants, qui avaient décidé de taper l’incruste sur ma box tv.

Aujourd’hui, je te retrouve pour te donner un peu de leurs nouvelles….

Hermann et Albus ont désormais 8 mois et sont de beaux gaillards qui ont bien poussés.

Moi qui avait peur en me lançant dans cette aventure, de ne pas réussir à les garder en vie, finalement je suis ravie de constater que plus le temps passe, plus mes levains naturels se portent bien.

Ils ont pris leurs marques, au chaud près de ma télé, à tel point qu’il a fallu que je les change de pots, au risque qu’ils tentent de s’échapper.

Par contre, je me suis vite aperçu que certaines règles que j’avais déniché à droite et à gauche, sur la façon d’élever un levain, relevaient plus de la légende urbaine que de la réalité.


Du coup, je t’explique ça ci dessous :

  • il est aussi simple de créer un levain avec de la farine de seigle, qu’avec un autre type de farine ( l’un de mes colocs est au seigle, l’autre à la farine d’épeautre complète )
  • il n’est pas nécessaire d’utiliser forcément une cuillère en bois pour remuer le levain et encore moins des ustensiles de cuisine dédiés seulement à ça ( j’utilise n’importe quelle cuillère de mon tiroir à couvert )
  • on peut très bien laver au produit vaisselle la cuillère ayant servie à mélanger le levain
  • il n’est absolument pas nécessaire d’ajouter du sucre ou du miel pour que les levains grandissent correctement ( les miens ne contiennent que de l’eau et de la farine )
  • lorsqu’ils commencent à arriver à plus de la moitié du bocal et que je ne compte pas les utiliser de suite, je diminue les doses de farine et d’eau, de même lorsque je les trouve trop épais ou pas assez, j’ajuste à ma sauce ( parfois je leur donne 50% de farine + 50 % d’eau, parfois plus d’eau que de farine, ou l’inverse )
  • je n’ajoute jamais de levure lorsque je cuisine avec mes levains ( beaucoup de recettes demandent de mélanger les deux, mais je n’en vois absolument pas l’intérêt )

 


Grâce à Hermann et Albus, j’ai pu réaliser des tas de pains, gâteaux, cakes salés, gaufres et autres merveilles.

Je ne regrette vraiment pas de m’être laissée tenter par cette idée.

Levains naturels

Si toi aussi tu veux faire naître ton levain naturel, les explications sont ici.

Si tu veux des recettes, en voici quelques unes :

Petits pains individuels au seigle et au levain naturel

Gaufres au levain naturel, sans matière grasse

Pains au chorizo, noix et levain

Brioche salée aux blettes et à la feta, comme un rayon de soleil – Levain naturel

Muffins anglais complets vegans, au levain naturel

Briochettes allégées sans matière grasse ni sucre, au levain

Cake pommes / amandes, au levain


Il y a d’autres recettes au levain sur le blog, donc n’hésite pas à taper << LEVAIN >> dans la barre de recherche ^^

Enregistrer

Clafoutis de cerises au tofu et lin, sans gluten

Ça y est, c’est la saison des cerises !

Sauf que pour le moment, elles sont encore à un prix assez élevé. Du coup jusqu’à présent, je me suis contrôlée et je n’en avais pas encore acheté.

Mais un passage, hier, au marché, m’a fait craquer.

En voyant ces magnifiques fruits bien rouges me faire de l’oeil, je n’ai pas pu résister.

Une fois à la maison, j’ai décidé d’en garder une partie à grignoter tel quel, et d’utiliser le reste pour préparer un dessert.

Bien entendu, j’ai revisité le fameux Clafoutis aux cerises.

Ma version est entre le flan et le clafoutis ( un peu moins compact qu’un clafoutis traditionnel ), mais sans gluten, vegan et sans sucre ajouté.

Simple et rapide à faire, il peut se déguster encore tiède, ou bien froid ( après un passage au frigo, il fige un peu et ressemble donc beaucoup plus à la version de base ).

Clafoutis de cerises au tofu et lin, sans gluten

Il te faut :

  • 200g de tofu soyeux
  • 200ml de lait de soja
  • 600g de cerises dénoyautées ( la partie la plus longue ^^ )
  • 1CS de fécule de pomme de terre
  • 1CC de fleur d’oranger
  • 2CS de lin
  • 5ml d’édulcorant liquide

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Enfile ton tablier :

Commence par mixer le tofu avec le lait de soja, jusqu’à l’obtention d’une crème bien lisse.

Ajoute la fécule de pomme de terre et mixe à nouveau.

Incorpore la fleur d’oranger, l’édulcorant et le lin.

Mélange à cette pâte les cerises dénoyautées coupées en deux.

Verse le tout dans un plat en verre ou un moule

Enfourne à 200°C pendant 25 à 30 minutes.